Lundi 11 février 2019, jour tragique à Tambacounda. Reconstitution d’une journée de drame, d’effroi et de fureur.
Présidentielle 2019- Violences électorales à Tambacounda: Retour sur une journée tragique
Il est un peu plus de 10 heures quand des heurts éclatent entre militants de Benno Bokk Yaakaar (Bby) et ceux du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur). La bagarre dégénère. Bilan : deux morts dans les rangs. À l’origine de la bagarre : une banale histoire d’affiches de leurs leaders politiques déchirées.

Benno accuse le camp de Issa Sall. Mamadou Ndiaye dit Vieux, membre de la coalition présidentielle et témoin oculaire assure que les éléments de la garde rapprochée du Pur ont été les premiers à déchirer les affiches de Macky Sall. En riposte, les jeunes de Benno ont tenté de s’imposer et la bagarre a éclaté. « J’avais ordonné aux jeunes de Benno de garder le calme et de ne pas répondre aux provocations. Seulement, les éléments du candidat Issa Sall se sont faits plus menaçants, allant même jusqu’à proférer des insanités. Ils ont attaqué et les jeunes ont riposté », raconte Vieux. L’endroit situé à proximité du siège du Pur est transformé en un champ de bataille.

Ibou Diop, poignardé au cou

Durant la rixe, Ibrahima Diop est touché. Il aurait été touché avec une arme blanche. Une thèse confortée par les premiers éléments de l’enquête. Selon la déclaration du Procureur du Tambacounda, en point de presse, ce mardi matin, 12 février, le jeune tailleur a été poignardé et est mort sous le coup.

Présidentielle 2019- Violences électorales à Tambacounda: Retour sur une journée tragique
Il aurait été poignardé au cou par un membre encagoulé du Pur, dénoncent certains jeunes. Le certificat de genre de mort établi par le médecin fait état de 4 plaies pénétrantes et a conclu à une mort par hémorragie interne.

Présidentielle 2019- Violences électorales à Tambacounda: Retour sur une journée tragique
La nouvelle de la mort de Ibou Diop qui se répand très vite et le quartier « Dépôt » est envahi pare une horde de jeunes en furie. Qui veulent rendre justice à leur camarade décédé. Ils se dirigent cers l’hôtel Niji, sis au quartier Abattoirs où était logée la délégation de Issa Sall. Pierres, troncs d’arbres, chaînes de vélo, gourdins leur servent d’armes. La police s’interpose entre les deux cortèges. Durant 1 heure, elle veille au grain. Mais, ne parvient pas à calmer la colère des jeunes. Qui poursuivent la caravane du candidat Issa Sall jusqu’à sa sortie de la vielle, sur la route de Bakel. La caravane fonce sur la foule et tue sur son passage un autre jeune.

La caravane du Pur fonce sur la foule

Cheikh Touré, 30 ans, conducteur de moto Jakarta succombe. Il a été fauché par un véhicule de marque Suzuki. Le conducteur de la voiture de même que les passagers à bord sont arrêtés à Kidira par les éléments de la compagnie de gendarmerie de Bakel et conduits à Tambacounda pour les besoins de l’enquête. Le bilan gonfle à 2 morts.

La colère redouble. Les jeunes pourchassent le cortège et rattrapent le véhicule des journalistes et deux autres 4X4, qu’ils incendient. Les dégâts sont énormes. De nombreux journalistes blessés, 3 véhicules et 2 motos du Pur caillassés.
Du côté de Benno, on dénombre 2 morts et des blessés graves. Un peu plus tard dans la soirée, un troisième décès est annoncé. Selon certains, il s’agit d’un blessé qui a succombé. Mais, selon les informations du Procureur, Demba Traoré, il est mort des suites d’une bagarre entre Jakatamen.

emedia.sn



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2E6av02
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours