De vrais Agresseurs reconnus pleurnichards et lâches accroupis comme jamais devant un Monument déjà hissé comme Satisfecit pour l’Éternité, Vous saurez certainement à qui(s) je parle. A Hutbul Maktoum neena bi nu laajee Ibliss “Koo faral ?” daffa wax ni : “Mann daal ki toogn la faral, xawma ku fayu !”. Traduction : Lorsqu’on a demandé à Lucifer (Ibliiss), “Qui soutiens-tu (dans un conflit) ?”, ce dernier a répliqué : “Je soutiens lucifèrement (pour ne pas dire personnellement) l’agresseur, je m’en fous de celui qui se venge !” nous rappelle Almakhtoum.
Serigne Moustapha Sy : le Monument vivant
C’est à l’image de ce qu’une personnalité hors paire dans notre pays vit depuis toujours sans broncher (Danger). Le Sénégal, un pays où on voit tous les jours “une personne insignifiante et inconnue aller trouver une personne très importante et connue dans son coin, assis tranquillement, pour le frapper et courir dehors en premier en tenant sa joue pour crier à tout le monde que la personne restée dans son coin, l’a giflée”, dit Al Makhtoum. L’agresseur ne s’attarde jamais sur ce qu’il aurait fait si tant est qu’il aurait effectivement été giflé étant donné que la loi est violée tous les jours par ceux qui sont censés la faire savoir ou la faire respecter pour cause de profits sans scrupule, d’intérêts particuliers, de corruption, de chasseurs de primes de par la plume ou plutôt de prostitués de la plume, en un mot, pour avoir de quoi se mettre dans le bide. Avoir de quoi se mettre dans le ventre vaut-il la peine de courir le risque de choper un cancer génétique pour soi et sa descendance ?

Lorsque Maam Cheikh parlait de cette tendance, on y voyait certainement la manière dont l’occident crée les guerres dans les pays dont leur alliance cible leur richesse minière en guise d’un pillage politico-économique en usant de leur presse mainstraim comme première arme, pour distiller et maintenir plusieurs mensonges en vie jusqu’aux termes de leurs crimes. Histoire de bien manipuler “l’opinion internationale” dont la presse de chaque pays, constituée de journalistes complexés, acculturés, copieurs-colleurs et/ou simplement lâches, complexés, racoleurs et aux ordres d’intérêts tous particuliers, est le principal relais conscient ou inconscient pour faire croire aux opinions publiques respectives de chaque pays que ces guerres sont pour le “droit humain” ou la “Dignité humaine” ainsi que pour la “justice” ou la “démocratie”, appuyée en cela par de soi-disant “droit-de-l’hommistes” tous financés par cette même alliance occidentale alors que tout a toujours été une question d’intérêts économiques tout simplement. C’est le cas du principe de “liberté d’expression” que certains hypocrites ressassent en faisant fi de préciser que cela doit rimer avec la Vérité et non avec le mensonge.

C’est tout un système, très redoutable, sophistiqué marchant comme un rouleau-compresseur lorsqu’il est activé d’où son nom de 4ème pouvoir. C’est le système qui a eu raison sur l’Irak de Sadam sur l’Afghanistan du commandant Massoud (utilisé par le même occident pour languir la puissance de l’Union Soviétique après leur 2nde guerre mondialisée), sur la Libye de Gadhafi et qui a failli avoir raison sur la Syrie de Bachar si la Russie, la Chine et l’Iran n’avaient pas défendu territorialement cette dernière. Vous aurez compris le décor campé. Vous aurez remarqué aussi que ce système redoutable, toujours sur place, a été freiné par une créature invisible qu’ils ont baptisée Coronavirus (Le Virus devenu Roi à la Couronne re-distribuant les cartes en tout). La preuve, qui entend toujours parler de Daesh et consorts ? Il arrive que le mensonge tue et du côté des menteurs comme du côté de ceux qui sont visés par le mensonge.

Maintenant revenons à nos moutons, ceux constituant justement ce “4ème pouvoir” au Sénégal ont tenté de terrasser un des monuments vivant de notre pays, le seul plutôt que dis-je, en jetant un gros mensonge à la figure de l’opinion qui a réagi en les attaquant de suite et en les traitant de menteurs invétérés, rapporteurs suivant le vent de l’opinion dominante (même si elle véhicule une bêtise) et désinformateurs sans même leur donner de répit, le temps de donner des “preuves inexistantes”. Ne sachant plus à quel “saint” se vouer suite à un mensonge aussi énorme, ils ont cherché à rectifier l’infox en demandant à des collègues copieurs-colleurs nullissimes, “con-frères” disent-ils, de rafistoler la première fausse information balancée en disant “… il était là-bas mais il est sorti… “, ce qui n’a rien changé, un mensonge demeurant toujours un mensonge. Comme rien ne s’est passé comme ils l’espéraient, nos moutons sont allés chercher soutien au delà de nos frontières chez leurs con-frères d’Europe (de la presse mainstream) que plus aucun citoyen d’occident ne croit sur parole, pour s’auto-accorder un tant soit peu de “crédibilité” tirée des cheveux et en demandant à une association fantôme, qui ne s’est pas réunie depuis des lustres (sans activité depuis 3 ans), de confirmer leur premier mensonge sans aucune preuve, chose faite mais n’ayant rien changé du mensonge à la base. Et malheureusement pour eux, tout le monde sait en âme et conscience que l’information originelle (pour ne pas dire le péché originel) fut un mensonge monté de toutes pièces. Malgré tout cela, les hypocrites (Mounaafiquun) continuent de se m******** sur les effets directs causés par le péché originel de l’agresseur qu’ils soutiennent en s’affichant à sa une pour débiter des conneries dont les sénégalais en ont certainement marre. C’est devant ce genre de situations que l’on comprend pourquoi les brasiers de l’enfer sont remués durant l’été.

Les premières personnes (hypocrites comme jamais), rencontrées par cet agresseur, toujours dans ses pleurs de crocodile, ne cherchent et ne chercheront jamais à savoir ce qui s’est passé dans le coin connaissant bien même l’agresseur comme pleurnicheur habitué de tels faits (mensonges) ainsi que l’agressé dans sa constance dans la Droiture et la Vérité léguées par ses prédécesseurs Seydil Hadj Oumar Foutiyou Tall, Seydil Haajj Malick Sy, Seydi Aboubacar Sy et Seyid Cheikh Ahmed Tijaany Sy que les hypocrites ont toujours jalousés ou haïs comme leur descendance perpétue cela à l’encontre de ce monument vivant, pour des raisons inexplicables. On le sait, ces hypocrites prendront systématiquement la main du vrai agresseur, ayant commis le crime (le Mensonge), pour aller crier avec lui partout et à tue-tête avoir été frappé par l’autre personne morale, qui est pourtant toujours restée dans son coin. Personne qu’elles n’ont toujours pas vue en personne ni fréquentée ses conférences publiques et de qui elles n’ont reçu aucunement sa version des faits sinon de faire preuve de fourberies récurrentes et d’escalade de mensonges violents, les uns plus ridiculisants que les autres pour eux-mêmes. Une personne à laquelle ces hypocrites n’ont jamais eu accès et n’auront jamais accès, encore moins parlé sinon pour calomnier ou médire sur son dos, même s’ils se réclament comme ses “voisins” ou réclament être leur “ami” pour se donner de l’importance qu’ils n’ont jamais eue.

Et ce n’est pas fini. Avant cela, une ribambelle de gens insignifiants de partis ou mouvements du genre “cabine-téléphonique” et de soi-disant droit-de-l’hommistes (prêts à s’asseoir sur toute déontologie défendant avant tout l’humain et ses droits), les uns plus hypocrites que les autres, sont allés consoler l’agresseur pleurnichard en s’asseyant sans vergogne sur tout principe d’éthique réclamé sans non plus savoir la version de la personne morale agressée tout en faisant semblant d’ignorer la volonté délictuelle de nuire (en vain) qui anime toujours l’agresseur dans ses pleurniches de crocodile. N’ayant personne de crédible sinon des va-nu-pieds qui ne représentent rien pour les sénégalais pour leur apporter de piteux soutiens qu’ils forcent en Une tous les jours, ils ont fini par s’adonner à plusieurs tentatives de faire chanter l’état (pour extorsion de fonds en guise de “dédommagements” pour son supposé gifle). Un état qui n’ose pas bouger le petit doigt, sachant bien le fondement et les lâches tapis dans l’ombre pour tenter de tirer en vain les ficelles du crime (mensonge) et sachant surtout ce qui leur attend d’essayer de terrasser, comme leurs prédécesseurs, ce monument bien vivant.

Vous comprendrez que si je n’ai pas voulu citer de noms que c’est simplement pour ne pas me salir tellement que ces personnes hypocrites et clones de Lucifer sont allées, plus bas que terre, dans les caniveaux pour nager avec toute sorte de matière fécale du journalisme. Je veux dire pour uniquement espérer la grâce de l’agresseur dont ils ont eux peur (contrairement à l’agressé qui demeure imperturbable), pour bénéficier de ses unes ou d’en être épargnés, si jamais ils en avaient besoin dans leur quête.

On a l’impression que le Sénégal est le seul pays où Ibliss (Lucifer) a le plus de clones (Shayaatiin) dans le monde. Ces derniers, les uns plus hypocrites que les autres (Munaafiqiin) et donneurs de leçons, sont les uniques références de la presse klenex (adeptes d’horreurs médiatiques) et jamais les monuments vivants ne seront des références pour elles. Ceux parmi eux qui observeraient et appliqueraient les principes déontologiques du métier d’informer sont soit complices de par leur silence devant la violation de l’éthique de leur métier ou ont tout simplement peur de représailles ou de se désolidariser du mensonge originel. Quelle malédiction !

Seulement, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire coalisés (sous diouf) ont tenté de le terrasser en l’emprisonnant et en sont sortis édentés, conséquences de la 1ère et seule alternance connue par le Sénégal jusque-là. Sous diouf, wade, macky, le pouvoir législatif a tenté de le terrasser en emprisonnant ses alliés wade ensuite idy et khalifa, ce premier cité est devenu 3ème président du pays même s’il l’a trahi au finish e...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3411DpK
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours