Les Nouvelles

samedi 7 juillet 2018

Le Pds exige le maintien de Karim Wade sur le fichier électoral…et la dissolution du Conseil Constitutionnel (Déclaration)

Le Pds exige le maintien de Karim Wade sur le fichier électoral…et la dissolution du Conseil Constitutionnel (Déclaration)
Le Comité Directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), s’est réuni le vendredi 6 Juillet 2018 à la permanence nationale Oumar Lamine BADJI sous la présidence du frère Oumar SARR, Secrétaire Général National Adjoint et Coordonnateur Général, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant : situation nationale et vie du parti.

Le comité directeur constate que pour la première fois dans l’histoire du Sénégal la publication des listes électorales a été précédée par une conférence de presse de responsables du ministère de l’intérieur qui ont tenté d’expliquer et de justifier devant l’opinion la grave forfaiture commise par Macky Sall et son régime qui, en violation flagrante de la loi, ont décidé de ne pas inscrire dans la liste électorale notre candidat le frère Karim Meïssa Wade.

Alors que l’arrêt de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite, pourtant composée de magistrats soigneusement choisis par Macky Sall, a rejeté la requête du procureur spécial demandant que Karim M. Wade soit privé du droit de vote, le gouvernement du Sénégal décide de violer la loi en obtenant par la force ce qu’une décision de justice lui a refusé.

Notre parti est convaincu, avec les sénégalais, qu’en application des dispositions de la loi et de l’arrêt de la CREI en date d 22 mars 2015 le frère Karim Wade est bien électeur et son nom doit figurer dans le fichier électoral. Il n’appartient ni à Macky Sall, ni à son gouvernement de l’en enlever.

Le comité directeur réaffirme avec force que le Parti Démocratique Sénégalais n’acceptera pas que les lois de notre pays soient bafouées pour permettre à Macky SALL, sans gloire et sans combattre, d’avoir un deuxième mandat que le peuple n’est pas prêt de lui accorder.

Notre parti exige que son candidat soit maintenu sur le fichier électoral dans le respect de la loi. Il exige également l’application immédiate et intégrale des décisions rendues par des instances et juridictions internationales qui ont un caractère contraignant pour notre pays. Il s’agit notamment de l’application immédiate des décisions rendues par la cour de justice de la CEDEAO et du Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention Arbitraire concernant Khalifa SALL et Karim WADE et l’arrêt de toutes les poursuites contre eux.

Le comité directeur constate que le conseil constitutionnel a encore une fois, comme à son habitude, rejeté le recours de l’opposition contre la loi votée par l’assemblée nationale modifiant substantiellement les conditions de recevabilité des candidatures à l’élection présidentielle.

Le conseil constitutionnel est tellement discrédité, tant il fait preuve de soumission en manquant à ses devoirs, que notre parti exige qu’il soit dissout ou que ses membres démissionnent d’une institution coûteuse et inutile.

Constatant que Macky Sall a décidé de plonger le Sénégal dans un chaos politique et une crise électorale sans précédent dans l’histoire de notre démocratie, le comité directeur demande à tous les responsables, militants, souteneurs et citoyens épris de liberté :

- De se mobiliser dans tous les départements pour manifester leur soutien à notre candidat et démontrer notre détermination à nous opposer à toute forme de forfaiture qui le priverait de son droit de participer à la prochaine élection présidentielle.

- De préparer la manifestation de l’opposition du 13 juillet 2018 et de faire de son succès le début d’une résistance permanente et ordonnée contre le système d’oppression que Macky Sall veut imposer à notre peuple pour que lui, sa famille et son clan puissent continuer à piller les maigres ressources de notre pays.

- De prendre toutes les dispositions utiles et organiser la collecte des parrainages prévus par la loi pour soutenir notre candidat.

- De vérifier et faire vérifier la présence des militants, responsables et sympathisants sur le fichier électoral et, le cas échéant, saisir par requête le président du tribunal d’instance compétent pour corriger les erreurs, omissions ou manipulations d’un pouvoir finissant qui ne compte que sur la fraude et le vol pour se maintenir.
Le comité directeur demande enfin à tous les sénégalais de se préparer à défendre la démocratie et la liberté et et ne pas accepter que Macky Sall se donne les moyens d’écarter qui il veut et de choisir les candidats qu’il va affronter.


Fait à Dakar, le 06 juillet 2018


 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2ueptLa
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire