« La guerre de Troie annoncée par Me Wade n’aura pas lieu, le Peuple sénégalais élira son président », selon Cheikh Oumar Sy
Faisant le décryptage du discours de Versailles d’Abdoulaye Wade, avec, en filigrane, le mot d’ordre de boycott de l’élection présidentielle du 24 février 2019, Cheikhou Oumar Sy, député à l'assemblée nationale sénégalaise de la XIIème législature et également membre du parti Bes du niak a lancé des vertes et pas mûres au patriarche Me Abdoulaye Wade.
 
« Ce que je retiens du message de Me Abdoulaye Wade: " Mon fils n'étant pas candidat, je vous invite à vous battre pour lui ou de boycotter les élections », a déclaré d’entrée Cheikh Oumar Sy à leral.net.
 
Karim Wade n’a pas le courage de son père
 
Avant d’ajouter que « il est clair que Karim Wade n'a à aucun moment embrasser le courage de son père pour faire face à Macky Sall. Depuis sa fameuse sortie de Reubess qui reste une nébuleuse  pour la plupart des Sénégalais, il nous a habitué aux coups de fil, aux messages et à des faux bonds dont l'ultime objectif et de rappeler aux peuple sénégalais qu'il a des ambitions mais qu'il n'a pas le courage de les assumer.
 
J'ai beaucoup d'estime pour Me Wade parce qu'il est sans équivoque le personnage public qui a le plus marqué la vie politique du Sénégal et dont l'aura reste intacte. Mais, la bataille de Troie n'aura pas lieu »
 
Mort de Mamadou Diop et l'emprisonnement injuste des jeunes de Colobane
 
En regardant dans le rétroviseur, l’ancien député et membre du parti Bes du niak a rappelé les événements tragiques qui ont découlé des manifestations de 2012.
 
« La mort de Mamadou Diop et l'emprisonnement injuste des jeunes de Colobane ont laissé un goût amer aux citoyens qui aujourd'hui préfèrent s'exprimer par la voie des urnes même s'ils décrient un processus électoral entaché d'irrégularités ».
 
Par conséquent Cheikh Oumar, sans ambages, reste péremptoire sur le fait que « le 24 Février 2019, le Peuple sénégalais votera et élira un président. Nous en tirerons tous les conséquences et comme à l'accoutumée nous retournerons dans nos activités respectives ».
 
D’autant que renseigne toujours Cheikh Oumar Sy «l’élection présidentielle de cette année n’est pas une fin en soi, mais elles constituent sans nul doute un tournant décisif pour une nouvelle génération de leaders dont la seule ambition est de construire un Sénégal plus juste, plus équitable et où la cohésion socioculturelle constituera le socle pour un développement viable et durable. »
 
Massène DIOP Leral.net




from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2SrtrOQ
via gqrds
Share To:

ThiesActu ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours