Les Nouvelles

vendredi 7 décembre 2018

Buzz international à l’inauguration du Musée des civilisations noires

L’inauguration du Musée des civilisations noires, ce 6 décembre à Dakar, par le président Macky Sall, en présence de son homologue comorien Assoumani Azali, a suscité un buzz international. Nombre de médias étrangers, notamment anglophones, ont relaté l’évènement qui marque l’ouverture d’un des plus grands musées du monde dans son genre. La haute portée culturelle de la cérémonie a séduit la presse internationale. Africatimes, Bbc, Okayafrica, Citizen.co.za, Al Jazeera, CGTN Africa News et tant d’autres organes ont magnifié cet édifice crucial pour la réhabilitation du patrimoine culturel de l’Afrique…
Buzz international à l’inauguration du Musée des civilisations noires
Le Sénégal ouvre un musée des civilisations noires, l’un des plus grands du genre au monde

Le musée, consacré à « la décolonisation du savoir africain », existe en tant que concept depuis 52 ans.

Ce qui avait commencé comme une idée proposée par le premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, il y a plus de 50 ans, est devenu une réalité puisque le Sénégal a officiellement ouvert le Musée des civilisations noires, l’un des plus grands du genre au monde.

Le président actuel du Sénégal, Macky Sall, a inauguré le musée plus tôt aujourd’hui à Dakar. La conception du bâtiment, qui couvre une superficie de 14 000 mètres carrés et d’une capacité de 18 000 pièces, a été inspirée par les maisons traditionnelles circulaires originaires du sud du Sénégal, rapporte BBC Africa. Sa taille est comparable au Musée national de l’histoire afro-américaine à Washington, selon Al Jazeera.

Le musée existe depuis plusieurs années, les dirigeants après Senghor mettant de côté les investissements dans les arts face aux défis économiques et politiques. En 2011, le président Abdoulaye Wade a jeté les bases du musée, mais la construction a été interrompue en raison d’une transition politique, ajoute CGTN Africa News. Le projet a été mis en œuvre par Macky Sall à partir de 2013 et s’est finalement concrétisé grâce à un investissement de 34 millions de dollars de la Chine, une autre indication de la présence économique omniprésente de la Chine à travers l’Afrique.

Le musée, consacré à « la décolonisation du savoir africain », accueille des artefacts et des expositions représentatifs de l’Afrique continentale et de sa diaspora. Les premières expositions du musée présentent des œuvres d’artistes maliens et burkinabés, mais aussi cubains et haïtiens. La diaspora au Brésil et aux États-Unis est également représentée dans la collection du musée.

Comme le rapporte Al Jazeera , certaines des œuvres actuellement exposées au musée incluent « Memory in Motion » de l’artiste haïtien Philippe Dodard, qui décrit « les étapes de l’esclavage de l’Afrique au navire négrier menant à la plantation des Caraïbes avec des yeux flottants », pour citer la publication directement. Ainsi que « Les femmes de la nation » qui rend hommage aux femmes de la dynastie africaine percutantes.

En novembre, le Sénégal a demandé à la France de restituer 100 œuvres d’art pillées , à la suite de la publication d’un rapport commandé par le président français Emmanuel Macron , intitulé » La restitution du patrimoine culturel africain: vers une nouvelle éthique relationnelle » . Macron avait récemment ordonné le retour de 26 artefacts béninois dans leur pays d’origine.

Le Sénégal dévoile le Musée des civilisations noires

L’inauguration du Musée des civilisations noires, ce 6 décembre à Dakar, par le président Macky Sall, en présence de son homologue comorien Assoumani Azali, a suscité un buzz international. Nombre de médias étrangers, notamment anglophones, ont relaté l’évènement qui marque l’ouverture d’un des plus grands musées du monde dans son genre. La haute portée culturelle de la cérémonie a séduit la presse internationale. Africatimes, Bbc, Okayafrica, Citizen.co.za, Al Jazeera, CGTN Africa News et tant d’autres organes ont magnifié cet édifice crucial pour la réhabilitation du patrimoine culturel de l’Afrique…


L’idée de créer le musée remonte à plus de 50 ans, à l’époque du défunt président poète sénégalais, Léopold Sédar Senghor.

Aux côtés de l’écrivain martiniquais Aimé Césaire, Senghor était une force créatrice derrière la philosophie de la négritude, qui s’opposait à l’imposition de la culture française aux colonies d’Afrique et des Caraïbes.

"Le musée ne sera pas un monument commémoratif, explique son directeur, mais un laboratoire créatif pour aider à forger le sens de l’identité d’un continent."

Il devrait être ouvert au public dans les prochaines semaines.

« Ce musée est un pas en avant pour nous », a déclaré à la BBC Amadou Moustapha Dieng, journaliste d’art sénégalais.

« Je sais qu’il y a d’importantes reliques que je ne pourrai pas voir si je ne vais pas à l’étranger, mais maintenant [avec] cet espace, nous pouvons récupérer les reliques et les Africains peuvent venir ici et voir que c’est leur histoire. »

Le Musée des civilisations noires a transformé le paysage du centre-ville de Dakar.

Construit en forme de cercle, l’architecture s’inspire des maisons traditionnelles typiques du sud du Sénégal.

En novembre, un rapport d’experts, commandé par le président français Emmanuel Macron, recommandait que les trésors africains emportés sans autorisation, soient restitués dans leur pays d’origine.

Le ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a déclaré à la BBC qu’il accueillait favorablement le rapport français car « chaque pièce du Sénégal est en France ».







Yerimpost
 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2rpeu0n
via gqrds
« PREV
NEXT »

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire