Les Nouvelles

vendredi 8 juin 2018

De Golbert à Macky... Les oublieux de l'Histoire ! ( par Papa Makhtar DIALLO)

De Golbert à Macky... Les oublieux de l'Histoire ! ( par Papa Makhtar DIALLO)
Ces derniers jours ont été assez révélateurs du mal profond qui traverse la société sénégalaise. Ce mal qui nous habite, c’est le complexe d'infériorité de la part de nos autorités et certaines célébrités. De Golbert Diagne à Macky Sall, en passant par Me Augustin Senghor, nous avons tout lu, tout vu et tout entendu : l'heure est venue pour nous, de se faire entendre. Mais aussi et surtout, de condamner avec la dernière énergie, les propos et actions de ces trois messieurs susnommés.

Commençons par le plus récent. Dans une interview accordée à BBC Afrique sur la question des symboles de la colonisation, Monsieur Golbert Diagne a sorti des propos suffisamment graves pour susciter notre vive indignation. Il dit, en parlant de Faidherbe, « c'est quelqu'un qui a beaucoup fait pour le Sénégal et particulièrement pour la ville de Saint Louis...». Il ajoute à cela, qu’«...en hommage à sa personne et à ses œuvres, je trouve que c'est très normal que cette statue soit implantée ici...». Et à ceux qui s'offusqueraient d’une telle déclaration, il leur répond ceci : « Ce sont les opinions d'hommes de la dernière heure qui viennent de naître ; ils n'ont pas vécu l'histoire réelle... On ne tronque pas les œuvres positives d’un homme... Faidherbe, c'est lui qui a réalisé le Pont Faidherbe et à construit des écoles et lycées...».Effectivement, ceux qui s'opposent à ce discours peuvent être de la dernière heure, mais ici, force est de constater qu'on peut être de la "première heure" et être lâche, ou de la "dernière heure" et rester intègre.

Sur ces propos proprement dite, en plus d'être réducteurs ils sont mensongers.Réduire la colonisation à une affaire de nationalité française et d'infrastructures, est juste symptomatique d'un homme qui a perdu son dignité et son courage.

Il nous parle d'infrastructures : même le dernier des c... sait que la première raison d'une colonisation, est économique. Les colonisateurs ont emporté les richesses sénégalaises, et c'est avec l'argent des Sénégalais que les infrastructures ont été réalisées ; de même, au début, la plupart des infrastructures servaient les colons et non pas les Sénégalais. Ceci étant dit,nous ne devons rien aux colonisateurs, c'est eux qui nous doivent plutôt beaucoup de choses.

De même, ce Faidherbe qu'il célèbre du haut de sa "grandeur de témoin de l'histoire", oui l'homme de la "première heure ", a, selon des historiens, "brûlé des villages entiers, au Waalo et au Cayor (royaumes précoloniaux au Sénégal)".

Effectivement, les historiens s'accordent à dire ceci : Faidherbe et les Français ont massacrs des Sénégalais, ont réduit en cendres des villages et ont savamment entretenu la famine dans les «zones rebelles», pour affamer ceux qui refusaient de collaborer avec eux. Et tout cela, bien sûr, est vite tombé aux oubliettes dans ce qu’il en a voulu retenir...

Il est assez regrettable de constater que sa promenade mémorielle est sélective, partielle et partiale, il a sciemment omis de nous parler des pages sombres de la colonisation et a essayé de nous faire le coup du bon colon, en minorant les dégâts. Alors, en tant que petit-fils d'un tirailleur, né de la dernière heure, je réfute les arguments mensongers selon lesquels Faidherbe a beaucoup fait pour le Sénégal. Il est ni plus ni moins qu'un esclavagiste, un colonisateur, avec des mains tachées de sang.

Et c'est par des gens comme vous que la France est passé pour coloniser le Sénégal ; et c'est par des gens comme vous que la France repasse actuellement pour dominer l'économie nationale. Dans cette même dynamique de montrer ô combien ils sont serviteurs des toubabs, un autre s'est encore illustré de fort belle manière, en baptisant une place à Gorée, la place de l'Europe. Il s'agit de Me Augustin SENGHOR l'actuel maire de Gorée ! Vous imaginez un instant en France, on baptise une place la place des nazis ?

Nous avons réellement un problème avec nos hommes célèbres. Ils ont tous un complexe d'infériorité et des comportements déviants qui les rendent très complexés vis-à-vis de l'homme blanc. Ainsi, notre rapport à la France devient de plus en plus un rapport de subalterne, entre un patron et son sujet. Et sur ce plan, la déclaration du Président Macky confirme cette hypothèse. Et donc, je terminerai mon propos sur cette déclaration relayée par la presse lors de la présentation du tome I de son livre, «Conviction républicaine» selon laquelle l’amitié qui liait les Français aux tirailleurs sénégalais, se voyait dans les «distingués» desserts qui leur étaient offerts.

Arrêtons-nous une minute sur son livre ou en tout cas ce qu'il nous en a présenté comme étant un livre. En réalité le président qui passe son temps à nous rabâcher l'oreille que nous devons consommer local, c'est-à-dire favoriser les entreprises nationales et locales, trouve le moyen de publier son "livre" en France. Pourquoi le choix de la France ? Et quel est l'intérêt de publier une compilation de discours déjà lus par lui et écrits par des experts communicants ? Le président s'est-il rendu compte que les Sénégalais ne l'écoutaient plus ? Que son discours était ambiguë, sa voix inaudible ?

Ainsi donc, lors de la cérémonie de lancement de son "livre", il s'est encore livré à une envolée de déclarations aussi discourtoises qu'injurieuses, dont lui seul détient le secret. Sinon comment pouvait-il affirmer à la face du monde que «les Français sont nos amis, car les tirailleurs sénégalais avaient droit à des desserts contrairement aux autres Africains» ? Ce référencement à l'alimentation illustre encore, comme dirait l’autre, les clichés du "ventre plein, nègre content..."

En plus d'une volonté de minimiser la cruauté des Français, qui, après avoir été libérés de l'occupation allemande par des tirailleurs sénégalais, n’ont rien pu trouver de mieux à faire que de bombarder le camp des tirailleurs qui étaient cantonnés à Thiaroye, pour avoir osé réclamer leurs soldes de soldat. Qu'ont-ils reçu en échange des «amis» français après la guerre ? Rien, sinon des desserts de cartouches et obus. Ils ont été froidement et lâchement assassinés. Nuitamment !

Même le président français actuel,Emmanuel Macron, a lui-même assumé le fait colonial et l’a même qualifié de « crime contre l'humanité ». C’était lors d’un déplacement en Algérie. Alors que notre président préfère ne retenir que les desserts qui auraient fait des jaloux chez les autres Africains. Un homme sensé ne saurait cautionner ce genre de propos.

Je ne pense pas que les Français aient eu à considérer les nazis à Paris comme des amis, même si on peut supposer que ces derniers aient pu offrir des desserts ou des choses de ce genre à certains d’entre eux, collabos ou non. Le président veut-il revenir au «mal nécessaire» lui aussi ? Le président s’est-il demandé si les tirailleurs sénégalais étaient des hommes libres de leur choix pour participer à tout ce à quoi ils ont participé aux côtés des colons français pour se satisfaire de «desserts» ?

En définitive, nous rappelons à ceux qui sont aveuglés par le complexe d'infériorité, que le Sénégal des lâches et hypocrites peut être reconnaissant aux colonisateurs, mais le Sénégal des hommes intègres n'a ni pardonné ni oublié les exaltations commises ici par la France esclavagiste, colonisatrice. Et par devoir de mémoire et de vérité,nous devons tous dénoncer les discours révisionnistes tendant à minorer ou à banaliser cette cruauté du passé dit colonial.


Papa Makhtar DIALLO, écrivain, activiste, Président du mouvement citoyen les "indignés" du Sénégal
Président du mouvement Politique Sénégal



« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire