Les Nouvelles

A la une

Politique

Culture

Sante

Sport

Advertise Space

Culture

Politique

Faits Divers

Latest News

mercredi 18 juillet 2018

Oumou Sow: « pourquoi j’ai tourné le dos à Karim Wade… »
On l’a connu danseuse, styliste, puis chanteuse. Elle vient d’ajouter une autre corde à son arc, celle de politicienne. Oumou Sow, en véritable amazone, qui n’a jamais caché ses ambitions de devenir un leader dans son domaine, s’est donc alliée au camp présidentiel, pour s’en donner les moyens.

Dès lors, elle a décidé de militer aux côtés de Cheikh Ahmed Tidiane Ba, le directeur des Impôts et Domaines, grâce à qui elle a attrapé le virus de la politique, lit-on dans les colonnes de l’Observateur. Sur la question de son compagnonnage avec Karim Wade tant chanté par l’interprète de « Fly to fly » toujours selon le journal du groupe Futurs Medias, elle soutient que cette situation s’est opérée grâce à une campagne électorale.

« J’étais pour son père Abdoulaye Wade et j’ai été payée pour animer une caravane. Donc, je peux dire que j’ai vendu mon image pour la réélection der Wade. En ce temps, ironie du sort, c’est Macky Sall qui avait le budget de la campagne. Très souvent, je me retrouvais avec Karim Wade sur le terrain, à vanter les mérites de son père.

Très vite, certains y ont vu un lien très étroit et ont commencé à me prêter une relation particulière avec lui. Alors qu’il n’en était rien. Mais à part le fait d’avoir battu campagne à ces côtés pour son père, nos rapports n’ont jamais évolué. Depuis qu’il est installé au Qatar, il n’a pas non plus donné signe de vie. Il n’a fait aucun acte pour rassurer ses militants. J’ai vu mieux en la personne de Cheikh Ba, et me suis rangée à ses côtés
», explique la danseuse.

 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2L6zXrc
via gqrds
Me Wade menace de faire brûler les listes électorales si…
L’ancien Président Abdoulaye Wade met en garde son prédécesseur Macky Sall sur l’invalidation des candidatures de son fils Karim Wade et de Khalifa Sall. Il déclare qu’il n’y aura pas d’élection au Sénégal si ces deux derniers ne font pas partie de la compétition. « Le Pds va appeler la Jeunesse à se rendre au ministère de l’Intérieur et dans les gouvernances pour s’emparer et brûler les listes électorales ne comportant pas les noms de ces deux candidats», menace-t-il dans un entretien avec Zik Fm, repris par « Vox Populi ».

Le Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds) compte proposer à l’opposition de poursuivre les marches entamées le 13 juillet dernier si Macky Sall persiste à maintenir sa décision « d’enlever des listes électorales les candidats Karim Wade et Khalifa Sall ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2uIp7wE
via gqrds
Libération de Khalifa Sall : Samuel Sarr écrit une lettre aux Chefs d’Etat membres de la CEDEAO
Monsieur Samuel Ahmet SARR, Ancien Ministre d’Etat, Candidat à la présidentielle DAKAR/SENEGAL

Objet : Appel au respect de la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO et à la libération de Khalifa SALL, Maire de Dakar Aux Chefs d’Etat membres de la CEDEAO

 Excellences, Mon pays le Sénégal traverse des moments politiques inquiétants et chargés d'incertitudes. Le Chef de l’Etat, Monsieur Macky SALL cherche aujourd'hui, par tous les moyens, à empêcher certains opposants à se présenter à la prochaine Présidentielle.
 
Une telle situation dérange la quiétude de tous les patriotes et de tout homme épris de paix et de justice. Son dernier forfait consiste à défier l’institution judiciaire communautaire la Cour de Justice de la CEDEAO, qui a souligné, avec force, les violations flagrantes et incontestables de la procédure qui a conduit à l’arrestation du Maire de Dakar, Monsieur Khalifa SALL.
 
Excellences, c’est au nom du principe de la reddition des comptes que le Maire de Dakar a été arrêté. Mais aussi peut-on croire à la volonté du Gouvernement sénégalais à vouloir combattre la corruption lorsqu’on sait que plusieurs rapports de l’Inspection Générale d’Etat (IGE), de la Cour des Comptes, de l’Office National de Lutte contre la Corruption (Ofnac), de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) ont épinglé des proches du président Macky Sall, qui n'ont jamais été, jusqu'ici, inquiétés par la Justice. Le président Macky SALL s'est instauré une justice à sens unique, qui n’ouvre ses yeux que lorsqu’il s’agit de combattre des opposants à son régime.
 
Nous attendons de la justice sénégalaise qu’elle éclaire le Peuple sur des dossiers comme PETROTIM, BICTOGO, ILA TOUBA, PRODAC, la gestion du Port de Dakar, la gestion des licences de pêche, de recherches pétrolières etc. C'est là, une demande sociale très forte dont je me fais l'écho. Nous saluons la position courageuse prise par le Procureur Général de Cour d'Appel, Monsieur Lassana DIABY, qui a estimé que la Justice sénégalaise a l'obligation de se conformer à la décision de la Cour de Justice, même si sous la pression, il semble vouloir changer d’avis. 
 
POUR L'AVENIR Il ne s'agit là, en vérité, que d'une simple exigence pour tout Etat membre de respecter ses engagements internationaux dans le cadre d’un Traité auquel il a adhéré. Il n'est point question d'une quelconque pression exercée sur le Sénégal, comme le pense le Président ou certains de ses proches. Le Sénégal est un Etat partie du traité instituant la Cour de Justice de la CEDEAO.
 
Il est par conséquent astreint à respecter ses décisions. On se le rappelle, lorsque la Cour de Justice de la CEDEAO avait clairement condamné l’Etat du Sénégal pour avoir interdit à vingt-cinq (25) personnalités de l’ancien régime de sortir du territoire national, le Président Macky SALL avait fait preuve de la même surdité. J'invite solennellement, par pure prémonition, l'ensemble des Etats membres de la CEDEAO à prêter une attention particulière à la situation exceptionnelle, à la limite, séditieuse, faite d'entorses et de distorsions au droit de toutes sortes, qui prévaut en ce moment au Sénégal, qui pourraient entraîner une situation désastreuse.
 
Excellences, Je vous invite très respectueusement à examiner la situation sécuritaire du Sénégal au vu des menaces environnantes et à procéder à toutes les diligences nécessaires pour une libération immédiate et sans condition du Maire de Dakar, conformément à la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO. Il ne faudra pas attendre que le feu jaillisse pour tenter de l'éteindre. Ce serait trop tard. Comme vous l’aviez fait en Gambie et au Burkina Faso, ramenez le Président Macky SALL à la raison, le Peuple sénégalais vous en serait très reconnaissant. Je vous prie de croire, Excellences Messieurs les Chefs d'Etat, à l'assurance de ma plus haute et distinguée considération.

Dakar, le 14 Juillet 2018 AGIR ENSEMBLE AUTREMENT




 
Samuel Ahmet SARR



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2mpg1RN
via gqrds

Médiathèques

Ads Place 970 X 90

Internationales

Publipostage

Le top de la semaine