Après que le leader de Pastef est monté au créneau pour vilipender le dialogue national, la Convergence des cadres républicains (CCR) n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger son « arrogance et sa prétention » qui dénote une méconnaissance de la tradition politique sénégalaise, rapporte le journal Kritik.
Les cadres républicains rebaptisent Sonko: Un candidat antivaleur
« Après l’écrasante victoire du Président Macky Sall, au premier tour, le Président avait la possibilité ne pas appeler au dialogue national. Appeler au dialogue, c’est donc faire preuve de grandeur pour une démarche inclusive », constate dans le journal Kritik la Convergence des cadres républicains (CCR) qui, par la voix de son Coordonnateur, Abdoulaye Diouf Sarr, fustige avec la dernière énergie la position du leader de Pastef qui croit « détenir le monopole de la vérité », en s’attaquant au dialogue sur des considérations d’arrogance et de prétention. »

Selon les cadres de l’APR, ce profil de dirigeant politique n’est pas un exemple à offrir à la jeune génération car, au Sénégal, le dialogue est ancré dans les traditions. De Lamine Guèye à Senghor en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, toutes les générations politiques ont accepté le principe du dialogue qui a fait de notre démocratie un modèle vanté en Afrique.



De candidat antisystème, Ousmane Sonko apparaît désormais comme un candidat antivaleur, estime la Convergence des cadres républicains qui situe le dialogue dans la recherche de consensus et de plage de convergence au-delà des intérêts partisans.

Tout en se réjouissant du choix porté sur des hommes d’Etat de valeur, choisis sur la base d’un large consensus et équidistants des chapelles politiques, la CCR félicite l’opposition d’avoir mesuré à sa juste valeur cette initiative du Président Macky Sall. Car, aux yeux d’Abdoulaye Diouf Sarr & Cie, le Sénégal a besoin de stabiliser et de rationaliser son jeu démocratique et électoral. » Et, assurent-ils, notre démocratie et notre système électoral sortiront renforcés à l’issue de ce dialogue.

Sur le choix du candidat malheureux à la dernière présidentielle de brocarder le dialogue et les acteurs qui s’y engagent, les cadres dénotent un manque de respect notoire d’Ousmane Sonko envers ses camarades de l’opposition et estiment que lui répondre c’est lui donner de l’importance car, le leader de Pastef se trompe d’époque.

Kritik



from Leral.net - S'informer en temps réel http://bit.ly/2XlOnGc
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours