Faisant l’actualité depuis quelques jours à cause d’une vidéo devenue virale, Dr Pape Amadou Ndiaye, nouveau ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel, a accepté de se prêter à quelques questions de «Les Échos». Dr. Ndiaye dit que ses propos ont été sortis de leur contexte. Ce n’est pas ce qui est montré dans la vidéo qu’il a voulu faire comprendre à ses militants, sympathisants et amis. Selon ses dires, on a coupé la vidéo, sorti ses propos de leur contexte. Il réfute également l’information faisant état de son rappel illico presto à Dakar pour cette affaire.
Aprés le scandale de la vidéo qui circule sur le net, le ministre Pape Amadou Ndiaye se lave à grande eau
Les Echos : Vous avez été porté à la tête du ministère de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel. Qui est Dr. Ndiaye ?

Dr. Pape Amadou Ndiaye : Je suis gynécologue, accoucheur, avec un cabinet à Thiès et une clinique à Touba. Je suis par ailleurs politique, de Benno Bokk Yakaar, responsable Apr et depuis 2012, j’accompagne le président de la République. J’ai dirigé la liste des locales de 2014 et Dieu a fait que sur 18 centres de vote, nous avons gagné les neuf (9) et Idrissa Seck les neuf (9) autres. Nous avons été départagés par 800 voix de plus pour lui, mais pour ce qui est des centres, nous avions exactement le même nombre de centres. Je travaille également dans le social depuis des années avec les groupements de femmes. Nous faisons aussi des consultations médicales gratuites avec les talibés, depuis plus d’une quinzaine d’années.

Chaque année, nous faisons circoncire entre 150 et 200 talibés, sur demande des maîtres coraniques.

Depuis quelques jours, vous faites l’actualité avec une vidéo où vous dites à vos partisans que c’en est fini de leurs problèmes maintenant, puisque vous avez un portefeuille ministériel…(il coupe)

Je voudrais d’abord, pour l’opinion nationale et internationale, éclaircir et préciser ce que j’ai dit. Vous savez bien que quand on est nommé ministre au Sénégal, les voisins, les militants viennent tout le temps vous féliciter et vous encourager. Ce qui est tout à fait naturel dans un pays comme le nôtre.

Pour en revenir à votre question, en m’adressant à ces personnes, dans un cadre strictement privé, j’ai voulu leur faire comprendre que le président de la République est un homme qui nous a toujours inculqué des valeurs de sobriété, de gestion transparente.

Maintenant, avec notre nouveau statut de ministre de la République, nous ne pouvons plus faire n’importe quoi. Nous nous devons d’être au service exclusif des populations. Ce qui veut dire qu’on ne peut plus faire n’importe quoi. Voilà ce que j’ai voulu expliquer à mes amis, mes militants et mes sympathisants. Mais la vidéo a été sectionnée et mes propos totalement sortis de leur contexte.

Voilà ce qui s’est passé et je voudrais aussi profiter de l’occasion pour remercier son Excellence le Président Macky Sall, qui a porté son choix sur notre personne pour diriger le secteur de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel. Dès notre prise de service, nous allons travailler en rapport avec tous les acteurs du secteur, pour qu’ensemble, nous puissions avoir un secteur organisé et performant, aux fins de mettre en oeuvre la vision du chef de l’Etat.

Et qu’en est-il de l’histoire de votre rappel à Dakar par les autorités pour cette affaire ?

Non, c’est totalement faux. Je me suis déplacé à Dakar pour des affaires personnelles, mais pas pour ça. Jamais, je n’ai été convoqué pour cette histoire.

Hier, c'était votre première en réunion du Conseil des ministres. Comment l’avez-vous vécue ?

Comme tout le monde, je pense. Nous avons écouté le président de la République très attentivement. Il nous a encore fait un cours magistral, aussi bien sur certaines valeurs comme la bonne gouvernance, l’intégrité, mais et surtout, l’engagement.




Les Echos



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3n7UJWj
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours