Le communiqué publié hier par la Convergence syndicale des travailleurs de Senelec (Sutelec, Sudeten, Syntes, Sycas et Satel) sonne comme une décision de la Justice divine départageant l’ancien directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, d’avec certains pourfendeurs de la Senelec. Ou alors des menteurs d’Etat.
Toujours est-il que les syndicalistes de la Senelec commencent à mettre à nu la gestion de leur propre patron en l’occurrence Papa Mademba Bitèye. Disant avoir constaté que les principes de bonne gouvernance sont foulés du pied à la Senelec, les syndicalistes estiment qu’ « Aucune vision partagée, ni aucune démarche visible et pertinente ne sont assises sur une politique claire et convaincante (…)

Le Top Management qui est composé d’un Directeur Général, d’un Secrétaire Général, de 14 Directeurs Principaux, de 25 Directeurs d’unité et de 12 Délégués, est dans un tâtonnement inexplicable et dans un attentisme indicible concernant la conduite des affaires de Senelec ».

Plus grave, ils dénoncent la gestion nébuleuse des ressources humaines et le manque d’équité. Ah bon, vous dites éthique et transparence ? Deux « défauts » qu’on « reprochait » à tort à l’honorable ministre Mouhamadou Makhtar Cissé, l’ancien Dg de la Senelec.

Aujourd’hui, « Le Témoin » regrette qu’à l’époque, le président de la République Macky Sall n’avait rien fait pour siffler la fin de la récréation des menteurs d’Etat qui ont fini par le séparer d’avec l’un de ses brillants technocrates nommé Mouhamadou Makhtar Cissé. Ainsi va le Sénégal des brutes, des méchants et des lâches.
LeTémoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3iykCxb
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours