Boycott de l’élection présidentielle: Les conditions de Ousmane Sonko
Le Quotidien a évoqué hier l’idée d’un boycott de l’élection présidentielle par l’opposition, sans pour autant être en mesure de garantir la véracité de cette information qui a secoué plusieurs rédactions la veille. En fin de soirée hier, la confirmation a été donnée, qu’effectivement, Ousmane Sonko, leader de Pastef, avait envoyé un email le mardi 8 janvier à ses collègues membres de C23, ainsi qu’à plusieurs membres de mouvements syndicaux et/ou activistes.

Réagissant à la réunion de la veille de ce groupement de candidats recalés et de chefs de divers mouvements opposés à la politique du gouvernement, le leader de Pastef a souligné à ses destinataires que, « nous n’y sommes pas du tout si l’on pense que c’est par des correspondances et des recours qu’on fera bouger Macky Sall ».

Pour lui, seules des solutions radicales pourraient faire pencher la balance en faveur de l’opposition « face à la violence d’Etat multiforme ». Et c’est dans cet ordre d’idées que Sonko va préconiser à tous d’envisager « le refus de tous de participer à l’l’élection présidentielle dans ces conditions de forcing et de vol ».

Le leader de Pastef va néanmoins imposer à ce boycott deux conditions obligatoires dont on se demande comment elles pourraient être rempliés. Il s’agira pour lui que le boycott concerne « l’ensemble des 26 candidats de l’opposition (admis comme recalés au parrainage). Sans une seule exception ». La seconde condition étant pour lui, que chacun fasse le nécessaire « pour un vrai rapport de force sur le terrain et sans agenda personnel ni arrière calcul ».





Le Quotidien
 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2AH6xJ7
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours