Des agents des hôpitaux Roi Baudouin de Guédiawaye, du Service d’hygiène de la Médina, de Youssou Mbargane de Rufisque et des structures de santé de l’intérieur du pays qui dénoncent une discrimination dans le paiement des primes de motivations, menacent de se faire entendre.
Discrimination dans les primes de motivations : Des agents de la santé menacent de se faire entendre
Une discrimination dans le paiement des primes de motivations des agents de la santé qui perdure depuis 20 ans, fait sortir certains de leurs gonds, nous apprend le journal Tribune.

De quoi s’agit-il exactement ?

Selon Souleymane Joe Mané, ci-devant Secrétaire général national du Syndicat national des travailleurs de la santé (Syntras), «c’est plus qu’une discrimination. Il s’agit d’une injustice qui perdure depuis 2000 et qui doit être, corrigée».

Selon ce syndicaliste qui appuie la lutte des agents victimes de la discrimination en cause, «à Dakar, le non-paiement des primes de motivation ne concerne que les agents de trois hôpitaux, à savoir : Roi Baudouin de Guédiawaye, Youssou Mbargane de Rufisque et l’hôpital du Service d’hygiène de la Médina», renseigne Joe Mané, qui révèle que la même situation prévaut au niveau des structures de santé de l’intérieur du pays, qui ne perçoivent pas cette prime».

Pour le syndicaliste, «l'état ne peut pas demander à ces agents de faire des résultats avec un traitement discriminatoire comme c’est le cas avec les primes de motivations».

M. Mané de nous expliquer que pour les trois hôpitaux de Dakar concernés par le non-paiement, ils étaient des centres de santé au moment de l’instauration de la prime en 2000. Mais qu’«ayant été élevés à des hôpitaux de niveau 1, leurs agents ont droit à la même prime que ceux des autres hôpitaux», souligne Souleymane Joseph Mané.

Le même d’informer que les primes Covid de 6 mois ont été intégralement payés. Il demande à l’État de généraliser le paiement des fonds de motivation à tous les ayants droit. En attendant, la colère des victimes du non-paiement des dites primes, est accentuée par le non-respect des protocoles d’accords signés en 2010 et en 2014, à travers lesquels, le gouvernement s’était engagé «à proposer un système de rémunération plus attrayant qui corrigerait les inégalités et les disparités de traitement des agents de l’État».
Ces victimes qui interpellent le Président de la République Macky Sall, sur leur situation, soutiennent que les états pour le paiement des primes sont disponibles au niveau de la direction des ressources humaines du ministère de la Santé.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/36z9sUt
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours