Aminata Touré:
Aminata Touré parle encore de Karim Wade et de Khalifa Sall. L’envoyée spéciale du président Macky Sall répond en effet, à ceux qui accusent le Président Macky Sall de vouloir écarter ces derniers, de la course à la présidentielle de 2019. « C’est un argument facile, repris d’ailleurs partout dans le monde », dit-elle. Et de rappeler : Pas loin de nous, en France François Fillon a tenu le même langage, le Président Sarkozy aussi, de même que la Présidente de Corée et l’ancien maire de Montréal Codère, battu il y’a quelques mois et qui pensait donner des leçons.

« Soyons clairs : il est impossible de fabriquer des faits de détournement de deniers publics, de fausses factures et d’enrichissement illicites quand ils n’existent pas. C’est tout simplement impossible », dit-elle, à Igfm. En clair, pour l’ancien Premier ministre, ce qui est arrivé à Karim Wade et Khalifa Sall est tout simplement de leur faute.

« Les «K», comme vous les appelez ont joué avec l’argent public et, ils ont perdu. C’est une leçon pour tous les politiciens de A à Z, ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Autrement dit, ne pas toucher à l’argent public si, on veut éviter le Procureur, les Procès et la Prison », dit-elle.

« Je rappelle quand le candidat Macky Sall battait le Président Abdoulaye Wade en 2012, Karim Wade était bien avec son père. N’est-ce pas? Khalifa Sall en 2016 a été battu jusque dans son bureau de vote au référendum, alors qu’il dirigeait la campagne du «Non» à Dakar. Il a été battu à nouveau aux législatives de l’an dernier où sa liste y comprise celle Idrissa Seck, n’a eu que 388.188 voix. Contre 1.637.761 voix de Benno Bokk Yaakaar. Si peur il y’a, elle ne peut pas être de notre camp », ajoute Mme Touré.


Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours