Les Nouvelles

mardi 25 septembre 2018

Pour Mbaye Jacques Diop en 2013, l’enfer c’était Bruno Diatta

Pour Mbaye Jacques Diop en 2013, l’enfer c’était Bruno Diatta
C’était le 10 juin 2013, selon le Témoin Mbaye Jacques Diop, le défunt Président du Conseil de la République pour les Affaires économiques et sociales (Craes) n’avait pas mis de gants pour cracher du feu sur le chef du protocole de la Présidence de la République, Bruno Diatta, l’accusant de s’opposer aux manifestations de la République. 

«En ma qualité de président honoraire d’une institution nationale de la République, le décret me conférant l’honneur d'être invité aux cérémonies officielles de la République…J’ai été tout simplement stupéfait d’apprendre de très bonne source que vous vous opposiez systématiquement à ma présence aux cérémonies officielles, parce que j’aurais combattu Macky Sall. Quelle aberration ! Quelle forfaiture ! Au plan de l’éthique qui accompagne le haut fonctionnaire, vous n’êtes plus digne à la tête du protocole d’Etat (…)

Vous avez officié sous les magistères de Senghor et Diouf et après sans état d’âme, vous avez enfilé le même manteau sous Wade…Très à l’aise, vous vous sentez bien aujourd’hui, dans les habits d’un fourcher sénégalais et vous osez porter un jugement de valeur sur mes choix et combats politiques. Je suis profondément affligé, non pas par des paroles ou gestes vulgaires de subalternes.

Mais, par ce masque hideux qui si l’on en juge par vos attitudes et vos propos me concernant, cache une nature qui est aux antipodes de ce que sont les valeurs. Je rappelle tout simplement que je ne sollicite rien, je demande que soient appliquées les dispositions du décret, me conférant l’honorariat en ce qui concerne les cérémonies officielles de la République


Fidèle à son habitude, c’est dans la plus grande discrétion que Bruno Diatta a pu régler ce malentendu. Et, les relations sont devenues plus cordiales entre les deux hommes.

Igfm



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2pHcdNz
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire