Les Nouvelles

mercredi 14 novembre 2018

Akimuwi Adesina, président de la BAD: «L’aiguille se déplace et pointe dans la bonne direction, vers l’Afrique »

Le rideau est tombé, hier, sur l’Africa Investment Forum(AIF), après un marathon de trois jours qui a vu des transactions d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, être finalisées.
Akimuwi Adesina, président de la BAD: «L’aiguille se déplace et pointe dans la bonne direction, vers l’Afrique »
Africa Investment Forum s’est terminé sur une note largement positive puisque le groupe de clôture, composé des responsables d’institutions de financement du développement (IFD), a applaudi à l’unanimité cette initiative unique, en la qualifiant de rencontre exceptionnelle « qui a dépassé toutes les attentes ».

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a déclaré aux plus de mille participants présents : « L’aiguille se déplace, elle pointe dans la bonne direction, elle pointe vers l’Afrique.

J’exprime toute ma reconnaissance aux investisseurs pour la confiance qu’ils ont manifestée envers le continent. L’Afrique a grandi : son développement ne se fera pas par l’aide internationale, mais grâce aux investissements.

Et j’ai le sentiment que vous commencez à vous en rendre compte.
» Des représentants d’IFD, des investisseurs institutionnels, des dirigeants du secteur privé, des représentants de fonds souverains et de sociétés de capitaux du secteur privé venus de tout le continent, se sont retrouvés à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour participer au tout premier forum d’Afrique axé sur les transactions.

Vendredi midi, sur les 61 transactions évaluées à 40,4 milliards de dollars et soumises pour examen en séances dédiées, 45, représentant plus de 32 milliards de dollars, ont suscité l’intérêt des investisseurs.

Les chiffres définitifs seront communiqués dans les prochains jours. Le président Adesina a qualifié ce résultat de 32 milliards de dollars de transactions de grande réussite. « Je ne saurais être plus heureux […] mais nous ne voulons pas nous auto-congratuler.

La responsabilité que nous portons, est grande, et ce n’est qu’un début.
» La présence de sept chefs d’État et de gouvernement africains a clairement montré aux investisseurs internationaux que les dirigeants africains sont déterminés à créer un environnement économique favorable, à même de permettre aux investissements de se poser en douceur sur une piste d’atterrissage sans obstacle.

Les présidents Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Sahle-Work Zewde (Éthiopie), Alpha Condé (Guinée), Macky Sall(Sénégal) et Nana Dankwa Akufo-Addo (Ghana) se sontrendus en Afrique du Sud pour assister à l’AIF. Étaient également présents le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, le Premier ministre du Rwanda, Édouard Ngirente, le Premier ministre du Cameroun, Philémon Yang, ainsi que des ministres représentant le Royaume du Maroc, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie, le Niger et le Gabon.

Des gouverneurs et des membres  du Conseil d’administration de la BAD avaient fait aussi le déplacement. Lors de la cérémonie officielle d’ouverture, la présidente d’Éthiopie, Sahle-WorkZewde, première femme à occuper cette fonction dans le pays, a dit aux délégués : « L’Africa Investment Forum est indispensable pour faire évoluer le discours sur l’Afrique.

Envisager l’Afrique à travers les seuls prismes de la paix et de la sécurité ne nous mène nulle part. Nous devons nous attaquer à la question des risques perçus par les investisseurs sur le continent et changer l’état d’esprit qui l’entoure.
»

Les opportunités et les transactions que génèrent les domaines de l’énergie, des infrastructures, de l’agroalimentaire et de l’agro-industrie ont attiré des investisseurs internationaux et africains de haut niveau, faisant de ce Forum le nouvel « horizon » pour les investissements et lui permettant de capter l’attention des investisseurs mondiaux et africains.

L’investissement en Afrique par les Africains s’est imposé comme l’un des messages essentiels du Forum. Le Premier ministre du Gauteng,David Makhura, amis en exergue les accords signés avec l’Afrique du Sud, d’une valeur de 6 milliards de dollars, ainsi que la signature d’un protocole d’accord de 2,6 milliards de dollars avec le Ghana pour un projet de Sky-Train à Accra. «Nous sommes très fiers du fait que des entreprises sud-africaines investissent dans d’autres pays africains. C’est vraiment gratifiant », a déclaré David Makhura.

Plusieurs investisseurs et participants attendent avec impatience l’édition 2019 de l’Africa Investment Forum: « Les résultats constatés ici, ces deux derniers jours, font chaud au cœur[…].Si nous commençons à 80 %, imaginez ce que nous ferons dans cinq années à venir ! Avec le succès de cette première édition, les Africains ont toutes les raisons de croire en l’avenir », a affirmé Patrick Dlamini, directeur général de la Banque de développement d’Afrique du Sud.






Badara samb (Liberation)



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2PWbG8V
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire