La nouvelle est tombée au courant de la semaine, annonçant le retrait de Boubacar Camara et son Parti de la Construction et de la Solidarité- JENGU de la coalition Jotna d’Ousmane Sonko. Comme l’avait relayé leral.net c’était pour en lancer une autre, celle coalition des Bâtisseurs. La nouvelle perçue comme une rupture un peu sèche, Ousmane Sonko a tenu à apporter ses clarifications que voici :
Départ de Boubacar Camara de la coalition Jotna : « il n'y pas l’ombre d’une fissure ou d’une incompréhension », clarifie Sonko
Acte 1 : Monsieur Boubacar Camara est un grand frère que j’ai découvert à la veille de l’élection présidentielle de février 2019. Ils furent, Atépa Goudiaby et lui, les seuls candidats, sur les 27 empêchés par le parrainage, à avoir accepté de soutenir ma candidature.

Durant cette élection, monsieur Boubacar Camara s’est investi sans réserve, avec beaucoup d’envie et de loyauté, aussi bien financièrement que sur les plateaux de télévision, sans oublier sa présence sur le terrain, particulièrement à Dakar et à Fatick. Il aura été d’un apport inestimable pour nous. Nous l’en remercions profondément et lui témoignons la gratitude de tout notre parti et de la coalition Sonko-Président.

Acte 2 : Après l’élection présidentielle, nous avons gardé une proximité avec monsieur Boubacar Camara, matérialisée par la commune appartenance à la nouvelle coalition dénommée JOTNA, mais surtout par les excellentes relations personnelles faites de transparence, de loyauté et d’estime mutuelle.

C’est en vertu de cette relation qualitative que, le 11 octobre 2020, monsieur Boubacar Camara m’a appelé dans la matinée, pour m’informer da sa décision de répondre favorablement à la proposition de rencontre formulée à son endroit par monsieur Macky Sall. C’est pour les mêmes raisons qu’il m’a rappelé le soir du même jour pour me faire le compte-rendu de cet entretien que je n’étalerai pas ici.

Rien ne l’obligeait à agir ainsi, d'autant que nous savons qu'il n'est pas le seul de nos "partenaires" à avoir été reçu. Certes, nous appartenons à une même coalition, mais chaque entité y garde une relative indépendance de choix et d’action.
Je le remercie pour la courtoisie et la transparence.

Acte 3 : C’est enfin en vertu de ces mêmes principes que monsieur Boubacar Camara m’a appelé, il y a quelques jours, pour m’informer de la décision que les instances de sa formation, tenant compte de la reconfiguration du champ politique, avaient prise de mettre sur pied un nouveau pôle. Il m’a très longuement entretenu des raisons profondes de ce choix alors que, une fois de plus, il n’y était absolument pas tenu. Nous en avons pris acte et lui avons souhaité bonne chance.

Pour tout cela, je tiens à clarifier qu’il n’y a pas l’ombre d’une fissure ou d’une incompréhension entre monsieur Boubacar Camara et moi. Il ne s’agit ni d’une déchirure, ni d’une rupture, mais simplement d’options indépendantes, qui traduisent des lectures que chacun se fait de la situation du moment.
Nous ne serons pas de ceux pour qui l’on est bon tant qu’on est avec nous et mauvais dès qu'on se sépare.

Quant à ses relations avec la coalition JOTNA, je ne peux en répondre car Pastef n’en est qu’une organisation membre parmi des dizaines et n’en assume pas la direction.
Nous n’entretiendrons aucune spéculation sur les soubassements et les projections politiques des uns et des autres.

Enfin, on m’a prêté des propos sur l’entrée au gouvernement de certaines formations politiques. Je tiens à préciser qu’il n’en est absolument rien. Je ne me suis et ne me prononcerai jamais sur ce sujet qui ne relève pas d’un intérêt quelconque pour nous.

Nous ne serons pas le combustible qui va alimenter le contre-feu allumé pour détourner le débat sur les vrais problèmes du Sénégal que sont les inondations (rendez-vous dans 10 mois), les jeunes qui périssent en mer, les spoliations foncières, la gestion de la COVID-19, les scandales sur l’immobilier d’État, les rapports étouffés des corps de contrôle, le bradage de nos ressources naturelles, le plan d’ajustement structurel, le chômage et la pauvreté endémiques, la dette exponentielle, les licences de pêche, les gros chantiers bidons et j’en passe.

Nous respectons la liberté constitutionnelle et légale au choix politique de chacun et laissons le peuple averti en apprécier le caractère moral et éthique.
Personne ne nous prendra au jeu machiavélique des combines politiques.

Notre crédo demeure :
- Massification du parti
- Vulgarisation de notre programme
- Animation du débat public sur les vrais enjeux de gouvernance
- Actions citoyennes.

Ousmane Sonko
Président de Pastef Les Patriotes



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pbmM8Q
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours