Depuis quelques jours nous faisons face à des inondations dues à un déchainement climatique, ainsi le Sénégal a reçu en moins de 48h une quantité de pluies équivalente à trois mois de pluies modérées. Après les secousses multiformes dues à la crise sanitaire, nous voilà face aux secousses climatiques. Et par la même occasion, certains opposants jubilent !
Chaque secousse est une aubaine pour certains opposants !
Ils jubilent parce que la nature par ces phénomènes imprévisibles, irrépressibles, irrésistibles (crise sanitaire, crise climatique etc.) est en train de remettre en cause les acquis du Président Macky SALL avec un bilan fort élogieux qui a permis sa réélection dès le premier tour en février 2019 !

Ces opposants, j’en suis sûr, veulent que le Sénégal sombre davantage dans des cataclysmes naturels, d’ailleurs s’ils pouvaient réveiller le volcan des mamelles ou encore provoquer un tsunami ou un tremblement de terre ou accélérer la propagation du COVID19, ils allaient le faire sans sourciller. Ils sont prêts à ce que le Sénégal soit à genoux pour pouvoir accuser le Président Macky SALL de manque d’anticipation, de manque de prévision, de manque de prospective, de mauvaise gestion.

Le Président Macky SALL fait face à une certaine opposition cynique, antipatriotique et nocive. Il est dès lors opportun de rappeler à ces opposants cyniques que malgré les assauts de la nature, le commandant de bord tient bien le gouvernail et que le bateau « suñugal » arrivera à bon port en dépit des coups de vent, des coups de tempête et autres évènements imprévisibles. Rappelons qu’au début de la crise sanitaire du COVID19, le Président Macky SALL avait fait preuve d’une grande ouverture en conviant toute l’opposition et les forces vives de la nation autour de la table pour une gestion inclusive de la pandémie. Cependant, quelques temps après ces mêmes opposants sont sortis en rang dispersé, et ont commencé à saper la gestion de la crise sanitaire prétextant que le gouvernement à échouer dans la prise de certaines décisions. Aujourd’hui, le classement des pays au niveau mondial dans la gestion de la crise du COVID19 par le journal américain, USA Today, place le Sénégal deuxième devant des pays qui sont technologiquement en avance, dotés de constellations de laboratoires, d’hôpitaux ultramodernes bref d’un système de santé très élaboré. Mais pourquoi, le Sénégal dépasse ces pays ? Quel est l’atout du Sénégal ? La réponse est unique : le Sénégal a le Président Macky SALL à sa tête ! Ce fut le seul atout pour notre pays car nous n’avons ni la technologie, ni les gros moyens financiers encore moins un système de santé optimisé. À cet effet, le témoignage du directeur du programme Afrique au Centre d’études stratégiques et internationales, Judd Devermont est édifiant car selon lui «Le Sénégal mérite d’être dans le panthéon des pays qui ont (…) bien réagi face à cette crise, compte tenu de sa faible base de ressources». Il poursuit sont témoignage : « vous voyez le Sénégal évoluer sur tous les fronts: suivre la science, agir rapidement, travailler le côté communication de l’équation, puis réfléchir à l’innovation ». Retenons que pour avoir une telle célérité et une telle efficacité dans la gestion d’une crise de quelque nature qu’elle soit, il faut un leader pragmatique et le Président Macky SALL en est un ! Maintenant, pour revenir aux secousses climatiques qui ont occasionné ces pluies diluviennes qui se sont abattues sur l’ensemble des pays de la bande sahélienne du Sénégal au Tchad en passant par le Burkina Faso, le Niger, le Nigéria etc., selon Julie Bélanger, directrice du bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires en Afrique de l'Ouest et du centre « à peu près 760 000 personnes qui sont touchées par des inondations, dans six pays pour lesquels on dispose de chiffres consolidés. » Et statistiquement le Sénégal est moins impacté que le Niger ou encore le Nigéria donc pourquoi notre opposition cynique et antipatriotique attaque-t-elle le Président Macky SALL ? Et pourtant, les réalisations du Programme Décennal de Lutte contre les Inondations (PDLI) de 2012 à 2022 ont bien atténué le choc climatique. Car partout où les investissements du PDLI ont été réalisés, il n’y a pas eu de problème d'évacuation des eaux pluviales malgré l’importance des pluies diluviennes. Ainsi, les investissements prévus du PDLI à travers trois phases : une phase d’urgence 2012-2013 de 66,375 milliards FCFA, une phase court terme 2014-2016 de 250,603 milliards FCFA et une phase moyenne et longue terme 2017-2022 de 450,009 milliards FCFA sont entrain suivre leurs cours normal. Pourtant Président Macky SALL toujours fidèle à sa démarche pragmatique avait demandé lors du Conseil des Ministres du 2 septembre 2020 une évaluation globale et un rapport détaillé de l’état d’exécution du Programme Décennal de lutte contre les inondations. C’est dire que la question des inondations n’a jamais été abandonné par le gouvernement comme le prétendent certains opposants cyniques du reste.
Pour terminer, je salue le déclenchement du plan ORSEC, avec à la clé une enveloppe de 10 milliards dont 3 milliards destinés directement aux populations impactées.
Mamadou NIANG, Géographe-environnementaliste
Membre de la COJER Nationale





from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3bMBkFR
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours