Le journaliste et analyste politique, Momar Diongue réagit suite à la grâce présidentielle accordée, dimanche, à l'ex-maire de Dakar emprisonné depuis mars 2017. Selon lui, l'avenir politique de Khalifa Ababacar Sall, qui s'avère "assez compliqué", se joue sur trois paramètres.
Grâce présidentielle:
D’emblée, l’analyste politique déclare que « Khalifa Sall a commencé à préparer son avenir politique depuis la prison en refusant de demander une grâce présidentielle. Parce que, pour lui, demander une grâce présidentielle reviendrait à reconnaître les faits qui lui étaient imputés ».

« Or, souligne-t-il sur Sud Fm, il a toujours nié avoir trempé dans ce à quoi on l'accuse à partir de ce moment là, il a voulu présenter son intégrité morale devant ce que je considère comme étant le tribunal de l'opinion pur que il n'y arrive pas aux sénégalais de penser un temps soit peu qu'il est pu être coupable des faits dont il est accusé ».

À en croire Momar Diongue, l’avenir politique de Khalifa Sall va se jouer sur trois étapes : d’abord sur son avenir à l’intérieur du Parti socialiste (Ps) après avoir été exclu du parti, ensuite, est-ce qu’il va se démarquer du Ps, et en fin, les effets de la grâce présidentielle qui lui a été accordée.

« Son avenir politique doit être assez compliqué parce qu'il y a au moins trois paramètres qu'il faut prendre en compte. Le premier paramètre, c'est est-ce que Khalifa Sall va jouer son avenir politique à l'intérieur du Parti socialiste (Ps). Certes, ils ont été exclus, lui et ses lieutenants comme Bamba Fall, et Barthélémy Dias, dans le Parti socialiste. Mais, ils disent n'avoir jamais reçu une notification de cette exclusion. Va-t-il surtout après la disparition d'Ousmane Tanor Dieng et au moment où la succession de celui-ci est ouverte au niveau du Parti socialiste, vouloir continuer son avenir politique à travers le parti socialiste ? », se questionne-t-il.


Il poursuit : « Il peut choisir l'autre option qui consiste à se démarquer du Ps pour construire une nouvelle force peut être même à formaliser ce qu'ils appellent le Ps des valeurs ».

Et, conclut-il : « La troisième étape, la grâce présidentielle accordée par Macky Sall n'efface pas les peines. Et, donc, la privation des droits civils et politiques de Khalifa Sall prévaut toujours. À partir de ce moment moi je pense que l'autre lutte sera d'obtenir une amnistie des faits dont il est accusé, une amnistie à titre personnel pour qu'il puisse continuer à jouer son rôle au plan politique ».


Aminata Diouf Pressafrik.com



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2nXyNnh
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours