mai 2019
Abdou Khadre Diokhané qui accuse Oumar Sarr de négocier avec le pouvoir s’exprimait au micro de Leral.net en marge d’une marche de protestation contre Macky Sall à la veille de la présidentielle de février 2019.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2XlQfii
via gqrds
Depuis qu’il a publiquement défié Me Abdoulaye Wade en prenant part au dialogue national, le 28 mai dernier, Oumar Sarr est la cible de représailles dans les rangs du Pds. Le maire de Dagana est accusé par ses probables ex-frères de parti, d’avoir déjà négocié des postes de ministre et de directeur de société avec le Président Macky Sall.
Postes de ministre et de Dg, rencontres nocturnes au palais, dons de Marième Faye…Les graves accusations d’un karimiste contre Oumar Sarr
Dans une lettre publique transmise à la rédaction de leral.net, le coordonnateur de l’Union des karimistes de la diaspora, basé en Italie, Abdou Khadre Diokhané a fait de graves accusations à l’encontre de Oumar Sarr.

Dans sa lettre, Abdou Khadre Diokhané accuse Oumar Sarr d’avoir posé et entretenu « le débat sur la succession de Me Abdoulaye Wade, encore vivant et bien portant » au sein du parti. Ce qui, à ses yeux, « est indécent et lâche ». Accusant Oumar Sarr d’avoir « trahi son second parti, le PDS, son SG », Abdou Khadre Diokhné dit avoir « démasqué la stratégie du maire de Dagana de liquider les grands responsables du Pds avec la complicité de sa bande ».

Pis encore, le coordonnateur des karimistes d’Italie, dit attendre des réponses d’Oumar Sarr qu’il accuse d’avoir négocié « 3 postes de ministre et 5 autres postes de DG et de PCA auprès de Macky Sall ». Toujours selon Abdou Khadre Diokhané, Oumar Sarr aurait tenu des rencontres nocturnes et des réunions d’évaluation régulièrement avec le chef de l’Etat durant la dernière campagne électorale. Dans la même veine, il soutient que le maire de Dagana a bénéficié de plusieurs dons, lui et sa bande, de la part de la Première Dame, Marième Faye Sall.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2QB8Jst
via gqrds
Passation de service à l'Aeme: Saër Diop succède à Biram Faye
Saër Diop, le nouveau directeur général de l'Agence pour l'Economie et la Maîtrise de l'Energie (AEME), a pris fonction ce mercredi, à la suite d'une passation de service entre lui et le directeur sortant, Biram Faye.

Au cours de cette cérémonie, les agents de l'Aeme ont exprimé au directeur sortant, toute leur gratitude pour avoir cheminé avec lui pendant et surtout, pour les résultats appréciables réalisés. Ils n'ont pas manqué de réitérer à Saër Diop, leur engagement à relever de nouveaux défis avec lui.

Prenant la parole, le directeur général sortant, Biram Faye a remercié les travailleurs pour la franche et loyale collaboration qui a été le soubassement des résultats obtenus. «Les résultats auxquels nous sommes arrivés, c’est en grande partie grâce à vous les agents. Je remercie le chef de l’Etat pour la confiance renouvelée pendant tout ce temps», indique Biram Faye, par ailleurs nouveau directeur général de l'Agence pour la sécurité de proximité (ASP).

Dans la même veine, il a exhorté les agents de l'Aeme à accorder au nouveau directeur général, le même engagement et la même détermination pour le rayonnement de l'agence.

Pour sa part, le nouveau directeur général, ingénieur polytechnicien, a salué le travail abattu par le directeur sortant. Il a remercié le chef de l’Etat, Macky Sall pour le choix porté sur sa personne.

De même, Saër Diop s'est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer l'œuvre de son prédécesseur.

Passation de service à l'Aeme: Saër Diop succède à Biram Faye

Passation de service à l'Aeme: Saër Diop succède à Biram Faye



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2KmNGIO
via gqrds
Zappées du Dialogue national: les associations consuméristes en colère contre Macky Sall
La mise à l’écart des associations consuméristes du Dialogue national fait réagir le président de SOS consommateurs, Me Massokhna Kane. Réagissant sur les ondes de la RFM, il a déclaré que le chef de l’Etat n’a aucune considération pour les associations de consommateurs.

« Nous qui défendons toutes les populations, on n’a pas été convié. Et cela n’est qu’une dernière manifestation parce qu’en 2015, quand on a nommé les membres du CESE, il y avait tout le monde sauf nous. Cela veut dire que les pouvoirs publics n’ont aucune considération pour ces association qui pourtant, font une mission de service public en défendant les populations face aux producteurs de biens et services qui sont de plus en plus délinquants vis-à-vis des droits des consommateurs ».

Très en colère, Me Kane déclare que son association ne laissera pas passer cet état de fait.
« Il est temps d’arrêter tout ça. Nous, SOS consommateurs, avons décidé de ne plus assister à toutes les réunions, les ateliers, les séminaires qui sont organisés par l’Etat ou ses démembrements. Par rapport aux populations, nous allons nous restructurer, nous allons offrir des services payants »
 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2HPacst
via gqrds
L'implantation d'un magasin "Auchan" dans la capitale du Saloum, divise les commerçants. Les membres du collectif favorable au projet n'ont pas raté l'ambassadeur itinérant Mohamed Ndiaye Rahma. D'après eux, ce dernier parle pour ses propres intérêts. Car disent-ils, il n'a pas été mandaté par le bureau de l'Unacois. "Il veut escroquer. C'est le Président Macky Sall qui a pris l'arrêté pour l'implantation d'un magasin Auchan. Il n'est pas instruit. C'est pourquoi il attaque Serigne Mboup", a fustigé Abib Bèye.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Mmh3xH
via gqrds
Tivaouane: Des responsables de l’APR se démarquent de leur frère de parti, Farba Sall
Dans un communiqué, ils rejettent la sortie dans la presse de responsables de l’APR de Tivaouane brandissant une menace d’une démission collective. A les en croire, cette sortie n’engage que son auteur, Farba Sall, « qui n’a parlé qu’en son nom, au cours d’une réunion qui n’a existé que dans son imagination ». Ils précisent que « M. Sall n’a été mandaté par aucun responsable du parti, ni par une quelconque instance du parti».

Selon ces membres à savoir Massamba Sall, Mamadou Moustapha Guèye, Mohamadou Rassoul Diagne, Chérif Guèye, Pape Momar Guèye, Awa Diop, Falilou Dioum, Khady Diop, Baye Mass Sall, Makhtar Fall, l’auteur de cette sortie inappropriée et inopportune ne peut lui-même nier les actes bénéfiques et salvateurs longtemps posés à l’égard de leur circonscription et des militants de Tivaouane, par la Direction nationale du parti et en particulier par le Président Macky Sall.

D’ailleurs, indiquent-ils, que Farba Sall a eu à bénéficier à titre personnel, du poste de chef de Cabinet du ministre délégué chargé des Sénégalais de l’extérieur, Seynabou Gaye Touré.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2wwfEtI
via gqrds
Cheikh Bamba Ndiaye a fait un sévère réquisitoire du Dialogue national et de la réponse du chef de l’Etat lors de cette rencontre affirmant qu’il ne peut intervenir dans le dossier Khalifa Sall tant que la procédure est en cours.
Cheikh Bamba Dièye répond à Macky Sall : « ce n’est pas celui qui a tort qui doit pardonner »
« Ce n’est pas celui qui a tort qui doit pardonner », a déclaré le leader du Fsdbj sur la RFM. Il a demandé « à ceux qui demandent tout le temps le pardon du chef du l’Etat pour Khalifa Sall, d’arrêter de s’abaisser de la sorte ».

Car, a-t-il dit, « la vérité finira tôt ou tard par jaillir ». Surtout que, ajoute-il, « le règlement numéro 5 de la Cedeao est assez clair » sur cette affaire.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2wr8zL1
via gqrds
Adresse à un homme de devoir (par ALY NGOUILLE SARR)
ADRESSE À UN HOMME DE DEVOIR:

Dans le but de renforcer la démocratie sénégalaise et de favoriser un climat politique sain et de concorde, le président Macky SALL a inscrit le dialogue national dans son agenda.
Cette initiative très salutaire, vous en êtes le premier instigateur ; et vous vous êtes saigné aux quatre veines pour en faire une réussite totale, n’en déplaise à tous ceux – une bonne frange de l’opposition -, qui la vouaient aux gémonies avant l’élection présidentielle.

Précisément, s’agissant de l’élection présidentielle, vous vous êtes démené pour qu’elle fût organisée sans anicroches et de manière transparente. Tous les observateurs nationaux comme étrangers se sont félicités du bon déroulement de cette élection. Et, pour la première fois, dans l’histoire politique du Sénégal, les heures de fermeture des bureaux de vote ont été scrupuleusement respectées et aucune prolongation n’a été notée sur toute l’étendue du territoire.

Votre implication dans la tenue du Dialogue national est connue de tous. L’on se rappelle encore son lancement à l’hôtel Ngor diarama, où il était surtout question de définir les termes de référence.

Aujourd’hui, si le dialogue du 28 mai 2019 a été unanimement magnifié, dans son organisation comme dans son contenu, c’est encore une fois grâce à votre ténacité et à votre sens élevé des responsabilités. Par votre esprit d’ouverture, vous avez permis la participation de toutes les Forces vives de la Nation à ce rendez-vous, qui mérite bien de faire date dans le calendrier républicain du Sénégal. Mme Aida MBODJ a eu raison de vous féliciter devant toute l’assistance.

Le terrain politique est certes truffé d’embûches, mais je sais que vous êtes un homme de défis que rien n’arrête sur le chemin du devoir.

Avec vous, l’on peut être certain que les objectifs fixés seront toujours atteints. Les postes précédemment occupés, en témoignent à suffisance.

Ayez donc l’assurance, très cher homonyme, que par la place et le rôle qu’il vous a fait occuper et jouer dans la tenue du dialogue national, le président de la République vient de vous renouveler sa confiance en tant que troisième personnalité de l’Etat.

J’ai encore fraîche en tête la réponse sans détour du Président à la question d’un journaliste lui demandant de vous dessaisir de l’organisation des élections : « doumako def, doumako def, doumako def ».

Ce propos, que j’ai absolument tenu à vous adresser au lendemain de la bonne tenue du Dialogue national, à l’image de la réponse au vitriol susmentionnée du président, est l’expression de mon entière adhésion à votre démarche politique et la manifestation d’un profond sentiment de fierté que je ne cesse d’éprouver pour le parangon de vertus que vous êtes pour la famille et pour tous les fils du Djolof.

Bonne continuation!






ALY NGOUILLE SARR



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2YXMm3m
via gqrds
Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur S.E.M Amadou BA prend part ce jeudi 30 mai 2019 à la réunion des ministres des Affaires étrangères des états membres de l’Organisation de la Conférence islamique. Cette rencontre qui se tient à la Mecque en marge de la réunion des Chefs d’Etat doit examiner les conclusions de la réunion des experts qui s’est tenue le mercredi 29 mai 2019 à Jeddah. En prélude à la réunion des Ministres, Monsieur Amadou BA a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie. Lors de ces rencontres il a beaucoup été question des excellentes relations que notre pays entretient avec leurs pays, mais aussi et surtout des voies et moyens pour nouer de nouveaux axes de coopération surtout sur le plan économique. Il s’agit là, de la matérialisation de l’une des instructions du Chef de l’Etat qui a décidé de placer son nouveau mandat sous le sceau d’une diplomatie économique dynamique. Par ailleurs, le Président de la République du Sénégal, son Excellence, Monsieur Macky SALL prendra part ce vendredi au 14ème sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui se tiendra sous la présidence effective de Son Excellence le Roi Salman Bin Abel Aziz Al SAOUD, Serviteur des deux Saintes Mosquées. Pour rappel, le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Macky SALL est le Président du Comité permanent pour l’Information et les Affaires culturelles (COMIAC) de l’OCI.
Le ministre des Affaires étrangères Amadou Ba a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères Amadou Ba a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères Amadou Ba a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères Amadou Ba a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères Amadou Ba a rencontré ses homologues de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et de la Turquie



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2WvSUbJ
via gqrds
Le Président Macky Sall est arrivé ce jeudi matin en Arabe Saoudite. Le chef de l'Etat va prendre part au sommet de l'Organisation pour la conférence islamique (OCI) qui s'ouvre demain vendredi 31 mai 2019 à la Mecque. La Ummah Islamique va débattre de questions relatives à la paix, la sécurité et la solidarité.
Sommet de l’OCI: Macky Sall est arrivé en Arabie Saoudite (images)

Sommet de l’OCI: Macky Sall est arrivé en Arabie Saoudite (images)

Sommet de l’OCI: Macky Sall est arrivé en Arabie Saoudite (images)

Sommet de l’OCI: Macky Sall est arrivé en Arabie Saoudite (images)

Sommet de l’OCI: Macky Sall est arrivé en Arabie Saoudite (images)



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2WA1E0B
via gqrds
La Section la section communale du Parti démocratique sénégalaise (PDS) de Djidda Thiaroye Kao réclame la convocation d’Oumar Sarr devant le Conseil de discipline du parti. Le secrétaire général adjoint du Pds qui a pris part au lancement du dialogue national, est accusé par ses camarades de cette fédération d’adopter un «comportement fractionniste et téméraire » à l’encontre du parti.
Pds: Oumar Sarr réclamé devant le Conseil de discipline


Les responsables du Parti démocratique sénégalais de Djidda Thiaroye Kao ont tenu une rencontre mardi dernier à Nietty Mbar (Pikine), pour se prononcer sur le dialogue national, particulièrement sur la participation de Oumar Sarr contre la décision du parti.

Dans un communiqué, les camarades de Dr Cheikh Dieng expriment leur « désaccord total contre la démarche cavalière et inélégante » du secrétaire général adjoint.

Poursuivant, ils considèrent que Oumar Sarr a adopté un « comportement fractionniste et téméraire » au sein du Pds, lequel est également « parasité par des réseaux dormants entretenus financièrement et matériellement par le président de la République Macky Sall.»

 Ainsi, les libéraux de Djidda Thiaroye Kao invitent «les autorités du Pds à le convoquer devant le Conseil de discipline du parti afin que nul ne soit une exception dans les règles du fonctionnement du parti ».

Par ailleurs, ils renouvellent leur fidélité à Me Abdoulaye Wade et réaffirment leur volonté de continuer à relever à ses côtés, les défis nationaux et panafricains qui les interpellent tous.

 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2KgrOyT
via gqrds
Conseil des ministres: Macky Sall se félicite de la réussite du lancement du Dialogue national
Le président de la République, Macky Sall a abordé la question du Dialogue national lors du Conseil des ministres tenu ce mercredi au Palais de la République.

Le chef de l’Etat s’est félicité de la réussite de son lancement et le consensus qui a sanctionné la mise en place du Comité de pilotage et du choix de son président, Famara Ibrahima Sagna. Ce dernier, pour rappel, travaillera avec quatre autres personnalités, cooptées pour diriger les sous-comités. Il s’agit du général Mamadou Niang, Abdou Mazide Ndiaye, les professeurs Babacar Kanté et Alioune Sall.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2YYcqeu
via gqrds
Dans une déclaration publique, les leaders du Congrès de la Renaissance Démocratique ont listé les griefs qu’ils opposent au Président Macky Sall, rejetant ainsi le Dialogue national.
Dialogue national : ce que Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall reprochent à Macky Sall
Abdoul Mbaye et ses camarades dénoncent ainsi le non-alignement des mandats des députés et du président de la République, qui, selon eux, est la conséquence directe du non-respect de son premier mandat de 5 ans. Ils prêtent au chef de l’Etat, l’intention de vouloir : « reporter les élections législatives ainsi que celles des élus locaux une seconde fois ». Ils ne digèrent toujours pas le parrainage « qu’il a imposé pour faciliter sa réélection, en réduisant le nombre de candidats à l’élection présidentielle ». Un système qui, ont-ils relevé, est unique au monde.

Sur le plan économique, ils dénoncent une politique économique désastreuse, centrée sur des dépenses d’investissement n’allant pas dans le sens d’une transformation structurelle de l’économie sénégalaise. « Les grands projets réalisés par les entreprises étrangères, basés ces deux (2) dernières années sur un gaspillage de ressources publiques à des fins politiciennes, dans une démarche de réélection, a eu recours à de fausses statistiques de croissance pour masquer son échec », ont encore dit, Thierno Alassane Sall et ses amis.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2HJgv0o
via gqrds
La réponse du Président Macky Sall à la demande de Soham Wardini, maire de Dakar, de libérer Khalifa Sall, n’est rien d’autre que de la "mauvaise volonté". C’est l’avis du conseiller politique de l’ex-édile de Dakar, Babacar Thioye Bâ.
Libération de Khalifa Sall : Babacar Thioye Bâ accuse Macky Sall de
« Ce sont des propos qui nous ont surpris dans la mesure où le président de la République, qui affirme que la procédure concernant l’affaire de la caisse d’avance est encore pendante devant la justice, semble oublier que malgré ce caractère non définitif de la procédure, il a lui-même signé un décret portant révocation de Khalifa Sall de ses fonction de maire, il a fait saisir l’Assemblée nationale pour le déchoir de son mandat de député et enfin, il a poussé le Conseil constitutionnel à rejeter la candidature de Khalifa Ababacar Sall à l’élection présidentielle, au motif que le rabat d’arrêt n’avait pas d’incidence sur la procédure judiciaire », a-t-il indiqué sur la RFM.

« C’est une déclaration qui, à mon sens, ne permet pas d’engager ce dialogue sous les meilleurs auspices », a-t-il poursuivi, avant de marteler, « ce sont des propos qui frisent la mauvaise volonté ».



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2YYco6m
via gqrds
Selon le président de Pastef, Ousmane Sonko, ce dialogue en réalité cache des objectifs inavoués. Le premier objectif, est une manoeuvre pour se décharger de la situation catastrophique du pays. Il cacherait la réalité des Finances publiques avec un gap budgétaire de plus 100 milliards FCFA. Et qui s’il n’est résorbé sera porté à 345 milliards FCFA d’ici la fin de l’année, la situation du pays est dramatique. Les sénégalais doivent s’attendre à souffrir pour les cinq prochaines années.
Situation du pays : Sonko révèle un gap budgétaire de 100 milliards FCFA
Parce que, soutient-il : « les choix à la base ont été mauvais et Macky Sall a atteint ses limites. C’est pourquoi, il veut se défausser sur un prétendu dialogue et demander à d’autres acteurs d’endosser et d’assumer à sa place. Il est clair à ce jour, que l’Etat n’a pas les ressources d’organiser les élections locales en décembre 2019 ».

« C’est cela qu’ils veulent cacher. Beaucoup de ses projets à coup de milliards crevant le plafond de l’endettement et frappé du gigantisme maladif de l’homme et surtout inutile sont à l’arrêt » relève Sonko.
Source IGFM



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Wpii39
via gqrds
La tension ne faiblit pas à la SN HLM. Et pour cause, le représentant de l’intersyndical, Ibrahima Fall, a été convoqué et auditionné par la police hier. Cela découle d’une plainte du président du conseil d’administration, Moustapha Fall Che. Le président de la coalition Macky 2012 a souligné dans sa plainte qu’il était empêché d’accéder à son bureau et de faire correctement son travail.
SN HlM : Moustapha Fall Che porte plainte, le représentant de l’intersyndical convoqué à la police
Il y a quelques jours, les travailleurs de la SN HLM avaient déclaré Moustapha Fall Che persona non grata lors d’un sit-in tenu devant la société.
Réagissant après sa sortie d’audition, le président de l’intersyndicale de la SN HLM a minimisé l’affaire. « C’est de l’intimidation. Je n’ai même pas fait 30 minutes là-bas. J’ai répondu aux questions. Depuis plusieurs jours, Moustapha Fall Che m’envoie des messages me traitant de menteur. C’est très irresponsable de sa part », a dit Ibrahima Fall sur la RFM.
L’achat d’un véhicule de 45 millions pour Moustapha Fall Che par la SN HLM, est à l’origine du mécontentement des travailleurs. Au moment où la SN HLM est en difficulté financière. La semaine dernière, la presse avait informé que le directeur général de la société, Mamadou Kassé, s’était également payé une voiture de près de 50 millions.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2WyivAW
via gqrds
Aucun obstacle juridique n’empêche le président Macky Sall d’accorder une grâce présidentielle à Khalifa Sall. C’est ce qu’a indiqué le juriste El Hadj Amath Thiam.
Grâce pour Khalifa Sall : un juriste prend le contre-pied du président Macky Sall
« Au moment où nous sommes, il n'y a aucun obstacle de droit ou de fait qui empêche le chef de l'Etat d'accorder la grâce à Khalifa Sall ou à l'Assemblée nationale de voter une loi d’Amnistie pour lui », a dit le juriste. « Toutes les voies de recours sont épuisées depuis que la chambre criminelle de la Cour suprême a rendu sa décision », a-t-il, en effet, souligné. El Hadji Amath Thiam précise : « la question du caractère suspensif du rabat d’arrêt a subi un revirement depuis la décision N° 2-E-2019 affaire n°12-E-19 Séance du 13 Janvier 2019, rendue par le Conseil constitutionnel ». Selon Amath Thiam, « le temps de la Justice est terminé pour laisser place à celles que l'on appelle les "institutions de clémence" composées d'un corps politique qui décide de solder tout compte ».
Mardi dernier, le chef de l’Etat, répondant à une demande de Soham Wardini, pour la libération de Khalifa Sall, avait indiqué, que « je ne peux pas intervenir tant que la procédure n’est pas terminée ».



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2MjhUiF
via gqrds
Voici le communiqué du Conseil des ministres du 29 mai 2019
Le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 29 MAI 2019, le Conseil des ministres.

A l’entame de sa communication, le Président de la République s’est félicité de la réussite du lancement du Dialogue National, et du consensus qui a sanctionné la mise en place du Comité de pilotage et du choix de son président, Monsieur Famara Ibrahima SAGNA.

Le Chef de l’Etat, dans sa volonté de renforcement du financement de l’entreprenariat et de l’auto-emploi, de l’amélioration de l’environnement des affaires et de la compétitivité, a rappelé toute l’importance des mécanismes d’accompagnement et d’encadrement qu’il a instaurés dès 2012. A cet effet, il a invité le Gouvernement à dresser un bilan et à intensifier les actions par des mesures rapides et plus efficaces, notamment dans les secteurs prioritaires.

Il a particulièrement insisté sur la nécessité de la modernisation du développement de l’artisanat national pour en faire un pilier de l’émergence.

Le Président de la République, au sujet de la mise en œuvre du Programme de Réformes pour l’Amélioration de l’Environnement des Affaires et de la Compétitivité (PREAC), a demandé au Gouvernement d’aller vers une généralisation des contrats de performances dans toutes les administrations et structures publiques, de consolider la place du secteur privé national tout en préservant la promotion du Sénégal comme destination privilégiée des Investissements Directs Etrangers (IDE).

Abordant la question de la gestion transparente et performante des programmes et projets de développement, le chef de l’État a invité le gouvernement à un suivi plus rigoureux, gage d’une bonne gouvernance et à la mise en place d’un dispositif alliant rationalité et efficacité pour une meilleure exécution.

Sur la gouvernance normative des agences d’exécution et autres entités assimilées, le Président de la République a demandé au Gouvernement d’engager sans délai le processus de révision globale de leur cadre juridique qui devra surtout insister sur un encadrement restrictif en phase avec les obligations de résultats et de préservation des ressources publiques.

Clôturant sa communication, le Chef de l’Etat a informé le Conseil qu’il va présider très prochainement un Conseil Stratégique de pilotage des agences d’exécution avec l’ensemble des acteurs concernés.

Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur l’exécution du budget et la préparation de la loi des finances rectificative.

Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication sur l’exposition économique et commerciale sino-Afrique, et le suivi des requêtes de financements.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rendu compte du déroulement de la préparation de la campagne agricole.

Le Ministre de Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires a fait une communication portant sur la préparation de l’évaluation de la première phase de l’acte III de la décentralisation, et le financement des collectivités territoriales.

Le Ministre de la Culture et de la Communication a fait le point sur la consécration du Sénégal au festival international de cinéma de Cannes avec la sélection du film » ATLANTIQUE » de notre de notre compatriote Maty DIOP.




from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/30O7hYt
via gqrds
Le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 29 MAI 2019, le Conseil des ministres.
Les nominations lors du Conseil des ministres du 29 mai 2019
Au titre des textes législatifs :

- le conseil a adopté le projet de loi modifiant et complétant la loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013, portant code général des collectivités territoriales.

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :,

Monsieur Mamadou DIAKHATE, Magistrat, Hors Hiérarchie matricule de Solde n°510 600/B, est nommé Directeur général du centre de Formation judiciaire.

Monsieur Massamba Achille Edouard GUEYE, Administrateur des Affaires Maritimes, matricule de solde n° 511.897/A, est nommé Directeur général de l’Agence nationale des Affaires maritimes, poste vacant.

Monsieur Macodou SENE, Administrateur Principal de classe exceptionnelle est nommé Directeur de l’Administration générale et de l’Equipement, du Secrétariat Général du Gouvernement.

Monsieur Oumar Khassimou DIA, Ingénieur informaticien, titulaire d’un Master en management aéroportuaire, précédemment Coordonnateur des aéroports régionaux à l’Agence des Aéroports du Sénégal, est nommé Directeur des Transports aériens au ministère du Tourisme et des transports aériens, en remplacement de Monsieur Mathiaco BESSANE appelé à d’autres fonctions.

Monsieur Mathiaco BESSANE, ingénieur en aéronautique, précédemment Directeur des Transports aériens, est nommé Directeur des Infrastructures aéroportuaires au Ministère du Tourisme et des Transports aériens, poste vacant.

Madame Roseline Anna Coumba MBAYE, Ingénieur Géologue, matricule de solde 611993/C, précédemment Directeur du Contrôle et de la Surveillance des Opérations Minières, est nommée Directeur des Mines et de la Géologie en remplacement de Monsieur Ousmane Cissé, appelé à d’autres fonctions.

Monsieur Lamine DIOUF, Ingénieur Géologue, matricule de solde 674982/F, précédemment Chef du service Régional des Mines et de la Géologie de Thiès, est nommé Directeur du Contrôle et de la Surveillance des Opérations minières en remplacement de Madame Roseline Anna Coumba MBAYE, appelée à d’autres fonctions.



Dakar, le 29 mai 2019
Le Ministre, Porte-parole du Gouvernement
Ndeye Tické Ndiaye DIOP



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2VUZ54Y
via gqrds
Dialogue national: Le Général Niang désigné pour diriger le volet politique
L’ancien ministre de l’Intérieur, le général Mamadou Niang, va diriger le volet politique du dialogue national, rapporte la RFM.

Il sera assisté de Babacar Kanté, ancien vice-président du conseil constitutionnel, du Pr Alioune Sall, agrégé en droit, juge à la cour de justice de la CEDEAO à Abuja au Nigeria, et Abdou Mazib Ndiaye, membre de la société civile, selon la même source.

Le président de la République, Macky Sall, a procédé mardi à l’ouverture du dialogue national en présence de plusieurs personnalités politiques, économiques, religieuses et de la société civile. L’ancien ministre Famara Ibrahima Sagna a été choisi, sur la base d’un consensus, pour piloter ces concertations.

La majorité, l’opposition, les non-alignés, la société civile, les syndicats de travailleurs, les groupements patronaux, les organisations socioprofessionnelles et citoyennes, les autorités religieuses et coutumières seront représentés dans un comité préparatoire.

Chaque partie aura 5 représentants (dans le comité préparatoire), sauf les chefs coutumiers et les religieux qui en auront 3. Les pouvoirs publics auront également des représentants pour apporter des éclairages.

APS



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/30S8Zbm
via gqrds
Le leader du parti Pastef Les Patriotes ne compte pas aller au dialogue national. D'après Ousmane Sonko, le projet du Chef de l'Etat Macky Sall consiste à mettre en place un gouvernement d'union nationale, dont le seul but est de continuer son mode de gouvernance très sombre et ses abus d'autorité vis-à-vis de ses opposants. "Ceux qui ont pris part au dialogue national ont accepté d'être avec Macky Sall pour fabriquer un programme économique de gouvernance. C'est pourquoi, j'ai décidé de ne jamais participer à ce dialogue", a-t-il asséné.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2QtpiX4
via gqrds
En conférence de presse ce matin, Ousmane Sonko précise que son parti ne participera pas au Dialogue national. Selon lu ce dialogue n'est rien d'autre qu'une ruse du Président Macky Sall pour parer à un éventuel coup bas.
Ousmane Sonko : Ce dialogue est une mise en scène.
Ousmane Sonko, en refusant de répondre au dialogue national, reste logique dans sa démarche. Il ne semble pas prêt à accorder sa confiance à Macky Sall et sa bande.

Cela, malgré les sorties rassurantes du président de la République à faire exécuter, sans faille, les conclusions qui sortiront de ce dialogue. Le Président des "pastéfiens" rejette en bloc l'invitation de Macky et tance ,par la même occasion, l'opposition qu'il estime faire des génuflexions à ce dernier.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2wrr2an
via gqrds
Ousmane Sonko est catégorique. Il est hors de question pour lui et le Pastef de participer au dialogue national.
Sonko rejette le dialogue avec Macky Sall et l'avertit: « Il aura une opposition ferme pour ne pas dire radicale en face de lui »
« Aller au dialogue, c’est entrer en collusion avec Macky Sall et se livrer à un grand écart qui s’assimile à un reniement ou à une forme de ralliement. Il faut que cela soit clair : Nous ne participerons à cette mise en scène », a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse ce mercredi, au siège de son parti.

Le leader de Pastef soupçonne le chef de l’Etat de chercher à museler l’opposition et à se maintenir au pouvoir. « En accédant au pouvoir, Macky Sall avait juré qu’il allait réduire l’opposition à sa plus simple expression. Ce projet demeure, même s’il semble avoir atteint ses limites. En initiant ce dialogue, il veut tout simplement changer de stratégie, en faisant un fantasme sur une forme de gouvernement d’union nationale qui ne dit pas son nom.

C’est-à- dire, élaborer un projet de politique, économique et social, et ensuite gouverner ensemble et se partager un bonbon étatique. Ainsi, il n'y aura personne en face de lui pour s’opposer à son mauvais choix économique, à la corruption gouvernementale, aux dérives et abus autoritaires, à la manipulation du calendrier républicain et de la Constitution », fait-il savoir. Et d’avertir: « Je veux rassurer Macky Sall : il aura une opposition ferme pour ne pas dire radicale en face de lui».
 



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2QtpdTg
via gqrds
Ndella Madior Diouf:
Etant présente au lancement du dialogue national présidé par le Président Macky Sall, Ndella Madior Diouf n'a pas pris la parole pour partager sa vision comme l'ont fait hommes politiques. "J'allais magnifier la tenue de ce dialogue ensuite, attirer l'attention sur beaucoup de problèmes que l'on peut régler dans le pays tel que le développement. Il est nécessaire que les acteurs de développement soient impliqués vu que le Sénégal est pays pétrolier" a t-elle déclaré.
Invitée à une émission sur la 2Stv, l'ex-candidate déclarée à la présidentielle de 2019 a d'abord signifié à ses hôtes qu'il a été décidé depuis 2016 que chaque le 28 mai est une journée dédiée au dialogue national. " On l'a fait cette année et ce qui est à féliciter est que l'opposition est fortement représentée" . Si l'on veut que le Sénégal se développe, il faut dialoguer" a t-elle conclu.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2EEk86a
via gqrds
PHOTOS - Le Sénégal a été élu le 27 mai à Nairobi, au Conseil exécutif d’ONU HABITAT pour un mandat de 4 ans.
Il s’agit d’un nouvel organe stratégique qui est chargé de suivre le fonctionnement, les programmes et les projets d’ONU- HABITAT, en exerçant un suivi méthodique des décisions de l’Assemblée des Nations unies sur l’Habitat.

Le Conseil exécutif est composé de 36 États membres dont 10 sièges pour l’Afrique.
Dans son allocution à l’Assemblée, le Ministre a rappelé l’importance du Plan Sénégal Émergent ainsi que les missions et les priorités définies par Son Excellence Monsieur le Président Macky Sall.

En marge de l’Assemblée, le Ministre a été reçu par la Directrice exécutive, Madame Maïmunah Sharif. Une audience qui a permis d’échanger sur les axes de coopération avec ONU- HABITAT.

PHOTOS - Le Sénégal a été élu le 27 mai à Nairobi, au Conseil exécutif d’ONU HABITAT pour un mandat de 4 ans.

PHOTOS - Le Sénégal a été élu le 27 mai à Nairobi, au Conseil exécutif d’ONU HABITAT pour un mandat de 4 ans.

PHOTOS - Le Sénégal a été élu le 27 mai à Nairobi, au Conseil exécutif d’ONU HABITAT pour un mandat de 4 ans.

PHOTOS - Le Sénégal a été élu le 27 mai à Nairobi, au Conseil exécutif d’ONU HABITAT pour un mandat de 4 ans.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2ECWarC
via gqrds
Le chef de l’Etat a réfuté tout coup fourré à travers le dialogue national qu’il a lancé ce mardi 28 mai 2019. « Je ne suis pas dans une logique de deal ou de combine. Le seul enjeu pour moi, c’est le Sénégal », a dit le président au moment de clôturer la première journée du dialogue politique, saluant « la présence massive et qualitative des participants ». En effet, a-t-il dit, « même si nous sommes une démocratie, majeure, toute ouvre est perfectible. Nous devons avancer dans chaque secteur, pas-à-pas, notamment sur le plan politique où nous devons encore parfaire le processus électoral ».
Macky Sall : « je ne suis pas dans une logique de deal, le seul enjeu pour moi, c’est le Sénégal »



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2XhUuvi
via gqrds
Le chef de l’Etat a dit sa volonté de trouver une solution réglée à la situation des enfants de la rue. « je l’ai déjà dit au ministre de l’Intérieur, on va régler la question des enfants de la rue de manière définitive, après la korité, a dit le président Macky Sall ce mardi, au moment de clôturer la journée de lancement du dialogue national.
Macky Sall : « on va régler la question des enfants de la rue et resserrer la loi pour assurer la sécurité des femmes »
« Je ne parle pas des spécialement des talibés », a-t-il souligné, disant « saluer la position avant-gardiste des chefs religieux sur la question »
Se prononçant sur la recrudescence des viols et autres meurtres contre les femmes, le président de la République a annoncé qu’« on va resserrer la loi pour assurer la sécurité des femmes et des enfants ».



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2W7jOHL
via gqrds
La seconde phase du dialogue national lancé ce 28 mai 2019, aura lieu dans 15 jours, après la désignation des représentants des différentes parties prenantes, qui seront communiqués au président Famara Ibrahima Sagna.
Dialogue national : prochaine rencontre dans 15 jours, après désignation des représentants des parties prenantes
Après quoi le facilitateur convoquera « une rencontre qui devra permettre d’aller dans le fond des choses », a dit le chef de l’Etat. Le président Macky Sall a réitéré son engagement, affirmant : « je ne toucherai rien aux conclusions qui découleront de ce dialogue ».
Mais avant cela, un comité préparatoire sera mis sur place en vue des travaux du dialogue. Ainsi, les pouvoirs publics, la majorité, l’opposition, les non-alignés, la société civile, le secteur privé, les chefs religieux, les organisations faîtières et les syndicats, auront chacun 5 représentants.
Pour leur part, les élus et les organisations de jeunesse, auront chacun 3 représentants, alors que les chefs coutumiers auront 2 représentants.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2I68qBT
via gqrds
La chef de l’Etat s’est félicité de la participation massive qu’a suscité le Dialogue national lancé ce mardi 28 mai 2019 au palais de la République.
Macky Sall se félicite du lancement du Dialogue national: « le Sénégal a répondu à mon appel »
« Le Sénégal a répondu à mon appel », a, en effet, indiqué le président de la République à l’issue de cette journée de lancement du dialogue national qui, a-t-il souligné, « a duré 6 heures. Les gens sont restés assis, on s’est parlé, on s’est écouté ».

Le Chef de l’Etat a indiqué, qu’« il ne faut pas attendre que les étrangers et les ONG viennent nous réunir pour dialoguer. Personne ne s’est immiscé dans ce dialogue, c’est notre initiative personnelle », a-t-il déclaré. Surtout, dans ce contexte où, a-t-il dit, « le Sénégal entre dans une nouvelle phase, et est devenu un pays pétrolier et gazier. Il ne faut pas attendre que les autres viennent nous diviser pour s’emparer de nos richesses ».



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Wc1InK
via gqrds
Plusieurs participants au dialogue national ont demandé au président Macky Sall, la libération de Khalifa Sall et le retour de Karim Wade, ce mardi au palais de la République.
Dialogue politique: plaidoyer général en faveur de Khalifa Sall et de Karim Wade
De Sokham El Wardini à Aïda Mbodji, en passant par Oumar Sarr, ils ont été nombreux à lancer un appel au chef de l’Etat en faveurs des deux absents les plus présents.

Pour Mamadou Diop Decroix, le maintien de Khalifa Sall en prison et l’exil de Karim Wade, leur mise à l’écart de la dernière Présidentielle, constituent des « facteurs substantiels de persistance de la crise de confiance entre pouvoir et opposition ».



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Wvh32m
via gqrds
Procédant au lancement du dialogue national, ce mardi 28 mai 2019, le chef de l’Etat a justifié et officialisé le choix porté sur Famara Ibrahima Sagna comme facilitateur du dialogue. « J’ai choisi pour sa vertu et ses qualités d’homme de dialogue, ayant démontré sa capacité d’être au-dessus des clivages, notre compatriote Famara Ibrahima Sagna », a dit le président de la République.
Macky Sall : « Famara Ibrahima Sagna a démontré sa capacité à être au-dessus des clivages »
Et d’ajouter, « il m’a semblé particulièrement indiqué et habilité pour coordonner l’animation de cet exercice hautement important pour le devenir de la nation sénégalaise ».

M. Famara Ibrahima Sagna a occupé plusieurs postes administratifs et ministériels. Ancien ministre de l’Intérieur, il a œuvré au rapprochement entre Diouf et Wade et à la mise en place du premier gouvernement élargi, avec la participation de plusieurs ministres du Pds.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2MhcCnK
via gqrds
Dissoute il y a trente ans à cause d’intérêts divergents, la Confédération de la Sénégambie est sur le point d’être ressuscitée par les Présidents Sall et Barrow en discussions très avancées sur la question. Outre le pont de la Sénégambie, trônant fièrement sur le fleuve Gambie, et qui acte un nouveau départ dans les relations bilatérales entre les deux pays, Macky Sall et Adama Barrow, respectivement Présidents sénégalais et gambien, veulent davantage rapprocher leurs deux pays.
Résurrection de la Sénégambie 30 ans après: Des discussions très avancées entre les Présidents Sall et Barrow
En effet, selon des sources de "Kritik", la résurrection de la Confédération de la Sénégambie est en train de faire son bonhomme de chemin. D’ailleurs, révèlent nos interlocuteurs, des discussions au sommet sur la question sont très avancées. Lesquelles devraient très prochainement aboutir à la signature d’un accord pour remettre sur les rails cette Confédération, dissoute il y a plus de trente ans sur demande de l’ancien Président Diouf.

Un des anciens chefs d’État que le Président Sall est en train d'imiter en tout. Non seulement, il a baptisé le Centre de Conférence de Diamniadio du nom d'Abdou Diouf mais il lui déroule le tapis rouge lors de ses visites occasionnelles au Sénégal. Alors, qu’à part le statut de Président, rien ne lie - ni au plan politique encore moins au plan professionnel - ces deux hommes.

C’est cette même proximité affichée avec l’homme fort de Banjul qui reste la trame de fond de ce projet encore en maturation. C’est un secret de Polichinelle de dire que Macky Sall porte dans son cœur son frère Adama Barrow, et vice-versa, à la force des liens forts qui se sont renforcés, suite à l’arrivée chaotique du successeur de Yaya Jammeh au pouvoir. La présence assidue du Président gambien à toutes les occasions, mettant en valeur son homologue sénégalais, et même pour l’investiture à sa réélection, renseigne que les deux chefs d’Etat émettent sur la même longueur d’ondes.

D’ailleurs, à l’occasion de la 10e édition du Gala de l’Association de la presse sportive gambienne (SJAG) à laquelle était invitée l’Association nationale de la presse sportive (ANPS), au mois d’avril dernier, le Président gambien avait émis son souhait de voir ce rêve se réaliser. « Macky Sall et moi allons faire renaitre la Sénégambie. Je suis très honoré de votre visite. Je suis ici, chez moi (Ndlr : Makamang Kunda), en week-end, dans le cadre politique. Vous voir ici est le symbole même des relations que j’entretiens avec mon grand-frère, le Président Macky Sall », confessait Adama Barrow devant le ministre des Sports, Matar Bâ.

Pour rappel, c’est le 14 novembre 1981, lors d’une cérémonie à Banjul, que la mise sur pied de la Confédération de la Sénégambie a été officiellement annoncée. Un rapprochement qui n’est pas fortuit, car le président gambien Dawda Diawara, victime d’un coup d’État le 30 juillet 1981, est rétabli dans ses fonctions quelques jours après par les forces armées du Sénégal. Le 17 décembre 1981, les Présidents Abdou Diouf et Dawda Diawara signent le pacte, entré en vigueur, le 1er février 1982.

L’objectif étant de promouvoir la coopération entre les deux nations, surtout dans le domaine des affaires étrangères et des communications internes. Pour le Sénégal, l’intérêt immédiat était de désenclaver la Casamance, partiellement isolée du reste du pays par le territoire gambien.

Mais, la jeune Confédération de la Sénégambie ne résistera pas aux intérêts divergents des deux pays. Ainsi, le pacte est gelé en août 1989 à la demande du président Abdou Diouf, puis dissoute le 30 septembre 1989 à la demande du Sénégal.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2WrVY8N
via gqrds
Le chef de l’Etat ne veut plus entendre de contestations relative à la matière électorale et de débat sur fiabilité du processus électoral. Procédant au lancement du dialogue national ce mardi 28 2019, le chef de l’Etat a dit vouloir un consensus pour l’intérêt du Sénégal, appelant à trouver des consensus pour garantir un système politique solide.
Dialogue national : Macky Sall veut garantir la fiabilité du processus électoral
« Le dialogue national devra inscrire dans l’agenda l’ensemble du processus électoral incluant le calendrier électoral, en rapport avec le retour au quinquennat, la procédure et le délai de publication des résultats, le statut de l’opposition et de son chef, le financement des partis politiques’ », a, en effet, dit le chef de l’Etat. A ce titre, il a invité l’ensemble des acteurs à des échanges féconds entre les différentes parties prenantes du dialogue national.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Mhcnck
via gqrds
Macky Sall à Soham Wardini: «Je ne peux pas intervenir dans l'affaire Khalifa Sall… »
Le Président Macky Sall a évoqué l’affaire Khalifa Sall lors de son allocution au lancement du dialogue national. Le chef de l’Etat répondait au maire de Dakar, Soham Wardini qui a plaidé sa libération, lors de l’ouverture des débats.

«Parlant de la justice, j’ai entendu Madame le maire Soham Wardini évoquer Khalifa Sall. Je dois dire que Khalifa Sall est mon frère et prie Dieu pour lui. Mais que l’on ne confonde pas  les rôles. Le président de la République a une mission qui lui est définie. Ce n’est pas à lui de dire ce que la justice doit faire, surtout dans un pays démocratique.

Donc, tant que la procédure est en cours, je ne peux pas intervenir dans cette affaire. Le président de la République ne peux qintervenir qu'à la fin de toute procédure par la grâce présidentielle ou toutes autres mesures que lui permet la Constitution
", a déclaré le chef de l’Etat.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2YVgBHZ
via gqrds
Facilitateur du Dialogue national : Pouvoir et opposition d’accord sur le choix Famara Sagna
C’est officiel. Le pouvoir et l’opposition sont tombés d’accord sur le choix de l’ancien ministre Famara Ibrahima Sagna pour conduire le dialogue national, ouvert ce matin au Palais de la République.

« Après concertation avec les acteurs, j’ai choisi pour sa vertu et ses qualités d’homme de dialogue, ayant démontré sa capacité d’être au-dessus des clivages, notre compatriote Famara Ibrahima Sagna pour piloter le dialogue. Il est connu pour les immenses services rendus tout au long de sa riche carrière administrative, ancien ministre, ancien Président du Conseil économique et social. Il m’a semblé particulièrement indiqué pour coordonner l’animation de cet exercice hautement important pour le devenir du Sénégal », a Macky Sall, lors de son allocution.

Prenant la parole à sa suite, Mamadou Diop Decroix a soutenu que le Front résistance nationale qu'il représente, avait aussi porté son choix sur celui-ci.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2HFjo2l
via gqrds
Oumar Sarr n’est pas le seul à défier Me Abdoulaye Wade, en annonçant sa participation au dialogue national de ce matin. L’ancien ministre de l’Intérieur, également très fidèle de l’ex-chef de l’Etat, a décidé de ne pas suivre le ‘’ndiguel’’ du pape du Sopi. "L’As" annonce, en effet, que Cheikh Tidiane Sy répondra bien à l’appel du Président Macky Sall.
Dialogue National : Cheikh Tidiane Sy, aussi, désobéit à Me Wade



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2Xdg9Vk
via gqrds
Audience au Palais: Naomi Campbell projette de construire une école de formation pour les filles
Macky Sall a reçu, hier lundi, Naomi Campbell, mannequin et chanteuse britannique d’origine jamaïcaine. L’artiste est passé au palais après avoir fêté son anniversaire à Gorée. Les antennes de "L’Observateur" signalent que si Naomi a été reçue par le chef de l’Etat, c’est en partie parce qu’elle a un projet de construction d’une école spécifique pour les jeunes filles sénégalaises.

Ce projet d’une dimension environnementale sans équivoque, sera logé dans les environs de Mbeubeuss probablement. Car l’artiste est très intéressée par le devenir des matériaux de récupération que les femmes, à longueur de journée, ramassent pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Ce sera pour elle une façon de venir en aide à ces jeunes filles dont les conditions d’existence sont très difficiles.

Ce premier séjour de Naomi Campbell au Sénégal est l’œuvre de Nachson Mimran, qui l’a invitée au Sénégal pour qu'elle y fête son anniversaire.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2EEojyz
via gqrds
Selon le Ministre des Sports Matar Ba, les travaux du stade olympique de Diamniadio vont démarrer après la CAN 2019. A cet effet, la pose de la première pierre sera effectuée au mois d’août.
Stade Olympique : la première pierre posée dans trois mois
« Dakar Arena a été construit en 11 mois. Le stade Olympique va être construit aussi avec le même délai. Le site est connu, il y’aura d’autres infrastructures connexes pour permettre à Diamniadio de disposer de terrain d’entrainement, de piste d’athlétisme ou même en dehors du grand stade de 50.000 places. On a une réunion avec le directeur général de la société qui gère le patrimoine de Diamniadio, la SOGIP. Maintenant le démarrage est imminent », a-t-il confié au Journal De Dakar.

Cette promesse du chef de l’Etat Macky Sall permettra au Sénégal d’abriter les jeux olympiques de la jeunesse de 2022 et de pourvoir organiser une Coupe d’Afrique des Nations.

IGFM



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2EAoFqc
via gqrds
Dialogue national: Pourquoi Macky Sall n'a pas invité le mouvement Y en a marre
Le Mouvement Y en a marre ne va pas participer au dialogue national qui s’ouvre ce jour, mardi 28 mai 2019, au palais de la République.

Aliou Sané joint par "L’As", informe que son mouvement n’a pas reçu d’invitation du gouvernement. La raison ? Le journal croit savoir que le régime de Macky Sall considère ledit mouvement comme un empêcheur de tourner en rond.



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2XaaMpH
via gqrds