mars 2019
Prestation de serment de Macky Sall : Roch Marc Kaboré, premier chef d'Etat à arriver à Dakar
Le président du Burkina Faso, Roch Marc Kaboré est arrivé dimanche en fin de matinée dans la capitale sénégalaise où il doit participer mardi à la prestation de serment de Macky Sall pour un second mandat à la tête du pays, a appris l’APS.

Le président du Faso, accueilli à l’aéroport Léopold Sédar Senghor par son homologue sénégalais est le premier dirigeant à fouler le sol du Sénégal parmi les treize chefs d’Etat et de gouvernement attendus à cette cérémonie prévue dans la Nouvelle ville de Diamniadio, à la sortie de Dakar.

L’arrivée du président Burkinabé à Dakar doit être suivie par celle de son homologue de Madagascar, Andry Rajoelina, selon Radio Sénégal (publique).

La cérémonie de prestation de Macky Sall sorti vainqueur de l’élection présidentielle du 24 février dernier va se tenir au Centre des expositions du pôle urbain de Diamaniadio, dans le département de Rufisque.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FOyLVs
via gqrds
Le Président Macky Sall doit mettre fin au compagnonnage avec ses alliés dans Benno Bokk Yakaar pour son second mandat. C’est l’avis du chanteur Ouza Diallo qui l’a déclaré lors de l’émission ‘’Face to face’’ de la TFM. Parce que, a-t-il dit, « depuis sept ans, le chef de l’Etat est pris en otage par ses alliés. »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HSPUzo
via gqrds
El Hadji Amidou Kassé a assuré que le Président Macky Sall fera bien sa déclaration de patrimoine, selon un timing prévu par la loi.
Macky Sall fera sa Déclaration de patrimoine, selon El Hadji Amidou Kassé
"Il faut rappeler que le Président Macky Sall a été le premier Président de la République à faire une déclaration de patrimoine alors que la loi ne l'imposait pas", a indiqué l’ancien DG du Soleil, dans l’émission Objection de Sud Fm, ce dimanche. Il s’est également exprimé sur le choix du Centre des expositions de Diamniadio pour abriter la cérémonie de prestation de serment de Macky Sall ce 2 avril. "Il fallait un espace convenable pour accueillir tout ce monde qui va prendre part à cette cérémonie ", dit le responsable de la communication de la présidence
Il a également confirmé qu’une quinzaine de chefs d'Etat prendront part à cette cérémonie.
Le Forum du justiciable dirigé par Babacar Ba a sorti un communiqué cette semaine, soulignant que le Président de la République doit faire une déclaration de patrimoine avant sa prestation de serment.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2UncTZh
via gqrds
Moussa Tine est d’avis que « la réforme institutionnelle sur le mandat présidentiel n’a pas été bien menée ». Invité de l’émission Grand Jury ce dimanche, le leader de l’Alliance démocratique Pencco, a estimé que si l’alinéa 2 de l’article 27 de la constitution qui parle du mandat du Président est clair en fixant le nombre de mandats à 2, il n’en est pas même pour l’alinéa 1 qui évoque la durée du mandat.
Moussa Tine : « la réforme sur le mandat présidentiel n’a pas été bien menée »
Ce qui, a-t-il dit, est à l’origine des interprétations sur la possibilité ou non pour Macky Sall de briguer un troisième mandat. Il y a le problème de savoir « si on prend en compte seulement le quinquennat ou à la fois le septennat et le quinquennat ». C’est pourquoi, a-t-il dit, certains ont émis l’idée de réviser la constitution pour ajouter dans le décompte le septennat.
Et Moussa Tine de rappeler, « lors du référendum, il était question d’apporter des modifications dans l’histoire de ce troisième mandat. C’est cela qu’il nous a vendu », parlant de Macky Sall. Toutefois, souligne-t-il, « en termes d’interprétation, il ne faut pas ouvrir un débat que lui-même n’a pas ouvert ». Et de conclure, « il ne faut pas acter la possibilité pour un homme politique de se dédire ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2JPLWZZ
via gqrds
Dans les rangs du pouvoir, les accusations de holdup électoral, émises hier par Barthélémy Dias à l’encontre du Président Macky Sall et de Aly Ngouille Ndiaye, hier, laissent de marbre.
Abdou Mbow répond à Barthélémy Dias : « personne ne peut tripatouiller les élections »
Interrogé par la RFM, le ministre de l’Intérieur n’a pas souhaité répondre à cette question, alors que Abdou Mbow considère « Idrissa Seck et ses alliés comme de mauvais perdants qui ne se remettent pas de leur défaite ». Et le député de rappeler : « les élections sont terminées, le Président de la République va prêter serment le 2 avril et on va défiler le 4. Nous sommes dans l’action, ils n’ont qu’à rester dans la parole ». Et Abdou Mbow de marteler : « personne ne peut tripatouiller les élections au Sénégal ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2UgFtvr
via gqrds
Le leader de l’Alliance démocratique Pencco, Moussa Tine est formel, « Khalifa Sall ne demandera jamais une grâce à Macky Sall ». Invité de l’émission Grand Jury ce dimanche, l’ancien député affirme que « Khalifa Sall accepte parfaitement son sort, il le vit normalement parce qu’il a l’avantage d’être un croyant ».
Moussa Tine : « Khalifa Sall ne demandera jamais de grâce »
Toutefois, ajoute-t-il, « aujourd’hui, il faut être conscient que Macky Sall a pris la décision de neutraliser un adversaire politique en utilisant la justice ».
Mais souligne-t-il, « si on applique la jurisprudence Khalifa Sall à ceux qui dirigent les institutions à part l’Assemblée nationale, vous les amenez tous à Reubeus ». Moussa Tine rappelle que « Khalifa Sall n’a pas été condamné pour détournement de deniers publics, mais sur sa méthode de gestion ». Et de révéler, « la police sénégalaise paie ses indicateurs avec de fausses factures »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FNRFMa
via gqrds
L’ancien maire de Ziguinchor est revenu sur la défaite de Macky Sall à Ziguinchor lors de l’élection présidentielle. S’il estime qu’il y a eu un vote affectif en faveur de Ousmane Sonko qui est de la région, il pointe également du doigt les divergences entre les membres de l’APR dans la région. Robert Sagna a surtout regretté les déclarations de Moustapha Cissé Lô, qui, a-t-il dit, a eu un effet négatif sur le vote des casamançais.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2ODa3Ka
via gqrds
L’auteure du célèbre tube ‘’Karo Yallah’’ prépare une surprise pour le Président Macky Sall. Khar Mbaye Madiaga et ses amies du Théâtre Sorano comme Soda Mama Fall, Fatou Guéwel Diouf sont en répétition depuis quelque temps, selon IGF. Elles seraient en train de concocter un morceau en l’honneur du chef de l’Etat qu’elles devraient entonner lors de l’investiture du chef de l’Etat au Parc des Expositions de Diamniadio, mardi prochain.
prestation de serment : Khar Mbaye Madiaga prépare une surprise pour Macky Sall



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FNi4JX
via gqrds
Le maire de Mermoz Sacré-Cœur a fait face à la presse ce samedi avec une projection de diapositives accusant le Président Macky Sall et le ministre de l’Intérieur de fraudes lors de l’élection présidentielle du 24 février dernier.
Barthélémy Dias a dit déceler des irrégularités sur le fichier électoral avec des centaines de milliers de cartes établies sur de fausses pièces d’état civil. Le lieutenant de Khalifa Sall soutient avoir constater dans le fichier électoral des personnes déclarées nées au Sénégal alors que, a-t-il dit, « ce qui existe c’est des nées à Dakar, Thiès, etc… ».

Toujours selon l’édile de Mermoz Sacré-cœur, des pièces d’état civil d’enfants, ont été utilisées pour fabriquer des cartes d’identités nationales et d’électeurs.
Suffisant pour Barthélémy Dias d’accuser Macky Sall de hold up électoral avec la complicité des services du ministère de l’Intérieur et de hauts magistrats du Sénégal.

Aussi, a-t-il annoncé une plainte contre le ministre de l’intérieur Aly Ngouille Ndiaye, le directeur de la Daf et le directeur général des élections.

Barthélémy Dias en est convaincu, « si ces irrégularités ne sont pas corrigées sur le fichier électoral, personne ne pourra gagner des élections au Sénégal ».
Il a promis d’envoyer les documents dont il dispose au forum civil, à Amnesty, à la Raddho et aux magistrats.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FINShB
via gqrds
Le chef de l’État, Macky Sall, a reçu le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, rapporte Igfm. Le ministre Français a notamment mis en relief les belles performances de l’économie sénégalaise et annoncé le renforcement du soutien de la France dans la deuxième phase du PSE. Macky Sall a élevé son hôte au grade de l’Ordre national.
Décoration: Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire élevé à l’Ordre national



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2K5QzzB
via gqrds
Momar Lô est un homme multidimensionnel. Ancien député à l’Assemblée Nationale sous le régime socialiste, jusqu’en 2002, il est un témoin de l’histoire de son terroir, le Ndiambour. Issu d’une famille dirigeante à Louga, celle des Lô où les guides spirituels et moraux sont généralement issus, Momar Lô n’en pas moins un intellectuel accompli. Ingénieur en planification de formation, l’homme maîtrise parfaitement l’évolution socio-politique du Sénégal.
Toutefois, Momar Lô déplore aujourd’hui la perte des valeurs aujourd’hui au Sénégal depuis les années 1990. « Aujourd’hui, les seules valeurs au Sénégal au Sénégal sont celles de la survie », dit-il, dans cet entretien exclusif.
Faisant une radioscopie de l’histoire politique du Sénégal depuis Abdou Diouf il note les gouvernances des 3 derniers présidents sénégalais.
Selon lui, « Abdou Diouf menait une politique imposée de l’extérieur, notamment par les partenaires au développement, la Banque mondiale et le FMI, qui ne l’ont pas aidé ». En plus, souligne-t-il, « avec un budget limité à l’époque de 800 milliards, il n’avait pas une grande marge de manœuvre ».
Par contre, dit-il, Wade a eu le courage de tourner le dos à ces bailleurs traditionnels pour se tourner vers d’autres partenaires, notamment les pays arabes. Ce qui lui a permis de porter le budget du Sénégal à 2200 milliards.
« Wade a donné le courage aux sénégalais. Cette mentalité de croire en eux et de se prendre en charge ».
Son successeur Macky sall est retourné vers ces partenaires traditionnels du Sénégal, particulièrement la France, souligne-t-il. Toutefois, « Macky Sall a su gagner la confiance de ses partenaires. C’est pourquoi quand il a demandé 2 milliards au sommet de Paris, les partenaires lui en ont donné 7 ».
Ce qui lui a permis à son tour de « porter le budget du Sénégal à 4000 milliards ».
Suffisant pour Momar Lô de dire que « Macky Sall a la possibilité de réaliser ses projets » et de porter le Sénégal vers le Développement.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2uzNYDd
via gqrds
Moussa Diop n’a pas sa langue dans sa poche. Le DG de Dakar Dem Dikk a encore lancé quelques piques à l’encontre de certains de ses frères au sein de la mouvance présidentielle.
“ Cela ne fait pas plaisir d’être avec des gens qui t’appellent frère le jour, et essaient de t’enterrer la nuit”, a-t-il dit, hier, en marge de la rencontre entre les members de la coalition Macky 2012. Et Moustapha Diop ne veut surtout pas être le troublion au sein de la mouvance présidenrielle. “Quelques fois, ils utilisent ma bouche pour manger leur piment”, s’est-il défendu celui qui a défrayé la chronique dernièrement à propos de sa declaration sur l’autoroute Ila Touba.
Toutefois, a-t-il dit, “l’intérêt du sénégal doit primer sur nos intérêts propres. “Aujourd’hui, on s’est parlé, on s’est dit des vérités, et l’objectif est d’accompagner Macky Sall pour son second, au lieu de parler de candidature pour 2024”.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FPqijF
via gqrds
Prestation de serment: Les divas de Sorano chantent Macky Sall
La prestation de serment du chef de l’Etat prévue mardi au Centre des expositions, se prépare activement. En dehors du protocole qui se démène, il y a aussi le côté culturel qui n’est pas en reste.

Hier vendredi, des sources de «L’As» ont aperçu de grandes divas de la musique ayant fait les beaux jours de Sorano, dans les locaux de la télévision nationale. Renseignement pris, Soda Mama Fall, Khar Mbaye Madiaga, Fatou Guéweul Diouf et Cie enregistraient un single à la gloire de Macky Sall.







L'As



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HN06tk
via gqrds
C'était il y a huit ans à Dakar : trois rappeurs et trois journalistes créent Y en a marre, un mouvement de la société civile qui voulait réveiller la jeunesse sénégalaise, et au-del,à toute la jeunesse africaine. À Ouagadougou, à Kinshasa, à Goma, Y en a marre a fait de nombreux émules et a contribué à des avancées démocratiques. Aujourd'hui, Fadel Barro, le coordonnateur des premiers temps du mouvement, cède la place à l'un de ses camarades, Aliou Sané. Quel est son bilan ? Que va-t-il faire ? En ligne de Dakar, Fadel Barro répond aux questions de Christophe Boisbouvier.
Fadel Barro : Rester engagé
RFI : Quelle est l'action de Y en a marre dont vous êtes le plus fier ?

Fadel Barro : Je repense toujours à ces jeunes de Bignona. Une semaine après, la naissance du mouvement Y en a marre, je découvre à la télé qu'il y avait des jeunes qui s'étaient organisés et qui avaient fait une petite marche jusqu'à la préfecture pour exiger la paix en Casamance et quand j'ai vu ça, je me suis dit que ce mouvement-là avait de l'avenir.

Il y a la Casamance puis il y a Dakar, votre combat contre le projet de troisième mandat Abdoulaye Wade, c'était en 2011, c'est quand même un moment fort de votre histoire non ?

Oui, c'était un des moments forts, c'est le moment le plus spectaculaire. C'est quand nous avons contribué le 23 juin à faire reculer le pouvoir Abdoulaye Wade et sa tentative de modification de la Constitution. Tout le combat qui s'en est suivi pour empêcher ce troisième mandat. Mais surtout aussi, c'est de voir que ce mouvement-là, très tôt, a fait des émules un peu partout en Afrique, et de voir des jeunesses africaines s'organiser autour de mouvements comme Filimbi, comme Lucha, comme Balais citoyens, et comme au Soudan du Sud partout, ça me rend aussi un peu fier.

Peut-on dire que ce combat contre un troisième mandat que vous avez mené à Dakar en 2011, a fait école à Ouaga en 2014, et à Kinshasa en 2018 ?

Chaque pays dans ses réalités sociopolitiques, s'est organisé. Oui, on a vu dans le cadre du Balai citoyen au Burkina Faso, que les jeunes se sont organisés. Des artistes et des journalistes, des jeunes tout court, se sont organisés, ont contribué à empêcher Blaise Compaoré d'avoir un troisième mandat, oui, c'est extrêmement important, mais c'est surtout quand il y a eu le coup d'Etat du RSP par le biais du général Gilbert Diendéré, que les gens sont sortis dans la rue, et ils ont manifesté en face des kalachnikovs, ça, ça donne de l'espoir. Au Congo aussi, nous avons été arrêtés là-bas avec aussi d'autres membres du Balais citoyens pour lancer le mouvement Filimbi.

Et depuis 2015, le président Kabila a essayé avec plusieurs stratégies, il a fait le glissement, il a tout fait pour avoir un troisième mandat, pourtant il ne l'a pas obtenu parce que, au bout du compte, même si les élections étaient calamiteuses, même si on a vu que les résultats des élections n'ont pas donné les fruits attendus, finalement il n'a pas tenu ce mandat. Même ailleurs, si au Gabon, les gens n'ont pas réussi, même si au Tchad ou au Congo Brazzaville, l'essentiel c'est qu'il y ait des mouvements comme Iyina, comme Ras le bol, comme Ça suffit, partout les jeunes s'organisent et essayent de dire non et se faire entendre.

Alors, vous êtes combatif dans la bataille contre un troisième mandat, on vous sent moins à l'aise dans la bataille pour ou contre un deuxième mandat, je pense à la dernière présidentielle au Sénégal, où on a senti que votre mouvement Y'en a marre risquait peut-être de se diviser entre les pro et les anti-Macky Sall…

Non le mouvement ne s'est pas divisé. Ce qui s'est passé, c'est que le troisième mandat n'est pas un deuxième mandat, qui lui est légal. Le contexte politique de 2012 contre un troisième mandat, c'était pour préserver la démocratie, c'était pour préserver la Constitution. Alors qu'en 2019, Y en a marre a joué son rôle pleinement, en mobilisant les jeunes pour s'inscrire sur les listes électorales, en les mobilisant pour qu'ils aillent retirer leurs cartes d'électeur et qu'ils aillent voter massivement, et ce taux de participation de plus de 66%, nous, nous avons une petite satisfaction là-dessus parce que notre message commence à être compris. Après, comme nous ne sommes d'aucun bord, nous n'étions pas pour un candidat précis.

Pendant la campagne électorale de 2019 un de vos collègues fondateurs, Fou Malade, a participé à la promotion du Train express régional, le TER, qui était l'une des réalisations du président sortant Macky Sall, et certains se sont demandé si ce n'était pas un coup de pouce au candidat Macky Sall…

Non, non absolument rien à voir, d'abord ce n'était pas pendant la campagne, Fou Malade avait été sollicité pour faire de la sensibilisation sur l'électricité pour aider les jeunes, pour que les jeunes soient sensibilisés sur l'électricité qui est utilisée, pour qu'ils ne traversent pas les chantiers. Et il l'a fait, oui, les gens se sont posé des questions, mais il se défend très bien en disant, "je n'ai fait que de la sensibilisation, mais je ne suis pas en train de faire de la promotion du TER comme une réalisation de Macky Sall".

Est-ce que lors de vos assises du 24 mars aux Parcelles assainies, vous avez adressé un avertissement à votre collègue Fou Malade ?

Nous avons discuté et ce qui était intéressant, c'est de poser la question de la vie d'un activiste, de la précarité de la vie d'un activiste, et quelle doit être son attitude vis-à-vis du pouvoir.

Oui, en faitn quand on est activiste comme vous, on ne gagne pas beaucoup d'argent, et quelques fois, il peut y avoir des tentations…

Il peut y avoir beaucoup de tentations, et c'est en cela qu'il faut déterminer les limites, et Y en a marre a analysé cette question avec beaucoup de lucidité et je pense que désormais, on ne risque plus d'avoir ce genre de comportements au niveau de Y'en a marre.

Il y a quelque mois, vous avez créé un blog de réflexion, on vous a dit tenté par l'idée d'être candidat à cette présidentielle de 2019, finalement vous n'y êtes pas allé, mais peut-être avez-vous d'autres projets, est-ce pour cela que vous quittez le poste de numéro un de Y'en a marre ?

Non, il y a beaucoup d'histoires qui se racontent… jamais il n'a été question de se présenter aux élections de 2019, le débat ne s'est jamais posé. Ce qu'il y a, c'est que nous estimons qu'on doit être l'exemple du changement qu'on veut voir venir. On ne peut pas porter tous ces discours et ne pas en être l'exemple.

Alors vous passez la main à votre camarade Aliou Sané, mais vous-même, qu'est-ce que vous devenez, vous entrez en politique ?

Non, pour l'instant, je suis encore un membre actif de Y en a marre, et je continue de travailler sous l'aile d'Aliou Sané pour l'atteinte des objectifs de Y en a marre.

Maintenant que vous allez avoir plus de temps, vous allez peut-être pouvoir vous consacrer à autre chose non ?

Oui, une de mes passions, c'est l'écriture, j'aurai plus de temps pour écrire et aussi pour m'occuper de ma famille, de mes enfants, et aussi pour voir la création de nouveaux possibles.

Et quand vous voyez le succès d'un candidat venu de nulle part, comme Ousmane Sonko qui a fait 15% à la dernière présidentielle sénégalaise, est-ce que vous ne vous dites pas qu'il y a un possible politique pour vous ?

Quand je regarde ça, je dis qu'heureusement le travail de Y'en a marre est en train d'être compris, quand je vois qu'aujourd'hui des candidats comme Ousmane Sonko, et d'autres d'ailleurs, étaient en train d'engager encore plus de jeunes dans l'espace politique, d'avoir un discours diffèrent de ce que nous voyons jusque-là, tout ça, c'est encourageant.

Avec peut-être vous-même ? L'Ousmane Sonko de demain pourrait-il être Fadel Barro ?

[Rires] Non, pour l'instant, encore une fois j'insiste, je reste un membre actif de Y en a marre pour les jeunesses sénégalaises, les jeunesses africaines, parce qu'on regarde tout ce qui se passe en ce moment en Afrique, que ce soit au Togo, où on a encore Folly Satchivi du mouvement "En aucun cas" qui est en prison.

Regardez ce qui se passe au Cameroun avec notre camarade Valsero qui est en prison parce qu'il exige d'améliorer les choses, regardez ce qui se passe en ce moment aux Comores où le ministre de l'Intérieur est responsable de toute la violence qui pourrait arriver, ce simulacre d'élection qui fait que les forces civiles sont organisées en conseil national de transition et que les Comores risquent d'être déstabilisés par le fait d'un homme qui veut se maintenir au pouvoir, et personne n'en parle. Il y a tellement de choses à faire sur ce terrain-là que je reste au service de tous ces combats pour faire évoluer les choses à la fois au Sénégal et dans le continent.






RFI



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WCmvwP
via gqrds
Malal Talla, alias Fou Malade a dû s’expliquer devant ses camarades de Y en a marre, à propos de sa publicité pour le Ter. Selon "Walf Quotidien", le frère de Racine Talla a même été recadré par ses camarades, puisque le prétexte qu’il a exposé n’a pas convaincu ses camarades, qui l’accusaient de “chanter” pour Macky Sall dans un contexte pré-électoral. "Nous avons discuté. Je pense que désormais, il ne risque plus d'avoir ce genre de comportement au niveau de Y en a marre", a déclaré, à ce sujet, Fadel Barro sur Rfi.
Ter : Fou Malade s’est expliqué avec ses camarades de Y en a marre



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HMwjRx
via gqrds
Nouveau gouvernement : Macky Sall annonce des changements pour…
Après le gouvernement, le Président Macky Sall a rencontré hier, les membres de son cabinet autour d’un déjeuner, organisé à la Salle des banquets du palais de la République.

Le chef de l’Etat profité de ce moment de détente avec ses collaborateurs pour faire une confidence sur le prochain gouvernement attendu, le 6 avril prochain. «Je vais procéder à des changements pour répondre, aux mieux, aux aspirations des populations. C’est un quinquennat plein de défis qui nous attend », a-t-il dit, d’après Libération.

L'Observateur note que le Président Sall a rendu hommage à certains de ses collaborateurs dont certains sont susceptibles de ne plus faire partie de son cabinet. « Même si on ne sera plus au poste, c’est un honneur d’avoir servi son pays à la Présidence de la République. Les titres sont déjà dans les Cv », a-t-il ajouté.







Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WAWUEu
via gqrds
Viviane Chidid a affirmé avoir soutenu le président Macky Sall lors de la dernière présidentielle. Une révélation faite, ce vendredi, sur la RFM où elle était l’invitée de Sidat Thioune.
Viviane : « J’ai soutenu Macky Sall parce que »
« J’ai chanté pour lui et cela a été un vrai plaisir. Je l’ai accompagné et soutenu parce que c’est mon président. Je lui dois ce respect en tant que chanteuse et artiste », a dit l’artiste-chanteuse. « S’il m’appelle un jour, j’irais lui répondre mais je suis là pour mon pays, car je suis une citoyenne sénégalaise », a précisé Viviane Chidid.

Elle a par ailleurs révélé qu’elle a failli être agressée ces derniers jours. « Ils étaient trois individus dans une voiture mais lorsqu’ils ont vu mon mari arriver en courant, ils ont pris la fuite. Vous savez, il y a tellement d’agressions et d’enlèvements dans ce pays ».







IGFM



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2U4c5Jy
via gqrds
Macky Sall se confesse : “Ce septennat a été sans répit. Mes détracteurs disaient que j’étais un président par défaut, je devais prouver le contraire”
Lors de sa rencontre hier, avec les membres de son Cabinet, Macky Sall est revenu sur son mandat écoulé. “Les 7 ans ont été difficiles. L’adversité était féroce. Je n’ai même pas bénéficié de temps de grâce”, confesse-t-il d’emblée.



En effet, dès le début de son mandat, le Chef de l’Etat avait été peint par ses détracteurs comme étant un “Président par défaut” . C’est d’ailleurs, dit-il dans les colonnes de LesEchos, la raison pour laquelle il avait “à coeur de prouver le contraire” et montrer qu’il était “un président de la République bien préparé” et qui pouvait remplir correctement ses charges.

Actusen.sn



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FAY9wq
via gqrds



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2U5s7Tm
via gqrds
La loi 2008 est légale mais illégitime. En fait, elle a été établie en 2008 car le Président Wade voulait que les généraux Pathé SECK et Mouhamadou KEITA tous anciens CEMGA se retirent des Assises Nationales organisées par l’Opposition d’alors. Donc cette loi a été prise dans un contexte politique crucial avec un manque total d’argument pertinent ni de vision globale et prospective.
Gestion des colonels à la retraite: Cette Injustice que Macky doit corriger
En contrepartie il a été attribué aux officiers généraux une indemnité de sujétion de 500.000 FCFA en omission des autres catégories d’officiers.

Liés En fait le militaire peut être assujetti par un acte administratif (exemple d’un emploi à la retraite ou prime) enfin l’autre décret parle de la création d’une Ecole d’Officiers de la gendarmerie nationale. Ce corps a certes besoin d’effectifs officiers que l’Armée ne peut pas lui fournir sans dégarnir les siens mais dans tous les pays du monde francophone les officiers font obligatoirement une formation de tronc communs et chacun se spécialise après le premier grade d’officier (Sous-lieutenant) entre les Armées Terre/Air/Mer/Gendarmerie/Sapeurs-pompiers. Donc ces deux textes légaux sont illégitimes et même dans la précarité liée à leur situation de retraites et de non sujétion alors que leurs collègues des Université dans les mêmes conditions après un an de contestations par écrit et médiatiques se sont vus octroyer un supplément de 300.000 FCA.

Malheureusement, les officiers ne protestent pas, ils ne revendiquent mais les anciens dirigeants politiques connaissaient l’Armée pour l’avoir fait, à l’image du Présidents Senghor ancien caporal de l’Armée française ou leurs enfants. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ce sujet remet sur la table l’employabilité et la reconversion des Colonels à la retraite que cette loi veut garder dans la précarité sans aucune mesure compensatoire généralisée.

Le président Macky Sall devrait corriger cette injustice que subissent les Colonels en retraite en cette veille de la fête nationale d’indépendance. Il faut dénoncer la prise des mesures dictées par le contexte politique. Car cette loi prise par Me Abdoulaye Wade a été inspirée par les Assises nationales. Aujourd’hui, les Colonels des armées, ne pouvant pas, élever la voix subissent une injustice sans précédent.
Dakartime



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WDBpmx
via gqrds
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, sera représenté à la cérémonie d’investiture du Président Macky Sall, le 2 avril prochain, par Seigo Kitamura, membre de la Chambre des représentants du Japon et Vice-président de la Ligue d’amitié parlementaire entre le Japon et l’Union africaine, selon l’Aps. « Considérant l’importance des relations bilatérales entre le Japon et le Sénégal, le gouvernement japonais a décidé d’envoyer Seigo Kitamura, en tant qu’envoyé spécial du Premier ministre Shinzo Abe, à la cérémonie d’investiture du Président Macky Sall, qui aura lieu le 2 avril ».
Investiture de Macky Sall : Le PM japonais représenté par Seigo Kitamura



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2V3pZrP
via gqrds



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FENikZ
via gqrds
Le ministre de l'Economie et des Finances de la France a lancé ce matin à Dakar le programme "Choose Africa". Selon, Bruno Le Maire, cette initiative phare de l'Agence française de développement, d'un coût de plus 1600 milliards FCFA va permettre à toutes les petites et moyennes entreprises et start-up africaines de se développer beaucoup plus rapidement. Par ailleurs, l'Argentier de l'Etat français a salué le développement économique du Sénégal depuis l'accession de Macky Sall à la magistrature suprême.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Wwcilq
via gqrds
Le ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Bâ s'est réjoui du lancement ce matin du programme "Choose Africa" par son homologue français Bruno Le Maire. D'après l'Argentier de l'Etat du Sénégal, la France a toujours soutenu la vision du Président Macky Sall. Raison pour laquelle lors du GC de Paris en décembre 2018, elle s'était engagée à financer la phase 2 du PSE à hauteur 1000 milliards de nos francs. Par ailleurs, M. Bâ a annoncé que le budget de la Délégation à l'entrepreneuriat Rapide (DER) qui a déjà financé plus de 183 mille Sénégalais, sera porté à plus de 100milliards FCFA. Ce, dans le but d'accompagner plus les petites et moyennes entreprises (Pme), à l'image de "Choose Africa".



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HNp8Zo
via gqrds
L'actualité, c’est le remaniement ministériel tant attendu. Prétexte pour dakarposte d'interviewer un des jeunes leaders de l'APR, en l'occurrence Mohamed Sylla. Dans cet entretien exclusif, cette grosse légume du parti au pouvoir établi à Touba revient sur la dernière Présidentielle, non sans déballer. En effet, Mohamed Sylla, connu comme un jeune acteur politique, qui abhorre la langue de bois, a révélé détenir une liste d'au moins 17 ministres entre autres Directeurs Généraux...qui ont dealé avec le chef de file du parti REWMI Idrissa Seck avant et pendant la campagne électorale du scrutin du 24 février dernier. Aussi, a t'il fait un round up sur la situation dans la capitale du mouridisme et une évaluation par rapport à ce qui a été obtenu comme résultats lors des différentes élections par l'APR à Touba, entre autres révélations et non des moindres
Dakarposte.com



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WwchxS
via gqrds
Le ministre des finances du Sénégal s’est félicité du programme Choose Africa, lancé ce matin à Dakar. Une initiative du président français Emmanuel Macron pour soutenir les Petites et moyennes entreprises (PME) africaines. Pour Amadou, ce programme trouve un cadre favorable au « Sénégal qui figure dans le top des économies africaines les plus dynamiques ».
Amadou Ba : « Le Sénégal est dans le top 5 des économies africaines les plus dynamiques »
Des performances réussies selon Amadou Bâ en partie grâce au "Plan Sénégal émergent (PSE) initié par le Président Macky Sall depuis 2014, qui a permis de doubler la croissance économique du Sénégal". Une tendance qui va se poursuivre selon le ministre des Finances qui a indiqué que la classe moyenne sénégalaise va doubler d’ici à 2023.
Toutefois, il a reconnu que "le problème majeur des PME africaines et sénégalaises en particulier réside dans la difficulté de trouver des financements". De quoi se féliciter de "la Délégation de entrepreneuriat rapide au Sénégal (DER) d’un montant de 30 milliards pour 1800 bénéficiaires. Un financement qui sera porté à 100 milliards FCFA prochainement", a annoncé Amadou Ba.
Pour le ministre des Finances, « Choose Africa est une excellente opportunité de financement des PME africaines ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2UhqLUH
via gqrds
Les Rg sur les traces des futurs ministrables
Selon le journal Source A, 52 Sénégalais seraient discrètement soumis à des enquêtes de moralité à la Direction de la surveillance du territoire (Dst).

C’est en plein séjour marocain que le Président Macky Sall a instruit comme il est de coutume, le directeur général de la Police nationale de faire mener les enquêtes administratives sur 52 Sénégalais. Source A explique que pour brouiller les pistes, Macky Sall a bizarrement mis sur la liste, des ministres qui ont assisté mercredi au dernier Conseil des ministres dans la salle Bruno Diatta.
 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2K2OvbB
via gqrds
Des analystes politiques ont fait état dans leurs récentes sorties du nouveau gouvernement de Macky Sall après sa réélection, avec plusieurs profils comme Premier ministre (PM)…
Voici le Gouvernement apolitique de Macky Sall…
Les premiers cités comme premiers ministrables sont Mouhamadou Makhtar Cissé, Aly Ngouille Ndiaye, Mimi Touré…Ils sont suivis de Mankeur Ndiaye, et Amadou Bâ.

Tout porte à croire que le Président Macky Sall ne fera pas un gouvernement très politisé vu les enjeux de l’émergence. Et maintenant pour ce qui est de ceux susmentionnés comme Premiers ministres :

Mankeur Ndiaye qui a quitté le gouvernement pour entamer de nouvelles fonctions onusiennes, ne pourra pas revenir sinon Macky ne l’aurait laissé partir. Ensuite, il y a ses problèmes avec Condé.

Makhtar Cissé fait du bon boulot à la Senelec. Il faut le laisser là-bas.

Amadou Bâ doit régler son problème avec ses camarades à Dakar. Et puis un chef ne veut pas d’un ambitieux comme Premier Ministre.

Mimi qui est restée fidèle après son limogeage, peut attendre les Législatives pour remplacer Niasse qui va partir. Il ne tient plus.

Aly Ngouille Ndiaye peut espérer une promotion avec un autre ministère de souveraineté comme la Justice ou même les Affaires Étrangères.

Les alliés resteront car il y a les Locales puis les Législatives à venir. Peut-être une nouvelle figure pour remplacer certains ministres incompétents.

Serigne Mbaye Thiam qui a créé beaucoup de problèmes à l’éducation. Aminata Mbengue ne partira pas, de même que Samba Sy du PIT. Les perdants seront remerciés comme lors des Législatives.

Augustin Tine peut sauver sa peau à cause de sa confession, contrairement aux autres responsables de Thiès, à l’exception du ministre du Commerce, Alioune Sarr qui est de l’AFP.

Il en sera de même pour ceux de Ziguinchor. On ne peut pas limoger tous les chrétiens. Benoît Sambou et Bampassy ne sont plus ministres. Il n’y a que Maxime Jean Simon Ndiaye qui est Secrétaire général de la Présidence.

Les nouveaux souteneurs

Baldé, Gadio, Aissata Tall, Fada … ont peu de chance d’entrer dans le nouveau gouvernement qui ne sera pas un gouvernement 100 pour 100 politique comme l’actuel.
Il y aura de nouvelles têtes Apr. Ceux qui ont largement gagné chez eux.






Oumar Cissé, juriste



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Uo8Iws
via gqrds
Locales : Le MAC authentique défie Moussa Sy aux Parcelles assainies
En conférence de presse hier, à son siège aux Parcelles assainies, le leader du MAC authentique, Ansoumana Danfa se dit prêt à conquérir la mairie de sa localité. « Le MAC aura un candidat pour la mairie des Parcelles Assainies », a annoncé M. Danfa.

« Le MAC est incontournable aux Parcelles. En 2012, le MAC avait dirigé le comité électoral de la coalition de Macky Sall dans ladite localité et nous avons gagné l’électorat. Le maire Moussa Sy dirigeait la liste de Abdoulaye Wade, nous l’avons battu au premier tour, au second tour de la présidentielle, nous l’avons laminé », rappelle le leader du MAC authentique, qui estime que l’APR doit soutenir sa candidature lors des locales.

Abordant sa relation avec le maire Moussa Sy, il déclare que celui-ci est comme un frère pour lui. Par ailleurs, Ansoumana Danfa a appelé l’opposition à répondre à l’appel au dialogue du Président Sall.







Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2V4CYt9
via gqrds
Formation du nouveau Gouvernement : 52 Sénégalais, discrètement, soumis à des enquêtes de moralité par la DST
Le Président Macky Sall, qui entame son dernier mandat, le 3 Avril prochain, a réussi à verrouiller tout le processus de défenestration et de nomination de ministres dans le prochain Gouvernement.

En effet, selon "SourceA", le chef de l’Etat a ordonné, depuis deux semaines, des enquêtes de moralité sur 52 Sénégalais. Mais, pour brouiller les pistes, Macky Sall a mélangé sur sa liste des directeurs nationaux, d’actuels ministres, de hauts fonctionnaires, des opposants ayant soutenu sa candidature à la Présidentielle du 24 février et certains Sénégalais qui n’avaient pas, jusqu’ici, goûté aux sucettes distribuées par le régime, depuis 2012. Reste, maintenant, à savoir qui sera retenu ou recalé, au terme de ces enquêtes. Surtout que certains, qui ont été auditionnés, devraient plutôt atterrir à la tête de certaines Directions générales.







Actusen.sn



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2CUhg4f
via gqrds
Palais : Macky Sall fait ses adieux à son Cabinet
Le chef de l’Etat va rencontrer les membres de son cabinet aujourd’hui. Il sera question de remerciements et de reconnaissance du travail d’Oumar Youm et son équipe. A l’image du gouvernement, Macky Sall va-t-il remanier son équipe du Palais ?

C’est un agenda très chargé pour le Président réélu. Apres le dernier Conseil des ministres de son premier mandat, mercredi, suivi d’un déjeuner d’adieu aux membres du gouvernement de Dionne, le journal "Le Quotidien" a appris que Macky Sall se retrouvera aujourd’hui entouré de son Cabinet. Pour des adieux aussi.

Le Cabinet du Président de la République est l’autre « gouvernement » du Palais. Sa composition et ses attributions en font le cœur du (vrai) pouvoir politique. C’est pourquoi, ceux qui le comprennent, préfèrent souvent être aux côtés du Président que dans une équipe gouvernementale. En effet, le Cabinet présidentiel est l’émanation de la conception et des grandes décisions. Il est le sommet de l’Exécutif et le gouvernement n’en est que l’exécutant. C’est aussi le lieu de toutes les intrigues, là où les colombes roucoulent à l’oreille du résident les stratégies politiques, économiques, électorales. Là où les faucons réclament les « petits meurtres », etc. Voilà qui en fait une grosse machine de fabrication ou de broyage des ambitions.

Alors, il reste à savoir si le chef de l’Etat, qui prête serment le 2 avril, va remanier son Cabinet.





Le Quotidien
 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2V6EgUw
via gqrds
Le maire de Paoskoto a donné l'assurance que l'Etat va injecter plus de 1,8 milliard FCfa dans le projet de construction d'une esplanade à Porokhane, qui, une fois terminée, va accueillir la cérémonie religieuse à l'occasion de chaque Magal. D'après Aly Mané, les ambitions de Macky Sall dans la cité religieuse, où repose Sokhna Diarra Bousso, sont nombreuses, d'où ses multiples réalisations durant son septennat.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FItvCF
via gqrds
En marge de la cérémonie officielle du Magal de Porokhane ce matin, Abdou Ndiaye a invité le Président Macky Sall a multiplié ses réalisations dans la cité religieuse, où repose la mère de Serigne Touba. Mais aussi dans le département de Nioro. Par ailleurs, le chargé de mission à la Présidence a profité de l'occasion pour remercier les populations de porokhane, qui ont renouvelé leur confiance au Chef de l'Etat le 24 février dernier.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2OsTeSa
via gqrds
Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a dirigé la délégation gouvernementale, ce jeudi, lors de la cérémonie officielle du Magal de Porokhane.
Magal de Porokhane: Aly Ngouille Ndiaye promet la finition des chantiers de Macky Sall dans la cité religieuse
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique est revenu sur le sens de ce Magal, rappelant le parcours extraordinaire de Mame Diarra Bousso. Sa soumission à Serigne Mame Mor Anta Saly (1820-1882), et sa grande dévotion envers son créateur. Des qualités exceptionnelles qui, a dit Aly Ngouille Ndiaye, lui ont valu d’être rétribuée, en étant la mère de Serigne Ahmadou Bamba Mbacké.

Sur un tout autre registre, Aly Ngouille Ndiaye a sollicité les prières du marabout en faveur du chef de l’Etat qui vient d’être réélu à la tête du pays, pour une réussite parfaite dans sa mission de son second mandat.

Toutefois, le ministre de l’Intérieur a donné l’assurance au Saint Homme que le Président de la République va terminer les chantiers déjà entamés à Porokhane et réalisera par la même occasion, tous les projets déjà ficelés.

Le chef de la délégation gouvernementale a cité outre les infrastructures routières, la Salle de conférence, le Musée et la Bibliothèque Mame Diarra Bousso de Porokhane, entre autres chantiers. M. Aly Ngouille Ndiaye a également indiqué que le Plan directeur d’urbanisme de Porokhane sera prêt dans un délai de 3 mois. Et d’assurer, « tout ce que Macky Sall fait pour Touba, est un devoir ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FGcvwG
via gqrds
Au cours de son septennat Macky Sall, 73 ministres ont défilé dans les différents gouvernements, dirigés par 3 Premiers ministres.
Septennat de Macky Sall : le gouvernement passe de 25 à 39 membres, 73 ministres et 3 PM utilisés
Si le premier gouvernement sous l’ère Macky Sall dirigé par Abdoul Mbaye avait compté 25 ministres, comme promis par Macky Sall. Un gouvernement qui restera en place jusqu’en octobre 2012, avant un premier remaniement qui verra 7 de ces ministres quitter le gouvernement, pendant que 12 nouveaux ministres faisaient leur entrée dans l’attelage gouvernemental.

Un gouvernement qui restera en poste jusu’au 1er septembre 2013. Aminat Touré, jusque-là Garde des Sceaux, sera nommée Premier ministre et désignera 31 ministres et un ministre délégué.

Aminata Touré quittera ses fonctions en juillet 2014 pour laisser la place à Mahammed Boun Abdallah Dionne. Son gouvernement sera composé de 39 membres, dont 30 ministres, 3 ministres délégués, et 6 secrétaires d’Etat.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2TBSZ8t
via gqrds
Les « deux boîtes noires » du hold-up électoral du 24 février 2019 (par Alla KANE)
Est-il réellement juste de dire que les urnes ont rendu leur verdict de la présidentielle du 24 Février 2019 ? Ou bien la vérité ne voudrait-elle pas qu’on dise qu’on leur a fait rendre un verdict qui a été décidé de longue date et minutieusement conduit dans toutes ses dimensions ?

Notre profonde conviction est que ce verdict traduit un hold-up de la part de ceux qui avaient la charge de la préparation, de l’organisation et de la conduite de l’élection.
En nous inspirant de la méthode de la boîte noire en usage dans la pratique de la navigation aérienne, et en l’appliquant au scrutin du 24 Février, nous interrogeons les faits, et les faits seulement, pour établir la verité du 24 Février 2019.

La boîte noire, appelée encore enregistreur de vol, est un dispositif installé à l’intérieur de l’avion qui sert à enregistrer toutes les informations de l’appareil en vol, de son décollage à son atterrissage. En cas d’accident, c’est l’analyse de cet enregistrement qui permet d’en déterminer les causes.

Dans la pratique, il existe deux types de boîtes noires : les boites enregistreuses phoniques destinées à enregistrer les conversations du Cockpit et celles, dites enregistreuses de paramètres, chargées d’enregistrer les données techniques du vol.

En cas de nécessité, ce sont ces deux boîtes noires qui sont remises aux autorités chargées de la sécurité aérienne pour effectuer leur examen devant conduire à l’explication des causes de l’accident. En France, c’est le Bureau d’Enquêtes et d’Analyse (BEA) qui s’en charge.
En appliquant cette pratique à notre sujet, on peut bien identifier les deux boîtes noires en la personne du président sortant, candidat à sa propre succession et à son ministre de l’Intérieur.

Le président sortant, candidat à sa propre succession incarne la boîte phonique et son ministre de l’Intérieur, celle des paramètres.

Le président sortant, candidat à sa propre succession, a été ministre de l’Intérieur, Premier ministre et grand manager de la campagne électorale de Abdoulaye Wade en 2007 réélu dés le premier tour. Ces propos qu’il a eus à tenir depuis le début de son mandat présidentiel, sont plus que révélateurs de ce qu’il avait comme objectif pour l’échéance du 24 Février 2019 : un second mandat dés le premier tour, comme en 2007.
Sans état d’âme, il prévenait clairement en proclamant :
- « La présidentielle, j’en fais mon affaire »
- « Je ferai tout pour réduire l’opposition à sa plus simple expression »
- « L’opposition doit subir ma politique, que ça plaise ou pas. »

C’est le président de la République qui parle avec toutes les prérogatives que lui donne la Constitution, de surcroît dans le cadre d’un régime présidentiel hypertrophié. Les dispositions constitutionnelles font qu’il détermine la politique de la Nation, préside le Conseil des Ministres, nomme aux emplois civils, est le Chef suprême des Armées et nomme à tous les emplois militaires et dispose de la force armée, il nomme le Premier Ministre et met fin à ses fonctions, sur proposition de ce dernier nomme les ministres, fixe leurs attributions et met fin à leurs fonctions, peut prononcer par décret la dissolution de l’Assemblée nationale. Il préside aussi le Conseil supérieur de la Magistrature.

A cela s’ajoutent, d’une part, un budget annuel que lui vote l’Assemblée nationale, sous forme de loi de Finances, dont celui en cours fait plus de 4000 milliards de francs CFA avec une allocation de 8 milliards à titre de fonds secrets et, d’autre part, un patrimoine foncier, baptisé domaine national, qu’il attribue à la pelle sans justification.

Telles sont les caractéristiques de la première boîte noire du processus électoral, incarné par le président sortant, candidat à sa propre succession.

La seconde boiîe noire sera celui qui à la charge de l’organisation de l’ensemble du processus et qui n’est rien d’autre que le Ministre de l’Intérieur, en la personne de Aly Ngouille Ndiaye, membre de l’Alliance pour la République (APR) parti politique du Président candidat, responsable politique de la coalition Benno Bokk Yakaar du département de Linguère, maire de la ville du même nom.

Répondant aux directives de son camarade président sortant candidat - la boite noire phonique -il se charge des paramètres de la deuxième boite noire.

Sur le plateau de l’émission « Cartes sur table » de la chaine 2STV présentée par Pape Alé Niang le dimanche 25 Février 2018, soit à un an du scrutin du 24 Février 2019, il déclare sans ambages : « J’ai la ferme intention de travailler pour que le Président Macky Sall gagne au premier tour. Pour cela d’abord, je ferai inscrire tous ceux qui veulent voter pour Macky Sall. Je m’emploierai pour qu’ils récupèrent leurs cartes d’électeurs et je les aiderai à aller voter pour Macky Sall. »

C’est clair, limpide comme l’eau de roche. Les mots clés comme ferme intention, travailler, gagner au premier tour, faire inscrire ceux qui veulent voter pour Macky Sall, récupérer les cartes d’électeurs, aider à aller voter pour Macky Sall, sont autant de paramètres qui vont transformer le ministère de l’Intérieur en une usine de fabrique de la victoire dès le premier tour pour Macky Sall. Avec les machines que vont lui donner la Direction de l’administration des fichiers (DAF), la Direction générale des élections (DGE) et le commandement territorial visiblement politisé, placés sous sa responsabilité directe.

Une usine en dehors de tout contrôle extérieur, mise en marche pour fabriquer et faire sortir la marchandise de marque « gagner au premier tour » à livrer au soir du 24 Février 2019, selon la volonté du candidat et sous la haute direction du maître de céans, le ministre de l’Intérieur, avec sa feuille de route clairement définie : « ferme volonté, gagner au premier tour, faire inscrire tous ceux qui veulent voter pour Macky Sall, leur faire récupérer leurs cartes et les aider à aller voter ».

En usant et abusant à satiété des matières premières dont ils détiennent le monopole exclusif sur le marché à savoir : le fichier électoral, les résultats de ses différentes révisions annuelles et la Carte électorale et en s’entourant de garanties par les mesures d’accompagnement prises comme la corruption des structures de supervision et de contrôle du processus tels la DAF, la CENA, la Cour d'Appel et le Conseil constitutionnel, en les transformant en planques de retraités payés à coup de millions ; l’interdiction systématique des manifestations pacifiques de l’opposition en invoquant à chaque fois l’ « arrêté Ousmane Ngom ».

La loi sur le parrainage avec l’utilisation de ses fiches comme des niches de promesses ou d’intentions de vote qui ont servi de guide pour leurs campagnes de proximité et de porte à porte, moments privilégiés de distribution d'enveloppes bourrées d’espèces sonnantes et trébuchantes et de sacs de riz.

L’arbitre du jeu, le ministre de l’Intérieur, l’avait promis avec fermeté et à haute et intelligible voix : Son candidat, le Chef de son parti, président sortant, candidat à sa propre succession, a gagné au premier tour, mais, comme le montrent les révélations des « deux boîtes noires », tout a été fabriqué de main de maître, à l’insu de ceux qui devaient se déplacer le 24 Février pour aller voter.

Les résultats sortis des urnes ont ainsi été préfabriqués, parce que minutieusement préparés et consciemment mis en œuvre. Les manipulations ont été de tous ordres.
Le Cadre de concertation sur le processus électoral, la Mission d’Audit du fichier électoral 2018, la Mission d’observation et d’imprégnation de certaines expériences de parrainages, le Comité national de suivi électoral et les 5000 observateurs, nationaux comme internationaux du jour du scrutin, n’ont vu que du feu.

Quand le processus se déroulait à l’Est, ils ont tous été orientés vers l’ouest. Thomas Boni Yayi, ancien président du Bénin, chef de mission d’observation du jour du scrutin de la présidentielle du 24 Février, vient d’être rattrapé par l’histoire, quand de retour dans son pays, il assiste, impuissant, aux manœuvres tendant à écarter son parti - Les Forces cauris pour un Benin émergent - des élections législatives avant le jour du scrutin, scrutin qui rendra le verdict qu’aura voulu, décidé et officialisé son successeur de président, Patrice Talon.

Quant aux responsables de la majorité présidentielle qui se crêpent le chignon en voulant s’approprier la victoire de leur mentor dans telle ou telle zone, ils gagneraient à faire preuve de beaucoup plus de modestie car ils n’ont servi que de faire valoir. Macky Sall, président sortant candidat à sa propre succession, et son ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, maître d’œuvre de la conduite de tout le processus électoral, savent d’où provient la victoire sortie des urnes et validée par le Conseil constitutionnel.

A tous ceux qui bombent le torse et revendiquent cette victoire, on peut leur opposer ces propos absolument justes de Mame Adama Guèye : « Les chiffres, c’est ce qui ressort du décompte du jour du scrutin, mais c’est le résultat de tout un processus… le jour du scrutin est le processus d’achèvement de tout un dispositif de fraudes, de manipulations, et de tripatouillage pour parachever un hold-up. » L’étude et l’analyse de nos deux boîtes noires le confirment parfaitement.

Dakar le 20 Mars 2019





Alla KANE
Membre du SP de Yoonu Askan wi/
Mouvement pour l’Autonomie populaire



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Yx2vgM
via gqrds


Résumé
 Ajoutez une saveur d’Asie avec cette délicieuse recette de bœuf thaï. Faites sauter le boeuf haché et garnissez de légumes frais pour un repas sain à la poêle en moins de 30 minutes.



 Ingrédients
  • 2 tasses de riz au jasmin cuit 
  • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive vierge extra légère 
  • 1 lb de boeuf haché maigre 4 cuillères à soupe de jus de citron vert ((jus de 2 citrons verts)) 
  • 2 cuillères à café de sucre 
  • 1/2 cuillère à café de sel 4 gousses d'ail émincées ((ou 2 cuillerées à thé d'ail émincées)) 
  • 1/2 cuillère à café de flocons de piment rouge broyé 1/2 tasse de jus de palourde 
  • 2 cuillères à soupe de sauce soya sans gluten Tamari 1 tasse de basilic biologique frais, haché ((environ 1 oz)) 
  • 1/4 tasse de coriandre bio, hachée 
  • 2 tasses de carottes biologiques, coupées en petites allumettes 
Avec toutes les casquettes dues à son rang de frangin du Chef de l’Etat : Aliou Sall, un leader par procuration ?
L’avenir politique du maire de Guédiawaye Aliou Sall est passé à la loupe par SourceA. L’édile occupe beaucoup de postes stratégiques mais il ne pèse pas politiquement. Il est le Maire de la ville de Guédiawaye, Président de l’Union des maires du Sénégal (Ums) et Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc). Mais, avec toutes ces casquettes dues à son rang de frangin du Président de la République Macky Sall, SourceA indique que le coordonnateur départemental de l’Apr est juste, un “responsable par procuration”.


D’ailleurs, les experts en la chose politique interrogés par le canard, sont unanimes. Primo, pour le Professeur Moussa Diaw de L’Université Gaston Berger de Saint-Louis : «L’avenir politique d’Aliou Sall est étroitement lié à la présence de son frère à la tête de l’Etat. Je ne pense pas dans les perspectives à venir qu’il soit une personnalité à la tête de l’Etat, qu’il succède à son frère».

Abdoulaye Mbow de son côté affirme : «Sans Macky Sall, Aliou Sall n’aura ce poids électoral, il n’aura même pas une promotion politique».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FIg0mA
via gqrds
Gouvernement Macky 1: Ces ministres qui ont résisté à tous les remaniements
Au cours du septennat qui s’achève dans quelques jours, le Président Macky Sall a nommé 3 Premiers ministres (Abdoul Mbaye, Aminata Touré et Mahammed Boun Abdallah Dionne) et 73 ministres à portefeuille.

Il a aussi changé quatre fois le gouvernement dont deux avec Dionne. Durant ces différents remaniements, sept ministres sont restés indéboulonnables. Il s’agit de Aminata Mbengue Ndiaye , Augustin Tine, Khoudia Mbaye, Oumar Guèye, Serigne Mbaye Thiam, Abdoulaye Daouda Diallo et Aly Ngouille Ndiaye. Ils ont changé de portefeuille ou occupé le même département depuis 2012, selon L’Observateur.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2OxLxue
via gqrds
Après le Conseil des ministres, Macky Sall a offert un repas d’adieu à ses ministres
Après la réunion du Conseil des ministres, le Président Macky Sall a rencontré les membres du gouvernement une dernière fois avant leur démission, attendue le 5 avril prochain.

Cette fois-ci, c’était sera autour d’un déjeuner, organisé à la Salle des banquet du palais de la République, aménagé pour l’occasion. Des mets à la saveur bien sénégalaise selon L’Observateur, ont été servis aux invités qui se sont chambrés, qui ont échangé, le tout dans une atmosphère d’adieu.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FIfYes
via gqrds
Le nouveau coordonnateur de Y en marre y va très fort. Aliou Sané a fait de grosses révélations dans "L’Obersateur" du jour, révélant la teneur de l’audience que le chef de l’Etat a accordée à des leaders du mouvement et comment il a voulu décapiter Y en marre.
Grosses révélations d’Aliou Sané : Ce que Macky Sall aurait proposé à Y en marre
"Macky Sall nous a reçus et nous a dit : écoutez les gars, il ne faut pas avoir peur du pouvoir, je vais vous dire ce que j'ai dit aux gars de la Gauche, venez diriger avec moi", dit Aliou Sané.

Qui poursuit, "Fadel Barro aurait pu être le premier ministre de la Jeunesse de Macky Sall. Très fin politiquement, il voulait exiler tous les cadres pour que le mouvement soit décapité. Moi, il voulait que j'aille à l'étranger. Idem pour d'autres cadres de Y en a marre. On lui a dit c'est très gentil, mais on préfère rester dans notre posture".



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2OuXWyR
via gqrds
Agenda d'une très longue semaine à venir
Macky Sall ne fait jamais la chose comme les autres. Il a son agenda et il s’y tient. Contrairement à toutes les informations véhiculées depuis quelques temps, le gouvernement n’a pas démissionné et ne démissionnera pas le 2 avril, le jour de la prestation de serment du président de la République réélu.

Mahammed Boun Abdalah Dionne continuera son job jusqu’au 5 avril prochain. C’est le chef de l’Etat qui le lui a demandé, hier en Conseil des ministres. C’est donc ce gouvernement qui sera à l’investiture et qui sera derrière le chef d’Etat lors du défilé du 4 avril prochain. Ce ne sera que le lendemain que Mahammed Dionne présentera sa démission, qui entraîne celle du gouvernement au chef de l’Etat nouvellement réélu.

Démission-reconduction ou changement de chef de gouvernement ? Seul Macky Sall sait. La semaine prochaine sera donc très longue: prestation de serment en présence de beaucoup d’invités le 2 avril, discours à la nation le 3, défilé le 4, démission du Pm le 5 et formation du gouvernement…






Les Echos



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2FHN5ip
via gqrds
Une grande première au Sénégal, voire en Afrique de l’Ouest ! Mme Khadija A. Ba, présidente et Fondatrice de "Group Dermon", s’associe avec "Iota Group" pour ouvrir une grande Académie de Formation à tous les métiers qui touchent à l’industrie des énergies. Les jeunes Sénégalais et Africains n’auront plus besoin d’aller en Europe ou aux États-Unis pour se former aux métiers du pétrole, du gaz et leurs extensions.
Formation dans les métiers du Pétrole et du Gaz:
Dermon Oil & Gas et Iota Group s’associent pour former la jeunesse sénégalaise et africaine dans le secteur de l’énergie au Sénégal. Le partenariat a été signé par le groupe Dermon, pour l’établissement d’une Académie de formation au Sénégal.

Dermon Oil & Gas, société du groupe Dermon, présente déjà aux Émirats Arabes Unis, en France, au Mali et au Sénégal, opère avec succès, en amont et en aval sur la chaîne de valeurs pétrolière et gazière avec une expérience avérée dans le secteur.

Alors, il faut préciser que dans le cadre de la mise en place de cette Académie de Formation à Dakar au Sénégal, la société Techma, filiale de Iota Group apportera son expertise, ses compétences et ses contenus de formation avec un personnel pédagogique qualifié.

Cette Académie proposera des formations reconnues au plan international et certifiées dans les métiers de la sécurité et de la gestion des interventions d’urgences, indispensables dans l’industrie des énergies, notamment pétrolière et gazière. Le premier objectif de Dermon, c’est d’accompagner l’Etat du Sénégal, mais aussi offrir à la jeunesse sénégalaise des possibilités de formation dans les nouveaux métiers.

A l’occasion de la signature de la Convention de partenariat, Mme Khadija A. Ba, présidente et Fondatrice du groupe Dermon, a déclaré : «Nous sommes extrêmement fiers d’être à l’origine du lancement de cette Académie de formation, et de devenir, avec à nos côtés IOTA Group, un partenaire à l’expertise reconnue et aux références internationales, la première institution sénégalaise dédiée à la formation d’un large panel de professionnels dans les domaines de l’industrie et plus particulièrement du Pétrole et du Gaz». La patronne de Dermon a mis en relief son ambition totale et ferme, d’accompagner «le Plan Sénégal Émergent (PSE), mis en place avec succès par le président de la République du Sénégal, Macky Sall».

En outre, Mme Khadija A. Ba, Présidente et Fondatrice du groupe Dermon a laissé entendre que son «premier objectif sera d’offrir au plus grand nombre (ingénieurs, techniciens, chefs d’équipes, opérateurs, …), une formation certifiante dans le domaine crucial de la sécurité industrielle, ouvrant ainsi la voie à l’établissement au Sénégal d’une présence durable de professionnels reconnus et prêts à répondre aux hautes exigences des opérateurs, contracteurs et fournisseurs internationaux déjà présents ou en voie d’établissement au Sénégal».

Par ailleurs, John Lowe, Directeur Formation chez Techma, dira que : «Techma est très fier d’avoir été choisi comme partenaire de formation pour la prestigieuse Académie de formation Dermon. Je peux affirmer sans réserve que le travail que nous entreprenons, que ce soit pour la conception et le développement de l’Académie, ou pour sa construction, sa supervision et sa gestion, sera conforme aux normes et à la qualité les plus élevées qui font la réputation de Techma ». John Lowe rappellera également que «Techma organisera, chaque fois que possible, une formation reconnue de renommée mondiale et veillera à ce que tous les participants bénéficient de la meilleure expérience d’apprentissage possible et des meilleures chances de succès. C’est le début d’un long et difficile voyage que nous sommes prêts à accepter».

Le Président Directeur général d’Iota Group, Thierry Cusin dira que «s’implanter dans un nouveau pays est toujours une grande fierté ! C’est davantage le cas quand il s’agit d’un pays comme le Sénégal, et encore plus quand on s’associe avec un acteur majeur comme le groupe Dermon». Thierry Cusin s’est dit «heureux» d’engager ce projet avec Khadija Ba et ses équipes, car, il dit partager «les mêmes valeurs et la même vision du monde du demain. Ce partenariat nous permet de vivre une belle aventure humaine : Celle de transmettre des formations professionnelles à la jeunesse sénégalaise ! Tout le groupe est mobilisé pour réussir ce merveilleux projet». En plus du Sénégal, l’Académie va s’installer au Mali, en Sierra Léone, en Guinée Conakry et Côte d’Ivoire, avec un bureau régional à Dakar.

 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Wsyixp
via gqrds