décembre 2020
Le projet d’introduction de l’homosexualité dans l’éducation sénégalais qui avait choqué plus d’un et fait débat dans la semaine était aussi au menu des échanges du Chef de l’Etat avec la presse, après son discours à la nation.
Volonté d'introduire l’homosexualité dans l’éducation : Macky Sall « refoule » l’Unesco
Le président Macky Sall a avoué avoir été surpris par ce sujet qui avait afit l’actualité durant ces jours. Il a rappelé avoir été clair avec le président Obama lors de sa viste au Sénégal, et plus récemment avec le premier ministre canadien, qui avait porté le « plaidoyer » lors de sa venue au Sénégal.

Pour être plus clair, il a indiqué que l’UNESCO ne saurait imposer au Sénégal cette pratique dans notre système éducatif. L’argent ne pourra jamais être un moyen de pression pour imposer certaines politiques ou d’autres modules à l’Etat.

En clair, chaque pays ayant ses réalités et ses valeurs, l’homosexualité ne sera jamais imposée au Sénégal …



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3hxPLjJ
via gqrds
Le président Macky Sall a insisté sur la réforme du secteur de la Santé. Selon lui, c’est un impératif. C’est pourquoi il s’est entretenu à ce sujet avec le ministre en charge, puis avec les professionnels de la Santé.
Macky Sall aux acteurs de la Santé : « réformez le secteur, sinon je n’y mettrais pas un sou ! »
Se voulant plus ferme, il a déclaré que malgré les milliards injectés, des changements sont toujours attendus, et il leur a certifié que sans réforme aucun sou ne sera injecté.

La balle est dons dans le camp des acteurs et professionnels.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3o5SqUj
via gqrds
Un crédit hôtelier de 50 milliards de Fcfa pour le secteur touristique; 17 hôtels sauvés de l’érosion côtière
Selon Le Président Macky Sall, secteur touristique en particulier, "un des plus durement affectés par la pandémie, a bénéficié d’un crédit hôtelier d’un niveau jamais atteint de 50 milliards de fcfa.

De plus, ajoute-t-il, les importants travaux de protection du littoral de Saly contre l’érosion côtière sur 7 Km, ont permis de sauver 17 hôtels, leurs emplois et d’autres activités de la zone, liées au tourisme



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3aUPg24
via gqrds
Avec ses investissements et infrastructures réalisés au cours de ces dernières années, le Sénégal dans le TOP 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains. L’information ressort du discours à la nation du président Macky Sall tenu ce 31 décembre 2020.
Investissement et infrastructures : le Sénégal dans le TOP 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains
En dépit de la conjoncture économique difficile, nous poursuivons nos efforts de transformation structurelle de notre pays par la réalisation de projets d’infrastructures indispensables à notre marche vers l’émergence.

« Ainsi, grâce aux investissements massifs de ces dernières années, notre pays figure à présent dans le TOP 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains. En 2020, 9 projets routiers ont été achevés, sur un linéaire de 425 Km de routes revêtues, avec leurs ouvrages connexes, ponts et autoponts, en plus des pistes rurales, dont le réseau sera densifié dans le cadre de la 2e phase du PUDC ».

« Aujourd’hui, notre pays compte 221 km d’autoroutes. En 2021, nous lancerons le chantier de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack sur 100 Km, suivi du projet Thiès-Tivaouane-Saint-Louis, sur 167 Km. Le chantier du Bus Rapide Transit entre Guédiawaye et Dakar progresse, et la VDN sera prolongée jusqu’à Diamniadio », a-t-il aussi annoncé.

Sur un autre plan, s’agissant des infrastructures ferroviaires, le Train Express Régional sera mis en service en 2021 ; le deuxième tronçon sur l’axe Diamniadio-AIBD étant en phase avancée de préparation.

« Avec la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Tambacounda, qui débutera en 2021, nous ferons revivre et prospérer toutes les activités liées au transport de masse des personnes et des biens par voie ferroviaire. Concernant les infrastructures portuaires, les travaux du port vraquier de Bargny- Sendou se poursuivent », a-t-il assuré.

Le Programme de réhabilitation des aéroports régionaux a déjà commencé à Saint-Louis et se poursuivra en janvier à l’aéroport de Ourossogui-Matam. Ces chantiers et celui de Kaolack, seront livrés en 2021, en même temps que vont démarrer les travaux pour Ziguinchor, Tambacounda et Kédougou ; ainsi que les études pour les aéroports de Kolda, Sédhiou, Cap Skiring, Linguère, Podor, Bakel et Simenti.

Selon le président, à terme, c’est tout le système du transport aérien national qui sera profondément révolutionné, offrant ainsi une mobilité aérienne jamais égalée sur l’étendue du territoire national.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pAEpyr
via gqrds
Electricité: Un accès universel en perspective
Le chef de l’Etat a réaffirmé l’objectif d’accès universel à l’électricité en 2025, annonçant le lancement d’un nouveau programme de 100 000 lampadaires solaires en 2021. ‘’L’électricité est une autre priorité qui catalyse la dynamique d’émergence. Nous gardons intact l’objectif d’accès universel en 2025. Chaque village, chaque foyer du pays mérite d’être éclairé. C’est cela aussi le Sénégal pour tous’’, a dit Macky Sall dans son message de nouvel An.

D’une puissance installée de 1249 mégawatts en 2019, le Sénégal est passé à 1350 mégawatts en 2020.

Avec l’achèvement du programme d’installation de 50 000 lampadaires solaires, le gouvernement lancera en 2021 un nouveau programme de 100 000 lampadaires solaires pour couvrir l’ensemble des communes du Sénégal. Macky Sall a également annoncé un projet d’électrification solaire de 1000 villages, qui s’ajoutera à celui en cours pour 300 villages.

De même, a-t-il poursuivi, le PUDC lancera un nouveau chantier d’électrification de 2000 villages qui bénéficiera à 433 144 habitants, et augmentera ainsi de 11,36% le taux d’électrification rurale.

Le chef de l’Etat s’est réjoui également de la signature en octobre dernier, du contrat de construction d’une centrale électrique à gaz de 300 mégawatts à capitaux entièrement sénégalais.

’’Cette première de l’histoire du Sénégal dans ce domaine illustre de façon concrète l’application de la loi sur le contenu local pour l’exploitation future de nos ressources gazières et pétrolières’’, a-t-il salué.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2JzvpKB
via gqrds
Accentué par la pandémie COVID-19, le chômage des jeunes et des femmes, est toujours présente au Sénégal. Malgré les efforts et les structures étatiques pour apporter des solutions, le phénomène de la migration clandestine, qui lourdement endeuillé la pays cette année 2020, pointe du doigt le manque d’emploi.
Emploi et l’auto emploi des femmes et des jeunes : Que nous dit le président Macky dans son discours ?
« L’emploi et l’auto emploi des femmes et des jeunes restent une priorité élevée du gouvernement, parce que les femmes et les jeunes sont les forces motrices et le coeur battant de la nation. C’est pourquoi je tiens particulièrement à ce que tous les programmes qui leur sont dédiés soient toujours mis en œuvre dans l’équité territoriale, suivant des modalités souples, allégées et adaptées à leurs besoins », a tenu à rassurer le chef de l’Etat

« C’est ainsi qu’après deux années de plein exercice, la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) a pu soutenir 105.000 jeunes et femmes porteurs de projets dans des domaines aussi divers que l’artisanat, la pêche, l’agriculture, l’élevage, la transformation de produits locaux et le numérique, entre autres », a-t-il dit
.
Ces acquis probants, financés par l’Etat sur un budget initial de 30 milliards de fcfa, nous ont valu la confiance des partenaires qui nous accompagnent désormais dans le cadre du Programme d’Appui et de Valorisation des Initiatives Entrepreneuriales (PAVIE), d’un montant de 74 milliards sur la période 2020-2022.

D’apr-s le président Macky, le PAVIE, logé à la DER/FJ, permettra, entre autres de :

- financer plus de 14 000 initiatives entrepreneuriales ;

- générer ou consolider environ 65 000 emplois directs et 89 000 emplois
indirects ;

- et former plus de 27 000 entrepreneurs.

En plus rassure-t-il, d’autres mécanismes sont aussi consacrés à l’entreprenariat, l’auto emploi et la formation ; comme le Fonds national de la Microfinance, le Programme Formation Ecole-Entreprise et les Centres de Formation professionnelle et technique, dont 15 nouveaux seront réceptionnés en 2021.

De même, pour soutenir l’employabilité des jeunes, l’intégralité des ressources tirées de la Contribution forfaitaire à la charge de l’employeur sert à financer la filière de la formation professionnelle et de l’apprentissage aux métiers.

En outre, le démarrage en 2021 des travaux de construction du 2e parc industriel de Diamniadio, sur 40 hectares, ouvre de nouvelles opportunités d’investissement et de création d’emplois directs et indirects.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3rKEEsE
via gqrds
Dans son discours à la nation, la construction du méga projet de Port du futur à Ndayane, qui s’étend sur 1200 hectares a aussi été mise en exergue
Selon président Macky Sall, avec plus de 840 millions de dollars, pour la première phase, c’est le plus important investissement privé de l’histoire du Sénégal, pour réaliser le plus grand port multifonctionnel de l’Afrique de l’ouest, avec un tirant d’eau de 18 mètres.

« L’Etat sera actionnaire dans la société concessionnaire, comme il l’est désormais pour les autoroutes à péage. Une fois achevé, ce projet à forte intensité de main d’œuvre contribuera à décongestionner Dakar et attirera d’autres investissements au sein de la Zone économique spéciale jumelée au port, a-t-il partagé.

L’autre bonne nouvelle est que notre pays vient d’adhérer à l’initiative dite Passeport logistique mondial , qui, en intensifiant considérablement le volume des activités de fret, le projette dans le cercle restreint des plus grandes plateformes maritimes et logistiques mondiales.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34Zynzm
via gqrds
Covid 19/ Macky Sall : « Notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention »
Dès l’apparition de la pandémie en mars, le gouvernement a déployé en urgence un important Programme de résilience économique et sociale de 1000 milliards de fcfa, financé par le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID-19, FORCE COVID-19. Je remercie toutes les bonnes volontés et les partenaires qui y ont contribué.

Ce Programme nous a permis d’organiser immédiatement la riposte sanitaire et de maintenir la maladie sous contrôle sur l’ensemble du territoire national, notamment par l’aménagement et l’équipement de 52 Centres de traitement des épidémies contre un seul au début de la pandémie.

Le gouvernement travaille également à l’acquisition de vaccins dans le respect des règles d’éthique en la matière.

Devant la recrudescence des cas positifs, des cas graves et des décès, je dois vous redire avec insistance, mes chers compatriotes, que notre combat n’est pas encore gagné ; et que notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention.

La responsabilité de chacun est engagée dans la lutte pour la préservation de nos vies et de notre santé. Et l’Etat continuera de veiller sur l’application stricte des mesures d’ordre public.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3rLbWYH
via gqrds
De bonnes nouvelles pour la Santé, le Chef de l’Etat Macky Sall en a fait l’annonce dans son adresse à la nation de ce 31 décembre 2020. Ainsi, en 2021, quatre nouveaux hôpitaux seront réceptionnés à Kédougou, Kaffrine, Sédhiou et Touba.
Santé : en 2021, quatre nouveaux hôpitaux seront réceptionnés à Kédougou, Kaffrine, Sédhiou et Touba
« 33 Unités d’Accueil d’Urgence et 7 services de réanimation seront mis aux normes à Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Louga, Matam et Saint Louis », a-t-il ajouté listant aussi six centres de dialyse seront ouverts à Ndioum, Kolda, Kaffrine, Sédhiou, Agnam et Kédougou, portant le nombre à 25.

La prise en charge des malades du cancer sera renforcée avec la construction du Centre national d’Oncologie de Diamniadio dont les travaux vont démarrer en mars.

Déjà, 11 de nos 14 régions sont équipées d’appareils de mammographie, et 4 accélérateurs linéaires pour radiothérapie ont été acquis, en plus de la gratuité de la chimiothérapie pour les malades souffrant de cancers féminins.

De même, 500 médecins et 1 000 paramédicaux, en priorité des spécialistes, seront recrutés et affectés en tenant compte des zones défavorisées de la carte sanitaire, a-t-il assuré.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/380q2NV
via gqrds
Emigration clandestine : Macky Sall salue la mémoire des disparues
Le Président de la République, Macky Sall a eu pensée aux disparues du phénomène de l'émigration clandestine. "Ce soir, mes pensées vont également à nos compatriotes ayant péri sur les routes de la migration irrégulière. Je renouvelle mes condoléances et ma compassion à leurs familles", a-t-il soutenu lors de son adresse à la Nation du nouvel an.

L’Etat continuera de combattre fermement les réseaux mafieux qui s’enrichissent en faisant miroiter aux candidats à l’aventure les promesses d’un eldorado illusoire.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WYg6hJ
via gqrds
Mes chers compatriotes,

Hôtes étrangers qui vivez parmi nous,

Au seuil du nouvel an, je suis heureux de vous adresser mon message de vœux.
L’année 2020 a été particulièrement éprouvante, en raison des impacts sévères de la pandémie COVID-19.
Je prie pour le repos de l’âme de nos morts et souhaite prompt rétablissement aux malades.
Je renouvelle nos remerciements et notre gratitude à notre vaillant personnel de santé et à tous les services de l’Etat engagés sur le front risqué de la lutte anti COVID-19.

Je salue et encourage la communauté scolaire et universitaire qui assure avec dévouement la continuité des enseignements dans un contexte si difficile.

Ce soir, mes pensées vont également à nos compatriotes ayant péri sur les routes de la migration irrégulière. Je renouvelle mes condoléances et ma compassion à leurs familles.

L’Etat continuera de combattre fermement les réseaux mafieux qui s’enrichissent en faisant miroiter aux candidats à l’aventure les promesses d’un eldorado illusoire.

Mes chers compatriotes,

Dès l’apparition de la pandémie en mars, le gouvernement a déployé en urgence un important Programme de résilience économique et sociale de 1000 milliards de fcfa, financé par le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID-19, FORCE COVID-19. Je remercie toutes les bonnes volontés et les partenaires qui y ont contribué.

Ce Programme nous a permis d’organiser immédiatement la riposte sanitaire et de maintenir la maladie sous contrôle sur l’ensemble du territoire national, notamment par l’aménagement et l’équipement de 52 Centres de traitement des épidémies contre un seul au début de la pandémie.

Le gouvernement travaille également à l’acquisition de vaccins dans le respect des règles d’éthique en la matière.
Devant la recrudescence des cas positifs, des cas graves et des décès, je dois vous redire avec insistance, mes chers compatriotes, que notre combat n’est pas encore gagné ; et que notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention.

La responsabilité de chacun est engagée dans la lutte pour la préservation de nos vies et de notre santé. Et l’Etat continuera de veiller sur l’application stricte des mesures d’ordre public.

En outre, le gouvernement poursuit les efforts d’amélioration de notre système de santé.

Ainsi, avec ses nouveaux locaux et ses équipements de dernière génération, le Service des maladies infectieuses et tropicales de Fann a été élevé aux meilleurs standards internationaux.

En 2021, quatre nouveaux hôpitaux seront réceptionnés à Kédougou, Kaffrine, Sédhiou et Touba.
33 Unités d’Accueil d’Urgence et 7 services de réanimation seront mis aux normes à Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Louga, Matam et Saint Louis.

Six centres de dialyse seront ouverts à Ndioum, Kolda, Kaffrine, Sédhiou, Agnam et Kédougou, portant le nombre à 25.
La prise en charge des malades du cancer sera renforcée avec la construction du Centre national d’Oncologie de Diamniadio dont les travaux vont démarrer en mars.

Déjà, 11 de nos 14 régions sont équipées d’appareils de mammographie, et 4 accélérateurs linéaires pour radiothérapie ont été acquis, en plus de la gratuité de la chimiothérapie pour les malades souffrant de cancers féminins.

De même, 500 médecins et 1 000 paramédicaux, en priorité des spécialistes, seront recrutés et affectés en tenant compte des zones défavorisées de la carte sanitaire.

Le programme de résilience a aussi permis de soutenir les entreprises, les travailleurs et différents corps de métiers, y compris le secteur des arts et de la culture à hauteur de 5,5 milliards de fcfa.

S’agissant du secteur touristique en particulier, un des plus durement affectés par la pandémie, il a bénéficié d’un crédit hôtelier d’un niveau jamais atteint de 50 milliards de fcfa. De plus, les importants travaux de protection du littoral de Saly contre l’érosion côtière sur 7 Km, ont permis de sauver 17 hôtels, leurs emplois et d’autres activités de la zone, liées au tourisme.

Un million cent mille ménages, soit environ plus de la moitié de la population sénégalaise, ont reçu le soutien de l’Etat. Le gouvernement a également pris en charge les factures d’électricité des abonnés de la tranche sociale pour un bimestre, octroyé une aide financière à 126 724 membres de notre diaspora et facilité le rapatriement de 12 584 compatriotes.

Nous déployons tous ces efforts dans un contexte de crise économique profonde, qui continue d’affecter tous les pays, y compris les plus prospères.

Notre taux de croissance, un des plus robustes de l’Afrique depuis plusieurs années, qui était projeté à 6,8% pour 2020, a drastiquement chuté.

Mais nous rendons grâce à Dieu de nous avoir gratifié d’un hivernage pluvieux qui nous évite la récession.
Ainsi, à la faveur des prévisions météorologiques qui annonçaient une pluviométrie abondante, j’avais porté le budget de la campagne agricole 2020-2021 de 40 à 60 milliards de francs cfa, soit une hausse de 50 %, pour l’achat de matériels et intrants agricoles.

Grâce à nos efforts, les récoltes de cette saison ont battu tous les records. C’est le cas notamment pour les céréales : riz, mil et maïs, avec 3 811 000 tonnes, couvrant ainsi 95% de nos besoins ; et l’arachide, avec 1 826 590 tonnes.
En soutien à nos braves paysans, le prix plancher du kilogramme d’arachides a été relevé à 250 fcfa contre 210 fcfa l’année dernière.

La campagne de commercialisation connait un franc succès. En même temps, il faudra assurer l’approvisionnement régulier de l’industrie huilière et la sécurisation des semences.

En outre, l’aménagement des Agropoles se poursuit. Les 443 fermes agricoles Naataange pour les jeunes occupent aujourd’hui plus de 30 500 acteurs ; confortant l’agriculture, ainsi que l’élevage et la pêche, comme sources nourricières et pourvoyeuses d’activités génératrices de revenus.

L’emploi et l’auto emploi des femmes et des jeunes restent une priorité élevée du gouvernement, parce que les femmes et les jeunes sont les forces motrices et le cœur battant de la nation.

C’est pourquoi je tiens particulièrement à ce que tous les programmes qui leur sont dédiés soient toujours mis en œuvre dans l’équité territoriale, suivant des modalités souples, allégées et adaptées à leurs besoins.

C’est ainsi qu’après deux années de plein exercice, la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) a pu soutenir 105.000 jeunes et femmes porteurs de projets dans des domaines aussi divers que l’artisanat, la pêche, l’agriculture, l’élevage, la transformation de produits locaux et le numérique, entre autres.

Ces acquis probants, financés par l’Etat sur un budget initial de 30 milliards de fcfa, nous ont valu la confiance des partenaires qui nous accompagnent désormais dans le cadre du Programme d’Appui et de Valorisation des Initiatives Entrepreneuriales (PAVIE), d’un montant de 74 milliards sur la période 2020-2022.

Le PAVIE, logé à la DER/FJ, permettra, entre autres de :
 financer plus de 14 000 initiatives entrepreneuriales ;
 générer ou consolider environ 65 000 emplois directs et 89 000 emplois indirects ;
 et former plus de 27 000 entrepreneurs.

D’autres mécanismes sont aussi consacrés à l’entreprenariat, l’auto emploi et la formation ; comme le Fonds national de la Microfinance, le Programme Formation Ecole-Entreprise et les Centres de Formation professionnelle et technique, dont 15 nouveaux seront réceptionnés en 2021.

De même, pour soutenir l’employabilité des jeunes, l’intégralité des ressources tirées de la Contribution forfaitaire à la charge de l’employeur sert à financer la filière de la formation professionnelle et de l’apprentissage aux métiers.
En outre, le démarrage en 2021 des travaux de construction du 2e parc industriel de Diamniadio, sur 40 hectares, ouvre de nouvelles opportunités d’investissement et de création d’emplois directs et indirects.
Mes chers compatriotes,

En dépit de la conjoncture économique difficile, nous poursuivons nos efforts de transformation structurelle de notre pays par la réalisation de projets d’infrastructures indispensables à notre marche vers l’émergence.
Ainsi, grâce aux investissements massifs de ces dernières années, notre pays figure à présent dans le TOP 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains.

En 2020, 9 projets routiers ont été achevés, sur un linéaire de 425 Km de routes revêtues, avec leurs ouvrages connexes, ponts et autoponts, en plus des pistes rurales, dont le réseau sera densifié dans le cadre de la 2e phase du PUDC.

Aujourd’hui, notre pays compte 221 km d’autoroutes. En 2021, nous lancerons le chantier de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack sur 100 Km, suivi du projet Thiès-Tivaouane-Saint-Louis, sur 167 Km.

Le chantier du Bus Rapide Transit entre Guédiawaye et Dakar progresse, et la VDN sera prolongée jusqu’à Diamniadio.
S’agissant des infrastructures ferroviaires, le Train Express Régional sera mis en service en 2021 ; le deuxième tronçon sur l’axe Diamniadio-AIBD étant en phase avancée de préparation.

Avec la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Tambacounda, qui débutera en 2021, nous ferons revivre et prospérer toutes les activités liées au transport de masse des personnes et des biens par voie ferroviaire.

Concernant les infrastructures portuaires, les travaux du port vraquier de Bargny-Sendou se poursuivent.
Je suis également heureux d’annoncer qu’après trois années de négociations, nous avons conclu avec notre partenaire stratégique les Accords relatifs à la construction du méga projet de Port du futur à Ndayane, sur 1200 hectares.

Avec plus de 840 millions de dollars, pour la première phase, c’est le plus important investissement privé de l’histoire du Sénégal, pour réaliser le plus grand port multifonctionnel de l’Afrique de l’ouest, avec un tirant d’eau de 18 mètres...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3o8gxSy
via gqrds
Adresse à la Nation pour le nouvel an: L'intégralité du discours du Président, Macky Sall
Mes chers compatriotes,

Hôtes étrangers qui vivez parmi nous,

Au seuil du nouvel an, je suis heureux de vous adresser mon message de vœux.
L’année 2020 a été particulièrement éprouvante, en raison des impacts sévères de la pandémie COVID-19.
Je prie pour le repos de l’âme de nos morts et souhaite prompt rétablissement aux malades.
Je renouvelle nos remerciements et notre gratitude à notre vaillant personnel de santé et à tous les services de l’Etat engagés sur le front risqué de la lutte anti COVID-19.

Je salue et encourage la communauté scolaire et universitaire qui assure avec dévouement la continuité des enseignements dans un contexte si difficile.

Ce soir, mes pensées vont également à nos compatriotes ayant péri sur les routes de la migration irrégulière. Je renouvelle mes condoléances et ma compassion à leurs familles.

L’Etat continuera de combattre fermement les réseaux mafieux qui s’enrichissent en faisant miroiter aux candidats à l’aventure les promesses d’un eldorado illusoire.

Mes chers compatriotes,

Dès l’apparition de la pandémie en mars, le gouvernement a déployé en urgence un important Programme de résilience économique et sociale de 1000 milliards de fcfa, financé par le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID-19, FORCE COVID-19. Je remercie toutes les bonnes volontés et les partenaires qui y ont contribué.

Ce Programme nous a permis d’organiser immédiatement la riposte sanitaire et de maintenir la maladie sous contrôle sur l’ensemble du territoire national, notamment par l’aménagement et l’équipement de 52 Centres de traitement des épidémies contre un seul au début de la pandémie.

Le gouvernement travaille également à l’acquisition de vaccins dans le respect des règles d’éthique en la matière.
Devant la recrudescence des cas positifs, des cas graves et des décès, je dois vous redire avec insistance, mes chers compatriotes, que notre combat n’est pas encore gagné ; et que notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention.

La responsabilité de chacun est engagée dans la lutte pour la préservation de nos vies et de notre santé. Et l’Etat continuera de veiller sur l’application stricte des mesures d’ordre public.

En outre, le gouvernement poursuit les efforts d’amélioration de notre système de santé.

Ainsi, avec ses nouveaux locaux et ses équipements de dernière génération, le Service des maladies infectieuses et tropicales de Fann a été élevé aux meilleurs standards internationaux.

En 2021, quatre nouveaux hôpitaux seront réceptionnés à Kédougou, Kaffrine, Sédhiou et Touba.
33 Unités d’Accueil d’Urgence et 7 services de réanimation seront mis aux normes à Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Louga, Matam et Saint Louis.

Six centres de dialyse seront ouverts à Ndioum, Kolda, Kaffrine, Sédhiou, Agnam et Kédougou, portant le nombre à 25.
La prise en charge des malades du cancer sera renforcée avec la construction du Centre national d’Oncologie de Diamniadio dont les travaux vont démarrer en mars.

Déjà, 11 de nos 14 régions sont équipées d’appareils de mammographie, et 4 accélérateurs linéaires pour radiothérapie ont été acquis, en plus de la gratuité de la chimiothérapie pour les malades souffrant de cancers féminins.

De même, 500 médecins et 1 000 paramédicaux, en priorité des spécialistes, seront recrutés et affectés en tenant compte des zones défavorisées de la carte sanitaire.

Le programme de résilience a aussi permis de soutenir les entreprises, les travailleurs et différents corps de métiers, y compris le secteur des arts et de la culture à hauteur de 5,5 milliards de fcfa.

S’agissant du secteur touristique en particulier, un des plus durement affectés par la pandémie, il a bénéficié d’un crédit hôtelier d’un niveau jamais atteint de 50 milliards de fcfa. De plus, les importants travaux de protection du littoral de Saly contre l’érosion côtière sur 7 Km, ont permis de sauver 17 hôtels, leurs emplois et d’autres activités de la zone, liées au tourisme.

Un million cent mille ménages, soit environ plus de la moitié de la population sénégalaise, ont reçu le soutien de l’Etat. Le gouvernement a également pris en charge les factures d’électricité des abonnés de la tranche sociale pour un bimestre, octroyé une aide financière à 126 724 membres de notre diaspora et facilité le rapatriement de 12 584 compatriotes.

Nous déployons tous ces efforts dans un contexte de crise économique profonde, qui continue d’affecter tous les pays, y compris les plus prospères.

Notre taux de croissance, un des plus robustes de l’Afrique depuis plusieurs années, qui était projeté à 6,8% pour 2020, a drastiquement chuté.

Mais nous rendons grâce à Dieu de nous avoir gratifié d’un hivernage pluvieux qui nous évite la récession.
Ainsi, à la faveur des prévisions météorologiques qui annonçaient une pluviométrie abondante, j’avais porté le budget de la campagne agricole 2020-2021 de 40 à 60 milliards de francs cfa, soit une hausse de 50 %, pour l’achat de matériels et intrants agricoles.

Grâce à nos efforts, les récoltes de cette saison ont battu tous les records. C’est le cas notamment pour les céréales : riz, mil et maïs, avec 3 811 000 tonnes, couvrant ainsi 95% de nos besoins ; et l’arachide, avec 1 826 590 tonnes.
En soutien à nos braves paysans, le prix plancher du kilogramme d’arachides a été relevé à 250 fcfa contre 210 fcfa l’année dernière.

La campagne de commercialisation connait un franc succès. En même temps, il faudra assurer l’approvisionnement régulier de l’industrie huilière et la sécurisation des semences.

En outre, l’aménagement des Agropoles se poursuit. Les 443 fermes agricoles Naataange pour les jeunes occupent aujourd’hui plus de 30 500 acteurs ; confortant l’agriculture, ainsi que l’élevage et la pêche, comme sources nourricières et pourvoyeuses d’activités génératrices de revenus.

L’emploi et l’auto emploi des femmes et des jeunes restent une priorité élevée du gouvernement, parce que les femmes et les jeunes sont les forces motrices et le cœur battant de la nation.

C’est pourquoi je tiens particulièrement à ce que tous les programmes qui leur sont dédiés soient toujours mis en œuvre dans l’équité territoriale, suivant des modalités souples, allégées et adaptées à leurs besoins.

C’est ainsi qu’après deux années de plein exercice, la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) a pu soutenir 105.000 jeunes et femmes porteurs de projets dans des domaines aussi divers que l’artisanat, la pêche, l’agriculture, l’élevage, la transformation de produits locaux et le numérique, entre autres.

Ces acquis probants, financés par l’Etat sur un budget initial de 30 milliards de fcfa, nous ont valu la confiance des partenaires qui nous accompagnent désormais dans le cadre du Programme d’Appui et de Valorisation des Initiatives Entrepreneuriales (PAVIE), d’un montant de 74 milliards sur la période 2020-2022.

Le PAVIE, logé à la DER/FJ, permettra, entre autres de :
 financer plus de 14 000 initiatives entrepreneuriales ;
 générer ou consolider environ 65 000 emplois directs et 89 000 emplois indirects ;
 et former plus de 27 000 entrepreneurs.

D’autres mécanismes sont aussi consacrés à l’entreprenariat, l’auto emploi et la formation ; comme le Fonds national de la Microfinance, le Programme Formation Ecole-Entreprise et les Centres de Formation professionnelle et technique, dont 15 nouveaux seront réceptionnés en 2021.

De même, pour soutenir l’employabilité des jeunes, l’intégralité des ressources tirées de la Contribution forfaitaire à la charge de l’employeur sert à financer la filière de la formation professionnelle et de l’apprentissage aux métiers.
En outre, le démarrage en 2021 des travaux de construction du 2e parc industriel de Diamniadio, sur 40 hectares, ouvre de nouvelles opportunités d’investissement et de création d’emplois directs et indirects.
Mes chers compatriotes,

En dépit de la conjoncture économique difficile, nous poursuivons nos efforts de transformation structurelle de notre pays par la réalisation de projets d’infrastructures indispensables à notre marche vers l’émergence.
Ainsi, grâce aux investissements massifs de ces dernières années, notre pays figure à présent dans le TOP 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains.

En 2020, 9 projets routiers ont été achevés, sur un linéaire de 425 Km de routes revêtues, avec leurs ouvrages connexes, ponts et autoponts, en plus des pistes rurales, dont le réseau sera densifié dans le cadre de la 2e phase du PUDC.

Aujourd’hui, notre pays compte 221 km d’autoroutes. En 2021, nous lancerons le chantier de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack sur 100 Km, suivi du projet Thiès-Tivaouane-Saint-Louis, sur 167 Km.

Le chantier du Bus Rapide Transit entre Guédiawaye et Dakar progresse, et la VDN sera prolongée jusqu’à Diamniadio.
S’agissant des infrastructures ferroviaires, le Train Express Régional sera mis en service en 2021 ; le deuxième tronçon sur l’axe Diamniadio-AIBD étant en phase avancée de préparation.

Avec la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Tambacounda, qui débutera en 2021, nous ferons revivre et prospérer toutes les activités liées au transport de masse des personnes et des biens par voie ferroviaire.

Concernant les infrastructures portuaires, les travaux du port vraquier de Bargny-Sendou se poursuivent.
Je suis également heureux d’annoncer qu’après trois années de négociations, nous avons conclu avec notre partenaire stratégique les Accords relatifs à la construction du méga projet de Port du futur à Ndayane, sur 1200 hectares.

Avec plus de 840 millions de dollars, pour la première phase, c’est le plus important investissement privé de l’histoire du Sénégal, pour réaliser le plus grand port multifonctionnel de l’Afrique de l’ouest, avec un tirant d’eau de 18 mètres...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/37ZLrXr
via gqrds
Après son limogeage à la tête de Promise: Yaye Fatou Diagne use de mots touchants pour magnifier la confiance du Chef de l’Etat
L’ex-coordonnatrice Nationale du Programme de Développement de la Microfinance Islamique au Sénégal (PROMISE), Yaye Fatou Diagne a usé de mots simples, tirés du fond de son cœur pour remercier très sincèrement le Président de la république du Sénégal, Macky Sall. Une initiative prise pour magnifier la confiance placée en elle, en la nommant Coordinatrice Nationale du Programme de Développement de la Microfinance Islamique au Sénégal (PROMISE).

« Cette mission a été pour moi une expérience enrichissante à tous points de vue. A la tête d'une équipe soudée et engagée j'ai en effet contribué à mettre en place le cadre réglementaire de ce beau projet conclu entre la Banque Islamique et le Gouvernement du Sénégal, destiné à offrir à la majorité de la population, un accès durable à des services financiers islamiques, adaptés sur l’ensemble du territoire national d’ici 2025 », a dit l’ex-coordonnatrice de Promise, Yaye Fatou Diagne.

A cette occasion, elle renouvelle au Chef de l'Etat sa fidélité et son engagement à ses côtés, comme dans le passé. « Je demeure cette militante engagée, toujours prête à accompagner le Président Macky Sall dans ses combats présents et futurs. Mes remerciements vont également à l’endroit du Ministre de la Microfinance, de l’Economie Sociale et Solidaire, ainsi qu’à l’ensemble de mes collaborateurs qui m’ont aidée dans la conduite de cette exaltante mission », précise Yaye Fatou.

Ainsi, souhaitant une bonne et heureuse année 2021, elle prie pour bonne continuation et plein succès à sa successeure, Mme Fatou Diané Guèye qui est une amie, une sœur afin que la branche de la microfinance islamique devienne plus performante, inclusive et pérenne au service d’une économie émergente, dans une société solidaire et équitable comme le souhaite Macky Sall.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34Ur4cn
via gqrds
Grace présidentielle: Le Président Macky Sall gracie 854 personnes, condamnées pour diverses infractions
En cette veille du nouvel an, le Président de la République a accordé sa grâce à 854 personnes, condamnées pour diverses infractions et détenues dans différents établissements pénitentiaires du pays.

D’après le communiqué du Ministère de la Justice, il s'agit de 782 remises totales de peines, 34 remises partielles de peines, 12 mineurs, 23 grands malades, 03 commutations de peine de perpétuité, 20 ans de réclusion criminelle.

Le Chef de l'Etat demeure ainsi, fidèle à son engagement de donner, autant que possible, à une catégorie de citoyens momentanément en conflit avec la loi, une seconde chance pour leur réinsertion sociale.

Cette mesure qui s'inscrit également dans le cadre du désengorgement des prisons, permet d'améliorer les conditions de prise en charge des détenus et de prévenir la propagation de la pandémie de COVID-19 dans les établissements pénitentiaires.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3hvmIxg
via gqrds
Message à la Nation: Ousmane Sonko va
La fin d’année 2020 connaîtra encore un duel médiatique comme en 2019, entre le Président Macky Sall et Ousmane Sonko, son principal opposant depuis la dernière présidentielle. Après son discours à la nation à 20h, le Chef de l’Etat fera face à un groupe restreint de 5 à 6 journalistes, pour un round-up des faits marquants de l’année écoulée.

Au même moment, le leader du Pastef Ousmane Sonko sera au groupe D média, la Sentv en particulier, où il sera lui aussi interviewé par 4 journalistes pour une durée de 2h 15 mn.

Ce choix d’Ousmane Sonko d’occuper un plateau d’une télévision à l’heure où le chef de l’État s’adresse à la presse nationale, est une manière pour l’opposant de se placer en alter ego du président de la République.

En fin 2019, c’était le même modus operandi dans le même groupe de médias, dirigé par un autre opposant, Bougane Guèye Dany.

Reste à savoir si la stratégie sera payante ou non.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3n4bWPZ
via gqrds
Qu’est-ce qui arrive au Président Macky Sall ? S’agit-il d’un coup de fatigue ou d’une inquiétude par rapport à l’augmentation des morts de la Covid-19 ? En tout cas, la question mérite d’être posée, nous dit « L’As ».
Lapsus de Macky Sall: Quand un « Sow » s’infiltre dans un hommage rendu à Niang
Lors de l’inauguration du nouveau Service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann, en rendant hommage au Général Mamadou Niang qui est décédé avant-hier, le chef de l’Etat a eu toute les peines du monde pour prononcer le nom du défunt.

Il disait sans cesse «Mamadou Sow» sans s’en rendre compte. Il a fallu l’intervention du protocole pour qu’il se rectifie.

Peut-être que son esprit était habité par le Général Mamadou Sow, alias «Nogass» qu’il avait promu chef d’état-major général des forces armées, taquinent nos confrères.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2X1BL8o
via gqrds
Depuis quelques années, le secteur de la boulangerie est confronté à un certain de problèmes notamment la concurrence déloyale, le non-respect des règles d’hygiène dans la production, le transport et la vente des produits de boulangerie et des pâtisseries. Des problèmes qui ont entrainé des grèves à foison au cours de ces dernières années, ralenti le développement dudit secteur mais également poussé le président Macky Sall à faire élaborer et signer le Décret n° 2019-2277 réglementant les activités de production, de distribution et de vente des produits de boulangerie et des pâtisseries au Sénégal.
Assainissement du secteur de la boulangerie : Ce qu’il faut retenir de la nouvelle réglementation
Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle réglementation et de son appropriation par les acteurs du secteur et les consommateurs, le ministère du commercer et des petites et moyennes entreprises s’est réuni, lundi dernier à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), avec les boulangers, les meuniers et industriels, les consommateurs entre autres parties prenantes à l’occasion d’un « atelier de communication et de sensibilisation sur la nouvelle réglementation du secteur de la boulangerie ».

A travers cet article, Le journal de l’économie sénégalaise (Lejecos) met à votre disposition quelques chapitres traitant des points saillants du nouveau cadre réglementaire destiné au secteur de la boulangerie au Sénégal.

Chapitre II Accès aux professions
Article 3: Sans préjudice des dispositions législatives et réglementaires applicables à l’activité, l’ouverture d’une boulangerie est soumise à une autorisation préalable dont les conditions et modalités de délivrance ou de retrait sont fixées par arrêté du ministre chargé du commerce.
Article 4 : Toute boulangerie en cours d’exploitation fait l’objet d’une déclaration auprès des services compétents de la direction du commerce intérieur. Les modalités ainsi que la procédure de déclaration sont fixées par arrêté du ministre chargé du commerce.
Article 5:  Tout distributeur de pain qui exerce son activité à titre personnel et professionnel, se conforme à l’obligation d’inscription au Registre du commerce et crédit mobilier.
Article 6 : La distribution du pain par une personne extérieure à la boulangerie est formalisée par la signature, entre le boulanger et le distributeur, d’un contrat de prestation de service.
Les transactions entre le distributeur et le boulanger font l’objet d’une facturation conforme aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.

Chapitre III Spécifications techniques de qualité du pain
Article 7 : La Norme NS03-00174 sur les pains de boulangerie ainsi que ses révisions ultérieures prévues, sont rendues d’application obligatoire par le présent décret. (Décret n° 2019-2277 réglementant les activités de production, de distribution et de vente des produits de boulangerie et des pâtisseries au Sénégal Ndlr).

Chapitre IV Conditions de production, de distribution et de vente des produits de boulangerie et des pâtisseries
Article 8 :  Les boulangeries se conforment aux règles de construction et d’aménagement prévues par les dispositions légales et réglementaires en vigueur en matière d’environnement et de construction.
Article 9 : Les produits de boulangerie et les pâtisseries sont fabriqués dans le respect des règles d’hygiène en vigueur.
Doivent impérativement être respectées les règles suivantes :
  • L’obligation du port de toques et de blouses pour le personnel qui doit maintenir les ongles et les cheveux coupés courts ;
  • Les visites médicales périodiques pour le personnel à la fabrication et au transport du pain ;
  • L’obligation du respect du lavage des mains avant de commencer le travail et après chaque passage aux toilettes ;
  • Le nettoyage et le maintien de la propreté des lieux, des moyens servant à l’entreposage du produit fini et des véhicules utilisés pour le transport du pain.
Article 10 : Les produits de boulangerie et les pâtisseries ne peuvent être vendus que dans les conditions suivantes :
  1. avec les produits de la même nature
  2. au niveau des points de vente du producteur, des kiosques constituant un réseau de distribution du boulanger et de toutes autres surfaces commerciales spécialement aménagées et réservées à cet usage.
Article 11: Est interdite toute autre forme de vente des produits de boulangerie et des pâtisseries, notamment par :
  • les marchands tabliers
  • les boutiques ne disposant pas d’aménagement et de personnel prévus à cet effet
  • les restaurants de rue
Article 12 :Le transport des produits de boulangerie et des pâtisseries se fait dans des véhicules spécialement aménagés et réservés à cet usage.
Article 13 : Le pain, les viennoiseries et les pâtisseries, vendus au niveau des points énumérés à l’article 10.2 du présent décret, sont commercialisés dans un emballage adéquat et font l’objet d’un affichage et d’un étiquetage.
Bassirou MBAYE



Source : https://www.lejecos.com/Assainissement-du-secteur-...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pHN7uR
via gqrds
Il a été ambassadeur du Sénégal à Conakry à l’époque où Alpha Condé, alors opposant à feu Lansana Conté, était contraint de se cacher pour se soustraire à des brimades qui auraient pu entraîner sa mort. Makhily Gassama analyse, pour Le Quotidien, l’évolution des rapports entre les deux capitales.
Makhily Gassama, sur l’ingratitude d’Alpha Condé : «Le Sénégal l’a sauvé d’une mort certaine»
Vous avez hébergé Alpha Condé, alors opposant au pouvoir de son pays ?

Je ne connaissais pas Alpha Condé. Je n’avais jamais entendu parler de lui. Il paraît qu’il avait été président de la Feanf et qu’il avait été Professeur à la Sorbonne, ce que je ne crois pas du tout, pour y avoir été étudiant. Je n’avais jamais été membre de la Feanf bien que fin des années 1960 et début des années 1970, il m’était souvent arrivé de donner des conférences sur la demande de ses membres dans les villes de province. Je connaissais plutôt le camarade de parti de Alpha Condé, le talentueux dramaturge feu Ahmed Tidjani Cissé.
C’était l’homme de terrain du parti qui avait osé prendre de nombreux risques pour implanter dans les régions un parti politique qui n’était pas officiellement reconnu. A tout moment, il aurait pu se faire arrêter. J’avais de l’admiration pour son courage et ses talents.

Alpha Condé avait passé environ 45 jours avec moi, à la résidence de l’ambassade du Sénégal, encerclée 24h sur 24 par des antigangs, soldats colosses connus pour leur caractère belliqueux et violent. Le bâtiment d’en face, réquisitionné, abritait des soldats postés derrière des canons braqués sur les portes d’entrée du bâtiment de la résidence durant les 45 jours.
L’événement avait été vécu dans la plus grande discrétion, loin des médias, même des médias sénégalais et guinéens, pour éviter tout dérapage. Seule Rfi rassurait régulièrement ses auditeurs en diffusant : «Il (Alpha Condé) est en lieu sûr…»

Et cette petite information, – salutaire – de par son caractère imprécis, avait permis de semer le doute dans l’esprit de la population guinéenne, même chez les décideurs politiques : on pensait à son transfert discret dans une grande ambassade comme celle des Etats-Unis ou de la France, dont la sécurité est assurée par ces pays eux-mêmes et non pas par le pays hôte, ce qui est le cas du Sénégal. Ainsi, toute attaque ou invasion de la résidence du Sénégal par des individus ou des groupes armés constituerait alors une aventure fort risquée. Comment savoir que c’est bien là que se trouvait l’opposant traqué ? Je reconnais que le service rendu par Rfi était énorme.

J’avoue qu’il n’y avait pas beaucoup d’échanges entre Alpha Condé et moi durant les 45 jours de son asile, surtout quand je m’étais aperçu que nous n’avions pas de valeurs à partager en politique et ses approches, dans ce domaine, me laissaient pantois. Je n’aime pas la violence, ni verbale ni gestuelle. Nous avions un ami commun, feu Pierre Mam-boundou, un opposant au régime du Président El Hadj Omar Bongo, un homme cultivé, tout de finesse, un homme qui savait où il allait. Je le donnais souvent en exemple aux amis, en parlant des frasques de l’autre.

On a le sentiment que le Président Condé ne porte pas les Sénégalais dans son cœur. Des raisons qui pourraient justifier ce sentiment ?

Nous avons parlé de la tendresse et du respect que les prédécesseurs du Président Alpha Condé avaient pour le Sénégal. Ce n’était pas feint. Et les Sénégalais leur ont bien rendu la monnaie.

Vous connaissez la place qu’occupe la jeunesse guinéenne au Sénégal dans le commerce de détail et, d’une manière générale, dans l’informel. Et les Sénégalais, comme unanimement, ont adopté ces Guinéens et bien d’autres, œuvrant dans d’autres secteurs, comme des enfants du pays. Entre eux et les Sénégalais, c’est la fraternité sans faille. Quand on est à la tête d’un de ces Etats, il est prudent et sage de tenir compte de ces données.

Ce n’est nullement le cas du Président Alpha Condé. Il semble fiévreusement agrippé à son ego, à tel point que rien d’humain ne peut trouver place en lui. Il semble agir comme si son pays doit vivre dans l’autarcie la plus complète pour son salut.

Les attaques et mesures du Président Alpha Condé ne s’adressent pas au Président Macky Sall, qui semble se rire de ses sautes d’humeur, mais au Sénégal, contrairement au Président Sékou Touré qui s’adressait directement au Président Senghor.

L’opposition entre ces deux hommes était politique et idéologique, et aussi crypto-personnelle. Mais sans Dieu et le Sénégal, le Président Alpha Condé, lui, n’aurait jamais été au poste qu’il occupe présentement à la tête de son pays. Le Sénégal a tout fait pour cet homme qui nargue notre pays sans cesse.

Quant au Président Alpha Condé, le Sénégal l’a sauvé d’une mort certaine en lui accordant l’asile politique. Face à lui, au sommet de l’Etat, le Président Lansana Conté n’était pas le seul bras armé. Ceux et celles qui n’ont pas vécu ce que mes collaborateurs et moi et nos familles avions vécu pendant 45 jours peuvent le contester, mais lui, le Président Alpha Condé, sait bien que les Sénégalais avaient risqué leur vie pour sauver la sienne. De 1958 à nos jours, une telle protection efficace et discrète d’un opposant politique par un pays étranger a-t-elle existé dans une ambassade africaine ?

Et c’était encore, des années plus tard, nos robes noires qui l’avaient arraché des geôles de Lansana Conté. Et pourquoi cherche-t-il à agir avec tant de fougue, tant de haine contre ce pays ? Lui seul, au tréfonds de lui-même, en a la réponse.

Le 3ème mandat qu’il a brigué a été acquis dans la violence et le sang de beaucoup de Guinéens. Cela pourrait-il se justifier, au regard de ce que vous connaissez de l’espace politique en Guinée ?

C’est une aberration qu’aucun citoyen africain consciencieux ne peut tolérer. Comment nous, Africains, parvenons à croire, une fois au sommet des affaires politiques, que nous sommes seuls, sur toute l’étendue du pays, à mériter d’être là où nous sommes, que nous sommes indispensables ?

Lorsque j’ai appris qu’il cherchait à tripatouiller la Constitution de son pays pour obtenir un troisième mandat, j’ai alerté des amis communs dont feu Babacar Touré, qui seul avait réagi. Je sais que ce dernier avait bien pris contact avec lui. Au fait, il fallait s’y attendre. Quand s’agite en nous un ego puissant et aveugle, tout devient possible, car l’ego, à ce degré extrême, étouffe toutes autres valeurs, même si elles sont au service de causes nobles, comme le développement d’un pays pauvre ou l’épanouissement de ses compatriotes.

Le Sénégal avait accordé à l’opposant guinéen l’asile politique dans des circonstances difficiles. Il fallait le faire, car c’était un devoir impérieux. Mais si je savais que cet homme, qui avait bénéficié de cette faveur exceptionnelle de mon pays, sacrifierait un jour tant de Guinéens à un simple troisième mandat, je n’aurais jamais demandé aux hautes autorités de mon pays de m’autoriser à lui accorder l’asile politique : sa vie ne vaut absolument pas celle des dizaines de Guinéens assassinés ou arbitrairement détenus dans les geôles affreuses de son régime. Je sens mon pays responsable de chaque tête qu’il a fait tomber, de chaque soupir de souffrances dans ses geôles. La responsabilité du Sénégal est énorme – hélas ! – dans ce qui est en train de se passer dans ce beau pays du Sahel.
Le Quotidien



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pHt4N7
via gqrds
L’Etat du Sénégal n’entend pas faciliter la tâche au groupe Wal Fadjri. Alors que l’on croyait la mise sous pression révolue, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) est revenu à la charge, cette semaine, pour exiger, sans explications, dudit groupe le paiement, sous 24 heures, de près de 169 millions de francs Cfa.
Ultimatum de 24 heures : l’ARTP met le groupe Wal Fadjri sous haute pression
«Je vous invite à procéder au paiement de vos factures d’ici au 31 décembre 2020. A défaut, nous serons dans l’obligation d’user de tous les moyens légaux à notre disposition en cas d’espèce». Ce n’est pas le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) qui tient ces menaces mais son agent comptable. A travers une «injonction de payer», ce dernier, dans les habits d’un chef de l’Etat, exige sans explication du groupe Wal Fadjri le paiement de 168 millions 740 mille 248 francs CFA. «Votre structure ne s’est pas acquittée du paiement de ses factures pour un montant de 168 740 248 francs CFA», souligne le document.

Seulement, s’agissant des factures à payer en question, l’ARTP ne donne aucune indication, encore moins d’explication. Sont-elles de mars, d’avril, de 1902 ? Rien n’est précisé à part le montant à payer et l’ultimatum de 24 heures. Une aberration qui incite à penser qu’il s’agit d’une nouvelle provocation de l’autorité de régulation. En effet, en exigeant le paiement d’un montant aussi colossal en 24 heures, l’ARTP met d’énormes bâtons dans les roues du groupe de presse du Front de terre.

Pourtant, avec la pandémie du Coronavirus qui a déjà mis à rude épreuve de nombreuses entreprises, certains attendaient de l’Etat, à défaut d’être magnanime, de rester juste. Mais, c’était sans compter l’ARTP qui continue d’avoir le groupe de presse fondé par Siduy Lamine NIASS dans sa ligne de mire. Les Sénégalais se souviennent encore des menaces de fermeture, en plein scrutin référendaire, brandies par Abdou Karim Sall alors directeur général de l’Autorité de régulation. Cette tentative vaine, l’actuel ministre de l’Environnement était revenu à la charge au mois de mars 2017 avec un montant de 441 millions 900 mille 008 de nos francs facturé à l’époque à Sidy Lamine Niass qui avait refusé de payer.

Abdou Karim Sall partit, l’ARTP continue de braquer le groupe de presse. Et avec l’annonce de Macky Sall qui demande la régulation des sites d’informations, il semble que l’Etat veut limiter la liberté d’expression des opinions en commençant par la «voix des sans voix»..
Walfgroupe



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3hz5PSC
via gqrds
Le samedi 26 décembre 20, le chanteur Waly Seck a animé un concert live sur la plateforme Weeru Teraangay Orange de Orange diffusé par Trace. Cette dernière, étant un média étranger, n’a pas manqué de susciter un intérêt chez certains. Cela a alors motivé une lettre ouverte adressée au Président Macky Sall, écrite par l’acteur culturel Lord Alajiman, patron de la radio Urban Fm. Dans sa lettre, il dénonce un fait qu’il juge grave pour une chaîne de télévision étrangère « ne disposant d’aucune autorisation de diffusion en clair au Sénégal... ».
Diffusion de son concert sur Trace: Waly Seck fait encore parler de lui
Pourtant, cette lettre semble être très bien justifiée si on s’appuie sur le code de la presse comme cité dans la lettre : « L’autorisation de distribution de services de Télévision mobile personnelle à tout exploitant de réseau de Radiocommunication mobile terrestre ouvert au public est délivrée par l’Autorité compétente. Pour ce faire, le distributeur de services de Télévision mobile personnelle doit fournir un avis de non objection de l’Autorité en charge de la régulation des télécommunications ». Article 165 du code la presse.

Si la diffusion avait été faite par un média quelconque du pays, comme le fait Youssou Ndour sur la TFM avec « Fiitey », ceci n’aurait pas suscité cette indignation, estime l’ancien rappeur du groupe Daara J.

Et malgré que cette lettre soit adressée au Chef de l’Etat sous le nom d’un seul patron de presse, elle semble prendre en compte les inquiétudes de tous ceux qui travaillent dans ce secteur. Le CNRA, la Sodav, cités dans la lettre, devraient pouvoir fournir une explication à cet effet pour répondre aux différentes interrogations soulevées par le sieur Alajiman.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34ZMyo9
via gqrds
L’Université du Futur Africain (UFA) porte désormais le nom d’Abdoulaye Wade, a annoncé le président de la République mercredi en conseil des ministres, a appris l’APS.
Macky SALL baptise l’Université du Futur Africain (UFA) au nom d’Abdoulaye Wade
Le chef de l’Etat a informé le Conseil avoir signé des décrets portant dénomination des infrastructures publiques dont l’Université du Futur Africain (UFA) qui va porter le nom de Abdoulaye Wade, selon le communiqué du Conseil des ministres. L’École nationale de la Statistique et de l’Analyse économique (ENSAE) a pour parrain Pierre Ndiaye, du nom du Secrétaire général du ministère de l’Economie, décédé récemment. Le Daara moderne public de Taïba Niassène porte désormais le nom de Seyda Mariama Ibrahima Niasse, la fille d’El Hadj Ibrahima Niasse, décédée récemment.


Lors du Conseil des ministres, le chef de l’Etat a souligné que Pierre Ndiaye, ’’a fortement contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent, avec une compétence remarquable et un engagement républicain modèle’’.


Quant à Seyda Mariama Ibrahima Niasse, elle fut ’’une éducatrice exceptionnelle, qui a participé, de façon exemplaire, au développement et au rayonnement du système éducatif national à travers ses établissements scolaires réputés par la qualité de leurs enseignements et encadrement’’, a dit Macky Sall.

APS



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3n63zmF
via gqrds
Conseil des ministres : Macky Sall honore Me Abdoulaye Wade, Seyda Mariama Niass et Pierre Ndiaye
L'Université du Futur Africain (UFA) porte désormais le nom de l'ancien président de la Républiqu...

www.pressafrik.com


Source : https://www.pressafrik.com/Conseil-des-ministres-M...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3n3iE8A
via gqrds
Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 30 décembre 2020 au Palais de la République.
Sénégal : COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 30 Décembre 2020
A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a adressé les condoléances de la Nation, aux familles et proches de compatriotes qui ont été récemment arrachés à notre affection. Il s’agit, notamment, de Monsieur Pierre NDIAYE, Secrétaire général du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, qui a fortement contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, avec une compétence remarquable et un engagement républicain modèle.
Il s’agit, également, de Seyda Mariama Ibrahima NIASSE, une éducatrice exceptionnelle, qui a participé, de façon exemplaire, au développement et au rayonnement du système éducatif national à travers ses établissements scolaires réputés par la qualité de leurs enseignements et encadrement. Le Président de la République présente, à cet égard, ses condoléances au Khalife général de Médina Baye, Cheikh Mouhamadou Mahi NIASSE, et à toute la communauté éducative.
Le Chef de l’Etat salue, aussi, la mémoire du Général Mamadou NIANG, un Homme de devoir loyal. Un Soldat de la République. Un Patriote digne et généreux, qui a toujours servi son Pays avec engagement, dévouement et désintéressement.
Abordant l’évolution de la Pandémie de la Covid-19, le Président de la République invite les populations à redoubler de vigilance, à observer en permanence les gestes barrières, de même que la limitation généralisée des rassemblements et réunions, afin d’arrêter la circulation actuelle du virus.
Le Chef de l’Etat demande, à cet effet, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’améliorer, au quotidien, la sensibilisation des communautés et de veiller à une prise en charge adéquate des patients dans les Centres de Traitement et les services des hôpitaux. A cet égard, le Président de la République se félicite de l’inauguration, hier, du nouveau Service des Maladies infectieuses et Tropicales de l’Hôpital Fann, construit, équipé et fonctionnel en un temps record avec la mobilisation de ressources exceptionnelles et l’engagement notable de bonnes volontés, parmi lesquelles le Professeur Moussa Seydi et ses équipes.

Le Chef de l’Etat invite, dans cet élan, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à accélérer les réformes du système de Santé, en vue de sa transformation rapide dans tous les domaines, en veillant à l’entretien adéquat des infrastructures et équipements, ainsi qu’à la productivité optimale des personnels de santé.

Dans la perspective de la relance économique, avec le déploiement du Plan d’Action Prioritaire Ajusté et Accéléré (PAP2A), le Président de la République encourage la reprise et l’intensification des activités économiques sur l’ensemble du territoire national, en particulier au niveau des sites de production (artisanale et industrielle) et des zones touristiques.

Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l’Etat indique toute l’importance qu’il accorde à la stabilité sociale et à la relance du secteur du tourisme.
Il demande, à ce titre, au Ministre du Travail, en relation avec le Ministre du Tourisme et les partenaires sociaux, de consolider le dialogue permanent entre toutes les parties prenantes afin de protéger les droits des travailleurs du secteur de l’hôtelier durant cette période difficile, liée à la pandémie de la COVID-19.

Le Président de la République engage le Gouvernement, les Ministres en charge du Travail, de l’Economie et du Tourisme notamment, à initier la conclusion d’un « Pacte de stabilité sociale » dans le secteur du Tourisme ; secteur qui doit jouer un rôle majeur dans la relance économique.
Le Chef de l’Etat demande, enfin, au Ministre du Travail, de préparer la tenue, en 2021, de la troisième édition de la Conférence sociale, selon un format innovant et inclusif.

S’agissant du suivi de la coopération et des partenariats, le Président de la République indique toute l’importance qu’il accorde à la réalisation du port de Ndayane. 

Il a, à cet effet, demandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions appropriées afin d’assurer le lancement effectif, au cours du 1er semestre de 2021, des travaux de ce nouveau Port en eaux profondes, développé par l’Etat du Sénégal, le Port Autonome de Dakar et le Partenaire Dubai Port World (DPW).
 
Le Chef de l’Etat indique au Gouvernement, l’impératif de finaliser, en priorité, le Plan Directeur d’Urbanisme de cette nouvelle zone portuaire stratégique, avec son interland (Bargny- Sendou- Yène - Toubab Dialaw, Daga Kholpa - Popenguine - Ndayane), qui deviendra un Pôle économique et industriel international de référence.
Le Président de la République a ainsi rappelé l’urgence de la mise en cohérence de ce Plan Directeur d’Urbanisme avec le Plan National d’Aménagement et de développement des Territoires (PNADT) adopté en Conseil des Ministres le 24 janvier 2020.
Le Chef de l’Etat a informé le Conseil avoir signé des décrets portant dénomination des infrastructures publiques suivantes :
- Université du Futur Africain (UFA) « Abdoulaye WADE » ;
- École nationale de la Statistique et de l'Analyse économique (ENSAE) « Pierre NDIAYE » ;
- Daara moderne public de Taïba Niassène « Seyda Mariama Ibrahima NIASSE » ;
Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur son agenda diplomatique.

Au titre des Communications
- le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ;
- le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur l’exécution budgétaire 2020 et le Fonds « FORCE COVID 19 » ;
- le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ;
- le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 ;
- le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide ;
- le Ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique a fait une communication sur le Programme de 100 000 logements ;
- le Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises a fait une communication sur la mise en service du marché d’intérêt national et de la gare des gros porteurs.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :
  • le projet de loi fixant les règles d’applicabilité des lois, des actes administratifs à caractère réglementaire et des actes administratifs à caractère individuel ;
Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :
  • Madame Fatou DIANE, Economiste, précédemment Directeur de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés (DRSFD), est nommée Coordonnateur national du Programme de Développement de la Microfinance islamique au Sénégal (PROMISE), en remplacement de Madame Yaye Fatou DIAGNE, appelée à d’autres fonctions ;
  • Monsieur Begong - Bodoli BETINA, matricule de solde n° 607 855/O, Enseignant à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2015 ;
  • Monsieur Boubacar CAMARA, matricule de solde no 607 9811K, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ;
  • Monsieur Mouhamadou Mawloud DIAKHATE, matricule de solde no 607 839/N, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ;
  • Monsieur Cheikh Samba WADE, matricule de solde no 607 982/A, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2019 ;
  • Monsieur Mamadou Felwine SARR, matricule de solde no 609 967/E, Enseignant Chercheur à l'UFR de Sciences Economiques et de Gestion de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2017 ;
  • Madame Ndeye Mery DIA, matricule n° 605 988/B, Enseignante à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommée dans les fonctions de Professeur titulaire à compter du 1er octobre 2019 ;
  • Monsieur Ibrahim...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WZOg4p
via gqrds
Dénomination des infrastructures publiques: Le Chef de l’Etat, Macky Sall a déjà signé les décrets
- Université du Futur Africain (UFA) porte désormais, le nom de « Abdoulaye WADE » ;

- École nationale de la Statistique et de l'Analyse économique (ENSAE) rebaptisée « Pierre NDIAYE » ;

- Daara moderne public de Taïba Niassène devient « Seyda Mariama Ibrahima NIASSE »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2X0lSz2
via gqrds
Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 30 décembre 2020 au Palais de la République.
Conseil des Ministres de ce mercredi 30 décembre 2020
A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a adressé les condoléances de la Nation, aux familles et proches de compatriotes qui ont été récemment arrachés à notre affection. Il s’agit, notamment, de Monsieur Pierre NDIAYE, Secrétaire général du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, qui a fortement contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, avec une compétence remarquable et un engagement républicain modèle.

Il s’agit, également, de Seyda Mariama Ibrahima NIASSE, une éducatrice exceptionnelle, qui a participé, de façon exemplaire, au développement et au rayonnement du système éducatif national à travers ses établissements scolaires réputés par la qualité de leurs enseignements et encadrement. Le Président de la République présente, à cet égard, ses condoléances au Khalife général de Médina Baye, Cheikh Mouhamadou Mahi NIASSE, et à toute la communauté éducative.

Le Chef de l’Etat salue, aussi, la mémoire du Général Mamadou NIANG, un Homme de devoir loyal. Un Soldat de la République. Un Patriote digne et généreux, qui a toujours servi son Pays avec engagement, dévouement et désintéressement.

Abordant l’évolution de la Pandémie de la Covid-19, le Président de la République invite les populations à redoubler de vigilance, à observer en permanence les gestes barrières, de même que la limitation généralisée des rassemblements et réunions, afin d’arrêter la circulation actuelle du virus.

Le Chef de l’Etat demande, à cet effet, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’améliorer, au quotidien, la sensibilisation des communautés et de veiller à une prise en charge adéquate des patients dans les Centres de Traitement et les services des hôpitaux. A cet égard, le Président de la République se félicite de l’inauguration, hier, du nouveau Service des Maladies infectieuses et Tropicales de l’Hôpital Fann, construit, équipé et fonctionnel en un temps record avec la mobilisation de ressources exceptionnelles et l’engagement notable de bonnes volontés, parmi lesquelles le Professeur Moussa Seydi et ses équipes.

Le Chef de l’Etat invite, dans cet élan, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à accélérer les réformes du système de Santé, en vue de sa transformation rapide dans tous les domaines, en veillant à l’entretien adéquat des infrastructures et équipements, ainsi qu’à la productivité optimale des personnels de santé.

Dans la perspective de la relance économique, avec le déploiement du Plan d’Action Prioritaire Ajusté et Accéléré (PAP2A), le Président de la République encourage la reprise et l’intensification des activités économiques sur l’ensemble du territoire national, en particulier au niveau des sites de production (artisanale et industrielle) et des zones touristiques.

Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l’Etat indique toute l’importance qu’il accorde à la stabilité sociale et à la relance du secteur du tourisme.

Il demande, à ce titre, au Ministre du Travail, en relation avec le Ministre du Tourisme et les partenaires sociaux, de consolider le dialogue permanent entre toutes les parties prenantes afin de protéger les droits des travailleurs du secteur de l’hôtelier durant cette période difficile, liée à la pandémie de la COVID-19.

Le Président de la République engage le Gouvernement, les Ministres en charge du Travail, de l’Economie et du Tourisme notamment, à initier la conclusion d’un « Pacte de stabilité sociale » dans le secteur du Tourisme ; secteur qui doit jouer un rôle majeur dans la relance économique.

Le Chef de l’Etat demande, enfin, au Ministre du Travail, de préparer la tenue, en 2021, de la troisième édition de la Conférence sociale, selon un format innovant et inclusif.

S’agissant du suivi de la coopération et des partenariats, le Président de la République indique toute l’importance qu’il accorde à la réalisation du port de Ndayane.

Il a, à cet effet, demandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions appropriées afin d’assurer le lancement effectif, au cours du 1er semestre de 2021, des travaux de ce nouveau Port en eaux profondes, développé par l’Etat du Sénégal, le Port Autonome de Dakar et le Partenaire Dubai Port World (DPW).

Le Chef de l’Etat indique au Gouvernement, l’impératif de finaliser, en priorité, le Plan Directeur d’Urbanisme de cette nouvelle zone portuaire stratégique, avec son interland (Bargny- Sendou- Yène - Toubab Dialaw, Daga Kholpa - Popenguine - Ndayane), qui deviendra un Pôle économique et industriel international de référence.

Le Président de la République a ainsi rappelé l’urgence de la mise en cohérence de ce Plan Directeur d’Urbanisme avec le Plan National d’Aménagement et de développement des Territoires (PNADT) adopté en Conseil des Ministres le 24 janvier 2020.

Le Chef de l’Etat a informé le Conseil avoir signé des décrets portant dénomination des infrastructures publiques suivantes :

- Université du Futur Africain (UFA) « Abdoulaye WADE » ;

- École nationale de la Statistique et de l'Analyse économique (ENSAE) « Pierre NDIAYE » ;

- Daara moderne public de Taïba Niassène « Seyda Mariama Ibrahima NIASSE » ;

Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur son agenda diplomatique.

Au titre des Communications,

- le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ;

- le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur l’exécution budgétaire 2020 et le Fonds « FORCE COVID 19 » ;

- le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ;

- le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 ;

- le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide ;

- le Ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique a fait une communication sur le Programme de 100 000 logements ;

- le Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises a fait une communication sur la mise en service du marché d’intérêt national et de la gare des gros porteurs.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

- le projet de loi fixant les règles d’applicabilité des lois, des actes administratifs à caractère réglementaire et des actes administratifs à caractère individuel ;

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

- Madame Fatou DIANE, Economiste, précédemment Directeur de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés (DRSFD), est nommée Coordonnateur national du Programme de Développement de la Microfinance islamique au Sénégal (PROMISE), en remplacement de Madame Yaye Fatou DIAGNE, appelée à d’autres fonctions ;

- Monsieur Begong - Bodoli BETINA
, matricule de solde n° 607 855/O, Enseignant à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2015 ;

- Monsieur Boubacar CAMARA, matricule de solde no 607 9811K, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ;

- Monsieur Mouhamadou Mawloud DIAKHATE, matricule de solde no 607 839/N, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ;

- Monsieur Cheikh Samba WADE, matricule de solde no 607 982/A, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2019 ;

- Monsieur Mamadou Felwine SARR, matricule de solde no 609 967/E, Enseignant Chercheur à l'UFR de Sciences Economiques et de Gestion de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2017 ;

- Madame Ndeye Mery DIA, matricule n° 605 988/B, Enseignante à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommée dans les fonctions de Professeur titulaire à compter du 1er octobre 2019 ;

- Monsieur Ibrahima KONATE, matricule de solde n° 605 987/C, Enseignant à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire à compter du 1er octobre 2016 ;

- Monsieur Adama KANE, matricule de solde n° 605 985/E, Enseignant à l’UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire, à compter du 1er octobre 2016 ;

- Monsieur Abdoulaye NDOYE DIOP, matricule de solde no 605 986/ D, Enseignant Chercheur à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016.

Fait à Dakar le 30 décembre 2020
Le Ministre des Collectivités Territoriales
du Développement et de l’aménagement
des territoires, Porte-Parole du Gouvernement
Oumar GUEYE



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3oeKkcl
via gqrds
Le président Macky Sall semble avoir apporté une retouche à sa stratégie de communication de fin d’année. Selon la nouvelle qui vient de parvenir à Leral.net, le Chef de l'Etat, sera face à la presse, ce jeudi 31 décembre après son discours à la nation.
Innovation : Macky Sall face à la presse après son discours à la nation du 31 décembre
Mais pour modérer, disons plutôt une partie de la presse, car une courte liste de journalistes a été établie.

« Il s’agit entre autres d’Alassane Samba Diop du groupe Emedia Invest, Souleymane Niang de GFM ,Cheikh Diaby de la 2Stv,Ousmane Ngary de la RTS,Nene Aicha Ba de la Sen TV et Ibrahima Lissa Faye qui va représenter la presse en ligne ».
Arame Ndao de la RTS sera la modératrice.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/34Z1wLg
via gqrds
Ce mardi 29 décembre 2020, le complexe du Terrou-Bi a abrité une importante rencontre regroupant la plupart des sensibilités du mouvement étudiant, tant de Dakar que des autres régions.
Apaisement de l’espace universitaire – Doro Gaye, encore à l’œuvre, réussit un joli coup
Dakarposte est en mesure de révéler que l’initiateur de cette rencontre n’était autre que le très discret mais très efficace Doro Gaye dont la motivation principale était de créer et de préserver un espace apaisé dans les universités et les écoles de formation de notre pays.
Après avoir relevé que tout au cours des décennies précédentes, l’espace universitaire a été marqué par des grèves récurrentes débouchant parfois sur des débordements, il a appelé les étudiants à privilégier le dialogue plutôt que les affrontements qui n’apportent rien à personne mais qui peuvent causer des désagréments à des tiers.

Revenant sur les fondamentaux structurants de l’Université, les participants à la rencontre ont rappelé avec force ce qui fait un étudiant : une élite et un expert en devenir. L’étudiant est ainsi le premier garant d’un renouvellement positif des générations et surtout le fondement premier d’un avenir de qualité de la nation.
C’est au regard de ces considérations, que les étudiants ont salué l’initiative de Doro Gaye et pris l’engagement de préserver un climat de paix durable, voire définitif, dans l’espace universitaire.
Devant des proches collaborateurs du Pr Macky Sall (Latif Coulibaly et Luc Sarr), ils ont donc tenu à féliciter chaleureusement, M. Doro Gaye pour son initiative salutaire.
Et, afin de lui renouveler leur gratitude, ils ont élevé l’homme au rang “d’ Ambassadeur de la paix dans les universités du Sénégal .”

​Apaisement de l’espace universitaire – Doro Gaye, encore à l’œuvre, réussit un joli coup

Apaisement de l’espace universitaire – Doro Gaye, encore à l’œuvre, réussit un joli coup

Apaisement de l’espace universitaire – Doro Gaye, encore à l’œuvre, réussit un joli coup

Apaisement de l’espace universitaire – Doro Gaye, encore à l’œuvre, réussit un joli coup



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WVyCXV
via gqrds
Macky fait la leçon à Mansour Faye
On aurait dit en wolof du « garouwale ». Parce que les propos tenus hier par Macky Sall à l’endroit du Pr Moussa Seydi lors de l’inauguration du nouveau service ont tout l’air d’aller directement vers son beau-frère Mansour Faye qui a décidé de donner le nom de l’avenue Général De Gaulle au président Macky Sall. Installant une polémique vive depuis quelques jours. Lors de son discours, Président SALL a estimé que le service des maladies infectieuses doit porter le nom du Pr Seydi.

Seulement il tiendra à afficher une certaine gêne dans sa décision puisqu’il dira qu’« il est très rare de donner le nom d’une structure à une personne qui y est en exercice, mais vous méritez grandement que le service des maladies infectieuses de Fann porte votre nom ». Alors nous osons croire que le ministre-maire Mansour Faye a bien compris le message pour revenir en arrière.

Mais comme il fait partie des « petits gens » selon Mary Teuw Niane, il est peu probable qu’il revienne sur sa décision. Il reste que rendre au Sénégal sa souveraineté médicale est pour le président de la République, une de ses principales priorités. C’est d’ailleurs lui-même qui l’a annoncé ce mardi 29 décembre 2020 lors de l’inauguration du Service des maladies infectieuses et tropicales (Smit).
Le Temoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2WSKF8k
via gqrds
Les saisonniers de la Sonacos Lydiane jugent catastrophique la campagne de commercialisation de l’arachide. En effet selon eux, l’usine n’a réceptionné que 100 tonnes environ depuis le lancement de la campagne.
Commercialisation de l’arachide : c’est la grogne chez les saisonniers de la Sonacos Lydiane
Une situation causée selon les travailleurs saisonniers par le renchérissement du prix du kg d’arachide par des producteurs alors que la Sonacos achète toujours aux prix officiels de 250frs.

D’après nos confrères d’actunet.net, ils ont fait face à la presse pour fustiger cette situation et invité le président Macky Sall à accompagner la Sonacos afin que cette dernière puisse s’aligner au prix du marché, 300frs le Kg d’arachide sans quoi, Mbaye Faye, président de l’Amicale des travailleurs saisonniers de la Sonacos Lydiane prédit le déclin de l’huilier national qui ne pourra pas suivre la concurrence étrangère, notamment chinoise.

Selon eux, les conséquences de cette mauvaise campagne se traduisent par une perte d’emplois énorme car « sur 1200 saisonniers, seuls 300 sont actifs, tout le reste se trouve en chômage ».



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3hqZEzX
via gqrds
La sortie au mois d’avril dernier du Pr. Moussa Seydi sur l’absence d’un service de réanimation à Ziguinchor a été mal appréciée par le ministère de la Santé. Ce qui avait donné lieu à un différend entre Seydi et Diouf Sarr, le ministre de tutelle. Le président Macky Sall a subtilement appelé son ministre à savoir raison garder.
Différend entre Diouf Sarr et le Pr Seydi : Macky ramène son ministre de la santé à la raison
Hier mardi, présidant la cérémonie d’inauguration du nouveau bâtiment du Service des maladies infectieuses et tropicales (Smit) de Fann, Macky Sall a invité son ministre à plus d’ouverture par rapport à la posture des universitaires et autres chercheurs, nous dit actunet.net.

« Il faut accepter la liberté des scientifiques et la liberté des universitaires. Moi ça ne me gène nullement d’avoir des échanges même contradictoires avec les professeurs, avec les médecins, avec les journalistes. C’est vrai qu’il peut déranger si on n’est pas prêt à accepter la liberté du scientifique, de l’infectiologue. C’est pourquoi j’ai tenu à vous accompagner de la manière la plus forte qui soit », déclare Macky Sall à Seydi, devant son ministre de la Santé.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3rH41v8
via gqrds