Les Nouvelles

mardi 27 novembre 2018

"Pendant que le pouvoir nous sert son triste spectacle, la dureté de la vie persiste!" (Par Babacar Bâ)

Ce que je pense de l’escalade de la violence: Pendant que le pouvoir nous sert son triste spectacle, la dureté de la vie persiste !

Après les tristes images de violence inouïe des jeunes du parti au pouvoir qui ont choqué toutes les personnes de bon sens, place maintenant à quelques députés, censés représenter le Peuple du Sénégal, qui se battent au sein de l’Assemblée Nationale. Et le monde nous observe et regrette amèrement cette descente aux enfers de la démocratie sénégalaise, jadis chantée de partout.

Tous les citoyens soucieux de la stabilité de notre pays sont hantés par cette escalade de la violence politique porteuse de vives tensions en cette période préélectorale. Et nous continuerons toujours à nous étonner de cette dégradation permanente de nos institutions sans pour autant se poser les vraies questions.

Qu’avons nous fait pour en arriver à tout cela?

Qu’est-ce qui justifie cette banalisation de nos institutions au point où le Peuple se détourne de ses élites politiques qui ont fini par montrer leur manque de hauteur républicaine?

Très certainement ceux qui suivent depuis fort longtemps l’évolution de la scène politique de notre pays, ne seront pas aussi étonnés de cette descente aux enfers. En effet, la déstructuration de nos institutions à des fins politiciennes ne date point d’aujourd’hui! Car le régime en place a profondément déçu puisque que le peuple avait porté son choix en 2012 sur le Président Macky Sall qui avait promis de faire autrement. Mais la réalité est toute autre. Des personnes, sans aucune science et sans aucun métier, se sont retrouvées à de très hautes responsabilités politiques juste par magie politicienne et inéluctablement, cela ne fonctionnera jamais ! Jamais !

Pour rappel à la jeune génération, cette Assemblée Nationale qui fait l’objet de toutes sortes de bassesses et de violences est dirigée par l’homme politique le plus violent de toute l’histoire de la République du Sénégal, depuis les indépendances. C’est ce même Moustapha Niasse qui, sous le régime du Président Diouf, avait asséné un coup de poing publiquement à Feu Djiby KA. C’est encore lui, sous le régime du Président Wade, qui manifestait devant l’Assemblée Nationale, avec des pierres à la main face aux forces de l’ordre; confirmant ainsi son manque de hauteur et de dépassement en temps de crise. Et c’est cette même personne, qui a participé à tous les régimes de Senghor à Macky Sall, qui dirige cette Assemblée Nationale du Sénégal.

Et les gens s’étonnent que cette institution ne fonctionne pas! Non cela ne fonctionnera jamais car le Président Macky Sall a fait le choix de la médiocrité comme système de gouvernance, laissant de côté les meilleurs éléments de son parti aux oubliettes. Le Sénégal avait espoir en ce jeune Président, né après les indépendances, pour se relever. Mais hélas, le rêve s’est brisé et le cauchemar continue...

Au même moment, loin de ce qui semble être maintenant un ring politique sur fond de violence extrême, les populations sont maintenues dans la misère et la précarité. Et pour preuve, le prix du sac de riz de 50kg a augmenté ainsi que la bouteille d'huile de 20L. Telles sont les véritables préoccupations des Sénégalais qui se débattent pendant que les politiciens continuent de se jouer d’elux. Cela doit cesser et 2019 est une excellente occasion incha Allah pour faire résonner ces nombreux cris de cœur dans les urnes pour changer définitivement la donne.

Pour notre part et sans équivoque, nous allons oser l’avenir pour le façonner et ne plus le subir. C’est mon intime conviction.


 

Babacar BA
Président Alternatives Citoyennes





from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Se2NVJ
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire