Adama Gaye s’est apparemment « rassemblé ». Ses postures clownesques qui s’étalent dans la presse électronique, complètent cette dégénérescence qui se nourrit du désordre de sa réflexion toujours plus vulgaire et subalterne. Tout est réuni pour mettre en lumière la médiocrité du personnage. Son existence actuelle est le produit de ses cris de caïmans et de ses écrits calamiteux. Ainsi, pour tenter de survivre, il se sent obligé de s’adonner à du remplissage, avec un état d’esprit peu compatible avec la rigueur.
Adama Gaye, ridicule et pitoyable ( Momath Sokhna, Enseignant arabe )
Adama Gaye n’a aucun sens de la morale. Son manque de rigueur dans ses prises de position, est accompagné d’une mauvaise foi et d’un manque de scrupule sans égal. Mais serait-il avisé de parler de valeurs à quelqu’un qui a choisi d’enfourcher le cheval de la haine jusqu’à en devenir aveugle ?


Cet individu n’aime rien ni personne, convaincu qu’il est que sa propre existence ne s’accommode d’aucune autre. Il veut paraître ostensiblement et rien ne doit gêner sa visibilité. Son addiction et sa dépendance vis-à-vis du paraître, font de lui un mégalomane, un psychopathe qui se veut grand dans la bassesse. Il est devenu le visage du ridicule mais il est loin d’en être conscient. « Dof dou rouss, mbokk yi nioy deh rek », disent les wolof. Cet adage semble avoir été pensé spécifiquement pour Adama Gaye.

Faute d’être significatif dans le monde réel, Monsieur Gaye s’est construit un royaume virtuel dans lequel il baigne sans retenue : il aime noter qu’il vit aux pays des pyramides et cite Ramsès mais zappe le sphinx à cause de l’énigme de son nez, puisque lui veut être complet. De l’intelligence, il n’en a pas besoin, il en a suffisamment croit-il ! Il convoque tantôt les équilibres géostratégiques, tantôt la culture, tantôt l’économie, avec une prédilection pour le pétrole qu’il considère comme un produit noble compatible avec sa classe. Ce n’est pas pour rien qu’il se proclame PDG fictif de la chimérique New force Africa ! Il nage en pleine fable, le pauvre. Le jour où il reviendra sur terre, il saura que pendant son « absence », le Sénégal a bien évolué, que le mieux-être de ses citoyens est là, que son rayonnement grandissant profite même à lui le renégat.


Adama Gaye joue à un jeu anachronique dont il n’a pas en plus les moyens. Lourd et voûté, cet homme du passé à l’esprit alourdi par la prétention et les ressentiments, n’a ni le physique ni le tact de Superman ou Batman pour s’ériger en redresseurs de torts. Il serait mieux inspiré d’abandonner ses délires et de venir découvrir le nouveau Sénégal qui décolle sur tous les plans : infrastructures, agriculture, santé, éducation, enseignement et formation, sport...Il pourrait trouver ainsi matière utile à son activisme sur les réseaux sociaux, en décrivant le réel.


Il cesserait alors d’être ridicule et d’installer ses proches dans la gêne permanente par ses incongruités. La proximité le rendrait aussi plus audible, son tintamarre actuel ne générant qu’une triste cacophonie, dont les décibels à partir du Caire atteignent difficilement le Sénégal plutôt mobilisé contre la covid-19 avec des résultats probants.

Le Sénégal sous le Président Macky Sall, c’est l’émergence contre vents et marées comme le confirment toutes les études multilatérales, et ce, dans tous les compartiments de la gouvernance, dans un État de droit solidaire exemplaire.

Adama Gaye peut aboyer comme un labrador de Crimée, la caravane passe quand même.




Momath SOKHNA
Enseignant arabe
Parcelles assainies - Dakar



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3claVkw
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours