A la demande de beaucoup de lecteurs jeunes, nous faisons la compilation des leçons de vie inspirées du parcours du Président Macky Sall. Au moment où la jeunesse sénégalaise se retrouve pour des vacances citoyennes nous partageons avec elle ces dix (10) leçons qui peut être pourront l’inspirer et lui montrer la voie.
MACKY SALL ET SES LEÇONS DE VIE : LA COMPIL'
1- Soyez toujours fiers de vos origines :
Lorsqu’on est issu d’un milieu social modeste, ce n’est pas forcément de ses origines sociales qu’on a honte mais, à cause du mépris émanant des classes supérieures on peut ressentir de la honte parce qu’on n’a pas les bonnes manières ou les bonnes références culturelles.

La honte est provoquée par le mépris des autres. On peut d’ailleurs être fier de ses origines populaires tout en ressentant un sentiment de honte lorsqu’on entre dans certains cercles « supérieurs », parce qu’on s’y sent mal à l’aise, trahi par des manières, un langage, un accent qui détonent et sont considérés comme vulgaires par ceux qui édictent les bonnes manières.

On peut même ressentir un malaise lorsqu’on a réalisé une ascension sociale importante parce qu’on ne fait plus partie du monde de ses parents et que, d’une certaine façon, on considère qu’on les a trahis. C’est le même sentiment qu’éprouvent certains émigrés qui ont renoncé à leur pays et à leur culture d’origine, mais qui ne se sentent pas vraiment partie prenante de leur nouveau pays.

Macky Sall, issu d’une famille modeste et originaire du Fouta, n’a jamais raté l’occasion de rappeler toute sa fierté émanant de ses origines. Il n’a jamais caché les origines modestes de ses parents comme sont tentés à le faire certains qui réussissent socialement.

Combien sont-ils à ne jamais parler de leurs origines parce qu’ils en ressentent une certaine honte ?

Ce sentiment de fierté est important chez un individu car il devient une force apaisante qui permet de se propulser vers l’avant et éviter la peur paralysante du regard de l’autre.

2- Aidez vos parents quel que soit votre niveau de revenu :
Il n’est pas rare de nos jours de voir un marchand ambulant, un laveur de voiture…un étudiant partager ses maigres ressources avec ses parents restés au village. Macky a été de ceux-là. Etant étudiant à l’Université de Dakar, Il a partagé sa bourse avec ses parents restés à Fatick.

Là où certains seraient enclins à prendre tout pour eux et se lamenter de ne pas en avoir assez pour faire face aux frais liés à la vie estudiantine, lui, a montré le chemin à suivre. Quelle que soit la modicité de la somme, partager avec les parents ouvre grandes les portes de la réussite et ceci est une belle leçon pour tout jeune.

3- N’ayez jamais peur de faire des études poussées :
Quand on est d’origine modeste, on a souvent tendance à arrêter très tôt ses études pour trouver un travail et voler au secours de ses parents. C’est ce qui a poussé beaucoup de Sénégalais à arrêter leurs études dès la fin du cycle moyen, pour entrer à l’Ecole normale et devenir enseignants.

Aujourd’hui, après le Bac, ils sont nombreux les jeunes qui s’inscrivent à des concours afin de trouver tout de suite du travail et cela, pour plusieurs cas, avec la pression des parents.

Macky Sall lui a su malgré cette pression sociale, continuer son rêve de devenir un jour ingénieur et il y est arrivé. Une façon de dire à tous les jeunes : Poursuivez vos rêves !

4- Poursuivez l’amour de votre vie :
Pour un haal pulaar conservateur, il est facile de comprendre combien il est difficile de réussir un mariage inter-ethnique. Dans la communauté pulaar, comme dans d’autres d’ailleurs, il est des foi, inconcevable de prendre femme en dehors de l’ethnie. Pour y arriver, il faut faire preuve de perspicacité et de persuasion, pour arriver à convaincre parents proches et lointains. Ces derniers mettent souvent en avant la peur qu’ils ont des autres ethnies, la différence de culture, la disparition de la langue…

Macky Sall a réussi à épouser une sérère et ainsi montrer que l’amour ne doit souffrir d’aucun obstacle que ce soit ethnique, racial, du point de vue de la caste de l’autre…L’essentiel est de mettre en avant l’humanité de l’autre.

5- Ne cédez pas quand vous êtes sûr d’avoir la vérité de votre côté :
En 2008, quand Macky Sall est entré en disgrâce, il a dû faire face à tous les coups sans céder. On fouille son passé, on cherche la faute, avérée ou supposée. On l’accuse de blanchiment d’argent. On intimide ses amis et ses proches parents. Le Monsieur reste droit dans ses bottes et ne cède aucune parcelle.

Il raconte lui même sa dernière audience avec le tout puissant Président d’alors, Me Abdoulaye Wade. Ce dernier lui lance tout de go « Allez, cette affaire a assez duré, cela suffit, tu démissionnes.» A cette interpellation Macky Sall, répondra « Je n’ai aucune raison de démissionner et je ne le ferai pas ! ...je ne vous offrirai pas ma démission !»

Dans cette réponse, on peut sentir toute la détermination d’un homme qui est sûr d’avoir la vérité de son côté et qui est prêt à se battre pour la faire triompher.

Une belle leçon de courage venait d’être donnée par l’homme qui deviendra plus tard le successeur de celui qui lui a fait presque vivre l’enfer, entre fin 2008 et 2012.
Souffrez d’être seul dans la vérité, elle finira toujours par triompher !

6- Peu importe le nombre de diplômes que tu auras obtenu, ne sois pas gêné de commencer au bas de l’échelle :

Pourtant auréolé d’un diplôme d’ingénieur géologue au sein du prestigieux Institut des Sciences de la Terre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et d’une solide formation en France, à l’Ecole Nationale Supérieure du Pétrole et des Moteurs (ENSPM) de l’Institut Français du Pétrole (IFP), Monsieur Macky Sall est entré à PETROSEN comme agent et chef de Division banque des données avant d’en être le Directeur Général entre 2000 et 2001.

C’est à cette date (2001) qu’il a commencé son ascension : Ministre, Premier Ministre, président de l’Assemblée nationale, président de la République. Une belle leçon aux jeunes qui refusent de commencer à un poste, arguant qu’ils ont des diplômes prestigieux. Apprenons à commencer petit pour devenir grand !

7- Mieux vaut avoir raison que d’être d’accord :
En 2008, Macky Sall, comme le veut le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, autorise la convocation de Karim Wade, du fils du président de la République d’alors, pour une audition sur les travaux de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (ANOCI). Ainsi commença le mortal combat avec Me Abdoulaye Wade, tout-puissant président de la République.

Macky dit niet à toutes les négociations l’appelant à rendre le poste à Wade : Il avait raison et n’a pas voulu être d’accord. Des amis libéraux à lui sont allés le voir, lui ont parlé, l’ont même supplié de ne pas engager le bras de fer avec Wade et il est solidement resté sur ses positions : il avait raison.

Même quand Wade l’a convoqué dans son bureau pour un tête-à-tête, Macky est resté de marbre, car se disant toujours qu’il avait raison.

C’est ensuite que déchu du poste de numéro 2 du PDS, son mandat de président de l’hémicycle réduit à un an, Macky rendit le tablier.

Une démission à l’origine de son accession, quatre ans plus tard, au palais de la république. « Je n’avais pas, en tant que jeune, l’ambition d’être président de la République. Elle ne m’a animé qu’à l’Assemblée nationale lorsqu’on m’a imposé un combat », confiera-t-il plus tard.

8- Ecoutez votre intuition :
L’intuition, c’est cette petite voix intérieure, cette ampoule d’Eurêka qui s’allume comme une réponse évidente à une question qui nous tourmente. C’est cette boussole interne qui nous dirige vers le bon chemin. Certains parleront de feeling, d’un ressenti très fort. Les artistes voient cela comme une inspiration venue d’ailleurs. Les scientifiques parlent d’un 6e sens, d’intelligence de notre subconscient. C’est un peu tout cela !

Cette intuition, Macky Sall en a eu. Il l’a senti en quittant la tête de l’Assemblée nationale. Au lieu de mener un combat inutile, il a suivi cette voix intérieure qui lui disait qu’il pouvait bien devenir président de la République. C’est en la suivant qu’il a créé l’Alliance Pour la République (APR) et est allé à l’assaut du suffrage des Sénégalais.
Apprenez à écouter cette voix et à la suivre.

9- Entourez-vous de personnes optimistes . Fuyez les pessimistes :
« Etre optimiste consiste à entreprendre un voyage de nulle part à destination du bonheur. »
Quels que soient les événements, certains ont l’habitude de voir le bon côté des choses, alors que d’autres voient que le négatif. Chacune de ces perspectives reflète une réalité. Par exemple, objectivement il est vrai de dire qu’un verre est à moitié plein ; il est également vrai de dire que ce même verre est à moitié vide.

L’optimisme est un choix dont nous avons le contrôle, c’est-à-dire que nous pouvons tous décider de développer des compétences pour améliorer notre optimisme.

En 2008, Macky Sall pouvait être bien pessimiste et écouter ces gens qui lui disaient que c’était impossible et que ç’en était fini pour lui et sa carrière. Il a au contraire appris à ne pas les écouter et à s’entourer de gens qui, comme lui, étaient bien optimistes, en ne voyant que le côté positif de son éviction au perchoir de l’Assemblée : « xaaci bo giss wërsë gu waay la ».

Par exemple, un Moustapha Cissé Lô qui, aux questions de la journaliste Aissatou Diop Fall dans l’émission « Sortie » qu’elle animait en cette période sur Walfadjri et qui s’étonnait de voir l’APR prétendre porter son candidat à la magistrature suprême après 3 ans d’existence, répondit très clairement ceci: « même si nous devons nous casser les dents, qu’on nous laisse au moins essayer. Nous savons que nous pouvons y arriver et que ce rêve est bien possible ». Voilà la philosophie d’un éternel optimiste !
Il faut toujours apprendre à voir le bon côté des choses !

10- Apprenez à garder le silence :
Le silence est une arme redoutable pour celui qui sait l’utiliser et un très bon accompagnateur dans les conflits aussi bien professionnels qu’affectifs. Ne soyez pas victime du silence, soyez-en maître !

Nous avons tendance à trop parler, trop nous dire. Vite répondre. La bonne réponse. Les bons chiffres. Les bons mots. Persuadé que la clef se trouve dans ce qui est dit. Or, parfois le silence à un bien plus grand pouvoir que toute parole. Il permet d’avoir la main dans certaines situations de conflit ou de négociation. Il permet à l’autre de projeter et à vous de l’observer et de comprendre ce qui l’habite. Enfin, il permet de ne pas constamment livrer à autrui votre mode d’emploi.

C’est ce que le Président Macky Sall a compris très tôt. Il parle peu. A des moments où il a été attaqué de toutes parts, il a su se taire. L’on se rappelle même, quand l’ancien Président Wade allait jusqu’à se prononcer sur ses origines, l’actuel Président a su garder le silence et ainsi s’attirer la sympathie des Sénégalais.

L’on a l’habitude de dire que Macky Sall est poli (« dafa yaaru ») et ce compliment, il le tire en grande partie de sa capacité à ne pas répondre à tout-va.






Souleymane Ly
Spécialiste en communication

 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2GI8kkf
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours