Les Nouvelles

mardi 30 octobre 2018

Traque contre les insulteurs sur Internet : Les victimes "Victimes du NET" en phase avec Macky Sall

Traque contre les insulteurs sur Internet : Les victimes
L’Association les « Victimes du NET et des Réseaux Sociaux » salue la décision du Président Macky Sall de lutter contre ceux qui se livrent aux insultes et autres propos malveillants via les réseaux sociaux.

Selon son président Amadou Moustapha Gaye, cette décision est venue à son heure car, l’ «Internet est devenu un problème dans notre pays, et que des mesures devaient prises pour juguler les dérives qui y surviennent ».

« Les réseaux sociaux défrayent la chronique en s’éloignant de leur cadre d’échanges et laissant la porte ouverte à d’incompréhensibles dérives verbales. Nul n’est à l’abri de sorties outrageuses, personne n’est épargnée, nous sommes tous « des cibles potentielles » !

« Les dérapages, la diffusion de fausses nouvelles, les diffamations, la calomnie, le dénigrement public, les règlements de compte, le harcèlement, les menaces, le chantage, l’escroquerie, le transfert illégal de données à caractère personnel, le partage d’images, de photos et de vidéos obscènes occupent l’espace médiatique laissant croire que Internet est un monde sans gouvernement ! », a-t-il expliqué dans un communiqué transmis à Leral.net.

«Nous estimons que la nation doit se remobiliser pour faire échec à ceux qui tentent de remettre en cause les équilibres sociaux sur lesquels la nation s’adosse, et qui garantissent la paix et la sécurité dans notre pays. Nous demandons une application sans complaisance de la loi, car il y’a une loi qui règlemente tout ce qui se passe dans internet, ceux contreviennent et qui commettent ces forfaits dans les réseaux sociaux doivent savoir qu’à partir d’aujourd’hui, il ne sera plus possible d’insulter, de calomnier, de diffamer, ou de porter atteinte à la dignité ou à l’intégrité des citoyens, et de s’en sortir sans frais », a-t-il ajouté.

A « ceux qui parlent de bâillonnement de l’information », M. Gaye soutient qu'ils sont passés complètement à côté, "car en aucun cas, la liberté d’expression ne saurait être une licence".

Par ailleurs, il demande par ailleurs "aux responsables de sites d’information ou de réseaux sociaux de faire preuve de responsabilité et de se conformer à la loi, nous les invitons à prendre des dispositions qui fassent que la dignité des personnes et des citoyens soit pleinement préservée".



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2SxpJQJ
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire