Le député Ousmane Sonko se veut catégorique. L’affaire Terme Sud est l’arbre qui cache la forêt de magouilles du régime de Macky Sall. Face à la presse hier, le leader de Pastef a soutenu que l’Etat est en train de vendre toutes les infrastructures publiques situées au centre-ville.
Ousmane Sonko évente les deals de l'Etat
Ses sorties sont devenues fréquentes à telle enseigne que le président du Pastef, Ousmane Sonko, a pris la peine hier, devant les journalistes, de se justifier pour montrer l’urgence de ne pas se taire sur les questions d’intérêt national. «Si on choisit de faire de la politique, on ne peut plus se taire sur les questions d’intérêt général. Et autant le régime en place gouverne toute l’année, autant l’opposition doit aussi pouvoir dire ce qui ne va pas toute l’année pour que les populations puissent avoir la bonne information à partir de cette contradiction», lance d’emblée le patriote comme pour répondre à ceux critiquent ses multiples sorties médiatiques.

Après avoir rendu visite aux habitants de Terme Sud dans la matinée, l’ancien inspecteur des Impôts et Domaines a, comme à l’accoutumée, imputé toute la responsabilité de l’affaire Terme Sud au régime de Macky Sall. «Ces expulsions posent des problèmes à plus d’un titre. On a fait croire aux Sénégalais que c’est un problème entre l’armée et des gens à qui l’armée avait attribué des logements de fonction. Ce qui est tout à fait faux. Ce n’est pas un problème entre l’armée et les occupants. L’armée n’aurait même pas dû intervenir sur cette question parce qu’elle n’est pas propriétaire du terrain», renseigne-t-il avant de révéler : «C’est entre une association strictement privée, même si elle regroupe des militaires. C’est pourquoi la communication de l’armée sur cette question est superflue, parce qu’elle a expulsé des habitants qui squattaient un local qui appartient à l’Etat du Sénégal.»

Par conséquent, il se demande à quel titre la Comico s’est substituée à l’Etat pour expulser des gens. Il précise dans la foulée que si c’était simplement des agents de l’état civil ou militaire qui étaient bénéficiaires de logements de fonction ou de service, et que l’Etat veuille les récupérer, il n’aurait rien eu à dire. «Ce qu’on a voulu faire croire aux Sénégalais est totalement faux. C’est une affaire entre une association privée qui a indûment obtenu des droits sur un terrain et des gens qui l’occupaient et qui ne devaient avoir comme seul interlocuteur que l’Etat. Dans cette affaire, il y a quatre phases. Dans la première phase, ils sont venus dire qu’ils ont besoin du terrain pour un lotissement administratif. Les gens qui occupent actuellement les lieux ont déposé leurs dossiers et ils étaient prioritaires, parce que ce sont des citoyens sénégalais et ils habitaient là-bas, pour certains depuis presque 40 années.

Dans cette première phase, ils étaient prévus comme attributaires. Qu’est-ce qui s’est passé pour que l’Etat renonce ? Je ne sais pas», déclare le parlementaire. Dans le même sillage, il ajoute : «On revient pour dire que l’Etat vend le terrain ou une partie du terrain, parce qu’il faut que les gens sachent que c’est 15 hectares. Et sur ces 15 hectares, l’Etat a vendu illégalement à peu près 3 hectares à la Comico. L’Etat peut céder ces terrains, mais les articles 41 et 42 du code sont très clairs : l’Etat ne peut céder un bien qu’après que l’Assemblée Nationale a voté une loi pour habiliter. Et sur ce dossier, cela n’a jamais été fait. Donc la vente est illégale. La deuxième condition, c’est la formalité de la publicité.

Et la troisième condition, c’est l’adjudication. La quatrième, c’est que ce n’est pas le directeur des Domaines qui vend, mais plutôt le gouverneur. Mais ici, le directeur des Domaines s’est enfermé directement avec la Comico pour faire l’acte de vente», souligne Ousmane Sonko. A l’en croire, c’est sur la base d’un acte illégal que les habitants de Terme Sud ont été expulsés au profit d’autres Sénégalais. Tirant à boulets rouges sur l’Etat, le leader des patriotes estime que la Comico a servi de bouclier à l’Etat. «Car en réalité, ils ont voulu disposer de ce terrain de 15 ha pour le projet zéro bidonville. Ils ont ciblé trois quartiers, Terme Sud, Terme Nord et un quartier à Grand Dakar», soutient Sonko brandissant un document. Et d’ajouter que Macky Sall et Abdou Karim Fofana prévoient dans le cadre de ce projet, des immeubles R+4. «Il est prévu de donner environs 88 logements aux occupants et 3 200 appartements au promoteur privé». Grâce à cela, dit-il, les tenants du pouvoir pourront satisfaire leur boulimie foncière.

«L’ETAT A VENDU L’IMMEUBLE BRIERE DE L’ISLE QUI EST EN FACE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE»

«Qu’ils arrêtent de raconter du n’importe quoi avec des relais qui sillonnent tous les médias pour se proclamer experts et endormir les Sénégalais», fulmine l’ancien inspecteur des Impôts et Domaines. De son avis, ce qui se passe à Terme Sud est une mafia après celle du pétrole et du Gaz. Par ailleurs, il a révélé que plusieurs immeubles au centre-ville sont en train d’être vendus. «Je peux dire avec certitude qu’ils ont vendu l’immeuble Brière de l’Isle qui est en face de l’Assemblée nationale. Et ils sont en train de le faire avec l’ancienne direction de l’Elevage, le ministère de l’Education et le ministère de la Culture, sans passer par la procédure prévue par la loi», accuse le député patriote. Cela dit, il appelle tous les Sénégalais à participer au téléthon pour aider les habitants de Terme Sud. «Si ce coup avec les juges Téliko et Ngor Diop passe, les magistrats seront muselés à jamais»

Se prononçant par ailleurs sur la crise qui secoue la magistrature, le président du Pastef s’est voulu formel. Si ce coup passe, prévient-il, les magistrats seront muselés à jamais dans ce pays. Pour lui, l’Etat veut réduire définitivement au silence les magistrats qui se battent pour une justice indépendante. «Je veux qu’on me dise quel est le débat public qui échappe à la politique dans un pays ? Ce qui se passe dans la magistrature est une cabale. De ce fait, le Président Macky Sall pourra disposer de la justice comme il voudra. Qu’est-ce qu’on reproche à Souleymane Téliko ? On dit qu’il a commenté une décision de Justice. Il n’y a aucune disposition qui interdit un commentaire de justice... Ce qu’on interdit, c’est de jeter le discrédit sur l’institution de la Justice ou une décision juridictionnelle», précise l’énarque qui ajoute que le juge Souleymane Téliko a agi en tant que syndicaliste.
L'As



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3lFt7XG
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours