S’il y a une tache noire dans le nouveau gouvernement concocté par le président de la République, c’est bien la nomination de Cheikhou Oumar Hanne au poste de ministre de l’Enseignement supérieur. La pilule ne passe pas chez les étudiants et aux yeux de l’opinion.
Gouvernement : Cheikhou Oumar Hanne, un cheveu dans la soupe ( Leral )
Dans sa livraison d’hier, la presse faisait écho d’une pétition initiée par des étudiants, pour la destitution de Cheikhou Oumar Hanne de son nouveau poste de ministre en charge de l’Enseignement supérieur. La désapprobation est marquante et assez forte. Mais elle ne surprend guère concernant l’ancien Directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar, dont la gestion dispendieuse de cette structure est un secret de polichinelle.

Rappelons juste que le responsable de l’Alliance pour la République (Apr), par ailleurs maire de Ndioum a été pris dans les filets des organes de contrôle de l’Etat, notamment l’Ofnac. Qui dans son rapport 2014-2015, avait relevé des faits et manquements graves, concernant sa gestion du Coud. ‘’Fractionnement des commandes dans les marchés publics, octroi de subventions irrégulières, détournement de deniers publics ou encore faux et usage de faux’’, étaient, entre autres, les griefs soulignés à l’encontre de l’ex-Dg du Coud.

Plus marquant encore, outre l’action judiciaire, l’organe de contrôle avait demandé que Cheikhou Oumar Hanne soit relevé de ses fonctions et que des mesures soient prises pour qu’il ne soit plus en mesure de diriger un organe public.

Autant de mesures qui n’ont jamais été suivies d’effets. L’ancien Directeur du Coud semblait jouir d’une protection infaillible et n’a jamais été inquiété, malgré les diatribes de l’opposition. Et dans la litanie des fautes de gestion soulignées ces 7 dernières, le cas de Cheikhou Oumar Hanne, figure certainement en très bonne place. Des faits qui ont fait dire à plus d’un observateur, que la bonne gouvernance a été un des talons d’Achille de la gestion de Macky au cours du septennat écoulé.

C’est justement pourquoi, la nomination de Cheikhou Oumar Hanne surprend et choque l’opinion qui s’attendait à ce que la barre soit remise à l’endroit au cours de ce dernier mandat du Président Macky Sall.

Mais il semble que le parapet qui a toujours enveloppé Cheikhou Oumar Hanne tient toujours. Au point que le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur puisse ainsi bénéficier de ‘’promotion’’ là où la sanction était demandée.

L’on ne sait pour l’heure jusqu’où ira la fronde contre la nomination de Cheikhou Oumar Hann ou si ce qui ressemble fort à une erreur de casting sera corrigée dans les prochains jours ?

Le sentiment semble en tout cas général. Il y a comme un cheveu qui empêche de boire la soupe.







Bachir Seck



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2P7vUtF
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours