Le Sénégal reste toujours sur la liste rouge des pays où l’indice de perception de la corruption est le plus élevé. Autrement dit, notre pays n’a pas évolué dans le bon sens depuis 2016. L’Indice de perception de la corruption (IPC), publié cette année, peint un tableau sombre de l’état de la corruption dans le monde.
Corruption-IPC / Le Sénégal toujours sur la liste rouge: Les recommandations du Forum Civil
La crise sanitaire que subit l’humanité, marquée par la seconde vague de l’épidémie de la Covid-19, n’est pas seulement une crise sur le plan sanitaire et économique, mais également une crise sur le plan de la corruption.

D’où la nécessité pour le Sénégal en particulier, d’après les rédacteurs de ce rapport, de faire beaucoup d’efforts pour sortir de la zone rouge. C’est-à-dire, dépasser le score de 50/100. Le Sénégal reste confiné depuis 2016 dans la zone rouge, avec le même score de 45/100.

Le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International, a formulé en direction des hautes autorités et institutions de ce pays, un certain nombre de recommandations.

Il demande au président de la République de cesser d’entretenir une impunité affirmée et voulue, sur des dossiers qui intéressent la gestion des ressources des contribuables,
- de s’abstenir de maintenir sous le coude des dossiers qui lui sont transmis par les Corps de Contrôle,
- de faire toute la lumière sur les fonds (reçus ou ressources propres) injectés dans la lutte contre l’émigration dite irrégulière,
- de donner suite aux recommandations du Comité de Concertation et de Modernisation de la Justice, de concrétiser l’adhésion du Sénégal à la FITI,
- d’inviter les autorités contractantes à rendre compte des acquisitions effectuées sous le régime dérogatoire au Code des marchés publics institué par le Décret n°2020-781 du 18 mars 2020 pour les dépenses relatives à la Covid-19.

Le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International, demande aussi à Macky Sall:
- de renforcer le contrôle des inspections internes dans les Administrations,
- de mettre fin à « l’illégalité » à la Direction de l’Autorité de Régulation des Marchés publics et d’enlever cet organe de contrôle des marchés publics de la tutelle de la présidence de la République,
- d’accélérer la modernisation de l’administration, surtout au niveau du Trésor Public et des administrations financières,
- d’accorder des ressources conséquentes à la CENTIF et à l’OFNAC, pour la mise en oeuvre effective de la Stratégie nationale de lutte contre le blanchiment de Capitaux et de la Stratégie nationale de lutte contre la Corruption.
-
Le président de la République est aussi prié d’ajuster le dispositif juridique de prévention et de lutte contre la corruption, notamment par l’adoption des lois sur l’accès à l’information, sur la prévention des conflits d’intérêts, sur le financement des partis politiques, en particulier une loi sur l’encadrement des financements des campagnes électorales.

Au ministère en charge de la Jeunesse, le Forum civil recommande de rendre opérationnelle la Stratégie nationale de Promotion de la citoyenneté qui devait être finalisée depuis fin mai 2019.

A l’Assemblée nationale, d’user de ses pouvoirs constitutionnels et législatifs, pour éclairer les Sénégalais sur les financements et réalisations des projets suivants : l’Autoroute Thiès-Touba, l’Autoroute Dakar-Diamniadio, le Pôle Industriel de Diamniadio, la réfection du Building Administratif, l’Autoroute Mbour-Kaolack, l’avance de démarrage de la route Fatick-Kaolack, la Cité de l’Émergence, le Centre International de Diamniadio, l’UNIDAK2 de Diamniadio, l’attribution du Port de Bargny, les concessions de NECOTRANS, la gestion opaque du King Fahd PALACE ainsi que les listes des « grands producteurs » bénéficiaires des différents mécanismes de subvention sur les intrants (engrais, semences et matériels agricoles).

Au Procureur de la République, le Forum civil demande de rendre compte au peuple sénégalais, de tous les dossiers transmis par les corps de contrôle (Ex : CENTIF, OFNAC, IGE…).

A la Cour des Comptes, de publier les rapports 2018 et 2019 qu’elle avait promis de rendre publics à la fin du mois d’octobre 2020.

Aux Partenaires Techniques et Financiers, de rendre publique la situation de l’exécution des dépenses effectuées pour la riposte à la Covid-19 sur les bases des ressources qu’ils ont allouées à l’Etat du Sénégal…




Le Témoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2YpI3Q5
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours