octobre 2020
Abdou Ndéné Sall favorable au maintien de Macky au pouvoir jusqu’en 2035
Si ça ne dépendait que d’Abdou Ndéné Sall, le président de la République Macky Sall doit rester à la tête du pays jusqu’en 2035. Invité de l’émission “Yoon Wi“ sur Rfm, le directeur général de la Société nationale du TER (SN/TER) explique que Macky Sall doit pouvoir poursuivre l’œuvre qu’il a entamée à la tête du Sénégal au delà de 2024.

Pour Abdou Ndéné Sall, la raison est que depuis qu’il a été porté à la tête du Sénégal en 2012, le président Macky Sall a un bilan plus que positif. Le directeur général de la Société nationale du TER (SN/TER) indique que Macky Sall a doublé, voire triplé le nombre de kilomètres de routes construits au Sénégal par Abdoulaye Wade. En plus de cela, il ajoute le projet du Train Express Régional (TER) et les nombreux chantiers inscrits dans le cadre du Plan Sénégal Émergents.



Source : https://www.exclusif.net/Abdou-Ndene-Sall-favorabl...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/35s3KCe
via gqrds
Le dépeuplement des professeurs de rang A, noté à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), a fini de prendre des proportions inquiétantes dans le système d’encadrement. Au département d’Histoire comme en Langue ancienne où le phénomène se fait le plus sentir, des enseignants tirent la sonnette d’alarme et préconisent des solutions comme l’éméritat, à l’image de ce qui se fait dans d’autres pays.
L'Ucad se vide de ses professeurs de rang A
L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), à l’image de certaines structures de formation, est en train de faire face à un phénomène qui mérite une attention : le dépeuplement de ses effectifs d’encadrement dû au départ à la retraite des enseignants de rang A. En effet, depuis une décennie, l’institution connait une vague de retraites qui clouent à domicile des agents qui jouent un rôle majeur dans l’encadrement pédagogique. Cela conduit des professeurs titulaires de chaire à tirer la sonnette d’alarme. Le phénomène, comme le souligne, dans un entretien, le professeur Aboubacry Moussa Lam, égyptologue, est beaucoup plus visible aujourd’hui, dans des facultés comme celle des Sciences humaines. Il risque de s’étendre même dans toutes les facultés de cette institution de renommée mondiale (48ème dans le dernier classement africain). Au département d’Histoire ou en Langue ancienne, la retraite des professeurs de rang A a fini de semer la hantise. «La situation est devenue même préoccupante», déclare le professeur Lam. «On risque même d’aller vers une régression dans le système d’encadrement à l’Ucad, et ce sont les étudiants qui vont en pâtir», avertit l’égyptologue.

Celui-ci craint même la disparition de l’Ecole de Cheikh Anta Diop (Egyptologie) à cause du manque de renouvellement du corps des professeurs de rang A. Dans cette section d’histoire ancienne, des professeurs comme Babacar Sall et Aboubacry Moussa Lam lui-même sont partis à la retraite depuis 2018. «C’est aussi le cas au niveau des Lettres et Langues anciennes où les professeurs Babacar Diop, Mame Sow et Pierre Sarr ont fini de faire valoir leurs droits à une pension de retraite», renseigne le Pr Lam.

L’éméritat, une piste de solution

Pour faire face au phénomène, le Président de la République, Macky Sall, avait préconisé, depuis deux ans, la prolongation, sous forme de contrats, des professeurs de chaire qui partent à la retraite. Cependant, le Pr Lam propose une alternative qui, selon lui, semble beaucoup plus crédible que les contrats. Il s’agit de l’éméritat. «Le titre de professeur émérite constitue une très haute distinction et il est purement honorifique. Ce sont des professeurs qui, au cours de leur carrière, se sont distingués tant sur le plan de l’enseignement, de la recherche et de leur participation au développement ou au rayonnement de l’Université que par leurs qualités professionnelles et leurs réalisations», explique-t-il. Pour lui, le Sénégal peut copier sur les autres universités du monde qui gardent leurs professeurs de façon éternelle.

«Dans la plupart des pays du monde, on laisse les professeurs continuer, moyennant des aménagements, selon un certain nombre de conventions. Avec ce système, les professeurs de rang A enseignent tant qu’ils le souhaitent. L’éméritat existe dans toutes les grandes universités du monde. Cela se fait aux Usa, en Allemagne et dans certains pays africains comme le Bénin ou encore au Mali», affirme le Pr Lam. A son avis, une telle mesure n’influerait pas beaucoup sur le budget de l’Université car, d’après lui, le professeur, déjà parti à la retraite, ne garde que la moitié de son salaire avec ces contrats. L’éméritat permet aussi de magnifier la carrière d’un enseignant-chercheur, justifie-t-il.
Le Soleil



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HjJI4X
via gqrds
Société civile sénégalaise:
"Le peuple sénégalais suit avec une attention soutenue, les derniers développements de la crise électorale en Guinée, marquée par de nombreuses pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants.

Nous, organisations de la société civile et mouvement citoyens sénégalais, exprimons nos profondes inquiétudes face à cette situation qui vient confirmer le bien-fondé des alertes que nous avions lancées dans une récente déclaration commune, sur le caractère dangereux de la volonté de M. Alpha Condé, de forcer un troisième mandat. Nous condamnons ces tueries et dégâts matériels enregistrés, et nous inclinons devant la mémoire des disparus.

Alpha Condé est le principal responsable de la situation chaotique que vit la Guinée. Lui et son gouvernement, censés protéger la vie des citoyens et garantir l’exercice des libertés publiques.

Cette même situation a démontré toutes les limites de l’Institution sous-régionale, la CEDEAO, animée par une « Commission exécutive » dont le rôle, dans la crise en cours en Guinée, n’est que de cautionner la mascarade électorale pour un troisième mandat d’Alpha CONDE.

Au regard du bilan faisant état de 30 morts dont des enfants de 3 à 14 ans, nous, organisations de la société civile et mouvements citoyens sénégalais, recommandons :

- Au Président en exercice de la CEDEAO : un Sommet extraordinaire de la CEDEAO consacré à la crise guinéenne pour stopper le bain de sang en cours et sauver la population guinéenne.

- Au secrétaire Générale des Nations-Unies : l'’envoi d’une commission d’enquête internationale pour situer les responsabilités sur les crimes commis en Guinée depuis le début des contestations contre le troisième mandat.

- Le retrait des forces de défense et de sécurité guinéenne dans toutes les missions de maintien de la paix dans le monde.

- Des sanctions ciblées contre les autorités civiles et militaires impliquées dans les violations des droits humains en Guinée.

- Aux organisations de la société civile ouest-africaine : une mobilisation sous-régionale, en soutien au peuple de Guinée dans son combat contre le pouvoir à vie.

Nous engageons également le Président Macky Sall, à porter cette voix auprès de ses homologues chefs d’Etat ,pour une dynamique sous- régionale dans la résolution de la crise en Guinée.

Enfin, à travers nos organisations, le peuple sénégalais réaffirme son engagement à accompagner le peuple de Guinée, dans sa légitime lutte pour l’alternance démocratique. C’est pourquoi, nous appelons à une marche pacifique de soutien au peuple frère le mercredi 28 octobre 2020, à partir de 16h de la place de la Nation au rond-point de la RTS.

Fait à Dakar, le 23 octobre 2020

Signataires :
- Rencontre Africaine de Défense des Droits de l’Homme (Raddho)
- Plateforme des acteurs non étatiques
- Mouvement Y en a marre
- ONG 3D
- Frapp France Dégage
- Forum social Sénégalais
- Afrikajom Center
- Collectif des Organisations de la Société Civile pour les Elections ( cosce), composé de 12 Organisations
- Amnesty International Sénégal".



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3dPfkuM
via gqrds
Cheikh Bara Cissokho n'est plus le Chef d'Etat-major particulier de Macky Sall
Le président de la République, Macky Sall à un nouveau chef d’Etat-major particulier. Il s'agit du général Joseph Mamadou Diop. Il remplace à ce poste, le Vice-Amiral Cheikh Bara Cissokho.

Selon "Le Témoin", l'ancien aide de camp du Président Abdoulaye Wade a fait valoir ses droits à la retraite.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3olvwJ1
via gqrds
Quand des Sénégalais bon teint réunissent leurs moyens financiers pour implanter une centrale afin de produire de l'électricité pouvant ravitailler leur pays et le continent, le bon sens voudrait que l'on applaudisse une telle initiative. ''Mais que des aigris comme Thierno Alassane Sall se mettent à rouspéter, inquiète au plus profond de soi".
Attaques contre le projet de Samuel Sarr et Cie: Ousmane Faye traite Thierno Alassane Sall de petit type agité, d'une...
Le leader de Manko Wattu Sénégal, Ousmane Faye se souvient des accusations du député Farba Ngom, qui l’avait défié sur TFM, en le menaçant de révéler le nom du pétrolier qui lui avait offert de l’argent alors qu’il était ministre de l’Energie. Corrompu qu’il est ! Cet homme a-t-il de la valeur pour oser, d’essayer de ternir l’image des gros investisseurs comme Samuel Sarr et Cie.

Scotché dans une réunion politique, le patron de Manko Wattu Sénégal a voulu faire une mise au point sur la dernière sortie de Thierno Alassane Sall concernant l'ancien Ministre de l'Energie sous Me Wade. En effet, explique-t-il, '' le Président Macky Sall à toujours théorisé la préférence nationale. Et donc, nous devrions montrer toute notre satisfaction, en voyant que des Sénégalais se sont organisés et ont pu décrocher un marché, dont la destination finale est pour nos frères et sœurs. Donc, personne ne comprend l'agitation de ce petit type, animé d'une haine dangereuse pour ses compatriotes. Tout le monde connait Samuel Sarr, dont les compétences sont prouvées ".

Pour Ousmane Faye, " Samuel Sarr n’était pas le financier de Me Abdoulaye Wade pour rien, alors que lui Thierno Alassane Sall, usait ses culottes sur les bancs des écoles primaires à Thiès pendant que Samuel Sarr administrait sa société en France dans ses bureaux, situés à l’avenue Georges V, au cœur de Paris et en Suisse''.

Poursuivant ses diatribes contre le leader de République des Valeurs, M. Faye rappelle qu'à l'époque, tous ses employés étaient des Français, même celui qui lui servait son café chaque matin. Ce disciple de Serigne Saliou Mbacké n’a pas attendu d’être au pouvoir en 2000, pour connaître l’opulence. « Vous pensez que, c’est avec ses dents qu’il avait loué des hélicoptères pour la campagne électorale de Me Abdoulaye Wade en 1993 et un jet privé en 2000. Malheureusement, Abdou Diouf s’était opposé à l’entrée de ces hélicoptères au Sénégal'', regrette-t-il.

Pour conclure, Ousmane Faye se demande ''où était Thierno Alassane Sall, à cette époque ? Donc, qu'il reste fair-play et qu'il nourrisse de bons sentiments pour ses compatriotes travailleurs''.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3kjuv1Q
via gqrds
Me El Hadj Diouf, invité de l’édition spécial élection en Guinée dit ne pas être surpris du dénouement des élections dans ce pays. Etant avocat de Cellou Dallein Diallo, il se rappelle des pourcentages obtenus par le challenge d’Alpha Condé. El Hadj Diouf reste d’avis qu’Alpha Condé est la continuité de Sékou Touré. Et, dans le cas de la Guinée, relève-t-il, personne ne comprend la posture de la Cedeao qui autrefois, a forcé le départ de Yaya Jammeh de la Gambie. Pour El Hadj Diouf, Ouatara et Alpha Condé et tous les autres qui aspirent à un 3e mandat en Afrique sont des traitres.
L’opposant guinéen Cellou Dallein Diallo s’inspire de son passé pour contourner la stratégie et le forcing d’Alpha Condé. Ayant 52% au 1er tour à la suite de l’élection, le vote a été détourné avec des truchements pas du tout catholiques. En compagnie des avocats guinéens, ils ont demandé de prendre en compte les PV pour le décompte. Chose que la commission a refusé pour empêcher Cellou Dallein Diallo d’être élu.

Me El Hadj Diouf soutient qui l’Oif, dirigé à l’époque par l’ancien Président du Sénégal, Abdou Diouf a facilité en 2010, l’élection d’Alpha Condé. En 2015, sous la protection de la Cpi, Alpha Condé, tuant plusieurs militants de Cellou, avait continué à faire des exactions. Calmant le jeu et se basant sur la constitution, Cellou avait cru qu’Alpha Condé n’aura pas le droit de postuler pour 3e mandat. Finalement, Alpha a changé la constitution à moins de 6 mois de l’élection.

Présentement, ce qui étonne c’est le hold-up, dont Alpha est en train d’installer à nouveau. El Hadj Diouf reste d’avis qu’Alpha Condé est la continuité de Sékou Touré. Et dans le cas de la Guinée, relève-t-il, personne ne comprend la posture de la Cedeao qui autrefois, dans un passé récent, a forcé le départ de Yaya Jammeh de la Gambie. Pourquoi, la Cedeao continue à écouter ses mandataires corrompus, logés dans des hôtels de luxe. Pour El Hadj Diouf, Ouatara et Alpha Condé sont des traitres qui ne sont pas des références. La responsabilité de la Cedeao est pleinement engagée. « Elle ne joue pas le rôle qu’elle devrait jouer », avertit-il.

Les réactions des Guinéens restent normales, c’est une façon de refuser le forcing de 2010 et de 2015. Pour éviter une reprise de l’histoire ancienne, Cellou a plein droit de regroupe les Pv pour alerter afin d’éviter d’être orienté à nouveau vers la Cour Suprême qui ne va rien dire. « Tous ceux qui réclament un 3e mandat en Afrique sont des traitres. Si Macky Sall demande un 3e mandat, je ferai partie de ceux qui vont le combattre », dit Me El Hadj Diouf.

Le problème ethnique de la Guinée venait tout simplement du régime de Sékou Touré qui a tué plusieurs opposants, dont Diallo Telly, emprisonné et privé de nourriture. Alpha Condé qui a baptisé le Palais Sékou Touré, est en train de tuer plus que Sékou Touré. La solution dépendra de la volonté des populations.

Cette fois-ci, promet-il, le forcing ne passera pas. Personne ne peut combattre toute la volonté d'un peuple. La Cedeao si elle est juste, devra réagir pour éviter de perdre ce qui reste de sa crédibilité. La Guinée a compris et, a tourné le dos à Alpha Condé.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HuRLvz
via gqrds
Litiges fonciers: Aliou Sall charge les agents de l'Etat
Aliou Sall, le président de l’Association des maires du Sénégal (Ams) répond au chef de l’État, Macky Sall, après que ce dernier a sermonné les élus locaux sur la distribution des terres. Selon Emedia, lui portant la réplique, l’édile de Guédiawaye a engagé la responsabilité des services de l’État sur le foncier. "Nous savons tous qu’il n’est pas possible pour un maire de vendre des terres sans l’autorisation de l’administration qu’elle soit territoriale ou centrale. Ce n’est pas possible. l’État a les vrais pouvoirs en matière d’attributions de terres, c’est les administrations du Domaine, du Cadastre", a-t-il argumenté.

Le jeune frère du président de la République de poursuivre : "Qu’on nous appelle à être sérieux, nous sommes d’accord mais les premiers à être premiers interpellés ce sont les agents de l’État".

Macky Sall, critiquant les élus locaux à l’occasion de la première édition de la journée nationale de la décentralisation tenue hier, à Diamniadio, a dit : "ce n’est pas parce qu’un maire a une couleur rouge ou verte ou jaune que la collectivité a une couleur verte, jaune, rouge".
Avec Emedia



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2HpFAQq
via gqrds
Même les murs ont des oreilles, a-t-on l’habitude dire. Ce qui n’est pas tout à fait faux. Puisque, avant-hier, les membres du Conseil d’administration de la Société de gestion des droits d’auteurs et droits voisins (SODAV) étaient en réunion.
Présumés bisbilles entre Youssour Ndour et Macky Sall : Ngoné Ndour dément, dénonce un «complot» et annonce une plainte
Et l’information a fuité, telle que rapportée par le journal «Lii Quotidien», que Ngoné Ndour a déclaré lors de cette rencontre que : «Ce n’est pas parce que mon frère (Ndlr : Youssou Ndour) a des problèmes avec le président de la République que la SODAV doit être auditée».

Des propos qui ont choqué Mme Ndour qui parle de «complot» et de «conspiration» portée par des «gens tapis dans l’ombre».

«Le Conseil d’administration était en réunion mercredi et il n’y a aucun administratif ni moi-même qui a tenu ces propos-là durant la rencontre. C’est des propos mensongers visent à montrer que la SODAV est dans le collimateur de ces gens-là qui font tout pour démanteler la SODAV. Ils font tout pour essayer de semer le doute dans la tête des autorités et des artistes. C’est un complot et une conspiration. Je pense que les masques sont en train de tomber», se désole-t-elle.

Poursuivant la PCA de la SODAV a tenu également à éclairer que «la SODAV est une société privée et la réunion du Conseil d’administration de la SODAV s’est tenue au niveau de ces locaux. Donc, on ne comprend pas comment une personne qui ne fait pas partie du CA puisse relayer de fausses informations. En tout cas, c’est un plan bien mûri pour gâcher tout ce merveilleux travail qu’on a fait».

La frangine de Youssou Ndour annonce que la SODAV va porter plainte et qu’une conférence de presse sera tenue vendredi pour tirer le tout au clair. Car, selon elle, «la SODAV a toujours agi dans la plus totale transparence. Par conséquent, nous attendons avec impatience cette mission d’évaluation annoncée par le président de la République, ainsi que la mise sur pied de la commission de contrôle permanente».
Vox Populi



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34nmFyQ
via gqrds
1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition
La 1ère édition de la journée nationale de la décentralisation a été présidée , par le Président de la République, Monsieur Macky Sall, ce jeudi 22 octobre 2020, au CICAD. La rencontre a réuni les maires, présidents de conseil départemental entre autres élus locaux, ainsi que les partenaires au développement.

Le Président de la République Macky Sall qui a présidé cette rencontre avec les élus locaux, souligne que « ce n’est pas un hasard. Pour ma part ce thème traduit plus l'importance fondamentale que j'accorde à l’équité territoriale et à la justice sociale dans la conduite du processus du développement économique et social du Sénégal. Je veux un Sénégal de Tous pour Tous ».

La décentralisation consacre un transfert de pouvoir de l'État vers d'autres personnes morales de droit public. Elle n'a de sens que si elle apporte une valeur ajoutée à l’exécution diligente des politiques publiques, selon toujours le Président de la République. Une occasion pour lui aussi d'aborder la question des colorations politiques des collectivités territoriales.

« On ne décentralise pas par mimétisme institutionnel. La décentralisation doit corriger les limites de l'État Jacobin centralisateur et veiller en même temps au maintien de l’autorité étatique, de l’intégrité territoriale et de la cohésion nationale. Il est important à ce propos, de rappeler que les collectivités territoriales sont des démembrements de l’État. Ce n’est pas parce qu’un Maire a une couleur rouge, verte ou jaune que la collectivité a une couleur verte… Là il faut être clair! Vous êtes des démembrements de l'État. Donner plus de moyens oui, donner plus de prérogatives oui, mais maintenir l'autorité de l'État n’est pas négociable, maintenir l’intégrité territoriale et la cohésion nationale n’est pas négociable. C'est une sorte de dialectique. Il ne faut pas que l’adversité politique transgresse le rôle fondamental de l’État central », ajoutera-t- il.

Appliquée à l’équité territoriale, la décentralisation doit contribuer à la réalisation d’un développement économique et social aussi inclusif que possible sur l'étendue du territoire national avec des réalisations dans le domaine de l’assainissement, de l'éducation, des services sportifs…

C’était lors de son allocution à la cérémonie d'ouverture des travaux qui vont marquer cette journée célébrée ce 22 octobre 2020 au Cicad.

1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition

1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition

1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition

1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition

1ère Édition de la journée nationale de la Décentralisation: « Décentralisation et Équité territoriale », le thème de cette première Édition



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3ohi20W
via gqrds
Dans un communiqué de presse parvenu à leral.net, la Cellule de Communication du Parti Liberal Social Sénégalais (LSS) du Président Samuel Sarr s’en est violemment pris à l’ancien ministre Thierno Alassane Sall. Sur son livre, ses sorties et autres, les proches de Samuel Sarr qui le traite de « d’ex ministre incompétent, paresseux et corrompu », reviennent sur les positions d’hier et d’aujourd’hui de T.A.S. avec un ton très agressif…lecture
Samuel Sarr et ses camarades bombardent Thierno Alassane Sall, : c’est « un ex ministre incompétent, paresseux et corrompu »
Le contenu local est l’affaire des Sénégalais
Après lecture de la déclaration attribuée à la supposée Cellule des Cadres de «la République des Valeurs » (c’est faux, ce parti n’a aucune structure) de l’éphémère Ministre de l’Energie Thierno Alassane Sall, nous avions d’abord, décidé de ne pas réagir. Car, pour nous, cet ancien thuriféraire d’Alioune Sall ne mérite pas qu’on perde notre encre. Ensuite, nous avons remarqué qu’il a copié d’anciennes contributions d’un vieux enseignant à la retraite (accusé de viol sur son élève), prompt à s’attaquer contre Samuel SARR, sans aucun effort intellectuel.

Mais, par devoir de vérité, nous sommes revenus sur notre position initiale afin de corriger certains errements relevés dans le texte rédigé par Thierno Alassane Sall, le plus incompétent des ministres depuis le premier Gouvernement de Senghor au lendemain des indépendances.

Mieux, il s’agit aussi d’aider cet ancien membre des Cadres de l’Apr dont la versatilité des arguments dans le dossier de Franck Timis, confirme la légèreté de sa parole, à mieux comprendre le secteur de l’énergie. Nous avons tous vu, des vidéos dans lesquelles, Thierno Alassane Sall soutenait Alioune Sall et Franck Timis, sans réserve, avec hargne et courage. Il retournera son sous-vêtement, toute honte bue, pour se démentir, en tentant de faire oublier aux Sénégalais, les propos qu’il avait tenus pour défendre farouchement Aliou Sall, dans ce dossier face aux accusations des opposants notamment Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo, ses alliés d’aujourd’hui. Voilà Thierno Alassane Sall !

C’est lorsqu’il a été limogé du Gouvernement, pour incompétence et insuffisance, étouffé d’une haine maladive irriguant son organisme, qu’il a essayé difficilement d’effacer dans l’esprit des Sénégalais, les images du zèle dont il faisait montre dans la défense du Maire de Guédiawaye et de Franck Timis. Voilà l’homme Thierno Alassane Sall. Il est sous l’emprise des pulsions sauvages de son bas ventre qui font de lui un personnage à risques. Pire encore, Thierno Alassane est adepte de la politique du ventre, un caractère qui le rend instable. C’est de cet homme multicolore, accident de l’histoire politique sénégalaise, que nous sommes aujourd’hui, amenés à parler.

Pour revenir sur le fond de sa déclaration, Thierno Alassane Sall vient de confirmer la pertinence de son limogeage par Macky Sall. Car, véritablement, le leader de la «République des Valeurs », est d’une nullité chronique tant sur le plan professionnel que politique. Le mot n’est pas de trop. Nous l’avons suivi jusqu’aux Comores où il était muté pour les mêmes raisons évoquées plus haut !

Il ignore le sens et les fondements de la loi sur le contenu local. Si non, il n’allait jamais parler de lancement «d’un appel d’offres international» dans une affaire purement locale et destinée en partie aux investisseurs locaux. Comment limiter les efforts du secteur privé national à une simple «participation» dans une affaire que les opérateurs économiques sénégalais peuvent eux-mêmes réaliser ? Voilà un chef de parti qui ne comprend pas, le sens véritable du «contenu local». Nous invitons Thierno Alassane Sall à lire la loi sur le contenu local, pour éviter de répéter ces mêmes inepties demain.

Le contenu local est d’abord destiné au secteur privé local. C’est cela que le président Macky Sall a bien compris. Et, lors du Conseil des Ministres d’hier, Mercredi 21 Octobre 2020, il a fait examiner et adopter les textes législatifs et réglementaires suivants :
Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;

- Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
- Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).

Ces dispositions visent d’abord à soutenir, accompagner et protéger l’investissement du privé national. Alors, en parlant «d’appel d’offres international» dans le cadre du contenu local, l’ancien Ministre Thierno Alassane étale toute sa carence et son ignorance des politiques publiques visant à aider le secteur privé.

Thierno devrait nous expliquer, comment peut-il encourager le contenu local et en même temps ouvrir le marché local aux étrangers souvent financièrement très redoutables, dans une compétition ? C’est la meilleure manière d’écarter les opérateurs économiques nationaux. L’ignorante contradiction de Thierno Alassane est manifeste de ce point de vue. Il est tout simplement nul. Le mot n’est pas excessif.

Thierno Alassane Sall Est Une Calamite

En lisant la déclaration de Thierno Alassane on se rend compte qu’il se prononce sur un sujet dont il ignore tous les aspects. Son argumentaire est truffé d’approximations, d’imprécisions et d’incertitudes. La rigueur intellectuelle voudrait qu’il s’investisse d’abord pour avoir toutes les données dans le dossier de West African Energy avant de s’y prononcer avec des arguments aussi fallacieux, légers et sans fondement. Pour son information, nous voulons juste faire comprendre à Thierno que la Sénélec est actionnaire dans WEA à hauteur de 15%. Toutefois, il faut insister pour dire que le secteur privé sénégalais a supporté les plus importantes parts dans la constitution du capital de WEA. C’est bon à savoir.

L’autre remarque faite dans la déclaration d’Alassane, c’est l’acharnement et la méchanceté qui ornent ses propos contre Samuel Sarr. Cette fois-ci, Monsieur Sarr est l’unique cible d’Alassane pour des raisons purement subjectives et crypto personnelles.

C’est un secret de Polichinelle de dire que Samuel Sarr a collaboré avec la Gambie. Lui-même l’a dit et répété plusieurs fois dans les média. Parler de déboires judiciaires de Samuel Sarr en Gambie relève d’un amalgame. Dans la mesure où la justice gambienne n’a jamais poursuivi Monsieur SARR. Ce n’est même pas dans l’ordre du possible. Pour votre information, entre 1996 et 2001, Samuel Sarr était le premier acheteur de la production d’arachide en Gambie et il vendait de l’électricité avec GAMPOWER. Les autorités gambiennes continuent à lui faire confiance pour la résolution de certains dossiers importants. Samuel SARR est un homme utile pour le Sénégal et pour l’Afrique, contrairement à Alassane qui n’a aucune utilité même pour sa ville Thiés. Il n’aide ni les jeunes, ni les femmes encore moins les personnes âgées, même pas les amis de son défunt papa (Qu’Allah l’accueille au paradis).

En évoquant un «rapport de l’Inspection générale d’État (IGE) sur le fuel frelaté », Thierno en rajoute une couche qui prouve à nouveau sa légèreté et sa paresse à s’investir pour la découverte de la vérité juste. Un homme d’Etat est d’abord, une personne responsable qui s’informe avant d’ouvrir sa bouche ou avant de prendre sa plume afin d’éviter de s’épancher dans des énormités intolérables. Pour rappel, Samuel SARR avait demandé la déclassification de tous les dossiers d’audit le concernant.

L’ancien Ministre thiessois a encore fabulé contre un honnête citoyen. Thierno Alassane s’attaque contre Samuel Sarr en tentant difficilement de modifier la vérité des faits par rapport à l’ensemble des dossiers évoqués. Il est évident que si Samuel Sarr avait commis une faute de gestion, il serait en prison dès 2012 dans les mêmes conditions que les autres libéraux poursuivis. Il est blanc comme le yaourt. Samuel Sarr n’a rien à se reprocher dans sa gestion des affaires publiques. A propos de ses détracteurs, nous dirons juste : continuez, le mensonge est gratuit et intarissable.

Son propos sur Karpowership et le Navire Olinda montre que Thierno Alassane ne maitrise pas le secteur de l’énergie dont il a eu à diriger. Aveuglé par sa méchanceté qui l’étrangle et obstrue son bon sens, Thierno fustige le choix fait par 04 privés sénégalais sur Monsieur Sarr pour diriger WAE. Et là, il oublie que Samuel Sarr est un ancien Ministre d’Etat, Ministre de l’Energie précurseur du Plan Takkal et parrain de plusieurs projets réalisés dans ce secteur. Qui peut plus, peut moins !

C’est à cause de ses compétences avérées, que des opérateurs économiques africains (Nigérians, Zimbabwéens, Sud-africains, camerounais etc…) envoient à Dakar, leur jet privé à Samuel Sarr pour le faire venir dans leur pays afin de réaliser des projets estimés à plusieurs centaines de millions de dollar. Combien de fois des privés africains ont convoyé leur avion personnel au Sénégal pour inviter Samuel Sarr à prendre part à des réunions au Nigéria, à Londres, à Abu Dhabi, à Dubaï etc… autour des projets d’une immense envergure ?

Après avoir soutenu à juste titre, le président Macky Sall, lors de la présidentielle de 2019, Samuel SARR pouvait solliciter un poste quelconque comme l’exigent certains alliés. Mais, il a préféré poursuivre ses activités fièrement dans le secteur privé.

Ses compétences sont prouvées. Samuel Sarr n’était pas le financier de Me Abdoulaye Wade pour rien. Alors que Thierno Alassane Sall usait ses culottes sur les bancs des écoles primaires à Thiès, Samuel Sarr administrait sa société en France dans ses bureaux situés à l’avenue Georges 5 au cœur de Paris et en Suisse. Et tenez-vous bien, tous se...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2TjghSI
via gqrds
Le Chef de l'Etat a présidé ce matin la première édition de la Journée nationale de la Décentralisation. La vision est de valoriser les efforts de L'Etat dans la politique de décentralisation.
Journée nationale de la Décentralisation: le foncier au cœur du débat
Il s'agit en effet de mieux impliquer les collectivités territoriales dans la territorialisation des politiques publiques. 

Cette rencontre a permis d'établir un dialogue direct franc et constructif entre le gouvernement, les collectivités territoriales et les partenaires au développement.

La question du foncier a été au coeur du message d'ouverture du président de la République, Macky Sall.

Journée nationale de la Décentralisation: le foncier au cœur du débat




from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Tk5qb7
via gqrds
Le président de la République consent à donner ’’plus de moyens’’, ’’plus de prérogatives’’ aux collectivités territoriales, mais tient à rappeler que le maintien de l’autorité de l’État et de la cohésion nationale, ’’n’est pas négociable’’.
Diamniadio - Macky Sall assène:
’’Donner plus de moyens oui, donner plus de prérogatives oui, mais maintenir l’autorité de l’État n’est pas négociable. Maintenir l’intégrité territoriale et la cohésion nationale n’est pas négociable’’, a-t-il déclaré devant les élus locaux, jeudi, à Diamniadio (30 km), lors de la Journée nationale de la décentralisation (JND).

S’exprimant devant plusieurs maires et présidents de Conseils départementaux, le Président Sall a indiqué qu’il ne ’’faut pas que l’adversité politique transgresse le rôle fondamental de l’État central’’.


’’On ne décentralise pas par mimétisme institutionnel. La décentralisation doit corriger les limites de l’État (…) et veiller en même temps au maintien de l’autorité étatique, de l’intégrité territoriale et de la cohésion nationale’’, a expliqué Macky Sall.

Il a rappelé que les collectivités territoriales sont des démembrements de l’État. ’’Ce n’est pas parce qu’un maire a une couleur rouge, verte ou jaune que la collectivité a une couleur verte… Là, il faut être clair ! Vous êtes des démembrements de l’État. C’est une sorte de dialectique’’, a poursuivi le chef de l’Etat.

Il a souligné que la décentralisation doit contribuer à la réalisation d’un développement économique et social aussi inclusif que possible sur l’étendue du territoire national, avec des réalisations dans le domaine de l’assainissement, de l’éducation, des services sportifs.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3mhPGBR
via gqrds
Le Plan décennal contre les inondations va se poursuivre
Le président de la République, Macky Sall, a réaffirmé, jeudi, à Diamniadio, l’ambition de l’Etat de poursuivre le Programme décennal de lutte contre les inondations, notamment à Keur Massar, en vue notamment de préserver des eaux de pluies, cette zone de la grande banlieue dakaroise, informe l'Agence de presse sénégalaise.

"Nous allons poursuivre le programme décennal de lutte contre les inondations. Nous venons d’en faire l’évaluation, nous en sommes à 506 milliards de francs Cfa depuis 2012. Il nous faut aller au-delà des 760 milliards de francs Cfa qui ont été programmés", a-t-il dit en présidant la Journée nationale de la décentralisation (JND).

Le programme décennal de lutte contre les inondations va démarrer à Keur Massar, dans la grande banlieue dakaroise, a indiqué Macky Sall, précisant que les appels d’offres ont été déjà finalisés.

Dans ce cadre, précise l'Aps, le Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation au changement climatique (PROGEP), de concert avec les ministères des Collectivités locales, de l’Assainissement et de l’Eau, ainsi que l’Office national de l’assainissement (ONAS), "va s’atteler pour qu’au moins d’ici l’hivernage prochain, quelle que soit la quantité d’eau dans la zone, Keur Massar soit sauvée des eaux", a fait savoir le Président Sall.

Il a demandé la poursuite de ce programme dans d’autres localités du Sénégal, pour notamment, libérer les voies et exutoires des eaux pluviales.

"Nous avons beaucoup fait sur les inondations, 506 milliards de francs Cfa. Il en faut beaucoup si nous voulons régler le problème", a insisté le Président Sall.

Il a demandé la fin de l’occupation de certaines zones d’eau et de lacs, dans lesquels des populations s’installent après remblaiement des sites en question, donnant l’exemple du Technopole.

"Ce combat est celui des collectivités locales avant d’être celui de l’Etat", a-t-il dit, avant d’interpeller les maires sur la question des autorisations de construire, qu’il qualifie de ’’permis de complaisance".

"On a beau travailler, on a beau faire, si on continue de laisser les gens faire ce genre de pratiques, notre bilan, à la fin, ne sera pas reluisant", a souligné Macky Sall.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2IXGnJ9
via gqrds
Le président de la République Macky Sall a abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal en Conseil des ministres ce mercredi 21 octobre 2020. A travers le communiqué de presse issu de la rencontre, il est indiqué que le président Sall veut du « Fast track » dans le processus.
Industrialisation du Sénégal : Macky Sall veut du « Fast track »
En effet, d’après le communiqué de presse du conseil des ministres , le numéro un sénégalais a, à ce titre, demandé aux ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le gouvernement, le défi de l’industrialisation.

Dans le même sillage, il a également indiqué aux ministres en charge de l’industrie et de la coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.
Bassirou MBAYE
 



Source : https://www.lejecos.com/Industrialisation-du-Seneg...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/37vvNDm
via gqrds
Litiges fonciers: Macky Sall affirme qu'il reçoit plus 20 à 50 dossiers brûlants par jour
"Le plus gros risque de conflit dans ce pays, c’est la question foncière. Au quotidien, je ne reste pas sans recevoir plus de 20 à 50 dossiers brûlants à travers le territoire national", a déclaré le Président Macky Sall ce jeudi, lors de la Journée nationale de la décentralisation.

S'adressant aux élus locaux, il va ajouter: "On vous l’a confié mais cela ne veut pas dire que, parce que vous êtes maire, vous avez votre conseil municipal, vous devez prendre le territoire de votre commune, le distribuer aux premiers venus, de façon à plonger le pays dans une situation où toute la terre va devenir privée et sera privatisée. Ce n’est pas possible, on ne peut pas laisser faire cette situation. Parce qu’elle a atteint des limites que nous ne pouvons plus dépasser. Donc il faut que ensemble nous travaillions pour que les besoins de développement se fassent normalement, les terres de culture avec une certaine équité, pour éviter que toute la terre soit transférée aux étrangers comme c’est la tendance nouvelle".

Au chef de l'Etat d'insister: "De grands groupes agroindustriels qui viennent, qui obtiennent 200 hectares, 500 hectares, ce n’est pas possible que l’Etat laisse faire. Donc il y a une question de fond sur laquelle moi je souhaite qu’on laisse les terres du domaine national entre les mains des collectivités territoriales, mais avec une gestion responsable. Que lorsque la délibération dépasse 50 Ha il faut remonter au niveau du Gouverneur"
Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34kw1LC
via gqrds
Dans le contexte actuel marqué par la pandémie de la COVID-19, plongeant l’économie du Sénégal dans de grandes difficultés, la relance économique immédiate souhaitée par le Président de la République Macky SALL est entrain d’être matérialisée par Ousmane Sakal DIENG, Vice-champion du monde et Champion d'Afrique de scrabble etresponsable Politique de l’APR dans la commune de Sakalcomposée de 133 villages.
Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
C´est d´ailleurs dans cette optique qu’il a comme à ses habitudes, organisé une tournée d’une semaine parcourant des centaines de kilomètres plus de 30 villages pour être au chevet des habitants de sa commune pour appuyer financièrement les jeunes, les femmes et les chefs religieux dans l’organisation du Gamou à venir.

Monsieur DIENG a lancé sa tournée en offrant une gamme d’équipements de football à la jeunesse de Ndiobène Mbatar pour la finale de leur tournoi de Football.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
Les populations de Ndabé TALL qui préparent leur Gamou annuel ont profité de cette visite pour solliciter une aide financière pour un bon déroulement de cet événement religieux de grande envergure. Etant doté d’une générosité inestimable, Ousmane Sakal DIENG n’a pas hésité une seule seconde à mettre la main à la poche et leur a remis une enveloppe de 100.000 Frs. Un acte noble qu’ils ont apprécié à tel point qu’ils ont formulé des prières pour le remercier avant de prendre congé.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
Toujours dans le cadre de sa tournée, Ousmane Sakal DIENG s’est déplacé jusqu’au village de Boyo SECKpour effectuer une visite de courtoisie. Les habitants ont profité de cette visite pour lister leurs doléances à l’enfant prodige de Sakal. La porte-parole du jour a cité les problèmes auxquels font face les habitants du village. Il s’agit du taux de chômage élevé des jeunes abandonnés à leur triste sort sans aucune source de revenue et de l’absence de financement pour les femmes.

Après les avoir religieusement écoutés, le responsable politique Ousmane Sakal DIENGanimé par un amour patriotique et par lesouci de contribuer au développement de son pays, plus particulièrement celui de sa commune, a remis des enveloppes aux femmes et à la troupe théâtrale représentée par son président ainsi que des ballons et des dossards pour les jeunes footballeurs du village.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
Ousmane Sakal DIENG a tenu à préciser que les financements octroyés ne l’étaient pas en fonction de l’appartenance politique des femmes et n’excluaient aucun village de la commune de Sakal
" Je ne fais pas de différence entre les villages. Tout ce que je souhaite, c’est de faire en sorte que la commune de Sakal dans sa globalité, change de visage. Je veux voir les femmes de Sakal autonomes et indépendantes "

Les visites de courtoisie ont ouvert la journée du Dimanche 18 Octobre 2020. En effet, Ousmane Sakal DIENG toujours dans le cadre de sa tournée politique et économique a fait une descente dans le village de Santhie Mérina. Une fois sur place, des prières ont été formulées par l’Imam du village pour lui souhaiter la bienvenue. Par la suite, il y a eu des échanges entre le leader politique et la population de ladite localité. Après les salutations d’usage, les villageois lui ont exposé leurs doléances parmi lesquelles, le chômage des jeunes, la difficulté des femmes à trouver des financements entre autres.

Après une écoute attentive de toutes leurs demandes, Ousmane Sakal DIENG a décidé de leur faire bénéficier gratuitement de formations dans les activités génératrices de revenus.

Pour rappel ces formations suivies de financements ont déjà été offertes aux femmes de 110 autres villages de la commune. Et pour matérialiser ses dires, il leur a remisséance tenante une enveloppe globale de 150.000 pour le financement des femmes qui vont se regrouper et mettre leurs projets en forme. Ce qui leur permettra non seulement d’avoir une occupation mais aussi, des revenus qui vont découler de la vente de leurs produits.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
Le moment le plus touchant et le plus émouvant a été, la finale qui s’est déroulée à NDIEYE SATOURE et qui a opposé l’ASC NDIEYE à celle de DIOUBO dont Monsieur DIENG était le parrain. Une grande considération que lui a donnée cette localité en hommage à tous les moyens déployés pour la réussite de l’événement. Une foule monstrueuse est venue l’accueillir chaleureusement dans une ambiance ponctuée de battements de tam-tam, d’acclamations, d’applaudissements nourris.

Un lot de maillots, des dossards, des ballons ainsi que des enveloppes d’argent ont été offert aux ASC ayant participé au tournoi. Dans son discours, Monsieur Ousmane Sakal DIENG a pointé du doigt les manquements observés dans le village. Selon lui, les habitants de ladite localité méritent d’être dans des conditions meilleures. Ousmane Sakal DIENG dit vouloir également pousser les autres hommes politiques de la commune à lui emboiter le pas et tout cela, au profit des populations.

Relance économique : Ousmane Sakal DIENG offre plus de 2 millions aux femmes et aux jeunes de la commune de Sakal dans le département de Louga.
Ousmane Sakal DIENG avait déjà décaissé plus de trois millions pour appuyer les ménages de la commune de Sakal en produits sanitaires et confectionné plus de 10000 masques au début de la pandémie covid19.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3ofcMLp
via gqrds
Constitués comme l’une des revendications posées par l’opposition pour prendre part au dialogue politique lancé par le chef de l’Etat, Macky Sall, et étant l’un des premiers points à avoir obtenu l’unanimité de l’ensemble des acteurs, l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral ne sont toujours pas effectifs. L’Usaid qui est d’accord pour financer ledit audit cherche toujours un exécutant local indépendant, au moment où l’Union européenne, disposée à mettre la main à la poche pour l’évaluation du processus électoral, s’en tient toujours à son processus, jugé relativement long. Du coup, le report des élections locales prochaines reste évident.
Le report des locales se précise
Le mandat des élus locaux sera inéluctablement prorogé pour une énième fois, d’autant plus que les élections locales prochaines, retenues par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye dans la fourchette comprise entre le 28 mars 2021, ne pourront plus se tenir à date échue. Les raisons, l’audit du fichier électoral et l’évaluation du processus électoral qui conditionnent la tenue de ces élections prochaines, ne sont toujours pas effectifs. Il n’y a encore rien de concret concernant l’un des premiers points qui a rencontré l’assentiment de l’ensemble des acteurs autour du dialogue politique.

Pourtant, ce point relatif à l’audit et à l’évaluation du processus électoral constitue l’une des conditions posées sur la table par l’opposition sénégalaise pour prendre part à ces concertations politiques. En effet, il nous revient de source sûre que le lancement de l’appel d’offre pour l’audit du fichier n’a pas été encore fait et que le bailleur prêt à financer ladite opération, en l’occurrence l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) était toujours en train de chercher un exécutant local indépendant. Parce que, faut-il le rappeler, lors de session du 17 mars dernier, la commission du dialogue politique n’avait pas accepté le mécanisme de financement qui avait été proposé par l’agence américaine.

En réalité, il s’agissait d’une somme déjà disponible dans le cadre du programme “Sunu élection“, décaissée à l’époque pour l’organisation de la présidentielle de 2019 et les locales. Etant donné que les locales avaient été reportées, l’Usaid se proposait de mettre cet argent des locales dans l’audit du fichier, pour éviter des procédures longues, pouvant aller jusqu’à 9 mois. Cependant, la commission du dialogue trouvait un hic dans ce mécanisme, d’autant plus que l’ordonnateur des dépenses devait être l’une des parties prenant part au dialogue. Ce qui n’a pour autant pas fait désister l’Usaid qui serait toujours en train de chercher un superviseur local indépendant qui procédera au décaissement.

En termes clairs, l’Usaid est toujours dans les dispositions de financer l’audit du fichier, par le biais d’un exécutant local indépendant, mais qu’elle est encore à la recherche de cette institution indépendante. Donc, pour le moment, rien n’est fait concernant l’audit du fichier, à quelque 5 mois de la date butoir retenue par le ministre de l’Intérieur, à savoir le 28 mars 2021. Quid de l’évaluation du processus électoral accepté de tous ? A ce niveau aussi, les choses n’ont jusque-là pas avancé. Ou du moins, l’Union européenne disposée à financer ledit travail, est toujours dans les procédures qui ne durent pas moins de 6 mois. Sur ce point d’ailleurs, il nous revient que l’Etat était prêt à financer l’évaluation du processus électoral, si bien évidemment, le partenaire technique et financier n’était pas à mesure de le faire dans les délais raisonnables. Sauf qu’à ce niveau aussi, il y a risque de conflit d’intérêt car, en général, le financier sélectionne lui-même les auditeurs, après le lancement de l’appel d’offre.

Toutefois, l’Etat serait prêt à financer, tout en laissant à l’Usaid le loisir de sélectionner les experts. Pour le moment, il reste évident qu’il n’y a rien de concret. Ce qui ne rassure aucunement les observateurs, qui restent persuadés que le report des locales prochaines est acté. Ceci dit, le chef de l’Etat devrait incessamment prendre un décret prorogeant à nouveau le mandat des élus locaux.
SudQuotidien



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/35pJTDA
via gqrds
Macky Sall reçoit les maires et présidents de Département aujourd'hui
Après un report de quelques jours, la Journée nationale de la Décentralisation (JND) sera finalement célébrée aujourd’hui, à Diamnaidio, sous la présidence du chef de l’Etat. C’est un rendez-vous annuel, qui valorise les efforts de l’Etat dans sa politique de décentralisation, pour une meilleure implication des collectivités territoriales dans la territorialisation des politiques publiques, rappelle "L'As".

Il est attendu une mobilisation des élus locaux aux côtés des pouvoirs publics, pour marquer un fort moment de communion et de valorisation des acquis du secteur. Le thème de la présente édition est : «Décentralisation et équité territoriale: pour des collectivités territoriales attractives et émergentes».

Selon le ministère des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, cette rencontre permettra de bâtir des échanges autour des orientations stratégiques, des contraintes et des perspectives de la politique de la décentralisation, du développement et de l’aménagement des territoires.

Les décisions et annonces qui seront faites par le Chef de l’Etat, vont structurer les axes de travail des collectivités territoriales pour les prochaines années. Devant les maires et présidents de Conseil départemental, Macky Sall va jauger sa cote de popularité si jamais le "wax waxeet" le tente pour un troisième mandat.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34ilcJR
via gqrds
Des proches de Mimi crachent du feu sur Saleh
Dans les chaumières de l’Apr, la guerre des gangs, des clans et des camps est une réalité. On sourit toujours à l’autre, même si l’on tient un long couteau derrière, prêt à trancher la gorge d’un frère ambitieux. On s’en délecte si le glaive du Président s’abat envoyant l’autre aux enfers, rapporte.

Alors que le débat du troisième mandat fait rage dans les salons, les camps et clans se forment au gré des intérêts. Il y en a une dans le viseur : Aminata Touré est la femme à abattre. D’après les proches de celle-ci, c’est Mahmoud Saleh qui est chargé de donner le coup de grâce. «Depuis qu’il est ressuscité, il tire les ficelles dans l’ombre en demandant à des responsables de se démarquer de Mimi Touré. Je peux vous montrer des sms. Il a même appelé un député pour lui dire qu’il travaille pour Mimi Touré et que le Président n’allait pas le recevoir.

C’est n’importe quoi, Saleh est un rentier de la tension. Il ne fait qu’allumer du feu», s’offusque un proche de l’ancien Premier ministre qui se demande ce qui vaut à Mimi Toure cette fureur allusive de Mahmoud Saleh qui n’a d’ailleurs aucune base politique. « Nous n’allons pas nous laisser faire. Vous avez tous suivi Mimi Touré sur la Rts. Sa loyauté est connue, mais des gens comme Saleh essayent toujours de la mettre en mal avec le Président Macky Sall », menace notre interlocuteur.
L'As



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3mclBUk
via gqrds
Le foncier est la mode. Tant les terres de l’intérieur que celles du littoral sont aujourd’hui devenues la cible privilégiée des prédateurs. Si les élus sont régulièrement pointés du doigt dans cette boulimie, les préfets et sous préfets de même que les autres services de l’administration, ne sont pas exempts de reproches. D’ailleurs, le Maire de Guediawaye et Président de l’Association des maires du Sénégal Aliou Sall, a jeté un grand pavé dans le jardin du commandement territorial chargé du contrôle des actes posés par les élus. C’est pendant ces moments de forte suspicion que la Sapco se signale sur le front de mer de Ziguinchor.
Foncier balnéaire : Après Saly, Pointe Sarène, la Sapco jette son dévolu sur Abéné (Dossier)
Depuis plus de deux ans, la délégation régionale de la Sapco a démarré une opération « Woute Souf » au niveau des villages de Kafountine, Abéné et Niafrang. Ces villages situés dans les communes de Kataba 1 et Kafountine ont la particularité d’être des « pieds dans l’eau » longtemps exploités par les autochtones dans le cadre du tourisme intégré ou de proximité. Ce qui vaut d’ailleurs à Abéné d’être le deuxième village touristique de la Casamance après le Cap Skiring.



Aujourd’hui, après les sites de la Petite Côte (Saly et Pointe Sarene), le choix des villages touristiques de Kafountine et Abéné sont dans l’œil de la Société d’Aménagement et de Promotion des Côtes et Zones Touristiques du Sénégal (SAPCO). Mais, cette opération n’est pas sans crainte pour les populations qui ne comprennent toujours pas le dévolu jeté sur leurs terres. Et pourtant, en 2015 lors de sa visite, l’ancienne ministre du Tourisme et des Transports Aériens, Maïmouna Ndoye Seck avait bien précisé que l’État allait soutenir les villages dans le cadre de la lutte contre l’érosion marine.



La Sapco promet 800 millions pour le développement du tourisme dans la zone mais, revirement de situation quelques années plus tard, ce sont les terres d’Abéné et Kafountine qui sont dans l’œil du cyclone.

« En 2015, lors de la visite de la ministre du Tourisme d’alors, Maïmouna Ndoye Seck nous avait révélé que son département et le gouvernement allaient financer la lutte contre l’érosion marine », nous révèle William Mané un acteur du Tourisme local. Et mieux, renseigne William, « A l’époque la Sapco avait promis de financer des projets pour le développement du tourisme local. Mais, bizarrement, quasiment rien n’a été fait et la même Sapco est intéressée par les terres que nous exploitons dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture, etc ».



La même inquiétude est à noter auprès de Sana Camara, un exploitant d’une auberge sur le front de mer. Pour ce dernier, « J’ai l’impression que ces gens du gouvernement nous prennent pour des idiots car, il y’a une aire Maine protégée créée par le DECRET n° 2004-1408 du 4 novembre 2004 et nous ne savons pas comment la Sapco peut réaliser ses projets avec l’existence de cette AMP ».

Pour Sana Camara, « Il faudra que nos autorités nous expliquent comment après avoir accepté notre refus d’exploiter le zircon de Niafrang pour de graves atteintes à l’environnement, ces mêmes autorités voudraient permettre à la Sapco de « détruire l’Aire Marine Protégée d’Abéné » au profit de quelques riches », « sans compter toute possibilité de mettre en valeur les terres cultivables », s’indigne notre interlocuteur.



« Sans enquête Commodo et In Commodo ni, le partage d’un projet détaillé, comment la Sapco voudrait s’octroyer autant d’hectares et à quelles fins? Nous n’accepterons pas qu’on nous embarque dans des procédures interminables comme à Pointe Sarene », déclare William Mané

Le plus grave dans cette affaire de projet, ni la Sapco, ni le Sous-préfet encore moins le président de la Commission domaniale de la mairie de Kafountine, personne ne veut donner des détails sur ce qui ressemble fortement à un « forcing ». En effet, s’étonne William Mané, « C’est un manque de respect notoire à l’encontre des populations car il y’a eu des précédents avec le projet d’exploitation du Zircon de Niafrang où nous avons été mis devant le fait accompli ». Poursuivant, « Il aura fallu une lutte et une mobilisation sans précédent pour que le banditisme de certaines autorités de connivence avec la société Astron soit mis à nu », révèle ce dernier.



Mais, précise William, « Ce qui fait le plus mal c’est que les autorités sachant que les populations du fait de leur niveau, acceptent TOUT dès l’instant où le nom du président Macky Sall est prononcé. Et c’est ainsi, certains en ont profité moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, pour « forcer les populations à accepter l’ouverture de la fabrique chinoise d’huile et de farine de poissons d’Abéné qui a été fermée avec une délocalisation à la clé », renseigne l’hôtelier.

Pour William Mané rappelant les propos du Salitigué Koromack Faye qui, au même titre que les populations de Pointe Sarene, est confronté à un litige avec la Sapco et dit être victimes de spoliation, « Nous sommes victimes d’actes barbares de la part de la SAPCO, avec à sa tête Paul Faye. Nous voulons récupérer nos terres. Au lieu d’aider notre village à disposer d’hôpital, d’écoles dignes de ce nom et autres infrastructures, l’on nous prive de nos terres de façon insatiable. On a comme l’impression que Macky est en train de vendre le Sénégal aux Français. »



« Oui effectivement, il y’a un projet de la Sapco dans la zone mais, nous ne pouvons à ce jour chiffrer le nombre d’hectares désiré. Par contre, trois sites ont été ciblés et nous au stade préliminaire », renseigne le Maire Victor Diatta

Des différentes autorités interpellées sur le sujet, le Maire de Kafountine a tenu à apporter certaines précisions. Pour l’édile de la commune, « Nous sommes encore au stade des études et il n’est pas question d’octroyer des terres. Le Conseil municipal sera saisi en temps opportun même si la Sapco a a jeté son dévolu sur trois sites prioritaires avec une attention particulière sur Abéné ».

Des propos du maire qui ne rassurent pas les populations qui souhaitent connaître les tenants et aboutissants de ce projet qui est présenté comme celui du président Macky Sall dans le cadre du Plan Sénégal Émergent. Si les habitants ne connaissent absolument rien du projet hormis les mots « Aménagement et Développement du site ».



Et face à cette nouvelle recrudescence du bradage sur le foncier, suivi du silence de la Sapco et du Sous Préfet de Kataba 1, les rumeurs les plus folles se sont emparées d’Abéné la paisible

William Mané Pointe du doigt les autorités régionales qui ne communiquent pas et préfèrent se réfugier derrière les chefs de villages et Imams analphabètes. « Quand ces autorités doivent soumettre quelque chose aux populations, elles préfèrent inviter des chefs de village analphabètes ou des « personnes ressources » aussi ignorantes des textes qui nous régissent pour faire avaliser leurs sinistres projets », fulmine William.

Le Sous-préfet Amadou Wagué le chef de l’exécutif de l’Arrondissement de Kataba 1 n’a daigné ni répondre aux appels encore moins aux messages. Contrairement au Maire de Kafountine qui a essayé de diluer ses propos alors que lez Conseil municipal était déjà réuni pour avis sur la question.

Du côte de la Sapco, le Délégué Régional M. Diedhiou a préféré s’en remettre à sa hiérarchie ou bien de nous revenir quand tout sera bien ficelé. Atlanticactu s’est rabattu sur le chargé de la communication de la société mais, ce dernier n’a pas jugé utile de nous revenir depuis le 7 septembre.

Dossier réalisé par

Maïmouna Diop et Pape Sané




from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2Tgb7ak
via gqrds
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République.
Communiqué du conseil des ministres du Mercredi 21 Octobre 2020

Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation.

 

Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.

 

Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation.

 

Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois

 

Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ».

 

Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale.

 

Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES. Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.

 

Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.

 

Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020.

 

Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.

 



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/37HhgVt
via gqrds

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République.
Sénégal : COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 OCTOBRE 2021
Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation.
Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.
Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation.
Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois
Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ».
Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale.
Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES. Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.
Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.
Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020.
Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.
Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako.
Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique.
 
Au titre des Communications,
Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence.
Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budget
Le Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale.
Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers.
Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE).
Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles.
Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS).
Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020.
Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle.
Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire.
Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes.
Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :
  • Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
  • Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
  • Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).
Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :
Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE;
    
Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO;
Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ;
 
Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ;
 
Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la Républiqu...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/37y96yn
via gqrds
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République.  Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé…

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République. 

Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation.

Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.

Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation.

Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois

Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ».

Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale.

Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES. Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.

Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.

Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020. 

Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.

Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako.

Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique.

Au titre des Communications, 

Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence.

Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budget

Le Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale.

Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers.

Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE).

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles.

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS).

Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020.

Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle.

Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire.

Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

  • Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
  • Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
  • Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE;

Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO;

Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ;

Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ;

Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la République portugaise, avec résidence à Lisbonne, e...




from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3of3Fuk
via gqrds