Aérien : alors que le trafic reprend, la santé mentale des pilotes inquiète – Le Point - THIESACTU

Breaking

jeudi 3 juin 2021

Aérien : alors que le trafic reprend, la santé mentale des pilotes inquiète – Le Point

Face à la quantité exceptionnelle des éléments à prendre en compte avant la reprise du trafic, les compagnies aériennes négligent-elles la santé mentale de leur personnel ? Selon une étude relayée par The Guardian, les employés du secteur ont été nombreux à connaître des phases d’anxiété, de stress et de dépression au cours de la crise sanitaire qui les a contraints à rester au sol. Mais rares sont ceux à reconnaître le problème, encore moins à demander de l’aide, ce qui laisse craindre un véritable risque pour leur santé mentale comme pour la sécurité des vols.

Un projet du Trinity College de Dublin, qui se consacre à la santé mentale des personnels du secteur aérien, tire ainsi le signal d’alarme tandis que les compagnies programment de nouveau les vols à la chaîne et remplissent les agendas des pilotes et personnels navigants. Depuis le Royaume-Uni, 1 841 vols ont été programmés à destination de la France, l’Italie, l’Espagne et la Grèce lors des deux dernières semaines de mai, soit une augmentation de 300 % par rapport à la première quinzaine.

Des pilotes en dépression avant le coronavirus

Outre la pression de reprendre comme avant leur activité, récupérer leur salaire et le cours de leur carrière, certains pilotes risquent de se sentir désemparés au moment de retrouver leur cockpit, selon les données analysées par l’étude. « L’enquête montre qu’un certain nombre de pilotes avaient des problèmes avant le Covid, mais qu’ils n’en parleront pas à leur employeur par crainte de perdre leur licence et leur salaire », explique Paul Cullen, pilote et chercheur ayant participé à l’étude.

L’étude porte sur deux différents panels. Le premier, composé de 1 000 pilotes à travers le monde en 2019, a révélé que 18 % souffraient de dépression modérée et 80 % de burn-out modéré. Le second rassemble plus de 2 000 employés du secteur interrogés en août 2020, principalement des pilotes, du personnel de bord, des contrôleurs aériens et des ingénieurs. Ainsi, 20 % des pilotes et 58 % du personnel de bord ont indiqué avoir souffert de dépression modérée.

À LIRE AUSSIPhébé – Quand l’automatisation augmente le risque de catastrophe

Après le crash de la Germanwings en 2015, quand le pilote Andreas Lubitz a provoqué la mort de 150 personnes, la Commission européenne avait ordonné aux compagnies aériennes d’évaluer psychologiquement leur personnel et de leur offrir un programme de soutien en cas de souffrance mentale.



from WordPress https://ift.tt/2RiTOb1
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire