Le Président Macky Sall est souvent critiqué par l'opposition et des segments de la société civile. Presque personne de son entourage ne bouge ou ne bronche pour apporter une moindre réplique. D’après des observateurs accrochés, cette situation s'explique par le fait que tous ceux qui défendaient le Chef de l'État et sa famille, encaissant les coups les plus sévères de ses détracteurs, ont été payés en monnaie de singe. Leral…
Son entourage indifférent…: Macky Sall ne risque-t-il pas de tomber dans la « mare » à crocodile de ses détracteurs ?
La « lâcheté » politique s’illustre par un manque notoire de courage dans la défense contre les attaques de son leader. Etant engagés et convaincus du choix d’accompagner le Chef de l’Etat, ces politiques, gravitant autour de sa personne devraient avoir la témérité de le défendre. Attaqué par des opposants et membres de la société civile, relève-t-on, éviter de défendre le Président Sall dans le contexte actuel, serait un laxisme et une hypocrisie. En tant que dépositaire de la souveraineté nationale, sa chute entraînerait tout simplement, celle de tout son entourage et compagnons politiques.

Que constate-t-on ? Une fuite en avant. Histoire d’éviter des déboires ou tout simplement, un rejet de sa famille politique. Voulant préserver une longévité dans l’attelage gouvernemental ou, à un poste de nomination, certains de ses ministres et députés ou directeurs de société éprouvent une certaine peur à déraper, en défendant le Chef de l’exécutif. Apprenant beaucoup de l’histoire récente de Sory Kaba et d’El Hadj Hamidou Kassé, ainsi que de l’injonction de ne point se prononcer sur l’éventualité du 3e mandat du Président, ils esquivent et déclinent régulièrement, les invitations aux débats à des organes de presse.

Ainsi, cette fuite en avant, constate-t-on, a débuté avec l’éviction de Sory Kaba, alors Ministre en charge des Sénégalais de l’extérieur. Invité d’une radio de place, ce dernier, avait volontairement, donné son point de vue sur la question d’un éventuel 3e mandat de Macky. Aussitôt après, il a été viré. Et autrefois, El Hadj Kassé, Ministre chargé de la Communication du gouvernement, apportant des précisions sur une accusation, concernant le frère du Président, Aliou Sall, cité dans une transaction financière aux allures de pots-de-vin, avait commis une erreur dans son axe d’intervention. Chose qui lui avait valu son poste. Alors qu’il voulait juste réparer ou défendre.

Voyant l’épée tendue pour couper des têtes…, certains responsables du parti et de sa coalition s’abritent derrière un manteau du silence radio. S’accrochant à leurs postes, ces politiques font exprès de ne pas s’engager dans ce terrain sinueux, rempli d’embûches. C’est de là, d’après des spécialistes que le Président Sall, a commencé à s’esseuler. Présentement, attaqué de tout bord, il n’y a que quelques rares téméraires qui sortent parfois, pour prendre sa défense. Normal ou pas, c’est cela la réalité aujourd’hui, dans son environnement politique immédiat.

Suivant les derniers développements de l’actualité politique du pays, d’autres spécialistes des affaires politiques considèrent qu’il est temps, pour les responsables politiques et autres alliés de s’accorder afin d’assurer une très bonne défense au Président Sall.

Sinon…esseulé, sans défense, Macky Sall risque de tomber dans la « mare » à crocodile de ses détracteurs. Donc, en personne avertie, le parti Apr et ses alliés au pouvoir doivent comprendre qu’un engagement politique exigerait un sacrifice. Ne serait-ce que pour rendre une pièce de la monnaie. A défaut…le fait d’accepter d’être défaitiste serait fatal au Président Sall.





from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/32aQW3g
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours