Avec comme prétexte la recrudescence des incendies dans les marchés, les responsables de l'Unacois/Jappo, venus des 14 régions du Sénégal, ont engagé samedi dernier des réflexions sur cette question. En plus d'appeler à une cogestion des marchés, le président Idy Thiam et Cie ont dénoncé le laxisme du gouvernement du Sénégal, qui traîne les pieds dans la mise en oeuvre des accords arrêtés pour la réglementation et la modernisation du secteur de la distribution dans le pays.
Incendies dans les marchés: L'Unacois/ Jappo accuse l'Etat et les mairies
Le Conseil interministériel organisé mercredi dernier, avec à la clef six mesures prises dont l'érection des bouches d'incendie dans les marchés du Sénégal, n'a pas convaincu l'Union nationale des commerçants industriels du Sénégal (Unacois/Jappo).

L'organisation dirigée par Idy Thiam l'a fait savoir samedi dernier en présence de tous ses responsables venus des 14 régions. Face aux journalistes, les commerçants ont indiqué que la recrudescence des incendies interpelle la double responsabilité des collectivités locales et de l'Etat. Il déplore ainsi l'absence d'enquête et ou de diagnostic précis pour déterminer les causes de tous les incendies qui se déclarés jusque-là à Dakar et dans les régions. Prenant la parole, le directeur exécutif de l'Unacois/Jappo a dit ne pas comprendre un tel laxisme dans un pays aussi moderne, qui se veut émergent en 2035.

"Tout le monde fait dans la spéculation. Certains parlent de branchements anarchiques, d'autres indexent les cuisines dans les marchés. Aucune enquêt sérieuse, aucune analyse scientifique n'a été établie sur la question pour en déterminer les causes. Nous pensons que c'est un problème. Et il y a une chaine de responsabilités qui doit être située. C'est ce qui permet d'envisager des lendemains meilleurs pour nos marchés", soutient Ousmane Sy Ndiaye, le directif exécutif de l'Unacois/Jappo.

Poursuivant, il a  soutenu que les collectivités locales ne jouent pas pleinement leur rôle, alors que la gestion des marchés est une compétence transférée. Sur ce, Ousmane Sy Ndiaye pense que cette compétence exclusive dévolue aux mairies, ne peut plus continuer dans les mêmes formes. "Il faut systématiquement qu'on envisage une cogestion des marchés. Parce que ce sont les biens des commerçants qui sont directement exposés aux risques", dit-il.

Toujours pour Ousamane Sy Ndiaye, un mécanisme de prévention, de régulation et d'appui doit être mis en place pour gérer les situations découlant des incendies. A l'en croire, il faut envisager de manière conjoncturelle, dans les meilleurs délais, un mécanisme qui peut être un fonds de calamité, un fonds d'appui comme cela se passe dans les autres secteurs. Cela est d'autant plus nécessaire lorsque qu'un incendie se produit, c'est toute la chaîne de distribution qui est menacée.

L'Unacois demande en outre aux autorités d'ouvrir une concertation sérieuse qui va mobiliser les vrais acteurs, ceux qui font vivre le secteur du commerce. "Il faut que notre pays renoue avec la bonne gouvernance. Et de ce point de vue là, nous rappelons que le gouvernement s'était engagé à organiser dans les meilleurs délais, les assises de la distribution quand nous avions soulevé la problématique de la concurrence déloyale entre Auchan et les commerçants. Nous pensons que ces assises sont plus que jamais urgentes et nécessaires", soutient M. Ndiaye.

Une cogestion des marchés

Abordant toujours les contours de leur audience avec le Chef de l'Etat, le 16 octobre dernier, Ousmane Sy Ndiaye informe qu'un mémorandum de 11 points avait été présenté au Président Macky Sall. C'est pourquoi, l'Unacois estime qu'il y a un manque de suivi des décisions et des instructions prises par les hautes autorités du pays.

Et Ousmane Sy Ndiaye de déclarer : "Quand l'Unacois dénonce la forte arrivée grandes surfaces dans notre pays, cela veut dire simplement que l'Unacois pose également ne filigrane la question de la modernisation du secteur du commerce, pour que les commerçants et entrepreneurs sénégalais puissent faire face au jeu de la compétition qui s'annonce qui s'annonce avec les multinationales".

En définitive, Ousmane Sy Ndiaye et ses camarades estiment qu'il est plus que jamais urgent d'envisager dans les meilleurs délais, la mise en oeuvre des instructions que le Chef de l'Etat avait données séance tenante lors de l'audience qu'il avait accordée à l'Unacois, le 16 octobre dernier, sur les questions de la modernisation et de la réhabilitation des marchés.







L'As



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2TvTmBx
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours