Poursuivi pour viol et menaces de mort par une masseuse du nom de Adji Sarr, le leader de Pastef est dans de beaux… draps. Pour sa défense, en forme d’attaque, il accuse le « Système » de complot pour l’écarter de la course à la présidentielle de 2024. Hélas, l’ancien président de la République, qui a volé à son secours, a plutôt semblé l’enfoncer, en affirmant qu'on "exploité ses faiblesses connues. Comme pour dire que l’avenir du candidat « Antisystème » est aujourd’hui entre les mains du « Système » qu’il n’a cessé de combattre farouchement !
Ousmane Sonko/L'avenir de l'
« Ceux qui ont dirigé le Sénégal depuis le début mériteraient d’être fusillés ». Incendiaire, la phrase n’avait pas vocation à
devenir publique. Très critique envers le pouvoir, Ousmane Sonko a l’habitude des phrases-chocs, des piques provocatrices et des critiques acerbes contre une classe politique qu’il juge « corrompue » et « vendue aux intérêts étrangers ». Ses attaques permanentes contre le « Système » lui ont créé beaucoup d’ennemis du côté des politiciens classiques.

Le leader de Pastef-Les Patriotes s’est fait des ennemis partout et même dans l’opposition qu’il n’a pas manqué d’attaquer à plusieurs reprises. Ainsi, il s’en est pris à son ancien « allié » Bougane Guèye Dany avant de fusiller le Grand Serigne Abdoulaye Makhtar Diop et toute la communauté Léboue.

« Il y a des hommes politiques qui veulent jouer sur les émotions des Sénégalais. Ils veulent qu’on laisse ce régime dans ses déboires. On n’attendra pas que la situation du pays empire, on va critiquer. Ceux qui disent le contraire sont des hypocrites. La plupart des opposants
ne s’opposent qu’à Ousmane Sonko. Ils ne se prononcent jamais sur les questions de l’heure : le problème foncier, les ressources naturelles. Ils sont des opposants de Macky Sall qui les a financés pour qu’ils attaquent l’opposition », cognait
durement l’inspecteur des Impôts et Domaines radié de la Fonction publique, relate Le Témoin.

"Sonko a été imprudent d’aller fréquenter nuitamment un salon de massage. Il pouvait même être tué parce qu’il
était sans garde du corps encore moins accompagnant. Il est tombé dans la gueule du loup », rappelle Momar Diongue.

L’avenir du héraut de l’ « Antisystème » est bel et bien aujourd’hui entre les mains du « Système » qu’il a toujours combattu !



from Leral.net - S'informer en temps réel https://ift.tt/3dna6by
via gqrds
Share To:

ThiesActu

Post A Comment:

0 comments so far,add yours