Qu’on l’aime ou qu'on ne l'aime pas, force est de reconnaitre que le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, est un véritable forcené du travail. La preuve par ces derniers temps où il est sur tous les fronts, se démultipliant en quatre, afin de renflouer les caisses de l’Etat. Cette sorte de pêche aux fonds à l’échelle planétaire, allant de conventions de financement à accords de partenariat en passant par des appuis budgétaires et autres subventions, s’est déjà traduite par la collecte — ou des promesses de financement — de plus de 1.400 milliards de francs rien que pour ces derniers mois. Non content de cette manne économique, Amadou Bâ compte provoquer un orage financier de près de 2.800 milliards FCfa, qui va s’abattre sur notre pays à l’issue du deuxième Groupe consultatif sous l’ère Macky Sall, qui va se tenir à partir de lundi prochain à Paris.
Multiplication des plongeons financiers à coups de milliards: Un véritable pêcheur de fonds nommé Amadou Bâ !
Décidément, il est sur tous les fronts. Le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, nous renvoie l’image de ce capitaine de pirogue qui, n’ayant plus rien à prouver dans la pêche artisanale, bascule dans la pêche industrielle plus fructueuse et plus rentable. A la seule différence que, pour Amadou Bâ, la seule préoccupation est de satisfaire les ambitions économiques du Président Macky Sall !

Toujours est-il qu’en cette période de tensions budgétaires, le ministre de l’Economie et des Finances pêche dans tous les océans financiers ! En effet, l’argentier de l’Etat a enchaîné ces derniers temps, les signatures de conventions de financement et d’accords de partenariat afin de renflouer les caisses du Trésor public. Sans doute pour aider le président de la République à respecter les engagements sur le plan budgétaire. Et, surtout, réaliser les immenses projets inscrits dans l’agenda du Plan Sénégal Emergent.

A preuve, il y a quelques semaines, le ministre Amadou Bâ a procédé à la signature d’une stratégie conjointe européenne entre l’Etat du Sénégal et la délégation de l’Union européenne en République du Sénégal, pour un montant de 492 milliards FCfa. Non content de cette pêche miraculeuse, le ministre de l’Economie et des Finances est retourné dans les eaux poissonneuses de l’Europe pour remonter à la surface des filets contenant 20 milliards FCfa. Il s’agit d’une signature de convention de financement avec l’Agence Française de Développement (Afd) en présence de M. Jean Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Après quoi, Amadou Bâ a procédé à la signature du Plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance et le Développement du Sénégal (Pnuad 2019-2023), qui va faire tomber un financement d’environ 327 milliards FCfa dont 48% disponibles, dans les caisses du Trésor public. Dans ce cadre, les secteurs comme l’emploi (32 %), la santé (20 %) et l’environnement (18 %) ont été les mieux servis.

Un orage financier attendu à Paris !

Pendant ce temps, une autre signature d’accord de financement de projets entre la Banque Africaine de Développement (Bad) et le Gouvernement du Sénégal tombait à point nommé. Il s’agit plus précisément de quatre accords de financement entre l’Etat du Sénégal et la Banque africaine de développement (Bad) pour un montant total de 122 milliards FCfa.

Deux semaines après, le ministre de l’Economie et des Finances, décidément infatigable, est allé mobiliser en Arabie Saoudite 36 milliards FCfa pour l’Agriculture. Puis, cette fois-ci en compagnie d’un autre soldat de l’économie, en l’occurrence l’ex-ministre du Budget et actuel Dg de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, l’actuel Dg de la Senelec, le ministre Amadou Bâ s’est aventuré dans les eaux américaines. Inutile de vous rappeler que l’expédition a été poissonneuse. Pardon, fructueuse financièrement.

Car, au sortir des locaux Millenium Challenge Corporation (Mcc) sis à Washington, le gouvernement du Sénégal a signé le nouveau Compact quinquennal pour l’énergie d’un montant de 600 millions de dollars soit 300 milliards FCfa. Ce compact a pour but de renforcer le secteur de l’énergie et à répondre à la demande croissante d’électricité dans l’une des économies les plus dynamiques de l’Afrique et un pays partenaire stratégique important des Etats-Unis en Afrique de l’Ouest : Le Sénégal !

Ce n’est pas tout puisque dès lundi prochain 17 décembre à Paris, c’est-à-dire dans trois jours, le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, compte ramener dans ses filets le plus gros « silure » financier jamais pêché dans la Seine, voire sur l’Atlantique. Ce sera lors des assises du Groupe Consultatif avec les partenaires du monde autour de la phase II du Pse.

Ce grand rendez-vous économique de Paris permettra de présenter aux partenaires techniques et financiers, aux investisseurs privés et à la diaspora, la seconde phase du Pse et les opportunités d’investissement au Sénégal, en vue de mobiliser les ressources complémentaires pour financer le développement de notre économie sur la période 2019-2023.

Une prévision orageuse de près de 2.800 milliards FCfa est annoncée. Et que le Sénégal soit financièrement arrosé ou inondé ! Mais pas de panique, ne déclenchez pas le Plan Orsec, c’est Amadou Bâ qui fait tomber un orage financier sur notre pays !





Le Témoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2BjlKzr
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours