Le Conseil Constitutionnel du Sénégal n’a pas fait dans la dentelle. Au terme de l’examen de passage des dossiers de candidature à la future présidentielle, seuls 5 candidats sur les 27 du départ ont été retenus pour prétendre à la seconde phase du processus.
Urgent: Seuls 5 dossiers ont été retenus sur les 27 candidats qui sont passés devant le Conseil Constitutionnel

Contrairement à ce qui avait été dit et écrit par certains représentants de candidats, Abdoul Mbaye et Malick Gackou ont été recalés à l’examen de leurs dossiers. Il en est de même pour Me Madické Niang et Idrissa Seck que toute la presse a dit qu’ils ont passé l’étape des parrainages. Avec le blocage de ces candidats devant la barrière du Conseil constitutionnel, seuls 5 aspirants peuvent prétendre compétir: Macky Sall, Issa Sall du PUR, Ousmane Sonko, Khalifa Sall et Karim Wade du Pds.

Idrissa Seck, Madické Niang recalés pour insuffisance au niveau régional
A en croire des informations obtenues par Kewoulo, « les dossiers de Moustapha Guirassy étaient inexploitables parce que écrits avec de nombreuses erreurs et incohérences ne permettant pas d’identifier ni le lieu du vote, ni le collecteur des signatures encore moins les bureaux de vote. » En clair, « c’est du travail bâclé qui ne permet aucun contrôle » que le député de Kédougou a servi aux « sages ». Sans chercher à perdre leur temps sur ce dossier, les « sages » ont préféré passer à autre chose.

Si Moustapha Guirassy doit son élimination à l’inefficacité de ses collaborateurs qui n’ont pas été en mesure de livrer des fichiers exploitables, Malick Gackou, Idrissa Seck -à qui il manque 160 signatures- et Madické Niang doivent leur disqualification au fait qu’ils n’ont pas réussi à obtenir au minimum 2000 signatures dans, au moins, 7 régions du Sénégal. Alors que les disqualifiés pour « autres motifs » n’ont aucun moyen de recours, les victimes de doublons, eux, peuvent croire en la possibilité de revenir dans la course. Pour cela, ils ont 48 heures pour puiser dans leurs stocks et prier pour que ces réserves de parrainages ne soient problématiques.

L’axe Dakar, Thiès et Diourbel responsable des doublons
Aussi, ils doivent surtout veiller à respecter cet autre aspect du code électoral qui voudrait que le candidat ait, au moins, 2000 signatures dans, au moins, 7 régions. Or, comme l’ont révélé toutes les études électorales du Sénégal depuis de nombreuses années, à elles trois, c’est Dakar, Thiès et Diourbel qui comptent le plus grand nombre d’électeurs. Et c’est sur cet axe-là que tous les candidats ont misé leur énergie et moyens pour récolter des signatures. Malheureusement pour eux, sur cet « axe du mal » sévit une pratique malsaine qui a perdu la quasi totalité des candidats: l’achat de conscience….pardon de signatures.

C’est sur cet axe-là que la quasi totalité des doublons ont été récoltés. Puisque les politiciens ont mis la main à la poche, pour obtenir des signatures, des hommes d’affaires ont investi le créneau pour vendre les mêmes listes à presque tous les candidats. A en croire des informations obtenues par Kewoulo, « seules les régions de Ziguinchor, Kolda, Fatick, Tambacounda, Kédougou, Saint-Louis et le grand nord ont échappé à ce phénomène mercantile. » Dans ces régions, Kewoulo a découvert que ce phénomène de doublons, résultats de la cupidité des collecteurs, n’a pas noté.




from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2TprgrF
via gqrds
Share To:

ThiesActu ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours