Les Nouvelles

A la une

Politique

Culture

Sante

Sport

Advertise Space

Culture

Politique

Faits Divers

Latest News

mardi 19 juin 2018

Ibrahima Hamidou Dème : « Le procureur de la République a l’obligation de s’autosaisir dans l’affaire Prodac »
Interpellé sur la démission avec fracas du ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang et son maintien dans l'attelage gouvernemental par le Président Macky Sall, l'ex-juge Ibrahima Hamidou Dème trouve que le Procureur de la République a l’obligation de s’autosaisir dans l’affaire qu’il est convenu d’appeler, Prodac Gate : « Je ne connais pas les motivations profondes parce qu’il a soutenu qu’il a démissionné pour convenances personnelles. Mais c’est dans leur camp qu’on parle de détournement dans un projet. De toutes les manières, s’il est avéré qu’il a eu des manquements, le ou les auteurs doivent en répondre. Ce qui est intéressant dans cette affaire, c’est que c’est dans leur camp que les accusations sont venues, il y a donc forcément quelque chose.

Malheureusement, depuis 2000, on banalise les milliards détournés alors que cet argent pouvait financer des projets sociaux vitaux, c’est extrêmement grave. Nous devons davantage mettre l’accent sur cette obligation de rendre compte pour toute autorité exerçant un mandat public ou gérant des derniers publics. Le procureur de la République a par conséquent, l’obligation de se saisir de cette affaire pour situer toutes les responsabilités. »





Walf-Quotidien



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2MD45rm
via gqrds
L’ex-substitut du procureur général près la Cour d’appel de Dakar est candidat à la présidentielle de 2019. Dans un entretien accordé à Walf-Quotidien, Ibrahima Hamidou Dème a prévenu les autorités quant à la nécessité d’organiser un scrutin libre et transparent. Avec le maintien du ministre Aly Ngouille Ndiaye au ministère de l’Intérieur, il souligne que les autorités de ne doivent pas plonger le pays dans des crises dont personne ne peut prédire l’ampleur.
Ibrahima Hamidou Dème : « Si les élections sont transparentes, en aucune manière Macky Sall ne peut obtenir un deuxième mandat »
« Je suis un homme optimiste. Tant qu’un projet est soutenu par la bonne foi et l’intérêt général, je pense qu’il va immanquablement aboutir. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que le pouvoir actuel déroule toutes sortes de moyens et subterfuges pour rempiler alors que la majorité de la société sénégalaise qu’on a touchée, est résolument tournée vers le changement. Si les élections sont transparentes, en aucune manière, l’actuel président de la République ne peut obtenir un deuxième mandat. Maintenant, il appartiendra à toutes les forces vives de la Nation, en conformité avec nos valeurs démocratiques et de paix, d’œuvrer pour des élections transparentes et sincères », a fait savoir Ibrahima Hamidou Dème.

Pour ce qui concerne le rôle du ministre de l’Intérieur dans le processus d'élections transparentes et sincères, M. Hamidou Dème déclare : « Il est non seulement dans l’Apr mais il a clairement dit qu’il fera tout pour que le Président Macky Sall ait un deuxième mandat. C’est une déclaration qui avait suscité le tollé mais qui nous renseigne que lorsqu’on est dans une dynamique partisane et qu’on n’a pas des valeurs républicaines, on ne peut gagner la confiance des Sénégalais quant à l’organisation d’élections transparentes.

Il faudrait que toutes les forces vives de la Nation se dressent pour que ce qui s’était passé aux élections législatives, ne se répète plus. Nous sommes un pays qui a beaucoup combattu pour que l’on ait des avancées démocratiques. Le Sénégal était cité partout en exemple. Malheureusement, nous régressons. Les autorités qui sont sur place, doivent tout faire pour ne pas plonger ce pays dans des crises dont personne ne peut prédire l’ampleur. On dit souvent que le Sénégal est un pays de paix, mais il ne faut pas en même temps attiser le feu et la tension. »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2M1KLTC
via gqrds
Le Sénégal entre dans l’ère du parrainage. Le projet de loi N°21/2018 portant révision du Code électoral, a été adopté hier par les députés. 109 sur les 123 qui étaient présents, ont voté le projet, contre 14 (de l’opposition et des non-inscrits).
Révision du code électoral soumise aux députés : la loi passe avec 109 voix pour et 14 contre
Le président Macky Sall, qui avait clairement indiqué sa volonté de se départir de la pléthore de listes pour les élections à venir, est arrivé à ses fins.

Hier, 109 des 1123 députés qui étaient présents à l’Assemblée nationale, ont voté le projet de loi qui portait sur la révision du Code électoral. Hier, une grande majorité des députés de l’opposition était absente. Il n’y avait ni Cheikh Bamba Dièye, ni Mamadou Diop Decroix, Ousmane Sonko, Abdoulaye Baldé, Modou Diagne Fada, Toussaint Manga…

Seuls Me Madické Niang, Mamadou Lamine Diallo, Woré Sarr, Marie Sow Ndiaye, Moustapha Guirassy, Cheikh Mbacké Bara Dolli, Serigne Cheikh Mbacké Bara Dolli et Aida Mbodji, étaient de la partie. Et même s'ils ont essayé tant bien que mal de contrer le projet, ils n’ont pas été suivis. Leurs inquiétudes n’ont pas été prises en compte par la majorité, qui a voté sans sourciller le projet.






Les Echos



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2JNr5pY
via gqrds

Médiathèques

Ads Place 970 X 90

Internationales

Publipostage

Le top de la semaine