Top News

Me Moussa Sarr, estime que la décision du président Macky Sall de supprimer le poste de Premier ministre est un "calcul politique". Dans une large interview accordée à L’Observateur, l’avocat rappelle qu’« il y aura des élections législatives à mi-mandat, le chef de l’Etat est élu pour 5 ans. Il se dit : si l’on laisse le régime politique comme tel, il peut y avoir un changement de majorité. A mi-mandat, ça posera un problème ». Dans ce cas, poursuit-il, « on va chercher un Premier ministre ailleurs, si effectivement la coalition au pouvoir n’a pas de majorité. A partir de ce moment, il ne pourra plus dérouler correctement son programme. C’est pourquoi il anticipe ».
Suppression du poste de PM : Me Moussa Sarr explique « le calcul politique » de Macky Sall



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2VW6l1e
via gqrds
Le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), a régi suite à la décision prise Conseil des ministres de réduire, au strict minimum, le train de vie de l'Etat. Abdoul Mbaye se félicite de la rationalisation des véhicules du service public. « Bravo au Conseil des ministres qui a décidé #rationalisation_des_véhicules_du_secteur_public comme en avril 2012... Dommage de ne pas interdire son utilisation pendant les campagnes électorales au profit de @Macky_Sall et de son parti », a écrit l’ancien Premier sur Twitter.
Réduction du train de vie de l'Etat : Abdoul Mbaye lance une nouvelle pique à Macky Sall



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Diro6Q
via gqrds
Cameroun, Sénégal, Mali, Mozambique : des citoyens se sont agacés de la compassion de leurs dirigeants alors que le continent ne manque pas de drames humains.
Quand des chefs d’Etat africains pleurent Notre-Dame et restent de marbre face aux malheurs de leurs pays
Les images ont franchi les mers. Celle d’une flèche qui tombe sous les flammes, celle des nuages de fumée qui flottent au-dessus d’un édifice huit fois centenaire. L’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril, continue de créer une onde de choc, en Afrique aussi.

Au Mali, ce sujet est même arrivé en première position dans le discours à la nation, prononcé mardi soir par le président Ibrahim Bouboucar Keïta (IBK). « Avant d’aller plus en avant, j’aimerais inviter tous nos compatriotes à se joindre à la douleur de la communauté chrétienne qui pleure Notre-Dame de Paris », a déclaré le chef de l’Etat de ce pays où plus 95 % de la population est musulmane.

« Le joyau ravagé par le feu avait su traverser le temps, ouvrir les bras au monde entier. Aujourd’hui, il n’appartient plus à une confession. Il est un trésor mondial, un patrimoine de l’humanité et l’humanité saura le restaurer, comme elle le fit hier avec les monuments de Tombouctou, démolis dans un passé récent par la folie destructrice de ceux-là qui ne rendirent pas ce faisant, un quelconque service à notre Islam vénéré », a-t-il précisé. Et ses mots forts font écho à d’autres, ailleurs, en Afrique francophone.

« Génie créateur »

Au Burkina Faso, le président Roch Marc Christian Kaboré s’était vite déclaré « de tout cœur avec Emmanuel Macron, Anne Hidalgo et la population parisienne ». Comme le président Macky Sall qui a lui aussi, rapidement fait entendre sa voix dans le concert des condoléances sur Twitter. « Au nom du Sénégal, j’exprime toute notre solidarité à la France et à toute la communauté chrétienne à travers le monde », avait-il observé dans un premier temps, avant d’enchaîner avec un message au président Macron et un communiqué exprimant « au peuple français et à l’ensemble de la communauté catholique, ses sentiments de sympathie et de solidarité ».

Le tout additionné de « la conviction que le peuple français trouvera dans son génie créateur, les moyens de restaurer cette grandiose œuvre spirituelle et architecturale. » Ce qui a suscité la réaction de nombreux internautes, regrettant que leur président ne soit pas aussi prompt à l’hommage et à la solidarité lorsqu’il s’agit d’un drame africain.

Au Cameroun, les mêmes mots ont produit les mêmes effets. L’opinion publique camerounaise s’est même largement agacée sur les réseaux sociaux que son président, Paul Biya, soit davantage attendri par l’incendie de Notre-Dame de Paris que par les malheurs auxquels la population du pays est confrontée.

« Je ne suis pas la cathédrale Notre-Dame ! Je suis NOSO [Nord-Ouest et Sud-Ouest, régions anglophones]. Des milliers de villages brûlés. Des enfants qui naissent et meurent en brousse. La jeunesse non scolarisée. Ceci vaut mille fois plus que cet incendie », assure Mireille, sur Twitter. Nchare, sur Twitter aussi, préfère, lui, faire quelques recommandations et conseille de dire « à ce Monsieur, qu’il ne doit pas se contenter de la courtoisie diplomatique. Nous attendons aussi des actes de compassion officielle de sa part quand le Cameroun subit des drames. Il y a aussi des incendies et le sang qui coule au NOSO ». Dans ce pays miné par une grave crise dans les zones anglophones, le message est clair.

Comme en Afrique du Sud, où certains se sont étonnés que l’on prête plus d’attention à cette perte matérielle qu’aux pertes humaines provoquées par le cyclone Idai qui a ravagé l’Afrique australe mi-mars, faisant plus de 1 000 morts. « Si les Européens arrivent à se rassembler et à se regrouper pour la cathédrale Notre-Dame, je me demande, pourquoi, nous les Africains ne sommes-nous pas capables d’aider les Mozambicains. Les Européens s’unissent dès que l’un d’eux à un problème. Pourquoi les nations africaines n’en sont-elles pas capables ? », a déclaré ce mercredi Gustaf, un auditeur, sur la radio 702, l’une des plus écoutées d’Afrique du Sud. « Il semblerait que les gens se préoccupent plus d’un bâtiment que d’êtres humains », a renchéri Chad, un autre auditeur. Pour rappel, les Nations unies ont lancé un appel pour lever près de 300 millions de dollars (266,6 millions d’euros) afin de porter assistance aux victimes du cyclone Idai. Pour l’instant, un quart de la somme seulement, soit 70 millions de dollars, a été récolté.

« Parabole de la reconstruction »
Par-delà ces polémiques, la communauté religieuse s’est elle aussi saisie du sujet et a multiplié les réactions. Un hommage a été rendu, mercredi 17 avril, lors de la messe chrismale à la cathédrale Saint-Vincent-de-Paul de Tunis. « Nous avons tous été sous le choc en voyant ces images, a déclaré le père Silvio Moreno, le vicaire de la cathédrale de Tunis. Moi-même je suis allé à plusieurs messes dans Notre-Dame, elle représente beaucoup. Espérons que sa reconstruction matérielle soit aussi une parabole pour la reconstruction de la foi chrétienne en France », a-t-il ajouté.

D’autres ont décidé, à l’instar du roi de Krindjabo, capitale du royaume du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, de faire un don pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, où avait été baptisé par Bossuet dans les années 1700, Louis Aniaba, un prince du royaume.







lemonde.fr/afrique




from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2VW6gus
via gqrds
Va-t-on vers un report des élections locales de décembre prochain. On pourrait bien répondre par l’affirmative si l’on en croit à "L’AS", qui souligne que le chef de l’Etat, Macky Sall réfléchit à décaler les élections locales de décembre 2019 à mars 2020. Rappelons que le mandat des élus locaux arrive à terme en juin prochain.
Élections locales : possible report en 2020



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2VTW71d
via gqrds
Au rythme où vont les choses, l’actuel Premier ministre devrait abandonner son poste dès début mai. C’est en tout cas ce qu’indique "Source A" dans sa livraison de ce jeudi. Le journal souligne en effet, que si le Président Macky Sall introduit le projet de suppression du poste de Premier ministre à l’Assemblée nationale, en demandant qu’il soit examiné en procédure d’urgence, ce qui semble être le cas selon "L’Observateur", le Sénégal n’aura plus de Premier ministre avant la fin de la première semaine du mois de mai.
Suppression du poste de PM : Boun Abdallah Dionne quitte dès début mai
En effet, souligne le journal, les députés vont se pencher immédiatement sur la question, et dans un délai d’une semaine, l’affaire sera bouclée. « En une semaine, le projet sera présenté en plénière, si le gouvernement demande une procédure d’urgence », explique, en effet, dans le journal, le président de la Commission des Lois de l’Assemblée nationale, Seydou Diouf.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2ItHFtZ
via gqrds
Macky Sall et les bains mystiques des ministres
Il sait débrider l’atmosphère, le chef de l’Etat. Lors de sa rencontre avec les députés membres de la coalition Benno Bokk Yakaar, un parlementaire a pris la parole pour déplorer le manque de respect de certains ministres à leur endroit.

Ce à quoi Macky Sall a répondu : « ce n’est pas normal, mais si les ministres vous manquent de respect, attendez-les à l’Assemblée nationale. Certains ministres, dès qu’ils savent qu’ils doivent se rendre à l’Assemblée nationale, passent tout leur temps chez les marabouts. Ils passent toute la journée à prendre des bains mystiques et à porter des gris-gris. Il faut les attendre là-bas ».







Les Echos



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2XpCjDA
via gqrds