Après l’avoir brocardée pendant longtemps : Me Aissata Tall ose la transhumance !
C’est désormais officiel ! Le député-maire de Podor a finalement « osé » la transhumance. Aïssata Tall Sall a décidé hier au cours d'un face à face avec la presse de soutenir le Président Macky Sall, candidat à sa propre succession lors de l'élection présidentielle du 24 février prochain…
 
Ceux qui disaient que ce n'était plus qu’une question de temps pour voir Me Aïssata Tall Sall dans le giron du président Macky Sall ont finalement eu raison sur ceux qui juraient sur tous leurs saints que l'édile de Podor n'oserait jamais vendre son âme au diable.
 
En effet, depuis cet après-midi du lundi 28 janvier, Aïssata Tall Sall n’est plus dans l’opposition puisqu’elle a décidé de soutenir officiellement la candidature de Macky Sall pour l’élection présidentielle du 24 février prochain.
 
La présidente du mouvement «Osez l’avenir», qui a pourtant longtemps vilipendé le Président Sall dans «sa gestion» du dossier de Khalifa Sall, mais aussi concernant le référendum et récemment le parrainage, va maintenant se dévouer corps et âme afin de porter «mon frère » une nouvelle fois à la tête du Sénégal. « A l’unanimité, nous avons décidé de soutenir le candidat Macky Sall.
 
 Bien évidemment, j'ai rendu compte des différentes rencontres que j’ai eues avec les différents candidats à l’élection présidentielle. J'ai rendu compte de l'entretien que j'ai eu avec Idrissa Seck. J'ai rendu compte de l'entretien que j'ai eu avec mon jeune frère Ousmane Sonko. J'ai rendu compte de l'entretien que j'ai eu avec le président Macky Sall bien sûr. Et à toutes ces rencontres, je n'étais pas partie seule, jr n’avais pas négocié seule », a essayé de se justifier Me Aïssata Tall Sall.
 
Poursuivant, la nouvelle transhumante dit à qui veut l'entendre que ses décisions politiques, elle les assume en toute responsabilité. La dame de Podor insiste que sa décision de rejoindre le « Macky » a été bien mûrie et qu’elle ne s’enterre pas politiquement.
 
« Mes décisions politiques, je les assume en toute responsabilité. Notre coalition est en phase avec ce qu’elle croit être meilleur pour le Sénégal. Les gens pensent que soutenir Macky Sall, c’est aller rejoindre l’Apr. Et on parle même de transhumance. Nous n’avons pas transhumé. Mais nous allons travailler avec lui. Cependant, nous gardons notre identité et nous ne sommes pas de l’Apr. Je sais que les gens vont mettre quelque chose sur mon visage en parlant de transhumance. J’ai pris ma décision et nous avons rejoint nos frères. On travaillera en parfaite convergence pour que notre candidat Macky Sall gagne le 24 février 2019. Si les gens pensent que nous n’avons pas calculé les avantages et les inconvénients d’aller avec lui, qu’ils sachent que nous avons pesé les tenants et les inconvénients. Le seul avantage c’est servir le Sénégal », explique-t-elle avec volubilité.
 
Revenant sur les « pressions » qu'elle aurait reçues de certains marabouts, Aïssata Tall Sall jure qu’elle n’a reçu aucune « pression venant d’un quelconque marabout, préalablement à ce soutien ». Selon ses dires, le journaliste qui lui avait posé cette question était incidemment présent à l’instant où elle a reçu un appel d’un marabout lui demandant d’arrondir les angles avec le président Macky Sall. Elle informe qu’elle avait, à l’époque, décliné la proposition du chef religieux, en raison de sa candidature (avortée).
 
« Ce que je déplore dans la gestion de Macky Sall, c'est la montée de la transhumance... » Pourquoi AïssataTall Sall a-telle « osé » la transhumance alors qu'elle avait craché, il y a de cela 2ans et demi sur les transhumants ? Invitée de l’émission « Objection » de Sud FM le dimanche 24 avril 2016, Aïssata Tall Sall avait été interpellée sur le phénomène de la « transhumance ». Voici ce qu’avait été sa réponse : « Sur le plan politique, ce que je déplore dans la gestion du président Macky Sall, c’est la montée de la transhumance.
 
C’est quoi cette nouvelle transhumance qu’elle veut nous imposer ? Et il est en train de la systématiser !» Mieux la mairesse de Podor soutenait urbi et orbi que son parti politique à l’époque, le PS n’avait plus rien à faire au sein de la coalition Benno Bokk Yaakaar, camp de la mouvance présidentielle, dont le président Macky Sall est le leader. « ...Nous avons perdu notre âme au sein de Benno Bokk Yaakar...», soutenait Aïssata Tall Sall. Et là voilà qui va retrouver cette âme perdue au sein de Benno ! Le Sénégal est vraiment un pays de merde où les politiciens retournent leur veste à chaque fois que ça les arrange. À qui le tour ?
 
B. DIENG et S. DIAMANKA (Le Témoin)
 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2UrkXVf
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours