avril 2018
Le président Jorge Carlos De Almeida Fonseca, a été accueilli en grande pompe à Thiès, ville qui compte une forte présence de Sénégalais d’origine cap-verdienne. Il a encore magnifié les bonnes relations entre Dakar et Praia. Le président du Cabo-Verde, Jorge Carlos De Almeida Fonseca, a rendu visite au troisième jour de sa visite officielle au Sénégal, à la communauté des Sénégalais d’origine cap-verdienne basée à Thiès, depuis des générations. Il y a été accueilli, avec son ministre des Affaires étrangères, à la maison du Cabo-Verde, octroyée par la municipalité, depuis 2003, par le gouverneur de la région Amadou Sy, le préfet, et le maire Talla Sylla. Le président Fonseca a, une fois de plus, magnifié les relations étroites entre Dakar et Praia. « Le Sénégal est le pays le plus proche de nous. C’est un pays voisin et ami. Un pays vraiment ami. Il ne s’agit pas d’un discours protocolaire. Parce que d’usage quand un président visite un pays quel qu’il soit, il dit toujours qu’il y a des relations d’amitié, de bonne collaboration, etc. Il s’agit là simplement de discours diplomatique protocolaire. Mais j’ai lu, hier, un post d’un Cap-verdien sur Facebook qui disait que s’il y a un pays ami du Cabo-Verde, c’est vraiment le Sénégal. Il a raison», a déclaré le chef de l’Etat du Cabo-Verbe. Revenant sur sa visite au Sénégal, il dit avoir «des entretiens très amicaux et fraternels avec le président Macky Sall». Il a rappelé avoir parlé avec son homologue des relations bilatérales entre le Sénégal et le Cabo-Verde : des relations politiques, de coopération, etc. «Nous avons signé quatre accords avant-hier, dans les domaines de la santé, de la justice, de la promotion de l’investissement et de la communication sociale. Nous avons aussi parlé de la présence des Sénégalais à Cabo-Verde et des Cap-verdiens au Sénégal. Nous avons aussi abordé notre collaboration au sein de la Cedeao mais aussi du transport aérien et maritime entre les deux pays. Le Président Macky Sall m’a donné une bonne nouvelle. Au-delà des vols qui existent, aujourd’hui, entre Dakar et Praia, la compagnie Air Sénégal SA va lancer de nouveaux vols entre les deux pays en sorte qu’au moins, on aura un vol par jour entre le Sénégal et le Cabo-Verde. Il y a de bonnes perspectives de collaboration», a soutenu le Président Fonseca. Talla Sylla, maire de la ville, a rassuré ses hôtes du jour sur le comportement exemplaire noté chez leurs fils qui vivent à Thiès. «Jamais un problème de sécurité ne s’est posé venant d’eux. En plus, les Sénégalais d’origine cap-verdienne sont bien intégrés ici. On parle ainsi pour distinguer leur culture qui vient enrichir la nôtre, sinon ils sont considérés comme des Sénégalais à part entière». Emmanuel Fortez, qui est ancien cadre des Impôts et Domaines, président de l’Association des Sénégalais d’origine cap-verdienne,a témoigné de la bonne intégration des Cap-verdiens au Sénégal. «Les Cap-verdiens n’ont jamais subi quelle que discrimination que ce soit au Sénégal. Ils sont connus comme des travailleurs et des gens sérieux», fait-il entendre
Âgé de 15 ans à peine, l'un des coupeurs de sexe a été arrêté par les éléments du commissariat de Yeumbeul. Cette arrestation a eu lieu la nuit du Samedi 28 au Dimanche 29 avril. En confrontation avec les deux enfants, à l’hôpital général de grand yoff, les enfants ont reconnu l'un de leurs bourreaux, puisqu'il n'était pas seul au moments des douloureux faits.
Le PSG n'a pas pu sortir la tête de l'eau en première période au parc des princes ce dimanche devant son adversaire du jour Guingamp. Résultat à la fin du match (2-2). Quant à la Barça, elle régne une fois de plus sur la liga et devient champion après sa victoire sur la Corogne par 4 buts à 2.
L'Etat accède à la requête des enseignants du G6 qui décident de suspendre leur mot d'ordre de grève. Le chef de l'état, comme vous l'annonçait Thiesactu a décidé d'augmenter l'indemnité de logement des enseignants. La première dame aurait joué un rôle déterminant dans ce processus qui n'avait que trop duré dans la douleur. Le Président Macky Sall a décidé d’une revalorisation assez "significative" de l’indemnité de logement allouée aux enseignants, soit 15.000 FCFA à compter d’octobre, 10.000 FCFA à partir de janvier 2019 et 15.000 FCFA un an plus tard, a appris Thiesactu, dans un communiqué du gouvernement. "Ces mesures exceptionnelles en faveur des enseignants portent l’indemnité de logement de 60.000 FCFA actuellement à 100.000 FCFA par mois et par enseignant", note la source. C'est une décision du chef de l'Etat qui survient après l’audience qu’il avait accordée ce vendredi 27 avril 2018 aux syndicats d'enseignants membres du G6. Le ministre-porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye rapporte que "Les syndicats d’enseignants ont exprimé au chef de l’Etat, après l’avoir remercié pour les mesures qu’il a déjà prises en faveur du secteur de l’éducation, leur disponibilité à répondre favorablement à son appel". Il ajoute que "le président de la République a pris acte de cette décision et a indiqué qu’il appartient désormais au gouvernement et aux partenaires sociaux du secteur de l’Education et de la Formation de travailler au retour effectif d’un climat social apaisé, condition sine qua none d’une école de l’équité et de la réussite, une école viable, stable et pacifiée". Au demeurant, et toujours selon le communiqué, "parce qu’il considère l’enseignant comme l’élément clé de la qualité de l’éducation, le chef de l’Etat a instruit le gouvernement de procéder à l’inscription progressive des ressources budgétaires nécessaires à la résorption des sommes dues aux enseignants depuis plus d’une décennie et qui sont relatives aux évolutions de leur carrière". Pour terminer, le Président Macky SALL a instruit le Premier ministre de convoquer, une réunion en vue de procéder à la signature d’un protocole dont le suivi de l’exécution, à bonne date, entre le gouvernement et les partenaires sociaux.
Gouy gui revient en force dans l'arène. Il avait été presque exclu, le revoilà tout en pleur après sa victoire sur son adversaire du jour, Siteu qui ne se remet pas de sa surprise après s'être retrouvé derrière les sacs.
C'est hier samedi, à dakar, que le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall s'est prononcé face au Premier président de la Cour d’appel de Thiès, Henri Grégoire Diop, qui plaidait pour plus de personnels et de moyens financiers, matériels et logistiques au niveau des juridictions. Le ministre engage les services de son département à "poursuivre et maintenir" les efforts déjà faits de recrutement et de renforcement des moyens des juridictions. C'était en marge de la conférence annuelle des chefs de juridiction qu'il magnifie et qualifie de belle tradition dans la grande famille de la justice, et exprime que cette conférence "offre un cadre idéal d’échange aux chefs de juridiction pour réfléchir sur les défis qui interpellent le service public de la justice, dans le strict respect de l’indépendance des magistrats du siège". Le thème de cette année est : "Les nullités de procédure en matière criminelle" découle "d’orientations aux couleurs de notre nouvelle politique pénale" qui rassure de la "volonté de lutter contre la surpopulation carcérale et les longues détentions avant jugement, mais aussi c’est un souci de célérité et de simplification de la procédure en matière criminelle". A noter que les magistrats instructeurs ont été pour la première fois conviés à cette conférence des chefs de juridictions. Le ministre nourrit un grand espoir en faisant noter qu’"à l’analyse de l’approche méthodologique, il est donné de comprendre que cette conférence contribuera au renforcement des capacités des magistrats appelés à connaître des procédures criminelles afin de prévenir les nullités".
C'est en des termes très acerbes que le leader du Grand Parti, Malick GACKOU s'est adressé à ses militants jeudi dernier au siège de son parti. Il incite les militants à plus d'engagement et leurs demandent de refuser les sacs de riz et les billets d'argent contre des signatures pour le parrainage. C'est un GACKOU dépité qui s'est prononcé sur la situation actuelle du pays, évoquant les événements regrettables qui ont conduit à des blessures graves à des élèves de Thiès. Il a tiré à boulets rouge sur le régime en place, et indique que tous les signaux sont au rouge dans ce pays, en martelant avec fermeté l'échec du PSE qu'il considère comme un plan qui est vide de sens. Un homme politique très averti, Malick GACKOU sait toujours être à la bonne place au bon moment, surtout quand il s'agit d'alternance. En effet, il a participé à faire partir DIOUF et WADE, Macky SALL ne perd alors rien pour attendre et devrait véritable le craindre. Il risque d'être la surprise de 2019...
Quatre (4) syndicats d'enseignants sont en train d'examiner la toute dernière proposition du Chef de l'Etat le Président Macky SALL. Ce dernier propose une augmentation qui fera passer le montant actuel de 85.000 FCFA à 100.000 FCFA en 2020, informe la RFM. Le montant de 85.000 FCFA était la dernière proposition faite le 30 mars 2018.
L’alliance des syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale du Sénégal (ASAS/And Guesseum) a décliné son deuxième plan d’action qui prévoit 72 heures de grève à partir du 2 mai prochain a rappelé, samedi à Diourbel, son secrétaire général national, Mballo Dia Thiam. "Avant-hier [jeudi] seulement, nous avons décliné notre deuxième plan d’action dans lequel une grève de 72 heures a été déclenchée et débutera le 2 mai sur l’étendue du territoire national avec le respect des urgences et du service minimum", a-t-il dit. M. Thiam s’exprimait à l’occasion d’une tournée nationale d’information et de mobilisation au centre hospitalier régional de Diourbel, Heinrich Lübké l’initiative du département des jeunes de la coalition "And Gueusseum". Selon lui, "auparavant, le 30 avril, nous allons débuter ce que l’on appelle la rétention des informations sanitaires et sociales". La coalition qui prévoit de faire une évaluation, le samedi 5 mai reste toujours à l’écoute du gouvernement pour la matérialisation des "accords résiduels de 2014" a-t-il dit. Mballo Dia Thiam a rappelé que la plateforme revendicative tourne autour du paiement intégral des arriérés de salaires des contractuels du plan Kobra et du plan Jica, du versement de la première phase de la motivation nationale et du parachèvement des actes qui doivent consacrer le statut aux personnels des collectivités locales. Le plan d’action a été décliné aussi pour l’ouverture de "négociations sérieuses" sur le régime indemnitaire a indiqué M. Thiam. Qui regrette le fait que "sur cette question, le gouvernement a procédé à un règlement discriminatoire avec octroyant une indemnité à une catégorie et en oubliant les autres catégories".
Le professeur Daouda Ndiaye, chef du service de parasitologie-mycologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, concepteur du test "Illumigène Malaria", a recu le "Prix spécial Jambaar" qui a été décerné par le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). aludisme".L'outil qu'il a conçu permet le diagnostic rapide et fiable du paludisme qu’on dit très sensible et qui permet de bien traquer les parasites, mais aussi la détection des parasitémies afin d'apporter un soutien dans la prise en charge du paludisme.
Macky SALL respecte t-il les Sénégalais qui avaient fait le choix de faire partir WADE mais surtout les proches de WADE jugés à l'époque par les Sénégalais comme des personnes qui avaient excellé dans l'art de mal gouverner. Mal gouverner et c'est le dernier chef du gouvernement de WADE qui vient d'être promu par le Président Macky SALL qui avait sollicité les Sénégalais pour les renvoyer dehors. Un à un, depuis Innocence Ntap NDIAYE , Awa NDIAYE jusqu' à Sada NDIAYE qui avait fait voté la loi qui a éjecté Macky SALL de l'Aseemblée en 2008, il les fait revenir ou à défait en faire des chevaux de troie pour détruire l'opposition. Pendant ce temps ses partisans d'hier qui l'avaient accompagné dans la dignité rasent les murs devant les populations auprès de qui ils sollicitaient l'élection de Macky SALL et devant qui ils sont incapables de régler le moindre problème a u quotidien. Est ce trop jeter de l'huile sur le feu quand on apprend des rumeurs qui destinent Abdoulaye Baldé Ministre sous Wade à la tête du Conseil économique Social et Environnemental en remplacement de Aminata TALL. Pendant ce temps les compétences comme Aminata TOURE se suffiront des grains difficiles à moudre comme remobiliser des troupes sclérosées et tétanisées par les attitudes du seul patron à l'APR sans numéro 2. C'est peut être ce que Moustapha CISSE LO a compris tôt pour se décharger de toutes ses responsabilités politiques. Que dire du patron des cadres ancien ministre de l'énergie Thierno Allasane SALL, qui n'a pas hésité à claquer la porte quand bien même un dossier politique ne l'avait pas opposé à Macky SALL. On comprend que le premier ministre arrivé après tout le monde ne connait pas mieux l'APR que le PDS, et comme il bénéficie un tant soit peu de la confiance politique de Macky SALL, il n'est pas surprenant que la pêche soit mieux agréable dans le WADE que dans le Macky.
SI c'était au PMU j'allais forcément parier SONKO à la prochaine course présidentielle dit quelqu'un. Combattu et renvoyé par le régime en place au Sénégal, il revient en force élu à l'Assemblée nationale du Sénégal. Ousmane SONKO semble avoir une trajectoire bien écrite, parti de rien il devient un haut cadre de l’administration sénégalaise aux impôts et domaines comme inspecteur. Il devient le premier responsable syndical de ce corps malgré les grincements de dents de la hiérarchie. Depuis qu'il est dans l'opposition et surtout depuis qu'il est élu député c'est l'une des figures les plus marquantes de cette opposition du Sénégal. Son discours est toujours en phase avec la préoccupation au quotidien des citoyens Sénégalais.
REGARDEZ... L'APR est le parti au pouvoir au Sénégal depuis 2012. La mandat actuel du Président va jusqu'en 2019. Peut-être qu'il faut ajouter sur le logo de l'APR, Police après Travail-Solidarité et Dignité? Quand on ne plus faire la différence entre le parti et la police, pourrait on faire la différence entre le parti et les organisateurs des élections?
C'est le ministre des forces armées qui, au nom du Président Macky SALL a remis 2 millions à chaque élève blessé lors des affrontements de cette semaine à Thiès entre forces de l'ordre et élèves.
Sa thiès et Boy Niang face à la presse aujourd'hui, samedi 28 avril, ce sera sur la RTS et dans les locaux de la chaîne leader. On se rappelle que le fils de De Gaulle avait pris le dessus sur le fils de Double Less après un affrontement à retenir le souffle chez tous les amateurs de lutte. Leur face à face de ce soir, sera une belle occasion pour les deux grands espoirs de la lutte sénégalaise de révéler des perspectives alléchantes pour les amateurs impatient de les écouter. ce sera aussi l'occasion pour Sa thiès de se prononcer sur le bruit qui court sur ses éventuesl prochains adversaires Papa SOW ou Reug Reug, contrairement à Boy Niang qui n'a pas encore de prétendant pour un prochain combat.
Si quelques jours après la fin de la grève de faim observée par les détenus de Thiès, les pensionnaires actuels à la maison d'arrêt du camp pénal de liberté 6 embouchent la même trompette en observant eux aussi une grève de la faim, et surtout pour des motifs semblables, thiesactu se pose la question de savoir s'il faut Plus de Prisons ou Moins de Personnes Sous écrou ? Dans notre pays, le Sénégal, l’aménagement de peine est très peu connu du commun des citoyens de tout le jargon de l’administration pénitentiaire qui est utilisé. S’il est appliqué dans notre pays, il ne représenterait pas plus d’1% des personnes mises sous écrou. Les personnes détenues représentant par conséquent 99% de la totalité des personnes mises sous écrou. Comment alors dans ce cas ne pas avoir une surpopulation carcérale ? Au demeurant, il n’existe pas d’études qui permettent d’avoir une idée du nombre de places opérationnelles dans chaque prison et en fonction des lieux ? Le terme opérationnel ne signifie pas places disponibles donc englobe un certain de nombre d’autres facteurs à étudier. Cessons d’avoir des approches simplistes dans la recherche de problèmes quoique dans leurs résolutions il est préférable d’avoir l’approche inverse de simplicité. L’administration pénitentiaire est aujourd’hui confrontée à une application effective du code de procédure pénale qui prévoit un encellulement manifestement humain, les conséquences se traduisent par des conditions de détention indignes, ponctuées par la promiscuité, l’insalubrité, la violence, mais aussi assez souvent par l’impossibilité par les personnes détenues, de bénéficier d’un bon encadrement pour une réinsertion souhaitable dans la société, mission fondamentale de l’administration pénitentiaire. Sans cette fonction d’encadrement les risques de récidive seront toujours élevés. La réinsertion des personnes condamnées passera forcément par les aménagements de peine qui évitent les durées très longues de détention qui exposent les détenus à la récidive. En 2003, un trés jeune cadre thiessois en charge la modernisation du tribunal le plus important du Sénégal, avait pu démontrer à l’administration judicaire des failles de notre administration des collectivités locales en général qui faisaient que les récidivistes passaient sous les mailles de l’administration judiciaire. Cette modernisation est indispensable, vitale même pour l’Administration avec grand « A », mais échouera tant que chaque administration se croira autonome. Un bref parcours du code pénal suffit de se convaincre que la prison reste la sanction de référence pour la grande majorité des délits. Afin de remédier à cette incohérence, il conviendrait que l’administration judiciaire réserve l’emprisonnement aux délits les plus graves (notamment aux comportements les plus violents) et de prévoir, pour les infractions ne justifiant pas une détention, des peines d’amende, de travail d’intérêt général, de sursis avec mise à l’épreuve, etc. Peut-être même faudrait-il regrouper ces sanctions au sein d’une peine de probation, qui deviendrait la référence en matière délictuelle, en laissant au juge le soin d’en déterminer le contenu au regard de la personnalité de l’auteur des faits et des circonstances de l’infraction. Il faudra donc des peines alternatives (je n’ai pas le temps de développer la surveillance électronique, à explorer) et une forte requalification de plusieurs délits en contravention, le transfert de certains contentieux vers d’autres juridictions, voire la dépénalisation de certains comportements, certes très gênants mais qui ne devraient pas relever de la justice pénale parce que ne calquent pas notre société mais simplement copiés de façon mécanique ailleurs. La première solution pourrait être utilement appliquée aux contentieux routiers, à l’utilisation illégale de stupéfiants en faisant jouer des rôles importants à l’administration des transports (annulation de permis à vie) et à l’administration de la santé. Cela laisserait plus de temps au juge de se consacrer aux dossiers les plus sérieux du fait du désormais désengorgement du tribunal correctionnel. L’administration judiciaire et l’administration pénitentiaire géreront ainsi plus des individualités que des flux d’hommes et de femmes. Elles deviendront l’image que tout sénégalais souhaite. Et du tribunal du commerce ! Grande niche d’assiette fiscale (j’y reviens de suite), il faudrait que les contentieux souvent ramenés en correctionnel puissent être gérés à ce niveau, que les sanctions soient plus traduites en amende, amende jours etc. Le casier judiciaire est-il fiable, les données historiques des personnes morales et physiques en nantissement en créances en bail…. peuvent-elles être vérifiées par le tribunal de commerce ? Si la réponse est non, cela veut dire que les capacités d’absorption d’investissements sont réduites. Un organe multisectoriel puissant devra être développé et érigé en structure entre le ministère du commerce, le ministère de la justice et le ministère en charge des finances afin de capter efficacement les recettes qui ne sont jusque-là que peu recouvrées et mal recouvrées. Il faudra au préalable un grand travail de ces différentes administrations et du député de la majorité qui croit que son rôle est réduit à défendre le pouvoir à la quête d’autres cumuls de fonctions alors que la première n’est pas assurée et des autres de l’opposition qui se forgent à s’opposer. Un député smart n’est pas celui qui possède un smartphone mais qui refuse une assemblée statique et démodée avec les mêmes pratiques opérées sous DIA et Senghor. Copyright 2018 – Thiesactu.com - Dioni
Dévourte macabre, ce vendredi 27 avril 2018 au cimetière Madoki de Thiès. Une jambe sur une tombe a été retrouvée dans un sachet. Mystère et boule de gomme, en attendant que les enquêtes de la police, actuellement sur place, rassurent une foule de populations venues nombreuses, et encore sous le choc.
Après avoir signé 4 protocoles avec son homologue Sénégalais, le Président Macky SALL, Jorge FONSECA Président de la République du Capt-Vert en visite au sénégal depuis quelques jours, se rendra à Thiès. Que peut-on attendre de cette visite? A suivre
En attendant la phase retour pour une confirmation, nous pouvons considérer que l'Olympique de Marseille disputera la finale de la Ligue Europa. Elle a disposé de SalzBurg ce jeudi 26 avril par 2 buts à 0.
Ce jeudi, Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, a annoncé, à Dakar, le lancement en juillet du processus de remplacement de tous les titres de transport actuels (les cartes grises, les autorisations de transports, les plaques d’immatriculation et les permis de conduire). "En juillet, le président de la République inaugurera le site central et va ainsi lancer le processus de remplacement des titres de transport actuels", a-t-il dit au moment où il est venu présenter les spécimens de ces titres numérisés au Premier ministre. Abdoulaye Daouda Diallo a affirmé que les sites régionaux seront progressivement ouverts avec un dernier délai fixé au mois de novembre. Il a assuré que toutes les mesures ont été prises pour que les usagers aient un accès facile aux informations, notamment aux procédures d’enrôlement ainsi qu’aux démarches administratives à suivre. Une grande nouveauté est notée c'est l'intégration du groupe sanguin qui sera visible, afin de permettre, en cas d’accident, une prise en charge médicale adéquate dans les meilleurs délais. Ce projet dénommé CAPP Karangë permettra également aux usagers d'obtenir leur permis à 10.000 FCFA au lieu de 20.000 FCFA. "Quant aux plaques d’immatriculation, il sera facile de savoir qui est à jour puisque toutes les couleurs ont été changées sur la série normale", souligne le ministre. Le Premier ministre a déploré encore une fois le fait que les accidents soient "un véritable fléau" de la route et constituent "un facteur de contreperformance".
Le dernier jour de la foire de promotion de l’agrobiologie, ouverte depuis samedi à la promenade des Thiessois, a noté des producteurs maraîchers et autres acteurs agricoles heureux d'avoir achevé une formation aux principes de l’agriculture écologique biologique. Pour rappel, ce domaine de l'agriculture est une pratique culturale qui n’utilise aucun produit chimique et participe à l'amélioration de la santé des populations. Les initiateurs de cette foire sont les membres de Fédération nationale pour l’agriculture biologique au Sénégal (FENAB).
Au départ de Thiès, ce matin 26 avril 2018, 65 coureurs étaient en compétition. L’Allemand Jan-Niklas Jünger est la surprise pour cette cinquième manche en destination de Ndagane (Nguéniene),quoique l'Alégrien Youcef Reguigui garde le maillot jaune, et pour la première fois ce dernier ne parvient pas à s'imposer.
Limogé par le Conseil d'administration le 17 avril, l’ex-directeur de la de la , Omar Diop, devra se trouver un point de chute, mais surtout, probablement, de bons avocats. Locafrique, un des actionnaires de l’entreprise avec 34%, a lancé deux actions judiciaires contre lui et ses «complices». Objectif : Deux actions judiciares ontb été lancées par LOCAFRIQUE, actionnaire à près de 35% de la Société africaine de raffinage (Sar). Ces actions visent à faire toute la lumière sur le marché de huit cargaisons de brut attribué à Oryx pour quatre cent milliards de francs Cfa. nos sources renseignent que la première procédure se déroule à Londres et comporterait deux cadres : 1- Locafrique a engagé un cabinet d’avocats «de renommée internationale» basé dans la capitale britannique pour obtenir l’annulation du contrat controversé. 2- Locafrique va déposer une plainte pour corruption. La même source renseigne que concomitamment à ces deux actions déroulées à Londres, un cabinet d'avocat serait sur un coup à Dakar, pour une plainte contre l’ex-directeur de la Sar, Omar Diop, élargie à X, histoire de «traquer toute autre personne impliquée dans le braquage financier et la gestion chaotique de la Sar». Les chefs visés : «abus de biens sociaux, corruption et autres malversations financières».
Face à la presse ce Mercredi 25 avril 2018, Le Secrétaire Exécutif du Conseil National de Sécurité Alimentaire porte à l'attention de l'assistance rassure mais joue l'alerte. Il n'y a pas d'insécurité alimentaire généralisée, mais il pointe du doigt le mal qui risque de toucher près d'un million d'individus dans 6 départements du pays (Matam, Kanel, Podor et Ranérou au Nord, Goudiry et Tamba au Sud). Ecoutez le....
Kiné DAFF, âgée de 30 ans est introuvable depuis plus d'une semaine, quand elle a quitté Mboro pour se rendre à Dakar déposer un dossier au COUD. Une personne anonyme répond sur son téléphone et dit l'avoir ramassé. Énigme autour d'une disparition, en attendant, mille et une questions sans réponse qui poussent à davantage de vigilance.
Amady Touré, élève en classe de terminale à Thiès est handicapé à vie, il a perdu un oeil après avoir été touché par un projectile. Les forces de l'ordre ont lancé des projectiles qui l'ont touchés et ont touchés également Ousmane MBAYE èlève en classe de seconde qui lui ne faisait pas partie des manifestants, a été touché au visage. Son nez a été arraché, il est en salle d'urgence à l’hôpital régional de Thiès où le personnel observe présentement 48 heures de grève.
Dans un communiqué du ministère des Transports aériens et du Développement des Infrastructures aéroportuaires, parvenu à la rédaction de PressAfrik il est écrit : "Monsieur Souleymane Ndéné NDIAYE, ancien Premier Ministre, coopté comme Administrateur de la société Air Sénégal S.A. sur proposition du Gouvernement, a été désigné Président du Conseil d’Administration (PCA) lors de la réunion du Conseil tenu aujourd’hui". Aliou SALL avait décliné ce poste que son frère lui aurait proposé....
Nous venons d'apprendre le décès de Habib FAYE, ce matin mercredi 25 avril 2018 à Paris. Il était assiste, claviériste, guitariste, arrangeur et compositeur, et un vieux compagnon de Youssour NDOUR. QUe DIEU l'Accuille dans son Paradis
"Tout est rentré dans l’ordre. La grève est terminée", a assuré le ministre de la justice en marge de l’ouverture, à Dakar, d’une réunion de "validation" d’un module de formation sur le terrorisme. Selon le garde des Sceaux, les détenus réclamaient "de meilleures conditions de détention". Ismaïla Madior Fall affirme par ailleurs que la maison d’arrêt et de correction de Thiès fait partie de celles où les détenus vivent le mieux au Sénégal. "Cette prison respecte le ratio en termes de plafond budgétaire par prisonnier et accueille moins de détenus que les autres", a-t-il ajouté. L’administration pénitentiaire a déroulé "une opération de fouille et de nettoiement" des prisons, selon le ministre de la Justice. Le président de l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus a dénoncé "le non-respect des droits des prisonniers" au Sénégal. Ibrahima Sall a dit, mardi, sur la Radio futurs médias (privée), que les détenus "subissent un traitement inhumain tous les jours".
Vincent BOLLORE est placé ce mardi 24 Avril 2018 en garde à vue. Pour les magistrats, certains cadres de Bolloré auraient utilisé le département communication du groupe afin de faciliter l’accession au pouvoir de leaders africains en procédant à des sous facturations. Et en retour, de bénéficier de concessions de terminaux conteneurs très juteux. A nanterre, en france où il est retenu pour information judiciare, le géant breton Selon les informations du Monde, ouverte précisément pour « corruption d’agents publics étrangers » et relatifs aux termes d’obtention en 2010 de 2 des 16 terminaux à conteneurs en Afrique le premier à Lomé, au Togo, et le second à Conakry, en Guinée.