Sabotage de l’inauguration de la Grande mosquée de Guédiawaye: Trois arrestations dont un membre du Comité directeur du Pds, le parquet ouvre une information judiciaire
Le parquet de Dakar a ouvert une information judiciaire et requis le mandat de dépôt contre Mouhamadou Karasse Kane, Loukwairy Fall alias Pape Nar Fallou «Narou Karim», membre du comité directeur du Parti démocratique Sénégalais(Pds) et Saliou Fall. L’accusation soutient un plan avorté qui visait à saboter la cérémonie d’inauguration de la mosquée Souleymane Baal de Guédiawaye et déjoué par la Division des investigations criminelles (Dic).
 
A la faveur d'un retour de parquet, ils seront édifiés sur leur sort aujourd’hui. Le 16 janvier, la Division des investigations criminelles (Dic) apprend par divers canaux, la préparation d'une action pour saboter la cérémonie d'inauguration de la mosquée Thierno Souleymane Baal de Guédiawaye par Macky Sall. Les mêmes sources soulignaient qu'il s’agit du même «commando» à l'origine d'actes de vandalisme à Grand Médine et Yoff.
 
Enfin, les informations reçues indiquaient que les nommés Baba Kane, Pape Nar Fall et Baye Zale Fall faisaient partie du groupe. Le 18 janvier, après un travail de renseignement fourni, le Groupe de recherches intercepte discrètement Mouhamadou Karasse Kane alias Baba Kane et Loukwairy Fall dit Pape Nar Fall alias aussi «narou Karim».

Interrogé sous l'assistance de Me Amadou Sall, ils ont tous les deux reconnu être des militants du Parti démocratique sénégalais (Pds), souteneurs de Karim Wade, militants dans la commune de Guédiawaye. Loukwairy Fall est d'ailleurs membre du Comité directeur du Pds. ils ont toutefois nié toute participation aux manifestations interdites de ces derniers temps, ayant occasionné des destructions de biens publics et privés d'une part, encore moins, d'avoir projeté de saboter la visite de Macky Sall à Guédiawaye.
 
 Selon eux, étant des musulmans et des fils de Guédiawaye, ils ne peuvent que se réjouir d'une telle réalisation, préférant concentrer leurs efforts pour participer à l'accueil «imminent» de leur candidat, Karim Wade. Loukairy Fall a d'ailleurs accepté que son téléphone soit exploité pour les besoins de l'enquête, arguant qu'il n'a rien à cacher contrairement à Mouhamadou Karasse Kane qui a refusé de donner son consentement, sur instructions de son avocat. Venu rendre visite à ses camarades, Saliou Fall dit Baye Zale Fall a été interpellé après identification.
 
 Lui aussi a nié les faits, soutenant qu'il avait passé la journée du 15 janvier 2019 chez lui, à Keur Mbaye Fall alors qu'il a été cité comme le principal acteur de la manifestation non déclarée de ce même jour à Grand médine et Grand Dakar. Il a également nié tout lien particulier avec Amina Sakho, présidente du mouvement Karim Président, présentée par les sources comme étant le pourvoyeur de moyens lors des manifestations dudit mouvement.

Mais, confronté aux résultats du «bornage» de son téléphone qui attestent de sa présence entre Pikine, Parcelles et Bel air le 15 janvier, Saliou Fall a affirmé qu'il s'était...trompé. Il a ainsi admis, face aux éléments techniques, que ce jour-là, il devait muter la voiture achetée par son ex-épouse, d'où ses passages à Pikine Technopole, Hann, Bel-air et Colobane.
 
Dans la foulée, l'exploitation du téléphone de Loukwairy Fall a permis de découvrir plusieurs messages et photos liés à des rassemblements de pro Karim. Mais pour lui, il s’est juste agi des préparatifs de manifestations autorisées à la Place de la nation. Des explications qui n’ont pas convaincu les enquêteurs de la Dic ni le parquet qui a ouvert une information judiciaire. La troisième du genre, pourrait-on dire. Comme nous le révélions, Thierno Birahim Mbacké Sow qui se dit activiste et président du mouvement «Jeuf sa diarigne», Abdourahmane Diop, Adama Bakhayako et Alioune Badara Ndiaye avaient été inculpés et placés sous mandat de dépôt par le juge du premier cabinet. Thierno Birahim Mbacké Sow et Abdourahmane Diop ont été pris en flagrant délit par le commissariat de Grand Dakar.
 
Lors d'une patrouille à Grand-Yoff, les policiers les ont surpris vers le monument, bouteilles d'essence à la main, en train de brûler des pneus. Interpellés à la suite d'une course-poursuite, ils n'ont pas nié les faits lors de leur interrogatoire. au contraire, Thierno Birahim Mbacké Sow qui a révélé en être à sa deuxième interpellation, a reconnu les faits indiquant que c'était pour lui une manière de dénoncer la décision du Conseil constitutionnel. Mieux, il ajoutera que l'essence provenait du réservoir de sa moto. Abdourahmane Diop, un mécanicien, a précisé pour sa part que bien que ne connaissant pas Sow, il a répondu à son appel lorsque ce dernier lui a demandé de l'aide pour faire un «barrage» et mettre le feu.
 
Adama Bakhayoko et Alioune Badara ndiaye ont été interpellés, eux, le même jour, mais par la brigade de ouakam qui était appelée en renfort à Sacré-Coeur, où des bus de Dakar Dem Dikk (Ddd) étaient pris à partie. L’un des vigiles de Ddd a pu éviter le pire en dégainant une arme pour tirer en l’air, ce qui a fait fuir les casseurs. Mais Adama Bakhayoko et Alioune Badara Ndiaye seront rattrapés par les vigiles avant d'être mis à la disposition des gendarmes. Trois autres proches de Barthélémy Dias, interpellés par la Dic, attendent aussi d'être édifié sur leur sort.





 
Libération
 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2RPg0sB
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours