février 2021
La Bataille de la communication est lancée entre Sonko et le camp présidentiel. Dans une déclaration politique rendue publique ce dimanche 28 février 2021, les Jeunesses Républicaines constituées par la COJER et le MEER, ont réagi à l’Affaire Sweet Beauté. Des tirs à l’arme lourde, ils en ont lâché sur Sonko, mais les Organisations de Femmes qui semblent s’abstenir sur cette question en ont aussi reçu. Voici l’intégralité de leur riposte face aux attaques contre leur camp.
Affaire Sweet Beauté : la COJER et le MEER à boulets rouges sur Sonko et des Organisations de Femmes
Depuis quelques semaines, une obscure affaire de mœurs défraie la chronique et empuantit l’actualité nationale. C’est vrai qu’en d’autres temps et pour d’autres Acteurs, cette affaire aurait été rangée sur le registre des « faits divers » ordinaires qui, hélas, scandent notre vie quotidienne. Dès lors, on comprend aisément, que la pestilence nauséabonde qui nourrit un déchaînement frénétique de passions, de mensonges, de manipulations et de violences, est due, exclusivement, à l’implication dans cette sombre affaire, de l’une des figures principales de l’Opposition politique.

Pourtant, la donne est simple : une jeune sénégalaise a déposé une plainte, pour viol, contre un homme politique, de surcroît Député à l’Assemblée Nationale du Sénégal. Celui – ci, agite, mensongèrement, le manteau de son Immunité Parlementaire pour ne pas déférer devant la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale, obligeant ainsi, la mise en branle d’une procédure telle que définie par les Lois et Règlements en vigueur au Sénégal. Pour notre Parti et pour les Démocrates et Républicains de ce pays, cette affaire privée ne devait, en aucun cas, autoriser des interférences politiciennes pouvant obstruer sa résolution par la seule institution dédiée qu’est la Justice !

Fidèles à cette position de principe et en dépit de toutes formes de provocations, jamais nous n’avons, tout au cours du déroulement de la procédure, élevé la voix pour intervenir sur cette question, préoccupés que nous sommes par la résolution des aspirations profondes du peuple sénégalais.

Mais, rattrapé par ses propos contradictoires permanents, enferré dans ses mensonges (sa marque de fabrique) et voulant éviter, à tout prix, une quelconque confrontation avec la plaignante, l’Honorable Député, choisit alors la posture la plus commode, celle adoptée généralement par tous les politiciens qui ont maille à partir avec la Justice : la Thèse du « Complot » !!!

Depuis lors, une gigantesque opération de Communication est déclenchée par le biais des media classiques et via les Réseaux Sociaux qui s’appliquent, au travers d’une cabale immonde à détruire la jeune fille. La boue, les boules puantes et la cyber – haine en bandoulière, des individus tiennent des propos hallucinés au quotidien et procèdent à des montages ignobles dans le but exclusif de disqualifier la jeune fille et de servir de « boucliers » au « Président » !

Jamais dans notre histoire politique nationale, pareils délires et pratiques politiciennes aussi abjectes, n’ont été connus. Ils ont pour finalité de rendre instable et ingouvernable le pays, de diviser notre société, de transformer une question privée en question nationale et politique.

Ainsi, toute la « Légion Anti – pouvoir » se mobilise : des composantes de la Société Civile, s’écartant de ce qui forge leur identité première, à savoir l’équidistance des forces politiques en compétition, s’affichent ostensiblement avec un camp ; des Maîtres du Savoir – Savant versent dans un « intello – populisme » et cèdent à la « servitude volontaire » ; des Organisations de Femmes, à quelques jours de la célébration du 08 Mars, refusent de soutenir une femme à qui toute présomption de Vérité est déniée… Bref, toute cette engeance, tente de nous imposer l’inacceptable : qu’un homme politique insulte, fomente, agresse, décide de qui doit le juger, refuse de déférer aux convocations d’Institutions légales, piétine le Droit, récuse les piliers de notre système judiciaire, sans qu’aucune voix ne s’élève et que meurt l’Etat de Droit pour qu’il n’y ait qu’un Droit dans l’Etat !!!

Dans cette liste, figurent deux vieux briscards de la vie politique qui ont blanchi sous le harnais et sont d’anciens combattants de toutes les batailles perdues qui hier encore, rendaient visite à l’Honorable Député. C’était, de guerre lasse, pour se prosterner devant la Media - Star et une occasion pour disqualifier la politique du Président Macky Sall sur des questions stratégiques majeures.

La légèreté de tels propos et la grossièreté de pareils mensonges, ne méritent guère de longs développements. Nos compatriotes savent que le Président Macky Sall a très tôt pris la mesure de la gravité de la pandémie. Grâce au Programme de Résilience Economique et Sociale et au Plan de Relance, le Président Macky Sall a permis à des millions de familles de faire face aux difficultés socioéconomiques induites par la Covid 19.

Il a épargné les Entreprises de faillites certaines grâce à des soutiens multiformes qui vont de reports, voire d’abandons, de charges, de protection de l’Emploi, en refusant les « licenciements Covid », jusqu’aux garanties bancaires et la mise en place d’une Force Covid 19 avec Comité de Pilotage ! Aujourd’hui, notre pays est engagé dans une vaste Campagne de vaccination, au grand bénéfice de nos populations. Protéger, sécuriser et améliorer la qualité de la vie des Sénégalais, tels demeurent les axes permanents des dynamiques politiques déroulées par le Président Macky Sall, hautement appréciées de nos compatriotes et fortement saluées par le reste du monde. Les rodomontades et autres contes de fées racontés par ces deux renégats, ne nous affectent point. Ils sont à ranger dans le musée des vieilleries et des vétilles qui ont tant fait mal à la pratique politique au Sénégal.

Dans tous les cas, les Jeunesses Républicaines constituées par la COJER et le MEER, exhortent l’Etat à créer les conditions pour le Droit soit toujours dit, que les populations et les biens soient protégés.

Elles félicitent et encouragent le Président Macky Sall, à persister dans sa mobilisation au service des Sénégalais comme en attestent les pas de géant franchis dans la politique des « 100.000 Logements ». Pour les Jeunesses Républicaines, dans l’affaire judiciaire privée en cours, les seules attitudes qui vaillent sont la présomption d’innocence pour l’Accusé et la présomption de vérité pour l’Accusatrice. Toute autre posture ouvrirait la voie à toutes les dérives, notamment l’installation d’une situation dangereuse souhaitée et entretenue par les « Politiciens des Mille Collines » !!
Sombre perspective, que jamais nous n’accepterons !
Dakar, ce 28 Février 2021



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3kAUNgX
via gqrds
Abdou Mbow : « Personne ne va déstabiliser le pays »
Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow, s’est voulu clair sur les différentes manifestations au Sénégal et ayant conduit à une série d’arrestations de membres du parti l’opposant Ousmane Sonko et ceux de la société civile. Invité de l’émission Grand jury de la RFM ce dimanche, il a déclaré que « tant que le président Macky Sall sera à la tête de ce pays, personne ne va déstabiliser les institutions ».

« Tant que le président Macky Sall sera à la tête de ce pays, personne ne va déstabiliser les institutions. Le président de la République, à travers son gouvernement prendront toutes les mesures pour que force reste à la loi, pour protéger les Sénégalais et leurs biens », a dit le député du parti au pouvoir, qui s’exprimait sur « l’appel à la résistance et le refus » de Sonko, accusé de « viols et de menaces de mort », d’aller répondre à la convocation du juge d’instruction.

Evoquant la levée de l’immunité parlementaire du député, Abdou Mbow a déclaré que tout s’est passé dans le respect de la loi et du règlement intérieur de l’hémicycle. Après avoir leur travail comme il se doit, c’est à la justice de faire le sien.

« Une plainte a été déposée par Adji Sarr contre un de nos collègues Ousmane Sonko. On a levé l’immunité parlementaire de ce denier. Je pense que maintenant, c’est à la justice de faire son travail. Ce que je puis vous assurer est que la justice fera son travail en toute impartialité, parce que nous sommes dans un pays régis par des lois et règlements et aucune personnalité, ni aucun individu ne peut se soustraire à la justice », a averti le député.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3r4Cnb0
via gqrds
Seydou Guèye:
La déclaration du président de la République après avoir pris, jeudi dernier, sa première dose du vaccin contre la Covid-19, avait fait beaucoup de bruits. S’adressant aux Sénégalais, Macky Sall avait déclaré ceci : « Si vous ne prenez pas les vaccins, je vais les donner à d’autres pays africains qui en ont besoin » ! Son ministre-conseiller et coordonnateur de la Communication au Palais de la République minimise, Seydou Guèye, estime que « c’est une simple boutade ».

Cette déclaration n’est ni une menace ni un avertissement, si l’on en croit à Seydou Guèye. L’invité de Jury du Dimanche (JDD) de ce 28 février 2021 minimise. « C’est une boutade qu’il faut prendre sur le ton de l’humour puisqu’on ne peut pas investir autant d’argent tiré des ressources publiques pour le faire pour ensuite les redonner », a-t-il déclaré.

M. Guèye est d’avis que ce qui « importe, c’est de considérer que ça se déroule, très, très bien. C’est une boutade que les uns peuvent accepter, dans le temps un peu caustique ».

Seydou Guèye a refusé de parler d’une erreur de communication comme le pense beaucoup de Sénégalais. « Moi je pense que le président de la République ne communique pas mal. Il communique de façon efficace puisqu’il connaît les mémentos », a-t-il soutenu.

Rappelant qu’ : « A chaque fois que le peuple a besoin de l’entendre, il fait une communication très appropriée »



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2O4uALE
via gqrds
Le leader de Pastef, « Les Patriotes », Ousmane Sonko est craint par certains de ses camarades, Inspecteurs des Impôts et des Domaines. Ces derniers, dénonce-t-on, continuaient à lui fournir des informations non fondées. Ils voulaient juste, lui montrer un soutien de façade, dont ils n’étaient pas convaincus. Mais, le président de la République, Macky Sall a réussi à les démasquer.
Divulgation d’informations « Top secret »: Les taupes de Sonko démasquées ( Leral )
La trahison est l’affaire de certaines personnalités, responsabilisées dans la gestion des affaires étatiques. Ayant des cafards à masquer, ils agissent avec des méthodes frauduleuses et voilées pour satisfaire un adversaire de l’Etat. Appelées des « taupes » de la République, ils avançaient jusqu’à un passé récent, à visage masqué.

Désormais, ces inspecteurs hauts placés dans le dispositif de gestion des affaires de l’Etat, doivent davantage être plus méfiants. Puisqu’ils sont présentement, bien connus des autorités étatiques, particulièrement, le Chef de l’Etat, Macky Sall. Ces taupes, découvre-t-on, opéraient d’une manière assez spécifique. Ils se donnaient le moyen d’avoir une personne intermédiaire qui, remettait régulièrement, documents et argent au leader de Pastef.

Très prudents et méfiants, ils ne traitaient pas, via le téléphone, l’internet ou autre moyen, susceptible d’être tracé. C’est ces souteneurs-là qui révélaient en partie les secrets d’Etat et finançaient certaines des activités de ce leader, tant contesté du point de vue comportement. Considéré comme un manipulateur hors norme, il a l’habitude de balancer des informations infondées et non véridiques à travers les médias. Histoire, insiste-t-on, de se faire une notoriété afin d’assouvir ses « fantasmes » politiques.

Et pour se faire une idée de la composition de ces taupes, révèle-t-on, il faut braquer le regard du côté des Inspecteurs, anciens de l’UGB et de ceux qui craignent que le leader du Pastef les cite dans une affaire des plus nébuleuses, auquelle ils avaient pris part. L’option de ces « taupes », montrant une fausse sympathie à Sonko, reste une manière volontaire de couvrir leurs arrières. Ils voulaient juste, éviter une dénonciation calomnieuse, des sanctions qui peuvent freiner leurs ascensions en termes de responsabilités.

Ailleurs, il a été révélé que certains d’entre eux, travaillant aux services des Impôts, étaient sous l’emprise de Sonko. Ils créaient des difficultés à des chefs d’entreprise pour ensuite, leur recommander d’aller vers les sociétés Atlas et Mercalex. Ils leur demandaient de s’attacher ses services pour résoudre un problème. Après l’éclatement ou révélation de l’existence des sociétés de Sonko, cette pratique « honteuse » a connu un frein.

Occupant des postes stratégiques, lesdites taupes sont aujourd’hui, connues par le Chef de l’Etat.
 

Divulgation d’informations « Top secret »: Les taupes de Sonko démasquées ( Leral )



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3dUrbK8
via gqrds
L’arrestation de Dame Mbodj fait jaser dans le milieu scolaire. Dans un communiqué, le Cusems authentique, un syndicat que ce dernier dirige, dénonce une arrestation « arbitraire », avant de lancer un appel aux enseignants et élèves.
Arrestation de Dame Mbodj : Le Cusems la juge illégale et mobilise les enseignants !
Dans un communiqué partagé par « lasnews », le Cusems juge illégale cette arrestation et mobilise les enseignants. Soulignant d’autres revendications insatisfaites, le syndicat demande à ses membres de se mobiliser dans leurs localités pour exiger sa libération.

Le syndicat invite à lutter contre « l’arbitraire et la dictature dans lesquels Macky Sall et ses affidés comptent faire vivre au citoyens “.

Voici ci-dessous le communiqué du Cusems.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3r2FaBu
via gqrds
L’acquisition des 200 000 doses de vaccins de Sinopharm suscite toujours des interrogations au Sénégal. Après un tweet du ministre de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) annonçant un don de la République populaire de Chine, le chef de l’Etat avait, devant les caméras, affirmé que le Sénégal avait bien déboursé 2,2 milliards Cfa pour […]

L’acquisition des 200 000 doses de vaccins de Sinopharm suscite toujours des interrogations au Sénégal. Après un tweet du ministre de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) annonçant un don de la République populaire de Chine, le chef de l’Etat avait, devant les caméras, affirmé que le Sénégal avait bien déboursé 2,2 milliards Cfa pour disposer de ces doses.

A l’aéroport international Blaise Diagne de Dias, il n’avait pas manqué de remercier son homologue chinois. « Monsieur l’ambassadeur, soyez mon interprète auprès de mon ami Xi Jinping pour lui transmettre mes sincères remerciements », avait déclaré le chef de l’Etat, après avoir réceptionné le lot, en présence du représentant de la Chine à Dakar.

Seulement, la presse française donne une version différente de celle déjà avancée. Dans un article intitulé « La Chine étend son influence en vaccinant le monde à tour de bras », Slate.fr, magazine en ligne de référence, a dévoilé certains détails. Au rang des pays ayant bénéficié « gracieusement » du don chinois, on y retrouve le Sénégal.

« Le Sénégal, la Guinée équatoriale et l’Égypte ont été les premiers à recevoir chacun et gratuitement, 200.000 doses de vaccins chinois », renseigne le média français. Des arguments qui semblent conforter certains observateurs qui remettaient en cause l’acquisition de ces doses.  Au moment où les autorités sénégalaises annoncent un « achat », d’autres pays affirment ouvertement avoir bénéficié de “don” du bienfaiteur chinois. C’est notamment le cas de l’Algérie, du Gabon ou encore du Zimbabwe. Et pour la plupart de ces pays, la note est presque la même ; 200 000 doses de vaccins de Sinopharm. Qui croire ? Une chose est certaine; ce feuilleton autour du vaccin chinois est loin de livrer tous ses secrets.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://www.leral.net/Le-Senegal-a-recu-gratuitement-200-000-doses-de-vaccins-chinois-media-francais_a296886.html
via
gqrds

Bougane Gueye Dany exige la libération immédiate des
"Je viens de rencontrer un homme serein convaincu que le Sénégal est face à son destin. Après la le levée illégale de son immunité parlementaire du fait d’une majorité mécanique aux ordres de qui vous savez malgré la séparation des pouvoirs, j’ai tenu à lui manifester toute ma sympathie et lui dire que je me tenais prêt à ses côtés face à cette entreprise machiavélique.

Vous savez Ousmane Sonko et moi au delà de la génération que nous partageons nous partageons les mêmes convictions pour mettre résolument le Sénégal sur la voie du développement et aussi intégrer notre pays dans le giron des Etats de droit depuis l’éclatement de cette affaire nous assistons à une chasse aux "pastefiens". Il faut que cela cesse immédiatement et nous demandons à Macky Sall, leur libération immédiate. II s’agit de Abasse Fall, de Birame Souleye, de Assane Diouf, Guy Marius Sagna, cledor Sene, Dame Mbodj et Karim Xrum Xax.

Ces confiscations de liberté témoignent d’une régression démocratique flagrante. Les embastillements d’esprit libre doivent cesser et personne ne pourra contraindre le Président Macky Sall si ce n’est nous les jeunes et les patriotes de ce pays. Toutefois il faut rappeler que ce pays a une longue histoire sur le plan de la démocratie et plusieurs générations se sont données corps et âmes pour y arriver. Nos acquis démocratiques historiques il faut les préserver.

L’honneur de chacun d’entre nous est de travailler pour la préservation de ces legs acquis de hautes luttes pendant près de 70 ans. D’ailleurs le silence de de certains de nos intellectuels et hommes religieux devraient interpeller notre intelligence refusant alors le délitement de l’Etat républicain. On peut détenir un pouvoir sans que cela ne soit un pouvoir d’Etat. Ousmane Sonko incarne et assume aujourd’hui avec bravoure d’ailleurs les charges naturelles de leader incontesté de l’opposition et ses idéaux sont partagés par tous ceux qui aspirent à un Sénégal meilleur et pour les Sénégalais d’abord.

Ce statut fait de fa lui l’homme à abattre, après Karim Wade et Khalifa Sall. C’est regrettable ce qui se passe au Sénégal depuis 2012, aujourd’hui ce sera le tour de Ousmane alors qui sera le prochain sur ma sa liste. Peut-être moi. Peut être vous. Qui sait? Les faillites constatées des classes intellectuelles et politiques qui excellent particulièrement dans les compromissions cela nous oblige à enfiler nos tenues de combat nous citoyens pour défendre la République.

Le pouvoir d’Etat est au dessus de ce qui incarne l’Etat lui même. Alors Macky doit comprendre que le pouvoir de l’Etat et au dessus des hommes. Que ce soit clair aucun. Chef d’Etat ne doit utiliser les instruments qui régulent notre Etat pour éliminer des adversaires politiques. J ’interpelle alors nos forces de l’ordre, notre administration et notre justice à œuvrer sans relâche pour la consolidation de l’Etat de droit.

Avec cet épisode malheureux dont notre frère Ousmane Sonko est victime, un changement de paradigme s’impose dans une démarche de rupture progressive mais citoyenne pour remettre le Sénégal sur les rails d’une grande démocratie. A mon frère Ousmane Sonko je lui dis qu’il a tout notre soutien et que par ma voix le soutien de tous les hommes et femmes du mouvement Gueume sa bopp dans cette épreuve. Ousmane Sonko utilisait tous les moyens légaux et réglementaires prévus par loi pour rependre ou ne pas rependre à la justice, à qui nous avons confiance".
Bougane Gueye Dany



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pYyLWr
via gqrds
Après sa visite rendue à Ousmane Sonko, Bougane Guèye Dany a fait face à la presse. L’homme assure avoir rencontré un homme serein, convaincu que le Sénégal est face à son destin. Voici sa déclaration
Déclaration après sa visite : Bougane Gueye recommande à Sonko d’user de tous moyens légaux pour répondre ou non à la Justice
« Après la levée illégale de son immunité parlementaire, du fait d’une majorité mécanique aux ordres de qui savez, malgré la séparation des pouvoirs, j’ai tenu à lui manifester toute ma sympathie et lui dire que je suis à ses cotés face à cette entreprise machiavélique

Ousmane Sonko et moi au-delà de la génération que nous partageons, nous partageons aussi les mêmes résolutions pour mettre le Sénégal sur la voie du développement et intégrer notre pays dans le giron des états de droits

Depuis l’éclatement de cette affaire nous assistons à une chasse aux pastefiens, il faut que cela cesse. Nous demandons à Macky Sall, leur libération immédiate. Ces confiscations de liberté témoignent d’une régression flagrante de liberté démocratique .

Les embastillements d’esprits libres doivent cesser. Personne ne pourra contraindre le président Macky Sall, si ce n’est nous les jeunes et les patriotes de ce pays !

Ce pays a une longue histoire de démocratie et plusieurs jeunes se sont donné corps et âme pour y arriver. Il faut les préserver. Le silence de certains intellectuels et hommes religieux devrait interpeller notre intelligence. Ousmane Sonko avec bravoure les charges de leader de l’opposition, ses idéaux sont partagés. Après Khalifa Sall et Karim, c’est Sonko. A qui le tour ?

Macky Sall doit comprendre que le pouvoir d’état est au-dessus des hommes. Il ne doit pas se servir de son pouvoir pour éliminer des hommes politiques.
J’interpelle notre administration, nos forces de l’ordre, notre justice pour la consolidation de l’état de droit ».

Il lance aussi un appel pour une démarche républicaine pour remettre le Sénégal sur les rails, tout en réaffirmant son soutien à Sonko, de mêmeque tous les hommes et femmes de son mouvement « Gueum Sa Bop ». Il lui recommande d’user de tous moyens légaux ou répondre ou ne pas répondre à la Justice




from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3sEUhl7
via gqrds
Bougane Gueye Dany chez Sonko:
Le président du mouvement Gueume sa bopp s'est rendu cet après-midi chez Ousmane Sonko pour lui apporter son soutien et lui témoigner sa solidarité suite à la levée de son immunité parlementaire. Face, à la presse, M.Gueye a fait le compte rendu de leur rencontre. Selon lui leurs échanges tournaient autour de la levée de l’immunité parlementaire du leader du Pastef, de l'arrestation des militants du Pastef et des activistes etc.

"Nous sommes prêts à l’accompagner dans ce combat. Nous avons parlé de la libération immédiate des activistes et des militants du Pastef. Ces arrestations doivent cesser", a déclaré Bougane.

"Ce combat n'est pas seulement celui de Ousmane Sonko, c'est un combat pour la démocratie. Les Sénégalais, les citoyens et les patriotes doivent tous se lever pour l'accompagner dans ce combat. Toute l'opposition doit s’unir pour faire face au Président Macky Sall et exigeait la libération immédiate des activistes et patriotes", a ajouté le Président directeur général de Dmedia.

Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2ZZWJGc
via gqrds
Le chef de l’État, Macky Sall, affiche ses ambitions pour sa politique du logement et veut loger les Sénégalais à revenus modestes ou irréguliers à 12 millions Fcfa.
Macky Sall cède des maisons à 12 millions de Fcfa
À en croire Vox Populi, c’est le président de la République qui en a fait la révélation, hier, lors d’une réunion qui s’est tenue au Palais. Pour ce faire, il met à contribution l’IPRES, la CDC et la Caisse de sécurité sociale à qui il demande d’accompagner le programme 100 000 logements.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3b1EmqI
via gqrds
Après 11 mois de chômage technique, 76 travailleurs de l’hôtel King Fahd Palace ont été licenciés. Une annonce faite ce samedi par la secrétaire générale du délégué du personnel de l’hôtel. Véronique Ndour puisque c'est d'elle qu'il s'agit, parle de règlement de comptes et de complot. En conférence de presse, au siège de la CNTS, elle dénonce un licenciement économique et abusif, qui ne respecte pas les règles de procédure.
76 travailleurs de l’hôtel King Fahd Palace licenciés: Les travailleurs parlent de complot et décident de porter le combat
» Cette paix sociale que l’on a toujours recherché aujourd’hui, la direction de l’hôtel King Fahd Palace en a profité à cause de cette pandémie, pour faire un règlement de comptes. Nous ne pouvons pas comprendre au moment où il y a une grande rénovation au King Fahd Palace, on voit un groupe de travailleurs licenciés. Comment vous pouvez comprendre quand on fait un licenciement économique, mettre dehors des travailleurs qui ont fait 20 ans de service et garder ceux qui sont là depuis six, dix mois. Si nous faisons les statistiques de ces licenciements, il y a que 4 employés qui ont moins de dix ans, tout le reste, leur moindre âge c’est à partir de 18 ans et la majorité des licenciés sont membres de la CNTS », déplore la syndicaliste.

Le secrétaire général de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS), Mody Guiro a déploré la manière dont la direction de l’hôtel King Fahd Palace a licencié ces 76 travailleurs. » Nous allons poursuivre ce combat avec vous dans la plus grande l’égalité jusqu’au Bureau International du Travail (BIT). La discrimination n’a pas de sens, les travailleurs doivent être traités de la même manière quelquesoient leur appartenance syndicale ».

» Au lieu de prendre des mesures draconiennes de licenciements, le dialogue social en interne doit prévaloir. Dans cette situation de crise, il faut mettre en avant le dialogue social et non la répression. Il faudrait que la direction de l’hôtel King Fahd Palace se ressaisisse », ajoute-t-il.

D’ailleurs le SG de la CNTS, interpelle directement le chef de l’État Macky Sall. Il estime que les responsables des hôtels sont en train de licencier tous azimuts les travailleurs, pour ensuite percevoir les financements promis par l’État. « Ce qui est inadmissible ».




Dakar24sn.com



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3r2JEb4
via gqrds
Encore une triste nouvelle qui vient de nous parvenir : Saint-Louis vient de perdre une personnalité, un de ses fils, un digne héritier de ses valeurs. L’opérateur Économique, El Hadji Talla Niang qui évoluait dans le commerce et le transport est décédé hier Samedi.
Saint-Louis en deuil : L’opérateur économique El Hadji Talla Niang décédé hier
C’est l’homme qui avait lancé un appel solennel et avait formulé ses recommandations à l’endroit des autorités sénégalaises, plus particulièrement au Président Macky Sall pour une bonne gestion des fonds de la COVID-19.

Il avait même préconisé que ce fonds soit confié à des hommes responsables comme les hauts-gradés de l’armée sénégalaise, connus pour leur connaissance te maitrise de l’étendue du territoire national, les zones vulnérables, mais surtout leur rigueur, leur droiture.

Un conseil qui n’est tombé dans l’oreille d’un sourd car en conseil des ministres la semaine suivante le Chef de l’Etat « avait souligné le caractère urgent de la distribution des vivres, mais surtout au Ministre du développement communautaire d’impliquer les forces de défense et de sécurité dans le déploiement de l’aide alimentaire ».

Il est aussi le père d’une femme responsable politique proche de Modou Diagne Fada, Mme Ly Ndoumbé Niang. Son enterrement a eu lieu hier à Touba, nous confirme une source proche de la famille.

Votre site leral.net en cette triste occasion exprime sa vive compassion à sa famille. Par la Grâce de DIEU que le Paradis Firdawsi soit sa nouvelle demeure pour l’éternité.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3b1wfug
via gqrds
Expresso Sénégal obtient la licence d’exploitation pour le réseau 4G
Expresso Télécoms Sénégal, opérateur global de téléphonie a obtenu la licence d’exploitation pour le réseau 4G et le service sera déployé immédiatement.

C’est dans ce cadre que le Président Directeur Général du Groupe Sudatel a rencontré les autorités étatiques du Sénégal pour marquer ce jalon important. En effet, son Excellence Monsieur Macky Sall a reçu M. Magdi Taha PDG du groupe SUDATEL accompagné du Directeur Technique du groupe Engineer Gafar et de M. Radi ALMAMOUN Directeur Général de Expresso Sénégal par interim.

Actuellement la 4G est opérationnelle à Dakar et dans quelques régions du Sénégal, des travaux sont en cours pour couvrir tout le pays très prochainement. Par cette avancée, Expresso Sénégal offre désormais ce service au marché sénégalais, particulièrement à ses clients.

Le lancement commercial de la 4G se fera très bientôt.
En 2020, les équipes de Expresso Sénégal ont travaillé d’arrache-pied afin d’améliorer et de moderniser les réseaux 2G et 3G. Expresso Sénégal a eu, par ailleurs, à faire d’importants investissements ayant permis d’augmenter la couverture 3G de 45% sur l'ensemble du Sénégal, d’améliorer de 160% la capacité de données sur le réseau 3G ainsi que d’étendre le réseau de la fibre optique de 839% permettant l’accessibilité de cette dernière au niveau résidentiel.
Expresso Sénégal est déterminé à continuer à être un opérateur innovant et est engagé à œuvrer pour la satisfaction du public sénégalais.

Expresso Sénégal obtient la licence d’exploitation pour le réseau 4G



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2P6e91N
via gqrds
Par Yacine DIEYE Comme plusieurs personnalités de l’Etat et responsables politiques, le président de l’Assemblée nationale a reçu sa dose du vaccin contre le coronavirus. Moustapha Niass a salué l’initiative du chef de l’Etat. «  Avec une approche intelligente, Macky Sall a pris son bâton de pèlerin et a réussi à faire convoyer dans notre […]

Par Yacine DIEYE

Comme plusieurs personnalités de l’Etat et responsables politiques, le président de l’Assemblée nationale a reçu sa dose du vaccin contre le coronavirus. Moustapha Niass a salué l’initiative du chef de l’Etat. «  Avec une approche intelligente, Macky Sall a pris son bâton de pèlerin et a réussi à faire convoyer dans notre pays un premier stock de 200 000 doses de vaccin Sinopharm, dont la fiabilité a été confirmée par les experts de notre pays en la matière”, s’est félicité le président de l’Assemblée nationale.

Pour vaincre le virus, Moustapha Niasse estime que les gens doivent adhérer à la campagne de vaccination. « Il est donc logique que, dans cet esprit, l’Assemblée Nationale, dans ses différentes composantes, les députés et les personnels administratifs, prennent le relais pour cette première phase, qui sera prolongée, au rythme des arrivages annoncés pour les prochaines semaines », a invité Moustapha Niasse.



Source : https://www.lasnews.info/vaccin-sinopharm-le-presi...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3bBHysc
via gqrds
Pourquoi rien ne va plus entre Alpha Condé et Macky Sal
Fermée depuis cinq mois sur décision d’Alpha Condé, la frontière guinéo-sénégalaise, longue de 330 km, « le demeurera jusqu’à nouvel ordre », dit-on à Conakry, alors que celle avec la Sierra Leone a été rouverte le 18 février, après la visite du président Julius Maada Bio chez son homologue guinéen.

La prolongation sine die de cette mesure très pénalisante pour le commerce entre les deux voisins est présentée dans l’entourage d’Alpha Condé comme relevant de la « sécurité nationale ». En cause, selon Conakry : la présence au Sénégal – où résident un à deux millions de Guinéens – d’activistes du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), que les autorités considèrent comme un « mouvement insurrectionnel », et en particulier de deux de ses dirigeants faisant l’objet de mandats d’arrêt émis par la justice guinéenne depuis les troubles qui ont précédé l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 : Ibrahima Diallo (chargé des opérations) et Sekou Koundouno (responsable des stratégies).


Selon un document des renseignements généraux guinéens que JA a pu consulter, les militants du FNDC « se livrent à des déclarations et des actions dangereuses » depuis le territoire sénégalais et des tentatives d’introduction d’« armes de guerre » auraient été déjouées aux postes frontaliers. Lire la suite.https://www.jeuneafrique.com/1128227/politique/guinee-senegal-pourquoi-rien-ne-va-plus-entre-alpha-conde-et-macky-sall/?utm_source=facebook.com&utm_medium=cpc&utm_content=jeune_afrique&utm_campaign=promo_articles_interaction_fb_1128227&fbclid=IwAR0UAey9_4QmJ9ITIYjGa54EjVStmnXZ_9xl9uled_Nf2mwf3VkCqjF5Au4



Source : https://www.exclusif.net/Pourquoi-rien-ne-va-plus-...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3svVGKv
via gqrds
Le leader du parti politique PASTEF affirme être sous surveillance depuis quelque temps. En effet c’est pendant le point de presse qu’il a tenu hier soir au niveau du siège de son parti que Ousmane Sonko a fait savoir qu’il était surveillé par le président de la République. D’après lui, « nous avons repéré une […]

Le leader du parti politique PASTEF affirme être sous surveillance depuis quelque temps. En effet c’est pendant le
point de presse qu’il a tenu hier soir au niveau du siège de son parti que Ousmane Sonko a fait savoir qu’il était surveillé par le président de la République. D’après lui, « nous avons repéré une camionnette positionnée chez moi, à notre grande surprise, notre protocole y a découvert un matériel d’écoute et de surveillance impressionnant » indique-t-il avant d’informer que c’est ce qui est à l’origine de son retard à ce point de presse. Il a par ailleurs exprimé son désarroi face à cette situation qui, selon lui, est « déplorable » que Macky déploie les moyens de l’Etat, non pas pour la Sécurité des sénégalais, mais à « l’espionnage politique ». Concernant le matériel réquisitionné par le protocole du député, il indique qu’ils ont fait constater par huissier le dispositif d’espionnage installé
depuis quelques jours devant chez lui.



Source : https://letemoin.sn/macky-met-sonko-sous-surveilla...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3swdsNG
via gqrds
Comme attendu, Moustapha Niasse et ses pairs, à plus de 90 voix pour,une voix contre et deux abstentions, ont entériné la décision de l’Assemblée de lever l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko. Ainsi, l’autre procédure judiciaire qui va présenter le leader du Pastef aux enquêteurs et à la justice, est enclenchée.
La décision de l’Assemblée nationale est tombée: L’immunité parlementaire du député Sonko levée
Mame Birame Touré, le président de la Commission ad oc dans son intervention, a indiqué que toutes les dispositions prises, avec un travail basé sur le règlement intérieur et tous les respects ont été accordés à cette mission. Les documents ont été consultés pas les membres dans son bureau, personne ne s’est plaint de ne pas avoir accès à ces documents de 7 pages.

Selon lui, ces documents devaient être tenus secrets, mais cette règle a été violée. Mais en plus, Mame Birame Touré se dit surpris d’entendre certains dire qu’ils n’y ont pas accès, après deux jours de consultation.

Se voulant clair, il a insisté qu’il n’appartient pas à l’Assemblée nationale d’enfreindre le travail d’une autre institution comme la justice. Mais une démission était planifiée pour bloquer le travail de la Commission. Avec cette décision, la procédure va continuer.

De son côté, Bounama Sall a appelé à dépassionner le débat. La sollicitation d’une autre institution a expliqué cette procédure poussant l’Assemblée à donner son quitus, par la poursuite de cette affaire pour que la justice fasse son travail.

Sur cette affaire, le ministre de la Justice a indiqué à l’Assemblée que c’est lui qui, en Conseil des ministres, a transféré au Président Macky Sall la requête du Procureur de la République. Il est revenu en détails sur le travail qui a suivi, avec l’enquête de la Gendarmerie, ce qui a abouti à la décision qui vient de tomber.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2ZRERNI
via gqrds
Levée de l'immunité parlementaire de Ousmane Sonko / Mamadou Lamine Diallo:
"La séance plénière de ce vendredi 26 février 2021 pour lever l’immunité parlementaire du Député Sonko, découle d’une procédure illégale au regard de l’article 61 de la Constitution et l’article 51 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Macky Sall s’en moque, il fait du forcing malgré la bataille courageuse de l’opposition parlementaire. Je ne participerai donc pas à cette mascarade, en toute cohérence. Cependant, notre position sera dite par le Groupe de l’opposition. Par ailleurs, on assiste à une prise de conscience plus nette du caractère dictatorial du régime qui indique le chemin à emprunter pour l’alternative. Un sursaut patriotique est à portée de main".






Mamadou Lamine Diallo



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2NGJRm0
via gqrds
Campagne de vaccination: Oumar Guèye appelle les élus à la mobilisation
Le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement des Territoires, a lancé la campagne de vaccination anti covid-19 à Sangalkam. L'événement s'est déroulé en présence Sous-préfet de l’arrondissement de Bambilor et des élus territoraux du département de Rufisque. D'emblée, le Maire de Sangalkam a remercié le président de la République Macky Sall pour cet esprit d’anticipation, afin de permettre aux populations d’avoir accès aux vaccins.

« En Conseil des ministres ce mercredi dernier, son Excellence le président de la République, Macky Sall, a appelé toutes les forces vives de la nation pour la réussite de la campagne du vaccin. C'est pourquoi j'ai pris la balle au rebond par apport à cet appel solennel, pour lancer un appel à l’endroit des Présidents de conseil départemental, des maires du Sénégal pour leur dire de se mettre au devant de la scène de cette campagne de sensibilisation pour la vaccination», a rappelé M. Oumar Guèye. Pour l'implication des exécutifs locaux, le ministre en charge des Collectivités territoriales a annoncé le lancement prochain de la Grande offensive territoriale pour une vaccination en masse. « Je compte rencontrer l’Association des maires du Sénégal(AMS) en relation avec mon collègue de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, pour adopter une stratégie d’implication de tous les élus », a-t-il déclaré.

Dans l'arrondissement de Bambilor, les personnes cibles se sont engagées à se faire vacciner. « Ces vaccins sont une bonne chose. Nous saluons le Président Macky Sall qui a mobilisé tous les moyens pour permettre aux Sénégalais d'avoir accès au vaccin. Je suis prêt pour me faire vacciner et je demande aux personnes cibles de venir se faire vacciner», a dit Elhadji Souka Diouf, chef du village de Sangalkam. Le maire de la commune de Tivaoune Peulh a aussi pris part à ce lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Papis Diop s’est fait vacciner pour répondre à l’appel du ministre des Collectivités territoriales.

Dans l'arrondissement de Sangalkam, toutes les dispositions sont prises pour la réussite de la campagne. « Nous avons reçu les doses nécessaires pour les personnes cibles. La campagne se déroule bien. Aucun incident n'est signalé pour le moment », a affirmé le Sous-préfet de Bambilor, Modou Bassirou Ndao.

Campagne de vaccination: Oumar Guèye appelle les élus à la mobilisation

Campagne de vaccination: Oumar Guèye appelle les élus à la mobilisation

Campagne de vaccination: Oumar Guèye appelle les élus à la mobilisation



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2P9PHwt
via gqrds
Affaire Adji Sarr- Voici l’intégralité du discours d’Ousmane Sonko
« Chers compatriotes, voici maintenant presque 25 jours que notre pays retient son souffle, suspendu à une sordide machination politique aux conséquences imprévisibles. J’ai décidé de m’adresser encore à vous, en tant qu’acteur principal, malgré moi, de ce feuilleton.
que ne mérite pas notre nation. Cet épisode sombre de notre histoire nous appelle collectivement et individuellement à l’introspection. En ces heures difficiles de l’humanité frappée par un ennemi invisible, nos dirigeants n’avaient-ils rien de plus vital à faire que d’obscènes complots ? Le peuple Sénégalais, déjà tenaillé par toutes les inquiétudes, mérite t-il ce spectacle désolant et indigne ? nous sommes aujourd’hui la risée de l’Afrique et du monde, par la faute de Macky Sall et son clan d’ambitieux et de haineux. Au regard de ce que sont devenues nos institutions (de simple appareil de Kompromat politique) cette introspection, chers compatriotes, exige que chacun de nous se reporte à toutes ces occasions manquées de bâtir un véritable État, dont les plus récentes sont les conclusions des assises et de la CNRI.
Mais permettez-moi avant tout :

De remercier le peuple Sénégalais de son élan incroyable de solidarité, malgré l’extraordinaire machine de propagande et de désinformation mise en place ; singulièrement ces pans entiers des personnalités politiques et citoyennes qui, le lundi 8 février, sont venus partager mon hospitalité faite de grenade lacrymogène ;
De remercier, encourager et féliciter les jeunes qui se sont érigés en boucliers. Je comprends votre message et je sais que vous avez compris le nôtre : nous avons tous compris notre mission et accepté de l’assumer ;
De remercier notre pôle d’avocats de son engagement dans ce dossier et l’assistance inlassable qu’il apporte à nos frères et sœurs, otages politiques de Macky Sall.
De remercier tous les chefs religieux qui m’ont envoyé des émissaires ou m’ont appelé pour compatir, encourager et formuler des prières. Si je n’ai pas essayé de les
impliquer d’avantage, c’est parce que je sais pertinemment que Macky Sall, pour la réalisation de son projet, n’écoute et ne respecte personne, pas même eux. Les antécédents récents de dossiers de liquidation politique parlent d’eux même. Seul le peuple souverain peut l’arrêter.
D’adresser mes profonds remerciements à mes collègues députés de l’opposition, non-inscrits comme membres du groupe Liberté-Démocratie, de leur soutien sans
faille. Mention spéciale à mon avocate madame Aïda Mbodj, les honorables Moustapha Guirassy et Cheikh Bamba Dièye, dont la démission du cirque de l’Assemblée, et surtout les interventions au niveau des médias ont été d’un apport inestimable pour l’éclairage de l’opinion. De même que Abdou Mbacké Bara Dolli. Force et courage à vous !
Chers compatriotes, malgré l’énorme campagne de désinformation payée à coup de milliards, le complot ”mackyavélique” a accouché d’une toute petite souris.
Macky Sall et son groupe de comploteurs ne s’attendaient certainement pas à ce scénario quand ils ficelaient leur entreprise criminelle.
Jamais plan n’a été aussi vicieux. Tout avait été malicieusement synchronisé : couvre-feu plus état d’urgence pour neutraliser le peuple, bombardements dans une partie du territoire national pour pouvoir invoquer la sécurité nationale au besoin. C’est hallucinant ce qu’il a fallu imaginer et déployer pour la liquidation d’un seul homme. Rien n’a été oublié, sauf Dieu, l’Unique Omnipotent.
Je m’adresse à macky sall et compagnie. Nous connaissons vos viles méthodes. Mais soyez assurés que nous avons du répondant pour jouer sur votre terrain. Je n’en dirai pas plus.
Je ne perdrais pas encore beaucoup de temps aux détails de l’affaire :
ACTE I : L’ECHEC DU COMPLOT
1- UN PV D’ENQUÊTE À DÉCHARGE POUR NOUS
Les témoins
Le bulletin médical
2- UN PV D’ENQUÊTE DISCRÉDITANT LA PLAIGNANTE
Les incohérences
Les mensonges
3- UN PV D’ENQUÊTE QUI LANCE LA PISTE DU COMPLOT
Implication BBY
Mise à nu d’une association de malfaiteurs impliquant, en plus, un avocat et un
médecin
Le message de l’avocate en question :
« Un conseil très important dans ce dossier DSK

L’envoyer en prison c’est pas une bonne solution. Cela va entraîner le pays dans un cycle de manifestations pour sa liberté ici comme à l’étranger. Après la levée de son immunité, il faudra juste que les enquêteurs lui envoie sa convocation. Il vient répondre. Ils le laissent rentrer pour revenir le lendemain jusqu’à la fin de son audition.
Le juge organise le procès et les avocats vont le pousser à avouer publiquement le rapport sexuel. Ca suffit. Et là, il sera discrédité devant l’opinion. Aller vers la
condamnation serait une grosse erreur et cela va installer le pays dans un cycle de manifestations. Et libre, cette image de DSK va le suivre partout ».
Ce message révèle l’implication dans le complot de cette avocate, réputée liée à un ministre des sales boulots du macky.
4- D’OÙ L’INTÉRRUPTION INJUSTIFIÉE DE L’ENQUÊTE PAR LE
PROCUREUR
ACTE II : POURQUOI MON IMMUNITÉ RESTE INTACTE :
I- Vices de la phase d’enclenchement judiciaire de la procédure
1- Le doute manifeste du procureur qui, dans son réquisitoire, en date du 9 février 2021, adossé sur le seul PV d’enquête, a requis contre X et non Ousmane Sonko, même la pauvre victime collatérale, Ndeye khady Ndiaye, n’a pas été visée puisque, dans sa précipitation, a mis « Ndeye khady Diagne » ;
2- L’empressement injustifié du juge d’instruction, Mamadou Seck, rappelé sur Dakar le même jour, alors que son père venait de décéder la nuit, pour immédiatement
désigner l’adversaire politique de Macky sall, en dehors de tout élément en surplus de ceux dont disposait le procureur de la République, maître des poursuites ;
3- C’est ainsi, qu’’il a immédiatement informé le procureur de la République d’une demande de levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko. De mémoire de
praticien, jamais une procédure n’a été aussi expéditive, irrégulière et partisane. Le seul domaine où Macky Sall réussi
II- Vices de la procédure parlementaire (article 61 Constitution, articles 51, 52,
40, 32 et suivants du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale)
Un dossier qui ne comporte pas le réquisitoire du procureur mais qui commence avec la lettre très tendancieuse du juge d’instruction, monsieur Mamadou Seck ;
Dossier qu’on refuse de transmettre aux membres de la commission ad-hoc, pour leur permettre d’avoir des opinions éclairées et travailler en conséquence ;
Précipitation à m’envoyer une convocation alors même que les membres de la commission n’avaient pas encore validé un plan de travail ; Démission de deux membres de l’opposition rendant sa composition irrégulière (art 32) Conséquence : elle ne peut lever mon immunité. Toute cette mascarade vise un seul but : m’inculper le plus rapidement possible, décerner le mandat de dépôt, ouvrir une instruction non limitée dans le temps pour me laisser pourrir en prison et me radier de la liste électorale, ternir mon image et me décrédibiliser.
Hé bien je dis non à la levée viciée d’une immunité que nous confèrent la confiance et le suffrage des Sénégalais. Non à mon arrestation illégale et imminente, programmée par Macky Sall en personne.
Chers compatriotes, comme je vous l’avais dit, Macky Sall n’en a cure du droit et des procédures, quand il lance une sale entreprise de liquidation d’un adversaire politique, rien ne l’arrête si ce n’est le rapport de force politique et social. D’où ma décision d’invoquer mon droit constitutionnel, naturel et individuel à la résistance à l’oppression. Ma ferme résistance se manifeste par :
mon refus de reconnaissance de la légalité de la commission ad-hoc, de ses recommandations et de la résolution de la plénière illégitime de BBY ;
La conséquence logique est que mon immunité parlementaire demeure intacte ;
La récusation de Mamadou Seck, ce juge partial du 8é cabinet, non indépendant du procureur de la République et du gouvernement de Macky Sall ;
J’invite les Sénégalais par la même, à prêter un œil attentif au doyen des juges d’instruction, Samba Sall, pour toute participation éventuelle au traitement de ce dossier. Car, c’est connu de tous, tous les coups foireux contre les opposants politiques ou citoyens au régime Sall passent par ce triangle des Bermudes judiciaires (Bassirou Gueye – Samba Sall – Mamadou Seck).
Si Macky Sall veut me liquider, il devra pour une fois accepter de se salir les mains au lieu de se cacher lâchement derrière ses barbouzes de la justice.
Mais je tiens à dire ici et maintenant que, en dehors de quelques petits soucis rhumatismaux bénins, je ne souffre d’aucune maladie cardiaque, pulmonaire, rénale ou autre diabète. Je suis en excellente santé par la grâce de Dieu. En conséquence, Macky Sall sera personnellement responsable de tout ce qui pourrait m’arriver, notamment en termes d’empoisonnement par quelques méthodes sophistiquées.
Chers compatriotes, je lance un appel à la Nation Sénégalaise, sans exclusive : le moment que nous vivons est historique, il est donc forcément très grave. Il est temps que chacun comprenne que Macky Sall est prêt à tout pour son obsession dynastique, y compris compromettre notre acquis le plus fondamental : la cohésion sociale.
Il nous est revenu des jeunes arrêtés que lors des interrogatoires, deux questions leur étaient posées : de quelle région êtes-vous ? à quelle ethnie appartenez-vous ?
Chers compatriotes, refusons ce dessein funeste visant à instaurer le chao pour justifier le recours à toutes sortes de méthodes de répression sur le peuple. Nous sommes tous simmultanément ouolof, sérere, halpoular, diola, mandingue, bassari, mankagne, bambara, diakhanké, ndiago, peulh… nous sommes, simplement, une nation unie. Et je suis l’exemple achevé de ce métissage qui fait de nous tous un et un seul peuple.
Cette affaire qu’ils ont voulu instrumentaliser pour diviser les sénégalais, les a au contraire rapproché. Comme ma propre et modeste personn...



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3ktB4js
via gqrds
La crise sanitaire liée au coronavirus annule les festivités marquant l’anniversaire de l’indépendance du Sénégal, fête nationale des Armées, pour la deuxième année consécutive. Il n’y aura pas de défilé cette année 2021, comme ce fut le cas en 2020.
Fête de l’indépendance et des armées : Covid-19 annule le défilé du 4 avril, pour la 2e année consécutive
La Covid-19 est encore passée par là. En effet, le Chef d’Etat-major général des Armées (CEMGA), le général d’Armée aérienne Birame Diop, qui a pris cette décision, la motive par la nécessité de se conformer aux mesures prises par le Gouvernement, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, rapporte Emedia. Toutes les manifestations afférentes au 4 avril, fête de l’indépendance du Sénégal, sont annulées, ainsi que toutes les autres manifestations y afférentes.

Dans son communiqué, le CEMGA exhorte tous les personnels militaires et paramilitaires à faire preuve d’engagement dans l’application des mesures édictées par les autorités sanitaires.

Pour rappel, le 4 avril 2020, à la place du grand défilé civil et militaire qui devait marquer l’éclat des 60 ans du Sénégal, que les circonstances exceptionnelles liées à la sévère pandémie de Covid-19 ne permettaient pas, le chef de l’État, Macky Sall avait présidé, au Palais de la République, une cérémonie de levée des couleurs, dans la cour d’honneur du Palais de la République.

Toutes les autres manifestations initialement prévues ont été également annulées sur l’étendue du territoire national.
Sud



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2ZPa8RE
via gqrds
Même s'il avait dit que son immunité levée, il lui aurait suffi de cinq minutes pour déférer à une convocation. Mais il n'en sera rien. Ousmane Sonko, lors de sa conférence ce jeudi, a simplement refusé de rencontrer Adji Sarr pour une confrontation.
Ousmane Sonko refuse de rencontrer Adji Sarr, récuse et risque le mandat d'amener et de dépôt...
Mieux, le député récuse même le juge et annonce une confrontation avec l'Etat.

"Ce qui va se passer les jours à venir sera forcément une confrontation à laquelle nous sommes préparés. Nous ne ferons signe d'aucune faiblesse face à Macky Sall", dira-t-il.

"Si Macky Sall veut me liquider, il devra pour une fois se salir les mains au lieu de se cacher lâchement derrière ses barbouzes de la justice. Mon immunité parlementaire, quel que soit ce qui va se passer demain (ndlr: vendredi) dans leur machin, demeure intacte", poursuit-il.

Il estime que le "complot politique machiavélique a accouché d'une toute petite souris".



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2MqIZ4i
via gqrds
Ousmane Sonko : « Macky Sall ne comprend pas le fonctionnement d'un mouvement patriotique »
L’idéal d’une société juste a été évoqué pour exhorter les jeunes s’attribuer le combat afin de bénéficier d’un traitement équitable des biens de la société. Ousmane Sonko, considère que Macky Sall panique face à la détermination des jeunes qui continuent à chercher un mieux être ailleurs. Alors qu’ils pouvaient tout trouver sur place.

Sonko indique que si Macky Sall réussit ce coup, tout le monde en pâtira. Donc, il y a urgence de freiner cette machination. D’après Sonko, Macky et son Ministre de l’Intérieur utilisent des méthodes pour torturer des détenus politiques.

Sous ce registre, Ousmane Sonko a cité nommément, toutes les personnes, détenues ou prises en ôtage. Après avoir compati, il reste d’avis que Macky Sall ne comprend pas comment fonctionne un mouvement patriotique.

Il met en garde Macky Sall face à ces multiples tracaseries qui peuvent aboutir à des situations d’injustice. Sa conviction en est que 90% du peuple demeure conscient de ce sentiment d’injustice. Et, il appelle la police et, à la gendarmerie nationale à beaucoup plus de retenue.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3dLfx4n
via gqrds
Gestion du dossier: Ousmane Sonko recuse Bassirou Guèye, Samba Sall et Mamadou Seck
Le député Ousmane Sonko récuse les trois juges, engagés dans la gestion de son dossier. Il accuse ces trois magistrats, Bassirou Guèye, Samba Sall et Mamadou Seck d’être au service de Macky Sall.

D’après lui, ce triangle judiciaire ont toujours, agi pour matérialiser les voeux de Macky Sall, lorsqu’il s’agit de liquider un adversaire politique, un activiste et autre.

Evoquant une manière de faire de ces juges, il révèle que ses avocats ont écrit pour demander leur révocation de ce dossier, pour traitement inique.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2O1Zi7Y
via gqrds
Message fuité de l’avocat : « Emprisonné Ousmane Sonko serait une porte ouverte pour des manifestations et protestations »
Ousmane Sonko promet du répondant au Chef de l’Etat, Macky Sall dans cette affaire, dont il l’accuse d’être le cerveau. Il estime qu’il s’agit d’un complot mal orchestré. D’après lui, tous le contenu des Pv d’enquête le disculpe. L’enquête a établi des éléments qui incriminent des membres actifs de la Coalition Benno Bokk Yakaar.

Ainsi, il expose le fameux message émanant d’un avocat très proche du Ministre de l’Intérieur est assez équivoque. Puisque, l’avocat y étale son point de vue pour qu’au finish que Sonko soit discrédité devant l’opinion. Mais, l’emprisonné serait une porte ouverte pour des manifestations et protestations. Donc, l’avocat, membre de ce cercle vicieux a cherché à alerter.

Macky Sall, reconnaît-il, a tout l’appareil d’Etat, relève-t-il, ne reculera pas. Ainsi, il précise sa pensée, tout en rappelant sa première déclaration, suite à la levée de son immunité parlementaire. Et, après, il a constaté que la procédure n’a pas suivi les règles. Donc, évoquant son droit constitutionnel et individuel, il rejette toute convocation. Ce faisant, il appelle à une résistance, liée à sa reconnaissance de la Commission Ad Hoc.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/2NHAQsX
via gqrds
Macky Sall:
Comme promis, le Président de la République a reçu sa dose de vaccin au Palais ainsi que des membres de son gouvernement. Il a profité de l'occasion pour s'adresser à la Nation.

"Je voulais montrer à la population sénégalaise que toutes les personnes qui sont dans un âge supérieur ou compris entre 60 ans et plus devraient pouvoir se faire vacciner. Nous constatons chaque jour, l'ampleur de la pandémie dans le monde dans notre pays où nous avons dépassé 840 décès. C'est beaucoup, nous avons encore beaucoup de malades dans les hôpitaux", regrette Macky Sall. Qui pense que le vaccin reste aujourd'hui le seul moyen de prévention qui pourrait nous assurer de vaincre la maladie en plus des gestes barrières qui doivent être de rigueur.

La polémique autour des vaccins ne laisse pas indiffèrent le Président Sall. "Il y a eu beaucoup de théories sur les vaccins. Et ces théories ne ce sont pas développées seulement au Sénégal. C'est partout dans le monde. Mais il n'a pas été facile de trouver des vaccins et peu de pays africains ont cette possibilité de se faire vacciner. Il a fallu beaucoup d'efforts pour en arriver là. Tout le gouvernement de la République s'est vacciné donc nous devons donner l'exemple et nous avons donné l'exemple. Donc, il fait que les autres suivent. C'est dommage qu'on ne prenne pas les vaccins si on ne les prend pas moi je vais les donner à d'autres pays africains qui en ont besoin", prévient-il.
Leral.net



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3pVTQkz
via gqrds
Affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr : Y en a marre dans la rue le 5 mars
A l’image des membres de Pastef et de Frapp, le mouvement Y en a marre compte lui aussi descendre dans la rue le vendredi 5 mars prochain. En conférence de presse cet après midi, les camarades d’Aliou Sané ont donné le mot d’ordre : “Il faut descendre dans la rue pour faire face à ce régime”.

Pour Thiat, il est hors de question de rester les bras croisés face aux multiples arrestations pour une affaire de mœurs. ”Pour une affaire de mœurs, Assane Diouf, Clédor Séne, Guy Marius sont arrêtés et un parti politique est traqué”, dit-il.
Mais averti le rappeur, “Macky ne peut pas nous décourager car il y a mille Guy Marius dans le pays. Nous sommes prêts à tout pour lui faire face”.

Coordonnateur dudit mouvement, Aliou Sané est d’avis que “le Mali ne peut pas être plus courageux que le Sénégal. A un moment donné, le peuple malien a su se mobiliser”.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3kpMd4H
via gqrds
La tournure prise par le champ politique envahi par un «concept d’activisme dont la représentativité de ceux qui le portent est des plus ambiguës pour dire le moins » déroute le cadre apériste Dr Moussa Sow. Fasciné par la gestion du covid-19 par le président Macky Sall, le cadre apériste de Dahra estime qu’on doit saluer les actions salutaires de riposte d’un pays aux maigres moyens. Mais le plus génial à ses yeux, c’est l’acte posé par le chef de l’Etat en décidant d’allouer 10 % des doses des vaccins qu’il a acquises à nos voisins de la Gambie et de la Guinée-Bissau. C’est, selon Dr Moussa Sow, au-delà de la realpolitik, un leadership de gouvernance pro active. Surtout, l’homme s’est totalement refusé à plonger dans la boue de l’affaire Sonko-Adja Sarr.
Dr Moussa Sow, Cadre Apr évoque la gestion de la pandémie:
Le Sénégal est subitement plongé dans une sorte de tourbillon sans fin surtout dans l’affaire Ousmane Sonko le leader de Pastef et Adji Sarr. La gestion de la pandémie est reléguée au second plan. Quelles lectures faites de tout ce bruit ?

Le Sénégal depuis plusieurs semaines est pris en otage par des activistes qui prétendent parler au nom du peuple, alors qu’ils ne sont élus par personne sinon par des plateformes audiovisuelles qui en font de vrais donneurs de leçons. De la démocratie représentative, nous sommes passés au concept d’activisme dont la représentativité de ceux qui le portent est des plus ambiguës pour dire le moins. Et pourtant, loin des problèmes privés imposés dans l’espace public, nous avons de quoi réfléchir sur l’avenir du Sénégal, son positionnement au niveau de la CEDEAO, et l’offre logistique et industrielle qu’elle doit décliner pour reprendre un décollage rattrapé par la pandémie du COVID 19. Si on s’arrête sur la pandémie un instant pour analyser les actions prises par le Président Macky Sall, il y a lieu de célébrer des actions salutaires d’un pays aux maigres moyens, mais qui montre tout son génie.

Mais justement, la réponse du Président face au covid-19, surtout avec cette décision d’offrir à la Gambie et à la Guinée 10 % du lot des 200.000 doses, est diversement appréciée. Etait-il opportun de le faire selon vous ?

La réponse du président Macky Sall face à cette pandémie, qui force à recalibrer les relations du Sénégal avec les autres pays, montre un leadership de gouvernance anticipatrice que nous devons analyser à l’aune d’une nouvelle géopolitique postcovid. Le Sénégal est le premier pays de l’Afrique de l’Ouest à acquérir 200000 vaccins. Ce n’est pas rien ! 200. 000 vaccins, un acte fort qui s’inscrit dans une politique de sauvegarde de notre vaillant personnel médical éprouvé par une pandémie qui entame sa deuxième année. Dans le même, à l’image de notre père El Hadj Mansour Mbaye, il s’agit de mettre à l’abri les personnes les plus vulnérables de notre société. Last but not least, dans un élan de solidarité panafricaine et de pragmatisme, le président Macky Sall a décidé de céder 10 % du lot de vaccins à la Gambie et à la Guinée Bissau. Un geste fort, symbole d’une politique étrangère réfléchie pour une sécurité durable de notre pays. Et pourtant, le Sénégal fait partie de l’initiative Covax mais Macky Sall n’a pas attendu la charité mondiale, car il sait que charité bien ordonnée commence par soimême. C’est la raison pour laquelle il a fait appel à la Chine et est en discussion avec la Russie.

C’est de la réalpolitik à l’ère Covid…

Effectivement, vous avez bien raison. C’est cela une compréhension fine de la realpolitik à l’ère Covid. Nos alliés traditionnels s’occupent de leurs économies agonisantes et de leurs populations durement frappées par un virus qui est venu nous ouvrir les yeux sur nos priorités stratégiques et sur la nécessité d’évaluer nos partenariats historiques. A l’échelle africaine, le Président comprend le leadership qui est le sien et la nécessité pour l’Afrique de prendre petit à petit en charge sa sécurité, avec ou sans l’apport des partenaires occidentaux, car les violences extrémistes ne connaissent pas de frontières. Cette même intelligence géostratégique justifie la participation des forces armées sénégalaises au Mali et la contribution financière de 1 milliard de Francs CFA pour appuyer le groupe G5 Sahel dont le Sénégal était exclu lors de sa création. Pour revenir à la pandémie, elle a montré que le système sanitaire sénégalais est résilient en même temps qu’elle justifie l’approche holistique du Président pour une souveraineté sanitaire avec l’ambition de faire du Sénégal un hub médical. C’est possible avec le démarrage prochain des travaux de la polyclinique de l’hôpital Le Dantec, la mise en service du plateau médical des Maladies Infectieuses de l’hôpital de Fann, sans compter les 4 hôpitaux régionaux qui vont ouvrir prochainement dans le pays. Un maillage national en hôpitaux qui soulage les populations et limite les déplacements vers Dakar. La polyclinique de Le Dantec est une étape importante dans le tourisme médical que le Sénégal doit attirer tout en faisant des économies monstres sur les évacuations sanitaires vers le Maroc ou la France. La suite logique de la réflexion est de pousser l’Afrique à avoir des pays producteurs de médicaments pour ne plus être à la merci des industries pharmaceutiques étrangères. La Chine a démontré qu’une relation gagnant-gagnant est possible à travers sa proactivité généreuse vis-à-vis de nos besoins en période de pandémie. Si les pays n’ont pas d’amis mais des intérêts, la pandémie nous offre un corpus géopolitique qu’il faudra étudier pour une Afrique plus autosuffisante.

Il me semble percevoir une volonté de votre part de ne pas vous prononcer l’affaire Ousmane Sonko Adja Sarr. Pourtant votre mentor, Macky Sall, a évoqué la question… (Il me coupe).

Le chef de l’Etat a évoqué cette question posée par le journalise pour marquer la hauteur qui l’habite en tant que président de la République qui a d’énormes charges plus urgentes. Pour ma part, j’estime que c’est une affaire strictement privée et que les enjeux de développement et de sortie de covid-19 sont éminemment plus importants que ce fait divers. Je me désole que cette affaire tienne ce pays en haleine pendant pus deux semaines. On doit retourner aux débats sur les grands projets du chef de l’Etat comme les 100.000 logements, le futur port de Ndayane, le projet des agropoles entre autres. Nous avons assez de matières pour dépolluer l’atmosphère en évoquant les succès et les réalisations du président de la République et surtout ses ambitions qui vont structurer durablement l’économie de notre pays. Je crois que le camp de la majorité doit surtout éviter de se laisser entrainer par les autres. C’est à nous de déterminer l’animation du champ politique. Il n’est pas trop tard pour le faire. C’est ma conviction !
Le Temoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3km8bFy
via gqrds
Casamance: Assome à l'académie des figures historiques de la politique
Le cercle de compétences et de valeurs ajoutées ne cesse de s'élargir autour de Mme le ministre du commerce et des PME, Assome Aminata Diatta. Des ressources humaines de qualité de toutes les contrées de la Casamance naturelle composent l'ossature de la "Badiène" de Keur Massar.

A l'image de Emilie Badiane, le Pr. Assane Seck, Ibou Diallo, la native du terroir a marqué son empreinte au fronton de l'académie des grandes figures de la Casamance tant son style politique inclusif et participatif enchante l'opinion.

En effet, autour d'elle, elle a associé à l'élan de construction des compétences d'horizons divers à des positions hautement stratégiques au point que toutes les régions de la Casamance naturelle se retrouvent dans une dynamique de progrès derrière le Président Macky Sall. Et à la lecture des dernières nominations en conseil des ministres, l'opinion est fondée d'attester que le chef de l'Etat agréé la feuille de route de Mme le ministre du commerce pour la Casamance.

Puisque la fille de Dianki s'est vue dotée de leviers pour réussir au plan étatique et ainsi poursuivre les actions de développement qu'elle a entamées ces dernières années, aussi bien en Casamance qu'en banlieue Dakaroise.

D'autres compétences fortement touchées par l'élan d'ouverture et de pragmatisme du ministre Assome Diatta pour la Casamance s'organisent pour constituer un cordon en vue de mailler davantage l'espace politique pour le développement des territoires.

D'après Patrice Touré, analyste politique, spécialiste Marketing de Réseaux, nombreux sont les observateurs qui pensent que le Président de la République a fait le bon choix en la personne de l'ancienne directrice du commerce extérieur pour regagner du terrain politique. Aujourd'hui, en Casamance, prend forme un fort élan de sympathie et de confianece autour de Mme le ministre, ceci au delà des frontières de Ziguinchor, à Sedhiou précisément dans le Pakao.

Bientôt, comme pour obéir à une logique naturelle, d'autres forces sociales et politiques formaliseront également leur allégeance au Président Macky Sall par le biais de Assome Aminata Diatta et ses jeunes leaders. Des hommes et des femmes de toutes corporations (avocats, médecins, Processeurs, chercheurs, enseignants, ingénieurs, artisans et ouvriers, paysans et ménagères, élèves et étudiants) mettront en place un cadre pour soutenir la dynamique nouvelle de développement impulsée par la vision politique du chef de l'Etat sur le modèle Assome.



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/37MqBdP
via gqrds
C’est demain vendredi que va siéger la plénière de l’Assemblée nationale pour examiner les conclusions de la commission ad hoc chargée de statuer sur la levée de l’immunité parlementaire du député et opposant Ousmane Sonko. Tout porte à croire, au vu de la majorité mécanique dont dispose le pouvoir en place, que le leader de Pastef, qui fait face à des accusations de viols, va perdre son bouclier. Et être livré pieds et poings liés à la justice de ses adversaires…
Levée de son immunité parlementaire demain: Sonko sans bouclier à partir de ce vendredi
Ousmane Sonko va-t-il devoir rejoindre en prison ses lieutenants politiques ? Au vu de la détermination de ses collègues de la majorité Benno Bokk Yaakar (BBY) à le livrer nu c’est-à-dire sans sa protection constitutionnelle ,tout laisse à croire que le leader de Pastef est en route pour la prison de Rebeuss. Comme, avant lui, de redoutables opposants au président Macky Sall comme Karim Wade et Khalifa Sall. En tout cas, ce vendredi s’annonce décisif pour celui qui est devenu de fait le chef de l’opposition après le ralliement avec armes et bagages d’Idrissa Seck, arrivé deuxième lors de l’élection présidentielle de février 1919.

En effet, convoqués en séance plénière, les députés vont se pencher demain sur l’examen des conclusions de la commission ad hoc qui était chargée de statuer sur la demande de levée de levée de l’immunité parlementaire de Sonko. Ainsi, sauf revirement de dernière minute de la majorité mécanique à l’Assemblée nationale, l’inspecteur des Impôts radié de la Fonction publique verra une nouvelle fois le sabre du pouvoir s’abattre sur lui. Du moins, il sera privé vendredi de sa protection en attendant que la justice lui réserve le sort qu’elle avait réservé sans état d’âme à Karim Wade et à Khalifa Sall. Les députés de la majorité ne font pas mystère de leur empressement à le livrer à ses bourreaux.

« Même si certains ont boudé la commission ad hoc pour des raisons fallacieuses, d’autres ont jugé nécessaire de rester pour assister à la séance. Et, à l’heure actuelle, il est impensable que nous de la majorité battions en retraite dans ce processus. Nous irons jusqu’au bout de notre logique pour tirer au clair cette affaire afin que le pays passe à autre chose de plus sérieux », confie un député de la majorité sous le sceau de l’anonymat.

Selon ce parlementaire, bientôt l’accusé sera livré à la justice dans la mesure où il ne pourra plus se prévaloir d’une immunité parlementaire. Ainsi, nonobstant son refus catégorique de déférer à la convocation de la dite commission ad hoc pour audition, le leader de Pastef, qui évoque un vice de procédure dans le réquisitoire introductif soumis au parlement, reste toutefois attendu du côté du juge d’instruction chargé du dossier.

Chez le juge, dernier virage avant Rebeuss pour Sonko ?

Au regard de l’évolution de la procédure enclenchée par cette commission ad hoc mise en place pour la levée de son immunité parlementaire, il s’avère qu’un face à face, entre l’opposant et le juge d’instruction du huitième cabinet se précise de façon irréversible. Ce, pour les besoins de son audition dans le cadre de l’instruction du dossier de viol présumé. Sonko déférera-t-il à une éventuelle convocation chez le magistrat instructeur ou ce dernier délivrera-t-il un mandat d’amener à son encontre avant de lui décerner un deuxième mandat, de dépôt cette fois-ci ? Nul ne le sait.

La seule certitude, c’est que le leader de Pastef n’acceptera pas d’être conduit docilement à l’abattoir judiciaire. Au contraire, il entend se battre jusqu’au bout. C’est dans ce cadre, d’ailleurs, que va se situer l’ « importante déclaration » qu’il promet de faire « dans les prochaines heures ». De prochaines heures, justement, qui pourraient être décisives pour Sonko. Et aussi qui sait pour notre pays. Le Sénégal retient donc son souffle…
Le Témoin



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3sqihs2
via gqrds