L’urgence est de s’unir autour de l’essentiel pour résoudre les problèmes des Rufisquois. Les diverses sorties, notées ça et là, à travers la presse et les réseaux sociaux, fustigeant l’inaction de l’Etat et des autorités municipales face aux inondations et autres difficultés que rencontrent les populations de la vieille ville en cette période d’hivernage, n’est pas du goût de l’honorable Député, par ailleurs président du Conseil Départemental.
Inondations de Rufisque- Souleymane Ndoye, Président du Conseil départemental: « Nous ne sommes pas encore aux élections locales .... »
Présentement à Monrovia pour les besoins de la session budgétaire du parlement de la CEDEAO, le président du Conseil départemental de Rufisque a câblé Dakar actu pour fustiger avec la dernière énergie des sorties malencontreuses qui n’aident en rien au développement de Rufisque.

L’essentiel, dira-t-il est de s’unir derrière le Maire de la ville et qu’ensemble opposition et partis aux pouvoirs, tous ensemble, nous puissions réfléchir et trouver des solutions aux difficultés que rencontrent nos populations. Il ne sert à rien d’indexer les autorités municipales, le TER et l’Etat, en occultant les vraies causes des inondations à Rufisque qui ne datent pas d’aujourd’hui. Occasion pour le Président du Conseil Départemental de revenir sur les différents projets et programmes, initiés dans le département.

Ainsi, l’Etat du Sénégal avait mis en place une structure dénommée PCRPE, dirigée à l’époque par l’ancien Ministre Salif Ba. « Cette dernière structure a été remplacée par le PAPCREE (Projet pour l’achèvement des programmes de construction et de réhabilitation d’édifice de l’Etat), créé par arrêté interministériel N°1234 du 12 février 2010, dont le dernier décret de fin de service a permis de confier leurs portefeuilles de projet à la direction de la construction et l’autre partie des projets [une centaine ] à l’agence de construction des édifices et bâtiments publics, créée par décret N° 2011-657 du 1er juin 2011 du temps de l’alternance », a souligné le Président du conseil.

Dans le même sillage, il a tenu à préciser que beaucoup de ces projets ont été achevés avec d’importantes dotations budgétaires grâce au Président Macky Sall, dont les dossiers sur l’assainissement de Rufisque, objet des polémiques.

Pour revenir à l’assainissement de Rufisque, il faut rappeler que ce projet avait plusieurs composantes dans la vieille ville et qui consiste à la réhabilitation et la couverture du canal de l’ouest, dont les travaux font l’objet d’arrêt depuis sa jonction avec la route nationale.

La deuxième composante est la réalisation du canal central qui est parti du point G derrière l’hôpital Youssou Mbargane Diop, dont le choix était l’œuvre du Ministre Oumar Guèye à l’époque Ministre de l’hydraulique. Ce canal a permis de drainer toutes les eaux pluviales de toute cette zone, allant de Darou Rhamane, en passant par le lycée moderne de Rufisque où a été construit un grand bassin de réception et dont la finalité était la traversée de la route nationale vers la station de pompage.

La dernière composante est la réhabilitation du canal Baudin, de même que la station qui porte son nom.

Aujourd’hui la première composante a eu une modification avec l’avènement de PROMOVILLE qui a hérité de ce projet et qui va avec l’élargissement de la nationale en 2x2 voies régler le problème des drainages des eaux pluviales. Tous ses projets existaient avant l’avènement du TER qui constitue un programme ambitieux de mobilité surtout qu’avec la mise en service de l’autoroute à péage les problèmes de circulation existent et continueront d’exister s’il n’y a pas des projections comme le TER.

Maintenant, le débat ne se situe pas sur un tunnel en construction. Mais, dans l’identification des causes d’obstruction des eaux pluviales et en regardant de plus près avec les décideurs, les données et les plans techniques de ce projet surtout dans le volet assainissement et évacuation des eaux pluviales afin qu’ultérieurement des solutions puissent être trouvées.

Ce n’est point dans des propos par réseaux sociaux ou par la presse que l’on remettra en cause cet investissement énorme de l’Etat. Mais, dans une concertation et un débat inclusif de tout le monde que l’on pourra relever la marche vers l’émergence de Rufisque.

Par ailleurs le Président Souleymane Ndoye invite les uns et les autres à une véritable introspection. En effet, il pointe du doigt les derniers lotissements dans les extensions de la ville qui se sont faits sans respect des minima requis pour un lotissement et qui causent aujourd’hui, d’énormes difficultés aux populations de ces nouvelles cités et au-delà toute la ville.

A ce sujet il rappelle que beaucoup de ses programmes de lotissements dans les zones d’extension, telles que Rufisque 2, Cite Serigne Mansour, Darourahmane, et même Gouye Mouride initiés à l’époque n’ont jamais fait l’objet d’approbation par les services tel que l’ONAS.

Et souvent certains de nos compatriotes construisent dans des passages d’eaux pluviales ou même dans des zones classées non édificandis. Il faut qu’on se demande si tous ses lotissements, objet des problèmes ont respecté toutes les procédures [adduction d’eau, électrification et réseau d’assainissement].

Pour ce qui est de la stagnation des eaux pluviales, rappelez vous que dans le périmètre de la mairie jusqu’à la police des situations identiques dénommées inondations sont toujours vécues par les résidents à chaque fois que nous avons une forte pluie. Mais, qu’il suffit de mettre en marche la station de pompage de Keury Kao pour que l’eau soit évacuée.

Et une fois de plus pour résoudre toutes ses difficultés et cette problématique de l’assainissement que l’Etat du Sénégal a injecté 10 Milliards de nos francs dans un programme en cours de réalisation dans certains quartiers de Rufisque et ceci pour dire comme je l’ai exprimé au Ministre du développement communautaire lors de sa visite que Rufisque a besoin d’un plan Marshall. Le vrai débat se trouve là-bas.

Occasion pour Souleymane NDOYE de féliciter le Préfet du département qui sillonnent les quartiers et part à la rencontre des populations sans tambour ni presse et parfois en compagnie des autorités municipales.

C’est dans ce sens que nous avions initié avec lui des visites en présence du Maire de la Ville, du Maire de Rufisque EST, du DG de l’Apix et des techniciens de Eiffage visite durant laquelle, nous leur avions fait un certain nombre d’observations qui malheureusement n’ont pas été suivies.

Fidèle à ses principes, Souleymane Ndoye invite l’APIX à organiser rapidement une audition publique sur les travaux du TER, à connecter le plus rapidement possible les canalisations du TER aux réseaux existants; et enfin et dans l’urgence ériger des passerelles sur les axes stratégiques et très fréquentés comme Djoutibi, Guendel, Keury Kao etc... au lieu de commencer dans des zones qui ne sont pas fréquentées.

Pour finir Souleymane Ndoye invite les uns et les autres à savoir raison garder et à s’attaquer aux vrais problèmes des Rufisquois. Car, dira-t-il, nous ne sommes pas encore aux élections locales. L’urgence est de s’unir autour de l’essentiel pour résoudre les problèmes des Rufisquois.





from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Akytlo
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours