Appel au boycott de la Présidentielle: Me Wade lâché par tous
L’appel de Me Abdoulaye Wade pour empêcher la tenue de la présidentielle passe mal au sein de l’opinion. Même les principaux alliés du pape du Sopi semblent ne pas adhérer à cette idée, qui semble à leurs yeux comme un boycott.

Plutôt que de lui dire ouvertement leur position, Pape Diop, Mamadou Lamine Diallo et Mamadou Diop Decroix avec qui il est en coalition à l’Assemblée nationale, ont préféré rallié la coalition « Idy Président ». Decroix qui lui a rendu visite dernièrement à Versailles, déclare: « Nous avons beaucoup discuté de ces questions et nous sommes déterminés à dénoncer et à combattre les forfaitures du régime en place. (Mais), les Sénégalais tels que nous le percevons, ont une détermination farouche à aller régler son compte Mackly Sall dans les urnes ».

Même avis pour le mouvement Y en marre pour qui, le boycott favorise l’élection de Macky Sall. « Nous pensons que la meilleure stratégie, pour ceux qui combattent Macky Sall, c’est d’aller voter massivement contre lui. Le cas contraire, c’est l’aider à gagner», explique Fadel Barro, coordonnateur de Y en a marre, repris par « Les Echos ».

Le candidat Ousmane Sonko s’est pour l’instant refusé à tout commentaire. Tout le contraire de Cheikh Issa Sall, du Parti pour l’unité et le rassemblement. « Les élections sont en train de se dérouler. Elles ont commencé depuis longtemps. Vous savez que les élections, c’est quand même un processus. Peut-être qu’il (Abdoulaye Wade) parle du scrutin qui est le jour des élections. Une élection, c’est une dynamique. Maintenant, parlant du jour scrutin, ça c’est une autre chose. Les gens confondent souvent le scrutin et les élections. Nous sommes actuellement en campagne électorale. Donc, nous sommes en plein dans les élections. Pour le scrutin, c’est le 24 février et il aura un gagnant », dit-il, repris par L’Observateur.

Du côté du pouvoir, on assure le scrutin se tiendra le 24 février. « Notre avis, c’est qu’il ne peut pas empêcher la tenue de ces élections et ensuite l’Etat prendra ses responsabilités. Il ne peut venir à l’esprit de personne de renvoyer ou d’annuler le scrutin parce qu’il n’y a pas de raison particulière. Si le président Wade pense que c’est son fils ou c’est le déluge, il trouvera face à lui l’Etat du Sénégal », prévient sur France24, El Hadji Hamidou Kassé, coordonnateur du pool Communication du candidat Macky Sall.

« J’ai entendu le Président Wade. Nous le respectons tous, pour tout ce qu’il a fait pour ce pays. Je pense que c’est simplement des positions d’un politicien qu’il exprime. Mais le scrutin, inchAllah, aura lieu le 24 février », ajoute le ministère Aly Ngouille Ndiaye. Ce dernier  souligne que "les forces de défense et de sécurité seront massivement déployées dans les différents bureaux de vote, au moins 24 heures avant le scrutin ».








Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2ByX9YH
via gqrds
Share To:

ThiesActu ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours