Les Nouvelles

jeudi 23 août 2018

Tabaski 2018 : guerre des mots entre Karim Wade et Macky Sall

Tabaski 2018 : guerre des mots entre Karim Wade et Macky Sall
Dans un « ultime message » adressé à l’occasion de la Tabaski – l’Aïd al-Adha –, l’opposant Karim Wade a qualifié le président sénégalais de « beau parleur ignorant et incompétent » et mis en garde contre « des lendemains électoraux difficiles, susceptibles de mettre en danger la stabilité » du Sénégal.

La Tabaski, fête du pardon et de la réconciliation, a été l’occasion au Sénégal d’une passe d’armes d’une virulence inédite entre le candidat à la présidentielle du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) et le chef de l’État.

En exil au Qatar depuis qu’il a été gracié par Macky Sall, en juin 2016, Karim Wade a été le premier à lancer l’offensive. Dans un message publié le 22 août sur Facebook, le fils de l’ancien président sénégalais dépeint le président Macky Sall comme un « beau parleur ignorant et incompétent qui a renié tous ses engagements et qui n’a nullement l’intention d’honorer les nouvelles promesses qu’il s’apprête à faire avec son cynisme habituel ».

Si l’introduction du message est empreinte de références pieuses, le candidat déclaré du PDS à la présidentielle de 2019 sort rapidement l’artillerie lourde. Il évoque notamment une « crise sans précédent » qui frapperait le pays, avant de dresser la liste des maux dont, selon lui, la gouvernance de Macky Sall serait à l’origine, des pénuries d’eau au « retour des délestages », en passant par « la fuite vers l’étranger de nos valeureux frères et sœurs dont beaucoup disparaissent en mer Méditerranée », ou encore « les scandales économiques et financiers ».

Karim Wade, qui réaffirme sa « détermination » à « conduire [le PDS] à la victoire au soir du 24 février 2019 », se fait également menaçant. Évoquant un « ultime message », il met en garde contre « une crise politique qui augure des lendemains électoraux difficiles, susceptibles de mettre en danger la stabilité de notre pays ».

Réponse de Macky Sall

La réponse du président sénégalais a fusé quelques heures plus tard, en marge de la prière rituelle de la Tabaski, à laquelle il a participé à la mosquée de l’Institut islamique de Dakar. « Personne ne peut ternir la réputation de la démocratie sénégalaise. Partir à l’étranger en dénonçant le président de la République, en ternissant l’image du pays, en pensant que cela va nous mettre hors de la voie empruntée, c’est une erreur. On doit discuter », a déclaré, en wolof, le chef de l’État.

« La démocratie a des règles. Si tout le monde est d’accord sur les règles, nous pouvons aller aux élections, ce qui renforce la démocratie sénégalaise, a-t-il poursuivi. Quand on dirige un pays, on ne perd pas de temps à cause des discussions. Mon devoir, c’est d’appeler au dialogue ».

Affirmant être prêt à ce dialogue entre la majorité et l’opposition, Macky Sall a par ailleurs insisté sur le fait que « les affaires concernant le pays, ne se résument pas à la politique ».








Auteur : Jeune Afrique



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2o3nGGl
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire