juillet 2019
Le Président de la République, Macky Sall, en Conseil des ministres ce mercredi 31 Juillet 2019 a évoqué la question du renforcement de la sécurisation globale et durable du territoire national. A ce titre, il s’est incliné devant la mémoire de l’Adjudant Major Tamsir SANE, Commandant de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Koumpentoum, lâchement assassiné par des malfaiteurs dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juillet 2019, lors d’une intervention de sa brigade pour repousser les assaillants du bureau de poste de la localité.
Conseil des Ministres Assassinat de Tamsir Sané: Macky Sall condamne cet acte ignoble et demande à ses Ministres de retrouver les malfaiteurs et criminels
Le Chef de l’Etat a présenté ses condoléances les plus attristées aux forces de défense et de sécurité, à la gendarmerie nationale, son armée d’origine, à sa famille et à ses proches. Il a souhaité prompt rétablissement aux gendarmes blessés et, a demandé au Ministre des Forces armées d’assurer leur prise en charge médicale et sociale intégrale.

Le Chef de l’Etat a, particulièrement, condamné cet acte ignoble et demandé au Ministre de l’Intérieur et au Ministre des Forces Armées de prendre des dispositions afin de retrouver, dans les meilleurs délais, les malfaiteurs et criminels qui seront punis conformément à la loi. Et, il a, en outre, indiqué l’urgence de renforcer la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

A cet effet, il a invité le Gouvernement à développer une stratégie spécifique de lutte contre le grand banditisme dans les centres urbains et périurbains et, a demandé aux forces de défense et de sécurité d’œuvrer en synergie avec les populations pour une maitrise du renseignement territorial et une efficacité soutenue des actions de sécurisation.

Macky Sall a aussi demandé au Gouvernement en rapport avec l’administration territoriale de tenir une réunion de concertation sur le pilotage, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des actions de sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national.

Sous ce registre, il a également invité le Gouvernement à réfléchir sur l’encadrement de l’exercice et de la modernisation de la sécurité privée au Sénégal.

Gestion des inondations

Au titre de la gestion des eaux pluviales et du suivi des actions préventives de lutte contre les inondations, le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de veiller au renforcement du dispositif préventif de gestion des inondations. Il a également invité le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement à accentuer la supervision pragmatique des dispositifs de suivi des actions et opérations de lutte contre les inondations, en impliquant notamment les maires des communes.


Préparatifs de la fête de Tabaski

Abordant le suivi des préparatifs de la fête de Tabaski, le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement d’intensifier l’exécution des mesures prises en vue d’assurer l’approvisionnement optimal des points de vente officiels en moutons, et de communiquer sur les efforts consentis par l’Etat pour l’approvisionnement correct des marchés nationaux en moutons et en produits et denrées de première nécessité durant la période de Tabaski.

Revenant sur la stratégie nationale d’exportation des produits agricoles, le Président de la République a demandé au Gouvernement de renégocier, dans les meilleures conditions, les accords conclus avec les partenaires pour l’exportation de l’arachide. Il a, sur ce point, requis la préparation d’un document d’orientation portant « stratégie nationale d’exportation des produits agricoles ».

Au titre du pilotage des urgences nationales durant la saison des pluies, il a rappelé au Gouvernement la nécessité de finaliser les documents permettant au Sénégal de basculer intégralement dans les budgets programmes en 2020.

En ce qui concerne le suivi de la coopération et des partenariats, le Président de la République est revenu sur sa participation au Forum annuel sur l’entrepreneuriat organisé par la Fondation Tony Elumelu qui s’est tenu le 27 juillet 2019 à Abuja. Il s’est félicité du projet d’accord de partenariat que la Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes va signer avec la Fondation Tony Elumelu, en soutien à l’entreprenariat des femmes et des jeunes.

Le Chef de l’Etat a informé le Conseil de sa participation, le jeudi 1er août 2019, à Nouakchott, à la cérémonie d’investiture de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh GHAZOUANI, Président nouvellement élu de la République Islamique de Mauritanie.

Au titre des communications :
Le Ministre des Forces armées a fait une communication sur la sécurisation du territoire nationale, les circonstances de l’assassinat et de la mort de l’Adjudant Major Tamsir SANE.

Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur les réformes budgétaires, l’exécution des dépenses publiques.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la pluviométrie et la campagne agricole. Et son collègue, en charge du Suivi du Plan Sénégal Emergent (PSE) a fait une communication sur le financement des projets de réformes phares du PSE.

Leral



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YthhE0
via gqrds
La sécurité du président de la République a été assuré lors de la campagne présidentielle de 2019 par de gros bras, appelés « marrons du feu ». Ces derniers, très remontés, exigeant leur recrutement dans la fonction publique, ont envahi le domicile du Président de la République, Macky Sall.
Protestation: Les « marrons du feu » assiègent le domicile du Président de la République, Macky Sall
Pancartes en mains, « les marrons du feu » ont été une centaine devant le domicile du Chef de l’Etat à Fenêtre Mermoz. Leur rassemblement a été dispersé par les éléments de la gendarmerie qui ont arrêté une vingtaine parmi eux. Ainsi, les éléments arrêtés, d’après la source, sont présentement en garde à vue à la Brigade de Ouakam.

« Tout le Sénégal connait les marrons du feu. Nous avons toujours été au front pour assurer la sécurité du Président de la République. On a été toujours loyal à son égard. Nous avons entendu toute sorte de critiques des Sénégalais. On nous a traités de nervis, de milices, de trouble-fête. Mais, nous avons toujours fait fi de ces attaques pour servir le Président de la République », a exposé un des membres des marrons du feu, Bassirou Dia.

D’après cet élément qui a échappé à l’arrestation des gendarmes, le Président de la République n’ait pas respecté ses engagements. « Nous faisons partie de la famille présidentielle. Le chef de l’Etat avait promis de nous intégrer dans la fonction publique. Nous sommes des agents de sécurité et tout ce que nous voulons, c’est de travailler.

Et, nous avons frappé à toutes les portes des autorités de l’APR. Aucune d’entre elles n’a répondu. On a envoyé des correspondances aux différents Ministres, jamais de réponse », a-t-il déploré.

Interpellant le Chef de l’Etat, ces marrons du feu se disent dans une logique d’observer une grève de la faim. Ce bataillon des marrons exigent la libération immédiate et sans condition des membres du groupe arrêtés. « Nous n’excluons pas d’observer une grève de la faim pour nous faire entendre. Le Président de la République doit nous recevoir pour trouver une solution. Nous savons qu’il peut nous aider. Alors, nous lui faisons confiance et espère qu’il accèdera à notre requête », invite-t-il.

Leral



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YB5qni
via gqrds
Yoff : les Apéristes réclament un poste juteux pour Abdoulaye Ndour
Les militants de l’Alliance pour la République (Apr) du Terme Nord (Yoff), exigent la « réintégration » d’Abdoulaye Ndour dans la gestion des affaires du pays. Directeur de l'administration générale et de l'équipement (Dage) de la Présidence de la République, ce dernier avait été limogé en juin 2018 ,suite à une sortie relative à l’affaire du Capitaine Mamadou Dièye. Plus tard, il avait été nommé ministre-conseiller auprès du président de la République. Mais pour ses partisans, il mérite plus que ce poste.

Ils estiment qu’un militant de la trempe de Abdoulaye Ndour aux côtés de Macky Sall, sous les auspices de son slogan fast-track, serait d’un apport considérable.

Réaffirmant leur soutien à l’ancien Dage, ses sympathisants de l’APR de la commune Yoff, déclarent que leur leader qui a toujours été à leur écoute, n’a ménagé aucun effort pour faire réélire Macky Sall.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/335pvph
via gqrds
Le président du Conseil départemental de Louga, Amadou Mberry Sylla s'est prononcé sur les prochaines élections locales. A l'en croire, les populations lui ont renouvelé leur confiance à 95%, grâce à l'excellent travail abattu durant ses 5 années de gestion. "Cependant, on reste à l'écoute de notre mentor, à savoir le Chef de l'Etat Macky Sall. Je demande aussi à tous ceux qui déclarent leur candidature, de faire d'abord des résultats au niveau des postes qu'ils dirigent. Parce que quelqu'un qui n'a enregistré que des échecs, ne doit pas nous divertir", s'est-il défendu. Pour rappel, le maire de la commune de Nger Malal, Samba Kanté fait partie des responsables qui lorgnent le fauteuil de la présidence du Conseil départemental.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2K99Myh
via gqrds
Face aux enquêteurs de la Dic, Adama Gaye se débine et annonce une plainte contre X
Entendu une seconde fois avant-hier lundi, Adama Gaye est revenu sur ses premières déclarations. Au cours de son audition, il s’est même montré plus « doux » avec une ligne de défense qui a surpris les enquêteurs.

Selon L’Observateur, il a réfuté la paternité de plusieurs publications trouvées sur sa page Facebook et regretté que certains de ses écrits aient été sortis de leur contexte.
Mieux, il a juré n’avoir jamais eu l’intention de nuire au président de la République Macky Sall.

Adama Gaye a assuré qu’à plusieurs reprises, des individus auraient tenté pirater ses comptes et que ce serait sans doute eux qui auraient fait les publications et même commenter à sa place, selon Libération.

Et comme pour prouver son in innocence, il a annoncé une plainte contre X.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YAsrLo
via gqrds
Le Président Macky Sall a reçu dans la soirée des basketteurs de la NBA notamment Gorgui Sy Dieng et Tacko Fall. Le commissaire Adam SILVER s’est félicité de la coopération entre la NBA et les autorités fédérales pour le développement du basket. Le Sénégal va accueillir un centre de formation africain dédié aux jeunes, écrit dakarbuzz.
Gorgui Sy Dieng et Tacko Fall reçus par le Président Macky Sall

Gorgui Sy Dieng et Tacko Fall reçus par le Président Macky Sall

Gorgui Sy Dieng et Tacko Fall reçus par le Président Macky Sall

Gorgui Sy Dieng et Tacko Fall reçus par le Président Macky Sall



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Gzp6BN
via gqrds
« Ah non, surtout pas. Je voudrai en faire un professeur et sa mère, un politicien», c’est ainsi que tout en sourire, Senghor répondait au journaliste. Ce dernier, lors d’un entretien au palais, parlant de son fils Philipe, lui posait la question que voici : « voulez-vous en faire un homme politique ? »
Cette leçon de Senghor que Wade et Macky n’ont pas retenue
Son successeur, Abdou Diouf, était dans le même état d’esprit. Cheikh Makhtar Diouf, voilà un nom qui n’est pas familier à plus d’un. Né « Makhtar » et élevé en rang de « Cheikh » par Serigne Saliou Mbacké, ce fils de l’ancien président Diouf pourrait se balader dans les rues sans attirer la moindre foule de curieux. Il est ce que Senghor aurait souhaité que devienne son défunt Philipe Maguilène : un homme effacé, voire inexistant dans le champ politique.

Et, cette tradition qui consiste à tenir sa famille proche, loin de la scène politique va être rompue par le Président Abdoulaye Wade. Karim Wade, ce nom est connu de tous. Mille murs portent son portrait. A une époque, il est même devenu ce fils providentiel qui a toutes les compétences et toute la confiance du père pour occuper plus d’une fonction dans la chapelle gouvernementale. Un fils multidimentionnel que les médias aimaient à caricaturer en lui donnant le surnom de « ministre du ciel, de la terre et de la mer.» C’est avec lui, d’ailleurs, que le concept de « dévolution monarchique du pouvoir » s’est le plus répandu au Sénégal. En 2012, on soupçonnait Wade père de vouloir transférer le pouvoir à Wade fils.

Arrive enfin Macky Sall, lui qui n’a pas hésité à aller puiser dans la famille de la première dame sa femme, des personnes à placer par-ci, par-là. Il faut voir combien les Sénégalais se sont à un moment révoltés contre Maître Wade, non pas parce qu’ils ne l’aimaient pas, mais parce qu’ils ne pouvaient supporter qu’il imposât Karim. Et, voir maintenant comment la présence de Aliou Sall pèse sur son frangin, le Président Macky pour comprendre la réponse spontanée de Senghor au journaliste.



« Ah non, surtout pas » ! Était-ce une manière pour Senghor de dire aux futurs présidents du Sénégal : ne mêlez pas votre famille à vos affaires politiques, la sphère familiale n’est pas à confondre avec celle politique ? Peu importe la réponse, car il semble que seul le Président Abdou Diouf ait su retenir cette leçon. Indubitablement, il avait assez de finesse d’esprit pour comprendre ce cours poétique du sens de la mesure que Senghor enseignait au cours de son interview. Ce sens de la mesure qui aurait manqué à Wade et Sall, dont la présence de la famille dans le gouvernement leur a causé plus de mal que de bien, si bien même il y a eu.





Moussa Seck – laviesenegalaise.com



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2GASeZq
via gqrds
Investiture de Mohamed Ould Cheikh Ghazouani: Macky Sall à Nouakchott demain mercredi
Le Président Macky Sall quitte Dakar demain mercredi, pour assister le lendemain jeudi à Nouakchott, à la cérémonie d’investiture de Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, président nouvellement élu de la République Islamique de Mauritanie.

Le Président Sall sera de retour le jeudi 1er août 2019.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2KgTvpw
via gqrds
Le ministre sénégalais de la Justice, Me Malick Sall, a affirmé mardi qu’il assume sa totale responsabilité dans l’affaire du journaliste Adama Gaye, placé en garde-à-vue lundi pour avoir diffusé des « écrits contraires aux bonnes mœurs ». Mais aussi pour « offense au chef de l'Etat », selon son avocat, Me Khoureychi Ba.
Affaire Adama Gaye: Le Garde des Sceaux assume sa responsabilité
« L’Etat et la justice ne permettront à quiconque, quel que soit son statut, de fouler au pied ses paroles ou par ses activités les fondamentaux de la République ou les institutions. Car les institutions faibles ou banalisées, ouvrent la voie à la déstabilisation », a dit Me Sall, qui rappelle que c’est à lui qu’on a confié la garde des Sceaux.

« Dans cette affaire dite Adama Gaye, j’assume ma totale responsabilité. En tant que Garde des Sceaux, je ne peux pas voir un individu, par ses écrits, par ses déclarations, passer son temps à insulter celui qui incarne l’institution la plus sérieuse, le président de la République », a-t-il ajouté.

Le ministre informe que le Parquet a été saisi et une information judiciaire est ouverte.
Lundi tôt dans la matinée, le journaliste sénégalais Adama Gaye, connu pour ses écrits virulents contre le régime du Président Macky Sall, a été arrêté à son domicile sis à l'Immeuble Kébé au Plateau, dans le centre-ville de Dakar.

Face au procureur ce mardi, Adama Gaye risque l'instruction avant de procéder à la mise en examen et à l'information de ce dossier, renseigne sa défense, ce qui suppose « beaucoup plus de temps et certainement une privation de liberté beaucoup plus longue ».


pressafrik



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/310JfZi
via gqrds
Le président Macky Sall, a insisté sur la nécessité de valoriser le développement économique du continent par les jeunes. C’était samedi dernier à Abuja, au panel présidentiel du Forum annuel de la fondation Tony Elumelu pour l’entrepreneuriat (Tef). Il a souligné la nécessité de promouvoir l’économie numérique avec une digitalisation plus importante des systèmes de gestion de l’activité économique dans tous les secteurs.
Croissance en Afrique : le président Macky Sall mise sur les jeunes
Il a dit, à ce niveau, l’obligation des Etats d’assainir l’environnement des affaires en luttant contre la corruption et en réformant l’environnement des affaires «afin qu’investir ne soit plus un risque».
Le Sénégal « travaille à l’instauration de tribunaux de commerce et à la dématérialisation des procédures », a-t-il dit, soulignant la discrimination positive pour le financement des jeunes à travers la Délégation à l’entrepreneuriat rapide pour les jeunes et les femmes (Der), en dotant annuellement les jeunes startups d’un montant de trois milliards de FCfa.
Pour sa part, le Président de la Tef, Tony Elumelu, a insisté sur l’importance d’aider la jeunesse africaine à devenir autonome. Le continent compte 668 millions de jeunes, dont 12 à 13 millions qui intègrent, chaque année, le marché de l’emploi et seulement trois millions décrochent un emploi décent.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2KbNo60
via gqrds
Le directeur exécutif d’Amnesty international Sénégal a réagi à l’arrestation du journaliste Adama Gaye. «Au Sénégal, en 2019, une personne peut encore être arrêtée et jetée en prison pour ‘’diffusion d’écrits contraires aux bonnes mœurs’’. En réalité, tout prétexte est bon pour réduire au silence ceux qui critiquent le régime de Macky Sall. Libérez Adama Gaye !», a, en effet, tweeté Seydi Gassama, repris par "Le Quotidien".
Seydi Gassama: « Au Sénégal, tout prétexte est bon pour réduire au silence ceux qui critiquent Macky SallSall »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2MoLjX3
via gqrds
L'ancien chef de cabinet du Président Macky Sall, ne goûte pas au soutien de ‘’Reporters sans frontières’’ apporté au journaliste Adama Gaye après son arrestation, hier lundi, pour ‘’écrits contraires aux bonnes mœurs’’ et ‘’offense au chef de l’Etat". Moustapha Diakhaté parle « d'une honteuse farce de Reporters sans frontières ». En effet, écrit-il sur sa page Facebook, «en soutenant l’insulteur public Adama GAYE, RSF s’éloigne de sa profession de foi officielle : ‘la défense de la liberté de la presse ‘ ».
Affaire Adama Gaye: Moustapha Diakhaté s’en prend à 'Reporters Sans frontières'



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Mm0aBL
via gqrds
Des militants de l’Apr de la première heure se disant frustrés, ont mis en place dans la capitale française, « Diaspora Debout », une plateforme d’alerte et de proposition. Après leur assemblée générale du samedi 27 juillet dernier à Paris, ils ont lancé un appel à l’endroit du Président Macky Sall, afin qu’il tienne compte de leurs préoccupations et leur accorde une audience, car le niveau de frustration a atteint son comble, a souligné la présidente de « Diaspora Debout », Suzanne Ndiaye par ailleurs coordonnatrice de l’Apr de Leeds en Angleterre.
Frustrations à l’Apr Europe: La plateforme « Diaspora Debout » lance un appel au Président Macky Sall
La structure « Diaspora Debout » vient d’être portée sur les fonts baptismaux à Paris au cours d’une rencontre qui a réuni de nombreux militants frustrés de l’Apr de la diaspora. Ils sont venus notamment de différents pays d’Europe. Outre la France, des délégations sont venues du Benelux, d’Angleterre, d’Italie, d’Espagne, des Pays Bas mais également des pays scandinaves, pour défendre leurs convictions et montrer leur attachement immuable au Président Macky Sall.

Interrogée, la présidente Suzanne Ndiaye n’a pas manqué de faire un triste constat : « De nombreux militants ont quitté le parti parce qu’ils sont frustrés. Et c’est cette frustration précisément, qui nous a réunis aujourd’hui autour de la plateforme « Diaspora Debout ». Au lieu de transhumer, nous avons préféré rester et dire la vérité au Président » dira-t-elle. Dans la même veine, les membres ont demandé au secrétaire Général de l’Apr, de réunir sa famille originelle et de parler avec elle. « Notre souhait est faire en sorte que l’Apr soit une force politique afin de relever les défis du futur caractérisé par une guéguerre souterraine pour l’après Macky Sall », soutiendra la présidente, qui a remercié « Sénégal Debout » , pendant de « Diaspora Debout » au Sénégal .

Pour d’autres militantes comme AÏssatou Diop de Diaspora Debout /France, l’objectif est de sonner l’alerte sur le niveau de frustration qui a atteint son apogée au sein des militants, particulièrement de la diaspora. « Merci est un petit mot, mais très important », a rappelé Khady Thiam à l’endroit de leur leader qui ne les a pas reçus lors de sa dernière visite en France.

Pour sa part, Aicha Bâ du Benelux a insisté sur les orientations de « Diaspora Debout », une structure dans laquelle tous les membres sont fidèles au Président Macky Sall et défendent sa politique depuis un sacré bout de temps. Rien ne saurait alors les divertir, leur action s'inscrit dans la bonne marche du parti, précise un autre membre.
 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2SQa6ET
via gqrds
Annoncé comme probable successeur d’Ousmane Tanor Dieng au Haut conseil des collectivités territoriales(Hcct), l’ancien Premier ministre Souleymane Ndené Ndiaye, actuel président du conseil d'administration d'Air Sénégal, ne fait pas l’unanimité ni à l'Apr ni au sein de Bby..
Remplacement de Tanor à la tête du HCCT: Ndéné Ndiaye ne fait pas l'unanimité
Pas si sûr que Souleymane Ndené Ndiaye puisse conduire les destinées du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). En effet, aussitôt son nom glissé (vrai ou faux) dans les petits papiers du président Macky Sall après le décès d’Ousmane Tanor Dieng que déjà,des voix se lèvent pour crier au «scandale». Et pour cause, le dernier premier ministre de Me Abdoulaye et son directeur de campagne en 2012 avant de mordre lamentablement la poussière devant l’actuel chef l'Etat, au deuxième tour, Jules Ndéné comme l’appellent les intimes, fait partie de la galaxie ou du commando qui a toujours combattu Macky Sall auprès du pape du sopi. A ce titre, il serait mal vu selon les confidences faites au journal libération qu’il dirige cette institution qui place son chef au troisième rang protocolaire. Pis, outre cet aspect qui ne plaide alors pas du tout en sa faveur du dandy de Kaolack, il se trouve que l’ancien pm et non moins ancien maire de Guinguinéo, n’a jamais voulu regagner les rangs comme certains responsables du parti démocratique sénégalais (pds) au lendemain de la chute de Wade.
Près de 7 ans dans l’opposition et un «exil» à Londres pour parfaire, dit-il, à l’époque, son anglais, jules Ndéné Ndiaye est revenu au pays. Interpellé au détour d’une émission hebdomadaire d’une radio de la place, il déclarait que pour lui, la transhumance est bannie et n’est point à l’ordre du jour. Poussant plus loin le bouchon, il affirmait avec force détail que les transhumants doivent être fusillés. «Il n’est pas membre de Bby. Son petit parti politique n’a jamais contribué à une quelconque victoire de Macky depuis 2012»,fulmine un membre du bureau du Hcct. «le Hcct sera confié un membre du bureau à même de poursuivre les grands chantiers de Tanor. Ou sauf extraordinaire, à un membre du ps pour perpétuer le compagnonnage tant voulu par le défunt», confie la source du journal. Et si cette deuxième option est validée, le destin choisirait soit Aminata Mbengue Ndiaye ou Serigne Mbaye Thiam. Ce, pour régler la question trop controversée de leur présence au sein du gouvernement depuis 2012. Mais ce ne sont pas seulement les membres du Hcct qui vomissent jules Ndene considéré comme persona non grata à la tête d’une institution telle le Hcct en dépit de sa proximité légendaire avec le chef de l’Etat, Macky Sall. Les «aperistes» de souche ruent aussi dans les brancards.

Un membre du Ps ou du bureau de Hcct

«monsieur le président, depuis 2007 avec les manipulations wadistes sous la coupole des scorpions au palais,de jeunes vierges politiquement se sont accommodées avec abnégation et loyauté pour vous servir sans faille. Monsieur le président, nous savons que les princes : les princes dominent leurs sentiments pour honorer leur devoir. Les autres baissent leur nuque et acceptent en silence un sort qui les taraude et les moleste. Voilà schématiquement le règlement intérieur de notre parti avec ses clivages insensés. je ne m’y soumettrais point (...)», menaçait Samba Ndong professeur de svt, coordonnateur de la cojer de Biscuiterie et coordonnateur nationale de la cojecar mais aussi membre de la commission d’organisation de la ccr dans une tribune rendue public tout en s’attaquant aux nouveaux venus de la trame de jules Ndene Ndiaye. «Les sénégalais ne les respectent pas. Ils ne peuvent, en aucun cas, respecter leur parole, admirer leur image ou adouber leur action», a-t-il pilonné de nouveau. En attendant l’arrivée prochaine ou la nomination d’un président, le Hcct fait le deuil d’Ousmane Tanor Dieng.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Yy5iJm
via gqrds
Poursuivi pour offense au chef de l'Etat, Adama Gaye sera déféré au parquet dans les prochaines heures
Dakarposte, qui a "creusé" sur ce qu'il est convenu d'appeler "le cas Adama Gaye" en sait un peu plus.
"Il a de tous temps été irrespectueux envers Macky Sall, mais il n'est pas sans savoir que ce dernier représente une institution. Je veux dire par là qu'il a insulté le Président de la République . Trop, c'est trop. Ses propos irrévérencieux , grossiers, risquent de lui coûter cher" nous soufflait ce lundi matin une source judiciaire. Qui, semble t'il avait vu juste. Car, aux dernières nouvelles, l'ancien journaliste à Jeune Afrique (Adama Gaye) risque d'être inculpé pour "offense au chef de l'Etat".
Dakarposte a appris que placé en garde à vue, il sera déféré au parquet dans les prochaines heures (ce mardi matin). "Sauf revirement, renchérit notre informateur, "le gars (ndlr: il fait allusion à Gaye) sera placé sous mandat de dépôt; pour ainsi dire qu'il va rejoindre le nombre assez pléthorique de détenus de la redoutée prison de Rebeuss" .


Quid du délit d'offense au chef de l'Etat?


Le délit “offense au chef de l’État” est régi par la loi numéro 77-87 du 10 août 1977 reprise par l’article 254 du du code pénal Sénégalais .



Cet article dispose que “l’offense au président de la République commis par l’un des moyens de diffusion publique (la radiodiffusion, la télévision, le cinéma, la presse, l’affichage, l’exposition, la distribution d’écrits ou d’images de toutes natures, les discours, chants, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, et généralement tout procédé technique destiné à atteindre le public) est punie d’un emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende de 100 000 à 1 500 000francs ou de l’une de ces deux peines seulement“.



C’est une infraction logée dans la rubrique des délits contre la chose publique .



C’est pourquoi, le procureur de la république , “avocat de la société”, doit s’autosaisir en cas d’offense au chef de l’État.



Toutefois,pour qu’il y ait offense, il faut que l’intention délictueuse soit démontrée.Ce qui met d’ailleurs à l’abri certains critiques ou humoristes qui peuvent se prévaloir de leur bonne foi.



Au contraire,la jurisprudence considère qu’un prévenu ne peut se prévaloir d’aucune excuse de bonne foi lorsqu’il prépare son acte et, délibérément, brandit son affichette(offensante) au passage du président.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2SYUhMd
via gqrds
Après des heures d'audition, le journaliste Adama Gaye, arrêté ce lundi matin par la Division des investigations criminelles (Dic), pour ses prises de position à l’encontre du régime de Macky Sall, a été placé en garde-à-vue.
Urgent : Le journaliste Adama Gaye finalement placé en garde-à-vue
D’après l’article 256 du code pénal, « sera puni d'un emprisonnement d'un mois à deux ans et d'une amende de 25.000 à 300.000 francs » quiconque aura affiché, exposé ou projeté aux regards du public, « distribué ou remis en vue de leur distribution par un moyen quelconque, tous imprimés, tous écrits, dessins, affiches, gravures, peintures, photographies, films ou clichés, matrices ou reproductions photographiques, emblèmes, tous objets ou images contraires aux bonnes mœurs ».

A retenir que le journaliste Adama Gaye, à qui il est reproché d’avoir diffusé des écrits contraires aux bonnes mœurs, a été cueilli chez lui dans la matinée de ce lundi, par des éléments de la Division des investigations criminelles.




Leral



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YxAqZE
via gqrds
« Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite, » disait Henry Ford. Qui d’autre que Macky Sall a réussi cette performance au Sénégal ? Voici un homme politique, un homme d’Etat qui aura su mettre en place la plus grande coalition politique de l’histoire de notre jeune République. Il a dirigé le Sénégal avec cette coalition exceptionnelle durant son premier mandat marqué par une réforme constitutionnelle des plus ambitieuses qui a plongé le Sénégal dans le gotha des démocraties majeures et posé les jalons d’une nouvelle gouvernance politique et économique garantissant aux citoyens sénégalais la pleine jouissance de leurs libertés et droits. Dans un contexte marqué par l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz, Macky Sall a su par son expertise et sa vision mettre en place les conditions d’une gestion équitable de ces richesses, pour le bénéfice exclusif du peuple sénégalais. Le succès de son PSE qui entame la phase 2 de sa mise en œuvre aura consacré son plébiscite par le peuple sénégalais, au soir du 26 février 2019, par sa réélection dès le 1er tour pour un second mandat à la tête de notre pays, avec la même coalition politique, renforcée par d’autres forces politiques convaincues par la pertinence de son projet pour le Sénégal.
MAHAMMED DIONNE N’A PAS LEUR TEMPS
Au cœur de son dispositif politique et institutionnel, fidèle à lui comme son ombre, un homme aura réussi à donner corps à sa vision, chevillé à sa tâche, en véritable métronome aussi efficace qu’invisible : Mahammed Boun Abdallah Dionne.
Cet homme a très trop compris que l’humilité consiste à être affranchi de l’importance de soi, à penser moins à soi-même, car elle est d’abord une décence, un équilibre. Il s’est si totalement dissous dans l’institution présidentielle dont il était une émanation que seules son efficacité, sa compétence et sa haute maitrise des dossiers de l’Etat ont pu le faire remarquer, et confirmer sa réputation méritée d’Homme d’Etat, fidèle et loyal et dévoué à son Patron.
Certains de ses prédécesseurs qui ne l’avaient sans doute pas suffisamment appréhendé comme tel n’ont pas fait long feu à ce poste aussi stratégique que délicat. Aujourd’hui encore, avec la suppression de la primature, la confiance du Président Macky Sall lui a été grandement renouvelée. Il est au cœur de l’Etat. Prêt à accompagner le Président de la République dans son exaltante mission de développer le Sénégal, d’accélérer l’atteinte de l’émergence par la mise en œuvre du PSE dans sa phase 2, en mode fast track.
Cela a le mérite d’horripiler des adversaires encagoulés tapis dans l’ombre qui semblent déterminés à l’atteindre. Ces gens ne reculent devant rien. Ils ont annoncé sa mort, et ils ont poussé leur haine et leur aversion envers Mahammed Boun Abdallah Dionne au point d’oser réaliser les photomontages les plus avilissants pour lui nuire. Cela montre combien ses ennemis, dont il n’a même pas le temps de s’occuper tellement l’homme est dans les urgences et les affaires de l’Etat sont prêts à descendre dans la fange, pour l’atteindre.
Son silence les rend plus enragés.
Leur haine explose. Leur bêtise ne connait plus de limites.
Voilà le landerneau politique et le microcosme social sénégalais, dans le pire de leurs travers : certaines personnes vous croient faible quand vous ne répondez pas à leurs attaques, car le fait de se contenir exige une force qui les dépasse absolument. Elles ignorent que dans la vie, la raison commande de répondre aux imbéciles par le silence, et aux cons par la patience. La méchanceté est la caractéristique principale de ces personnes souffrant d’infériorité, et se sentant obligées de salir quiconque peut potentiellement paraitre plus brillant à leurs yeux.
L’ambition devient un péché, l’humilité et la probité morale un crime. Mahammed Boun Abdallah Dionne est ainsi coupable du délit de compétences, et il a commis à leurs yeux une faute grave en continuant de truster le sommet de l’Etat, fort de sa proximité avec le Président Macky Sall.
Mahammed Boun Abdallah Dionne est un homme qui a prouvé ses compétences et donné la preuve de son statut. La confiance du Président de la République lui est acquise. Et c’est justement cela le problème fondamental de ces adversaires tapis dans l’ombre, qui ne lui pardonnent pas ce mérite.
Il est vrai, malheureusement, que « jamais un envieux ne pardonne au mérite » car il lui « (…) semble que ce qu'on accorde de mérite aux autres est retranché du sien » !
Rien de leurs manœuvres et combines ne peuvent pourtant entacher la crédibilité de Mahammed Boun Abdallah Dionne, ou affaiblir sa détermination à servir le Président de la République. Ses détracteurs ignorent certainement que l’humilité rend invulnérable, et que, surtout, « les grands hommes sont comme les plus belles fleurs. Ils croissent sous le fumier et à travers le fumier que jettent sur eux les envieux et les imbéciles. »
Mahammed les a en pitié certainement, ils paraissent tellement accablés en effet qu’ils lui inspirent presque certainement la velléité de les plaindre !
Il y a de quoi, car ils ne savent pas, ces ennemis du Président du Président Macky Sall qui en veulent à Mahammed Boun Abdallah Dionne qu’ « il y a deux choses qui abrègent la vie : la folie et la méchanceté » !
Ceux qui orchestrent cette cabale contre lui et parviennent à dormir la nuit sans remords ni regrets sont absolument dangereux et pour le Président, et pour l’Etat et pour eux-mêmes. Leurs ambitions leur font violer toutes les règles éthiques et démocratiques, ainsi que nos vertus et valeurs morales ; leurs excès deviennent la seule limite à leur obsession de pouvoir, ils sont prêts pour assouvir leurs desseins à commettre les plus vils actes et même à sacrifier honneur et dignité.
Ils veulent le pouvoir, et ils sont prêts à tout pour succéder à Macky Sall ; ils devraient pourtant savoir que Mahammed Boun Abdallah Dionne n’est candidat à rien. Le défi de remplir sa mission auprès du Président de la République lui suffit comme unique challenge.
Il est grand temps que ces Iznogood et autres futurs chabanisés abattent leurs masques, ou qu’ils soient démasqués, et mis hors d’état de nuire, une fois pour toutes.
Cissé Kane NDAO
Président A.DE.R
Eternel DIONNISTE



Article référence :
Le juge congolais Jacques Mbuyi pendant son hospitalisation en Afrique du Sud. © DR
:// . https://ift.tt/2SLvwD0



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YtnNyJ
via gqrds
Le Président Abdoulaye WADE a recu en audience Monsieur Ousmane SONKO, Président du PASTEF, le Jeudi 25 Juillet 2019.

M. Ousmane SONKO dit être venu rencontrer le Président Abdoulaye WADE, un grand-père pour lui, afin de recueillir ses conseils avisés et échanger avec lui sur la situation nationale mais aussi sur différentes autres thématiques d’ordre intellectuel.

Il dit avoir trouvé un homme très généreux, qui a capitalisé beaucoup d’expériences dans divers domaines et avec qui il a pris plaisir à échanger pendant plus de 3 tours d’horloge. Ses relations avec Me WADE, dit-il, vont au-delà de la politique. Elles sont empreintes d’affection mutuelle, de respect, d’admiration et de confiance. Me Abdoulaye WADE demeure pour le leader de Pastef, le meilleur président que le Sénégal ait connu car, selon lui, il a su à chaque fois, dire non à l’impérialisme.

Il révèle avoir abordé avec lui plusieurs points, notamment ;

- la situation actuelle du pays avec l’actualité dominée par des scandales ;

- la gestion familiale du pétrole et celle des autres ressources naturelles par l’actuel Président;

- La gestion des intérêts stratégiques du Sénégal ;

- La finance islamique. Il a été touché par la confiance du Président Wade, qui lui a montré le livre qu’il est en train d’écrire sur cette thématique.

- Une entrevue qui avait aussi une dimension stratégique orientée vers des perspectives politiques.

- Il a aussi tenu à parler du comportement de l’opposition. Celle-ci qui est vite allée répondre à l’appel de Macky SALL, sans se poser des questions sur les enjeux de ce dialogue. Il s’est même interrogé sur la bonne foi de ceux qui, dans cette opposition, semblent abandonner le combat pour le rétablissement de Khalifa SALL et de Karim WADE dans leurs droits, qui leur ont été ôtés par la seule volonté de Macky SALL. Il pense que l’opposition ne doit pas servir de caution à ce dernier.

Me WADE et Ousmane SONKO sont sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne le dialogue de Macky SALL. Ils considèrent que la participation de l’opposition à celui-ci, la détournera des vraies difficultés des populations qui subissent déjà de fortes hausses décidées par le gouvernent sur les prix des produits de première nécessité. Ils comptent établir ensemble des programmes de résistance pour le respect du calendrier républicain.

M. SONKO indexe les différentes politiques menées par Macky SALL ces dernières années. Des politiques qui a fini d’installer notre pays dans des situations économiques, sociales et politiques, difficiles.

Le Président de PASTEF a également parlé de M. Karim WADE qu’il considère comme un patriote. Car, explique t-il, il pouvait choisir de consacrer exclusivement à son devenir et à celui de sa seule famille, parce qu’il en a largement les moyens et qu’il aurait pu vendre ses compétences en se consacrant uniquement à sa famille. Mais il a préféré, malgré les multiples obstacles, s’investir activement dans le combat pour des changements aujourd’hui indispensables pour sauver le Sénégal.

Le Président Abdoulaye WADE a également reçu le journaliste Adama GAYE qui dit avoir retrouvé un ami de plus de 40 ans.

Ce dernier a dit ressentir de l’affection et du respect pour le grand intellectuel panafricain, Me Abdoulaye WADE.

Pendant près de deux tours d’horloge, ils ont échangé sur des questions d'actualité hautement pointues. L'occasion leur a aussi permis de se rappeler de beaucoup de souvenirs pour lesquels ils sont restés fiers.

Audience: le Président WADE reçoit le Président Ousmane SONKO et le journaliste Adama GAYE

Audience: le Président WADE reçoit le Président Ousmane SONKO et le journaliste Adama GAYE



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YwmsHl
via gqrds
Après les amazones, c'est au tour des femmes catholiques de la capitale du Saloum, de célébrer le maire de Kaolack. Mariama Sarr, pour son appropriation de la décision du Président Macky Sall de faire de l'année 2019, une année sociale. L'édile a encore reçu les hommages, et pas les moindres, d'une forte structure socio-religieuse; la communauté des femmes catholiques de Kaolack.
Kaolack: Les femmes catholiques rendent hommage au maire Mariama Sarr
Ainsi le sargal de Mariama Sarr a été pour les militantes et femmes catholiques de rendre hommage à madame le maire pour service rendu à la communauté chrétienne de Kaolack en général, et particulièrement, aux femmes. Elles ont aussi saisi de l’occasion pour réitérer leur engagement à réélire le Maire Mariama Sarr lors des prochaines élections locales.

Pour Félicité Dione, présidente des femmes catholiques, "Mme le Maire n’a jamais raté une seule occasion pour remplir avec brio, ce contrat social qui la lie avec la communauté surtout avec celle chrétienne. Et cela, depuis son élection à la tête de la municipalité. Elle ne cesse d’appuyer les communautés de base comme en atteste les dons en nature ou en espèces à chaque occasion de fête religieuse sans oublier l’assistance aux organisations féminines et aux Asc en matière de financements et de formations".

La communauté des femmes catholiques du Saloum, à travers leur présidente, invite à la fois ses sœurs à faire de la réélection du maire Mariama Sarr, une priorité, avant de conclure par des prières formulées pour que ce vœu soit exaucé par le seigneur.

Le Dr Mamadou Saliou Diallo adjoint au maire, à la tête d’une forte délégation venue représenter le Maire, n’a pas manqué de revenir sur les réalisations de Mme Mariama Sarr et les orientations sociales de l'équipe municipale. Il a aussi magnifié ce long compagnonnage entre Mariama Sarr et la communauté chrétienne, qui lui a toujours apporté soutien et réconfort moral à chaque fois que de besoin.

En concluant, M. Diallo a transmis les remerciements du maire et ministre de la Fonction Publique, après avoir reçu de nombreux cadeaux offerts à son honneur par la communauté des femmes Catholiques de Kaolack.






Kaolack: Abdoulaye Diallo (Correspondant)

Kaolack: Les femmes catholiques rendent hommage au maire Mariama Sarr



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Ot3ptC
via gqrds
Révélation de Barthélémy Dias: « Macky Sall refusait de prendre Tanor Dieng au téléphone… »
Invité de l’émission Sortie de Walf tv, Barthélémy Dias a fait des révélations sur le compagnonnage entre le président de la République Macky Sall et feu Ousmane Tanor Dieng, président du HCCT.

Le maire de Mermoz / Sacré-Coeur a déclaré, selon ses propos rapportés par L’As, que le Président Sall refusait de prendre au téléphone son défunt camarade socialiste. C’était « lorsque le Président avait été élu (en 2012) et qu’il avait voulu dissoudre le Sénat », précise-t-il. Bartéhélémy Dias renseigne avoir décanté la situation, en se rendant directement chez Macky Sall, en compagnie de l’homme d’affaires Arona Dia.

Dias fils a également dénoncé ce qu’il considère comme un manque de considération du Président Sall à l’égard du défunt. « En tant représentant d’une institution, c’était triste de voir que c’est lui a pris en charge ses frais médicaux, avant d’être remboursé. Il a tout donné et n’a quasiment rien reçu en retour », déplore-t-il.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YclD7n
via gqrds
Le journaliste Adama Gaye a publié sur sa page facebook un message très critique à l'égard de Macky Sall, qu'il traite de voleur et "d'enrichissement malhonnête" sur les ressources pétrolières, en complicité avec son frère Aliou Sall. Cette publication a été postée juste avant qu'il n'annonce son arrestation par la police. Leral vous livre l'intégralité du message.....
Affaire Adama Gaye: Voici l'une des raisons de l'arrestation du journaliste
Hydrocarbures: Non, Macky, non !
Par Adama GAYE*

Les Sénégalais commencent à réaliser que n’eut été mon introduction auprès de l’alors Président de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), après en avoir été le puissant Secrétaire-Général, en la personne de Rilwanu Lukman, que, toi, Macky SALL, tu n’aurais jamais percé dans cette industrie ni convaincu Abdoulaye Wade, le Président que tu roulas dans la farine, en lui faisant croire que tu avais réussi cet exploit -seul. Les mensonges de tes médias et plumitifs asservis ont été explosés par les réalités que tu tentais de masquer -tout ce que tu me dois. J’en rappelle donc un bout pour mieux justifier pourquoi je t’interpelle en te mettant face à tes...irresponsabilités !

L’histoire est celle d’un traître masqué déterminé à gravir les échelons de la société, en s’enrichissant au passage malhonnêtement. Je parle de toi, Macky SALL, bien entendu.

Je me souviens de toutes les péripéties encore comme si c’était ce matin. En allant au Nigeria négocier des barils de pétrole auprès du président Obasanjo et de son conseiller Lukman, même Karim Wade, comme il me l’avait soufflé dans la cour du palais, n’y croyait pas trop. Non seulement l’avais-je rassuré sur l’issue de la mission et de ce qu’en plus, j’allais organiser pour le Président Wade, en parallèle, une interview avec Tom Masland, rédacteur en chef Afrique de Newsweek, quand ce magazine fut, avec Times, la référence mondiale absolue en presse écrite.
Les deux promesses furent tenues. C’est ainsi qu’après être passé à côté d’un échec à Abuja, après une rencontre avec Obasanjo, n’est-ce pas Carmelo Sagna?, suivie d’un rejet arrogant de Gaius Obaseki, gourou et pdg de la compagnie nationale de pétrole du pays (Nnpc), tu n’eus d’autre ressource que de m’appeler à la rescousse, à la demande de Wade.

Nous sommes à Abuja mais la promesse de nous donner des barils de pétrole, des tonnes de fuel oil et de jeter les bases d’une coopération avec le Nigeria dans l’industrie pétrogazière n’ont rien donné”, miaulas-tu, désespéré, conscient qu’en rentrant les mains vides tu risquais de perdurer dans ton statut de conseiller errant dans les allées de la Présidence. Tu ajoutes: “Le Président Wade m’a demandé de t’appeler pour voir ce que tu peux faire”.

Cette nuit-là, je dus secouer ciel et terre pour joindre Lukman. Qui me proposa de vous demander (avec les membres de ta délégation, n’est-ce pas Omar Diop et Serigne Mboup?) de repousser votre heure de départ de la capitale fédérale nigériane, prévue pour le matin. Ce que vous fîtes, n’est-ce pas Monsieur Diop, Conseiller Economique de l’ambassade du Sénégal à Lagos?

Lukman tint promesse, en vous accordant, à votre dépassement, tout ce que vous étiez venu chercher.

Ils sont immatures”, me rapporta-t-il. “Ils ont dansé”, ce qui avait eu le don de décevoir ce vieil ami rompu dans les grandes négociations petrogazières.

Souviens-toi, Macky, à peine rentré au pays, ou avant même, tu fis ce que tu te révèles être un expert: tu câblas, en propagandiste, le journal Nouvel Horizon qui s’empressa d’écrire qu’un deal avait été signé et que le partage se faisait chez moi à la “Cité de Londres”. J’y opposa un démenti formel avant de rendre compte et mettre en garde Maître Wade dans son bureau présidentiel.

Je me garde d’aller plus loin dans ce que te sais de tes micmacs au long cours.
Car il y a plus grave, plus urgent, lourd ! C’est qu’après t’être retrouvé au cœur d’un autre mega-scandale, mêlant ton frère siamois escroc, Aliou Sall, et le sulfureux Frank Timis, mais lâché nos hydrocarbures en des mains institutionnelles, individuelles et au milieu d’instances d’arbitrage et de médiations coûteuses pour notre pays, te revoici encore à la manœuvre, cette fois-ci cornaqué par un escroc d’origine Camerounaise établi à Johannesburg, Njock Eyuck Eyong, dont le parcours professionnel est parsemé de troubles judiciaires et d’escroqueries criminelles.

Tu n’hésites pas à lui confier l’organisation d’un cycle d’attribution de licences d’exploration de nos blocs en hydrocarbures restants, au seul motif qu’il a volé à ton secours en te décernant un prix bidon d’homme de l’Année (avant la lettre lol), qui te sera remis lors d’une cérémonie, le 9 octobre, que tu as dû financer avec nos deniers publics.

Vois-tu, Macky, l’heure est plus que grave, catastrophique. Ceux, comme moi, qui en connaissons un bout, avons le devoir, l’impérieux devoir, de te dire, halte. Tu es la risée du monde, le seul, en plus d’être illégitime, à se faire flouer au vu et au su de tous, au mépris des dispositions constitutionnelles de notre pays, que, par malheur et illégalement, tu mènes à l’abattoir.

Bon Dieu, qu’est-ce qui te fait tant aimer la fréquentation des Ripoux ? Pourquoi es-tu si enclin à céder à leurs repoussants attraits ? Pourquoi, oh mon Dieu, pourquoi?
Pourquoi une telle légèreté? Pourquoi devons-nous, Sénégalais, nous résoudre à te voir, sans notre accord, sans due diligence ni adéquate évaluation, te laisser brader au diable nos précieuses, d’essence divine, ressources naturelles.

C’est de ça dont il s’agit. Le 9 octobre, tu es bien parti pour nous jeter dans le gouffre béant près duquel tu as placé notre pays de longue date.

En avons-nous la vocation? Oui, si nous continuons de rester apathiques face à la tragédie qui s’en vient.

Non, si, assumant enfin notre statut proclamé de nation privilégiée, nous, peuple du Sénégal, nous nous secouions pour freiner la machine diabolique de notre destruction dans laquelle tu nous as placés par étourderie, cupidité, nullité et crédulité.

J’invite tous les Sénégalais à dire Non, Macky, non au bradage à Johannesbourg de nos ressources.

J’invite le gouvernement et les autorités judiciaires Sud-africaines à se distancier de ce crime anti national.

J’invite les investisseurs et firmes petrogaziers à refuser de se mêler de cette arnaque, Bp, Total, Exxon, Shell, Petronas etc, êtes-vous là ?

J’invite l’élite politique, religieuse, syndicale, médiatique, sociale à retenir la main hasardeuse et criminelle de Macky.

J’invite les forces de l’ordre, de la sécurité et des services de renseignements à l’informer ainsi que son nul et naïf ministre de l’énergie, Don Makhou, sur la gravité de l’acte qu’ils veulent illégalement poser.

Ce matin, j’alerte le Sénégal: pour tenter de faire diversion face à la houle des scandales qui montent vers lui, un illégitime président, tel un naufragé, se prépare à se jeter dans les bras d’une lame aiguisée, d’une bande d’escrocs, en leur apportant sur un plateau d’argent, nos hydrocarbures -dans une noce d’enfer dont seul le peuple sénégalais, dépouillé, pâtira.
Tu n’en n’as pas le droit Macky et nous t’arrêterons by all means necessary !

On ne joue pas avec le patrimoine d’une nation de conserve avec des criminels mondialement reconnus comme tels.

As-tu encore ta tête et ton reste de conscience à toi ? Il semble bien que non.

Notre devoir, ce n’est pas de redresser ton cas désespéré.

Il agit de sauver notre pays, semblable à un bébé entre les griffes d’un animal sauvage, pris par des instincts meurtriers, et pour ce qui te concerne d’autodestruction nationale.





*Adama GAYE
Titulaire d’un Master en Gestion internationale de pétrole et gaz -Institut des hautes études internationales de Genève, d’un certificat en pétrole, gaz et énergies renouvelables de l’institut international de droit de Washington, membre de l’association internationale des négociateurs de pétrole et gaz.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/30YxG55
via gqrds
Audience: Me Wade reçoit Sonko qui tire sur Macky Sall et l’opposition
L’ancien président de la République Me Abdoulaye Wade a reçu en audience jeudi dernier, Ousmane Sonko, le leader du Pastef.

Les deux hommes ont abordé plusieurs sujets notamment « la situation actuelle du pays avec l’actualité dominée par des scandales sur la gestion familiale du pétrole et celle des autres ressources naturelles par l’actuel Président » et « la gestion des intérêts stratégiques du Sénégal ».

Selon une note du service de presse de l’ancien président, Ousmane Sonko « a aussi tenu à parler du comportement de l’opposition. Celle-ci qui est vite allée répondre à l’appel de Macky Sall, sans se poser des questions sur les enjeux de ce dialogue. Il s’est même interrogé sur la bonne foi de ceux qui dans cette opposition, semblent abandonner le combat pour le rétablissement de Khalifa Sall et de Karim Wade dans leurs droits qui leur ont été ôtés par la seule volonté de Macky Sall. Il pense que l’opposition ne doit pas servir de caution à ce dernier ».

« Me Wade et Ousmane Sonko sont sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne le dialogue de Macky Sall. Ils considèrent que la participation de l’opposition à celui-ci, la détournera des vraies difficultés des populations qui subissent déjà de fortes hausses décidées par le gouvernent sur les prix des produits de première nécessité. Ils comptent établir ensemble des programmes de résistance pour le respect du calendrier républicain », indique la source.

Qui ajoute que Sonko a indexé « les différentes politiques menées par Macky Sall ces dernières années, (et) des politiques qui ont fini d’installer notre pays dans des situations économiques, sociales et politiques difficiles ».

Par ailleurs, note la même source, « le Président de Pastef a également parlé de M. Karim WADE qu’il considère comme un patriote. Car, explique-t-il, il pouvait choisir de consacrer exclusivement à son devenir et à celui de sa seule famille parce qu’il en a largement les moyens et qu’il aurait pu vendre ses compétences en se consacrant uniquement à sa famille. Mais il a préféré, malgré les multiples obstacles, s’investir activement dans le combat pour des changements aujourd’hui indispensables, pour sauver le Sénégal ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2LMspK9
via gqrds
URGENT: Le journaliste Adama Gaye vient d'être arrêté par Dic
Le journaliste très critique à l'égard du régime de Macky Sall vient d'être interpellé chez par des éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) ce lundi matin. C'est le concerné même qui a annoncé son arrestation sur sa page facebook en ces termes: "La police est venue me chercher au Sénégal. Alerte générale". Puis d'ajouter un second message: " Je vais à la DIC. En bonne sante. Le monde est averti. Adama Gaye", informe la Rfm.

Nous y reviendrons...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/317O9Ed
via gqrds
Camp présidentiel: Voici les noms des successeurs de Macky Sall
La successiopn de Macky Salml à la tête de la majorité présidentielle est déjà lancée, écrit pressafrik.

Et les noms des potentiels successeur du leader de Benno sont les suivants: l'actuel ministre des Finances, Abdoulaye Daouda Diallo, la présidente du Conseil économique social et environnemental (Cese) Aminata Touré, le ministre des Affaires étrangères, Amadou Ba et le Secrétaire général de la Présidence Muhammad Boun Abdallah Dionne se préparent pour succéder Macky Sall en 2024.

Une bataille pour le fauteuil de leader de la majorité qui risque d'être très rude, indique le site.

Pressafrik



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/32UGWZG
via gqrds
L'ancien président du groupe parlementaire Benno bokk yakar (Bby) Moustapha Diakhaté a posté sur sa page facebook un message réclamant la libération de l'activiste Guy Marius Sagna. Leral.net vous livre in extenso le message du cadre apériste...
Moustapha Diakhaté déplore l'arrestation de Guy Marius Sagna et réclame sa libération
Pour la libération de Monsieur Guy Marius SAGNA, et du respect de l’Etat de droit

Lutte contre le terrorisme et respect de l’Etat de droit : un couple inséparable en démocratie !

C’est ce que rappelle le Président de la République Macky Sall lorsqu’il dit : « Le respect de la démocratie et de l’Etat de droit est un choix irréversible. Le régime ne faiblira jamais dans cette option.»

Tout le monde se souvient du célèbre article publié dans la Revue l’Aurore où Zola prenait La Défense du capitaine Dreyfus.
L’idée centrale de ce son texte était que la Justice était supérieure à tout et que rien ne pouvait justifier qu’un homme soit déshonoré, avili, et maintenu en prison alors qu’il était innocent.

Depuis la nuit des temps, le terrorisme a toujours été utilisé aux fins d'assouvir appétits de pouvoir ou instincts meurtriers.

Au cours des premières années du XXIème siècle, des terroristes ont semé la haine et la mort dans tous les continents.

Pour protéger le Sénégal et ses populations de ce monstre hideux, le Président de la République a fait adopter par l’Assemblée nationale une puissante loi anti terroriste.

Toutefois, les premières arrestations et leurs suites judiciaires, dans le cadre de cette loi, plaident pour une plus grande prudence dans la mise en œuvre de celle-ci.

Pour ce qui le concerne, il se trouve que les propos qui lui valent sa détention seraient tenus, en l’absence de Monsieur SAGNA, par d’autres membres de l’Association « Frapp-France dégage » dont il n’est pas, du reste, le responsable moral.

En outre, les relaxes, non lieux ou peines légères en faveur des anciens prévenus que sont Imam Moussa Ndao, Ousseynou Diop et Saër Kébé doivent inciter les autorités judiciaires à faire preuve de plus de prudence pour éviter des inculpations entachées de délit d’opinion, de volonté de vengeance et de règlement de compte politique.

Au nom du statut d’Etat de droit que revendique le Sénégal et de ses engagements internationaux en matière de protection des droits politiques et civils , il est urgent d’arrêter les poursuites initiées à l’encontre de Monsieur Guy Marius SAGNA.

L’arrestation de notre compatriote, pour « fausse alerte au terrorisme » qui n'émane pas de lui, risque de connaître le même flop judiciaire que les arrestations d’Imam Moussa Ndao, Ousseynou Diop et Saër Kébé incarcérés dans le cadre de la même loi anti terroriste.

En tout état de cause, la lutte contre le terrorisme et respect de l’Etat de droit doivent être un couple inséparable au Sénégal .

Une démocratie est saine lorsqu’elle est capable de partager ses contradictions.

Vive la République !
Vive le Sénégal !




from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2yhRqUL
via gqrds
Des jeunes Fatickois ont battu le macadam ce dimanche. Devant le domicile familial du président de la République, Macky Sall, ils ont jeté des pierres sur la chaussée et brûlé des pneus. Ils protestent ainsi contre le taux élevé de chômage dans la ville natale de Macky Sall. Source Igfm
Fatick : Des manifestants brûlent des pneus devant le domicile du président Macky Sall

Fatick : Des manifestants brûlent des pneus devant le domicile du président Macky Sall



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2GBvhWi
via gqrds
Ces derniers jours des personnes malintentionnées, inutilement méchantes, s’acharnent sur l’ancien Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne pour le compte duquel ils semblent profondément vouloir la mort.
Photomontage sur Boun Dionne : Le coup de gueule de Gaston Mbengue

D’abord la nouvelle de son décès de celui-ci avait été donnée et certains sites et surtout sur les réseaux sociaux étaient tombés dans le piège en annonçant la nouvelle, sans avoir pris la précaution basique de la vérifier. Un démenti s’en est suivi.

Encore une fois, l’on le remet. Mais là avec une toute autre chose. Le ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence, est montré « mourant » sur une photo montée en toute pièce et de très mauvaise qualité, dans une situation « pitoyable » comme certains le lui souhaitent à coup sûr.

La colère noire de Gaston
Gaston Mbengue, qui a parlé au ministre d’Etat qui « a retrouvé son équilibre sanitaire » et qui « prépare ses baluchons pour le retour au bercail » où l’attend son poste de Secrétaire général de la Présidence, de faire savoir « jamais des personnes aussi malhonnêtes, aussi bilieuses, des incapables qui n’ont rien donné à ce pays n’ont été aussi cruels et demeurés dans leurs actes que rien n’honore ».

« J’ai eu cet après midi le premier ministre Boun Abdallah Dionne qui m’a appelé au téléphone. Je l’ai même passé Serigne Basse Cheikh Khadim Awa Ba, un témoin. Il est bien portant. Que ceux qui lui veulent la mort, autant de cruauté sachent qu’il sera bientôt de retour au pays » a indiqué Gaston Mbengue au téléphone de senego.

« Du jour le jour, nous voyons apparaître dans ce pays des actes éhontés qui n’honorent pas notre humanisme. Des gens qui ne savent qu’outrager des personnes honorables , dignes et respectables qui donnent tout ce qu’ils ont pour le bien du Sénégal, sont en train de plonger ce pays dans la haine », a ajouté Gaston qui a joint senego tard dans l’après du samedi 27 juillet 2019.

Le nouveau ministre d’Etat , Secrétaire général de la Présidence, va déménager ce mercredi 15 mai, au Palais de la République. Selon « L’As » qui donne l’information, le désormais ex-Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne a quitté la Maison Militaire.

Son prédécesseur au Secrétariat de la Présidence, Maxime Jean Simon Ndiaye, affecté au Secrétariat général du Gouvernement, a déjà vidé son bureau, informe le journal, qui souligne que le président de la République, Macky Sall, a promulgué, hier, mardi 14 mai 2019, la loi constitutionnelle portant notamment suppression du poste de Premier ministre (Pm).



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2K8xWrs
via gqrds
Monsieur le Président, veillez sur leur santé ! Par Soro DIOP
Il faut alerter le Président de la République Macky Sall. Il pourrait être responsable d’un acte grave. Sa position, son silence bruissant voire l’indifférence qu’il affiche pour s’occuper de l’essentiel et du nécessaire pour le peuple, risquent de provoquer des crises cardiaques chez son ancien Premier ministre Abdou Mbaye, son éphémère allié du Tekki, le député Mamadou Lamine Diallo, et son ancien ministre de l’Energie Alassane Sall. Ces trois mousquetaires politiques ont les pouls en agitations débordantes, chaque fois qu’ils évoquent ce qu’ils ont décrété comme scandale du pétrole et qu’ils prononcent le nom du Président Macky Sall. Alors attention, Monsieur le Président ! Veillez sur leur santé ! Mettez donc un cardiologue à leur disposition !

Les politiques relatives à l’agriculture, à la santé, à l’éducation, à la croissance économique, ce n’est pas leur tasse de thé. Parler du Plan Sénégal Emergent (PSE) et ses performances, voire même contre-performances, leur donne des urticaires. En réalité, ces trois en promotion de leur parti embryonnaire, le Congrès de la Renaissance Démocratique (CDR), qui ont tenté de faire de la plateforme Aar Lu Niou Bokk une rampe de propagande, sont de sacrés joueurs… politiques.
L’une des raisons qui structure leur alliance, c’est de retrouver un terrain et un cadre politiques dévastés par des défaites en série. Le prétendu scandale du pétrole est donc l’aubaine pour remettre les pieds à l’étrier politique. Il s’agit de semer dans le champ du pétrole des graines opportunistes en espérant récolter les fruits des agitations et propagandes aux élections futures. Aussi sont-ils des joueurs qui sifflent en même temps les penalties.

La justice, ils l’ont réclamée à cor et à cri. A hue et à dia. Ils ont même déposé une plainte. Mais, c’est un acte purement politique. En vérité, il ne croit qu’en leur justice. Quelle justice mérite confiance ? La leur, uniquement et seulement la leur. Celle qui condamne sur la base d’accusations, de suspicions et de simples déclarations. Pas une autre. Pas celle des autres. Pas celle de la République. La «juste» justice est donc celle de ces insurgés. Et pourtant, coqs hardis les lundis d’accusations devant les micros et les caméras, ils deviennent chapons sans preuve les mardis face aux questions des enquêteurs de la DIC.

Une autre vérité mérite d’être soulignée : la plateforme baptisée «Aar Li Niou Bokk» apparaît de plus en plus nettement comme une instance pour sauvegarder un intérêt politique commun. Pour protéger une parenté politique… en perspective ? Des contrats occultes cachés sous les aisselles ? Tellement subtile, la langue Wolof ! Les mots, on le sait, ne sont jamais innocents. Comme ce «Bokk» qu’il faut protéger. Qui postule un partage entre copains de circonstance. Et qui sait, pour de troubles lobbies.

Alors tout y converge : accusations grotesques, martelées et mâtinées de manipulations pour transformer le mensonge en vérité. Aliou Sall, frère du Président, apparaît aux yeux des contempteurs du pouvoir, la cible idéale à consumer aux bûchers… pétroliers et gaziers. Ainsi, va la justice de nos bien-pensants ! La présomption d’innocence, ils l’ont transformée depuis en présomption de culpabilité. Ils abattent leur certitude entêtée par la magie de la parole. De l’art oratoire. Par la féerie des spectacles politico-médiatiques servis en boucles et tout bout de champ. Des comédies attentatoires à la raison.

Des Samuel Beckett qui jouent «en attendant Godot…» Pétrole ? Sur la scène, on y distingue aux premiers rôles, les naufragés des parrainages, des leaders de mouvements dits de la société civile et des dirigeants d’organisations des droits de l’homme. Leur identité remarquable ? Tous ont des «uppercutés» à toutes les campagnes électorales : législatives, locales, au référendum et à la dernière présidentielle. De 2012 à 2019 contre le régime du Président Macky Sall.
A chaque fois, est venue la réponse cinglante d’un peuple, pas dupe du tout. Un peuple qui a régulièrement envoyé des pelletées de terre sur leurs médisances, leurs calomnies et leurs accusations trop faciles et tellement gratuites. Le Président Macky Sall porte toujours et encore l’écharpe de la légitimité populaire, eux boitillent sous l’écharde de défaites successives. Il ne s’est pas d’ailleurs trompé ce peuple portant en triomphe l’équipe de Lions vice-championne d’Afrique et qui s’est donné rendez-vous au palais, dépôt de la légitimité et de la légalité républicaine. Circulez !

MARTINGALE ET MANTRA
Aujourd’hui, avec l’annonce du pétrole et du gaz, les «pétro-névrosés» rêvent donc de l’opportunité de se réinstaller dans le jeu politique. Pour essayer de faire (re)-bégayer l’histoire. Hélas, ils n’ont pas l’imagination fertile, le bon sens stratégique et l’aura politique des concepteurs et des leaders des «Assises» en 2012. La bonne cuvée d’antan. Pas comme cet ancien Premier ministre sans pedigree dans les luttes démocratiques. Pas comme ce ministre et ce «dépité», hier épigones du Président Macky Sall, aujourd’hui, ses contempteurs acharnés.

Quand on a la tête dans une lessive de frustrations, on vit avec la pire des conseillères. Personne ne se méprend sur les étendards de probité et de blancheur déployés par des gens aux passés et parcours parsemés de «vertus» douteuses, de «valeurs» volages. Sous la couette de l’amnésie escomptée du peuple sénégalais. Mais un peuple, le vrai celui-là, est trop lucide. Suffisamment intelligent. En général hostile à tout concert bêlant et à tout suivisme moutonnier.
Des malades de la coprolalie, cette tendance à prononcer des insanités à tout bout de champ, se sont engagés dans de vaines campagnes de déconstruction de l’image du Sénégal et de son Président, dépositaire de la confiance de l’écrasante majorité du peuple. Leur mode d’emploi : quelques doses de calomnies. Des pincées de mensonges. Des poignées d’injures et d’invectives sur les réseaux sociaux. Gardiens des bornes de la bien-pensance et quêteurs de buzz habitant la planète numérique. L’indignation ne suffit pas comme stratégie politique. Surtout si elle s’adosse à des dénonciations d’une vacuité criarde comme ingrédients pour susciter une improbable révolte populaire. L’écho désolant de tous les cynismes.

Il faut aussi parler de ces experts en tout, plus présents maintenant sur les plateaux que dans les préaux. Bonjour les superficialités à flots ! Respect aux sommités universitaires qui refusent d’être le culte et à la culture de l’immédiateté. Ces derniers observent distance et distanciation, ces nécessaires prudences scientifiques pour peser et soupeser, filtrer et livrer des analyses consistantes, comestibles pour les esprits en quête d’éclairage et non de fureurs abrutissantes. Les obscurités d’encre au quotidien !

Nos animateurs de la plateforme baptisée Aar Li Niou Bokk s’appuient sur des deux socles, en fait deux planches pourries d’une stratégie d’enfumage. D’abord, les souffleurs de feu sur le pétrole et le gaz encore enseveli à des milliers de kilomètres au large de l’océan et sous l’épaisseur liquide cultivent le soupçon comme mantra. Ce sont des «intuitionnistes». Au sens, non pas mathématiques du terme, mais politicien. Leur tactique politique consiste à vouloir embarquer les Sénégalais dans leurs évidences immédiates. Leur emballage pour emballer «leur peuple» à eux ? Le fantasme et la fantasmagorie du pétrole. Ils brandissent comme un mirage des milliers de milliards à partager. Effet escompté ? Produire des enflures indignées.

Ensuite, ils ont la suspicion comme martingale. Leur art consiste à produire des suppositions et à exhiber quelques indices pour établir un délit. C’est un projet politique machiavélique. Leur dessein : mettre le pouvoir en fusion, le Sénégal en flammes et les investisseurs étrangers en panique. Rien que ça ! Voilà pourquoi, il manque de plus en plus de gaz dans leurs marches pour le pétrole. Ils essaient de chercher du jus maintenant à la Justice. Pourvu qu’ils croient en cette justice. C’est trop leur demander ?





from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Kar1Od
via gqrds
Le Sénégal lancera sa prochaine série d’octroi de licences d’exploration de pétrole et de gaz à l’occasion de la conférence et de l’exposition Africa oil & power 2019, qui se tiendra du 9 au 11 octobre au Cap.
Exploration d’hydrocarbures : Le Sénégal prépare de nouvelles licences
Le Sénégal veut booster son secteur des hydrocarbures. Une prochaine série d’octroi de licences d’exploration de pétrole de gaz sera lancée à l’occasion de la conférence et de l’exposition Africa oil & power 2019, qui se tiendra du 9 au 11 octobre au Cap, en Afrique du Sud. Cette annonce, selon un communiqué d’Africa oil & power, fait suite à la signature aujourd’hui de la coopération entre Africa oil & power, le Cos/Petrogaz et la compagnie pétrolière nationale Petrosen, dans le but de promouvoir la prochaine phase d’investissement dans le pays.

La semaine dernière, mentionne le document, «Macky Sall, président de la République du Sénégal, a rencontré le Pdg d’Africa oil & power, Guillaume Doane, pour discuter des plans ambitieux du Sénégal visant à mettre en ligne de grands projets pétroliers et gaziers et à attirer de nouveaux opérateurs sur le marché».

Pour les acteurs du secteur des hydrocarbures, «le Sénégal s’est montré en pionnier des efforts africains pour mettre l’énergie au service de la croissance et du développement économique et a reconnu le potentiel et les premiers résultats présentés par le Plan Sénégal émergent (Pse) du Président Macky Sall». Ainsi, déclare Ousmane Ndiaye, secrétaire permanent du Cos/Petrogaz, cité dans le communiqué, «grâce au formidable leadership du Président Macky Sall, le Sénégal est maintenant reconnu comme un marché de l’énergie bien établi et une destination pour les investissements. Grâce à ce nouvel effort d’investissement, nous sommes impatients de travailler avec Africa oil & power afin de positionner le Sénégal pour une nouvelle ère de projets et de prospérité».

De découverte en découverte, soutient Guillaume Doane, «le Sénégal s’est distingué comme l’une des principales frontières de l’exploration en Afrique. Un autre cycle de licences suscitera certainement l’intérêt de nombreux autres opérateurs». «Grâce au leadership du Président Macky Sall, le Sénégal est un excellent exemple d’un pays qui fait fonctionner l’énergie. Il crée un environnement propice au succès des entreprises, attire d’importants investissements internationaux tout en fournissant une capacité de croissance pour la production d’électricité, le développement industriel et les projets en aval», se réjouit le Pdg d’ d’Africa oil & power.

Avec 8 importantes découvertes de pétrole et de gaz depuis 2014, note le communiqué, «le Sénégal est en passe de devenir un producteur de pétrole et de gaz à grande échelle. Le pays a capitalisé sur cet intérêt en facilitant rapidement la décision finale d’investissement en décembre 2018 de la première phase du projet gazier Grand Tortue Ahmeyim. Le champ pétrolier Sne de Cairn energy devrait franchir le même cap en septembre de cette année». «Avec plusieurs découvertes pétrolières et gazières de classe mondiale, le Sénégal s’est bâti une excellente réputation au niveau mondial dans le secteur de l’énergie. Grâce à un nouveau cycle de licences et à une campagne d’investissements, nous sommes impatients de tirer parti de la solide expérience du Sénégal pour attirer de nouveaux opérateurs et explorer de nouveaux horizons», a dit Mamadou Faye, directeur général de Petrosen. A en croire les spécialistes, «les efforts d’exploration se multiplient également dans les zones extracôtières du pays. Des explorateurs tels que Oranto petroleum ont lancé des campagnes d’exploration dans le bloc peu profond de Saint-Louis, renforçant ainsi la présence existante dans le pays depuis son entrée dans le bloc peu profond de Cayar en 2008». Le Sénégal, selon eux, «a également assisté à une augmentation des découvertes de calibre mondial, notamment la découverte du pétrole Fan de Woodside et les champs de Marsouin, Teranga et Yaaker, gérés par Bp, qui contiendraient jusqu’à 50 trillions de pieds cubes de gaz. Dans le cadre de ces projets et d’autres projets clés, le pays s’est engagé à utiliser ses revenus pétroliers pour créer un environnement propice à la croissance et au développement de son contenu local dans son secteur des hydrocarbures». Ainsi, estiment-ils, «le Sénégal est en passe de devenir un acteur clé de l’industrie du pétrole et du gaz naturel, garantissant des revenus à l’Etat et des emplois à ses citoyens à long terme».

Quid de la conférence et l’exposition Aop 2019 ? Elle aura pour thème «Faire fonctionner l’énergie». Au cours de cette rencontre, indique-t-on, les acteurs exploreront «l’émergence du Sénégal et ses stratégies pétrolières et énergétiques».

Le Quotidien



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YoGHmd
via gqrds