Covid France : vaccination des 12-17 ans, derniers chiffres – Le Journal des Femmes - THIESACTU

Breaking

lundi 14 juin 2021

Covid France : vaccination des 12-17 ans, derniers chiffres – Le Journal des Femmes

CORONAVIRUS DIRECT – La vague épidémique est sur le déclin. Près de 12 000 personnes restent à ce jour hospitalisées pour Covid-19, dont près de 2000 en soins intensifs. Le nombre de nouveaux cas chute lui aussi, 689 cas sont enregistrés ces dernières 24 heures. A partir de mardi 15 juin, la vaccination s’ouvre aux 12-17 ans. Derniers chiffres et infos.

[Mis à jour le lundi 14 juin à 20h33] La vague épidémique est sur son déclin en France. Le nombre de personnes hospitalisées baisse, y compris en services de soins intensifs où 2 068 patients sont actuellement pris en charge. Le nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19 en Ile-de-France, l’une des régions les plus touchées, est proche des 3000 (3056). Au niveau national, le nombre de contaminations quotidiennes est passé sous le seuil des 5 000 depuis cinq jours. Lundi, 689 nouveaux cas positifs ont été enregistrés ainsi que 63 décès. La moyenne quotidienne s’établit désormais à 3 987 cas sur 7 jours. L’étape de déconfinement du 9 juin a marqué un cap sur le territoire avec la réouverture totale des restaurants, bars, salle de sport, piscines et un couvre-feu repoussé à 23 heures. Après avoir atteint des sommets, la vaccination progresse moins vite depuis quelques jours. Néanmoins, 16,1 millions de personnes ont un schéma vaccinal complet. Et à partir de ce mardi 15 juin, la vaccination est ouverte aux adolescents de 12 à 17 ans en centre de vaccination avec le vaccin Pfizer, avec l’accord des deux parents. Que disent les cartes de suivi de l’épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s’isoler et combien de temps Quel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

  • Essai clinique sur un traitement par suppositoire. L’Institut Pasteur de Lille a lancé la phase de test d’un traitement par suppositoire sur des patients atteint du Covid-19, après avoir obtenu le feu vert de l’Agence nationale de sécurité du médicament. Le traitement va se dérouler dans un premier temps sur “quelques centaines de patients”, âgés de plus de 50 ans, non-vaccinés et présentant au moins un symptôme du Covid-19, selon le Professeur Xavier Nassif, directeur général de l’Institut, à l’AFP. Si les résultats montrent un niveau de 50% de réduction du risque d’aggravation du Covid avec le traitement, une autorisation de mise sur le marché sera alors demandée.
  • Allaitement conseillé. L’allaitement des nourrissons est conseillé aux mères infectées par le Covid-19. Le lait maternel ne contient pas de traces du virus et, au contraire, il contiendrait les anticorps développés par la mère, selon une étude menée par la recherche publique espagnole, du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) et d’un hôpital universitaire de Valence.
  • Fin du port du masque le 30 juin ? Interrogé ce 14 juin sur RTL, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a laissé sous-entendre que le port du masque ne serait plus obligatoire à l’extérieur le 1er juillet “si tout se passe bien”. “Aucune décision n’a encore été prise concernant le port du masque en extérieur dans les prochaines semaines, qui reste donc la règle. Les experts scientifiques seront amenés à se prononcer au cours du mois de juin sur une évolution de cette règle“, a immédiatement clarifié le ministère de la Santé dans une déclaration transmise à l’AFP.
  • Télécharger son attestation de vaccination. Depuis le 27 mai 2021, tous les bénéficiaires d’un régime d’assurance maladie français peuvent obtenir leur attestation de vaccination certifiée, de façon autonome et sécurisée, depuis le téléservice développé par l’Assurance Maladie https://attestation-vaccin.ameli.fr/. La connexion se fait via FranceConnect, un dispositif qui permet à l’utilisateur de s’authentifier par l’intermédiaire de ses identifiants habituels de connexion à certains services publics en ligne comme son compte Ameli ou celui des Impôts.
  • Taux d’incidence en France. Pour la première fois depuis le 25 août 2020, le taux d’incidence au niveau national est repassé sous la barre des 50. Néanmoins, il s’agit d’une moyenne : 27 départements se situent encore au-dessus du seuil d’alerte des 50 cas pour 100 000 habitants.
  • La vaccination des ados débute mardi. La vaccination contre le Covid s’ouvre aux 12-17 ans en France ce mardi 15 juin dans les centres de vaccination avec le vaccin de Pfizer. Le ministre de la Santé Olivier Véran l’avait annoncé sur TF1 le 2 juin dernier. Les deux parents doivent donner leur accord pour la vaccination contre le Covid-19 des adolescents, mais la présence d’un seul est requis lors de l’injection, précise Jérôme Salomon ce 14 juin sur RTL.
  • L’AstraZeneca administré à 100 000 Français de moins de 55 ans en dépit des recommandations. Selon les informations du Parisien, depuis la mi-mars et l’interruption de la vaccination des moins de 55 ans, des médecins et des pharmaciens ont continué à administrer le sérum AstraZeneca à ces Français qui n’étaient plus censés le recevoir. Au total, 100 000 personnes seraient concernées. 

Quels sont les chiffres de l’épidémie de Covid en France ?
Les chiffres de l’épidémie de Covid-19 en France sont publiés quotidiennement par le site Carte-et-données du gouvernement et par Santé Publique France.

Quels sont les chiffres du jour ?

Au lundi 14 juin 2021, en France :

• 5 741 354 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+689 cas en 24 heures)  

• 110 483 personnes sont décédées en France (+63 en 24 heures), dont 84 049 à l’hôpital 

 2 068 patients Covid-19 sont en soins critiques (soit en réanimation, soins intensifs et surveillance continue) (-16,7 % en 7j) au 13 juin.

• 12 374 patients Covid-19 étaient hospitalisés (-14,1 % en 7j) au 13 juin.

• le R0 du virus (taux de reproduction) est de 0.7, en baisse (-9,2% en 7j), (donnée arrêtée au 5 juin).

• le taux de positivité des tests est de 1,6%, (-35,6 % en 7j), (donnée arrêtée au 10 juin).

Au 14 juin 2021, un total de 5 741 354 cas confirmés de coronavirus est rapporté depuis le début de la pandémie. Au 10 juin, le taux d’incidence du virus est de 47,0/100 000 habitants, en baisse de 40,1% sur les 7 derniers jours.

► Au niveau national, Santé Publique France indique que 45 547 nouveaux cas ont été confirmés en semaine 22 (31 mai-6 juin), soit environ 6 500 cas en moyenne chaque jour. Le taux d’incidence était en forte diminution par rapport à celui de la semaine 21 (corrigé pour l’effet du lundi 24 mai férié) à 68/100 000 habitants (-38%), cette diminution étant observée dans toutes les classes d’âge. Le taux de dépistage diminuait (2 988/100 000 habitants, -15% par rapport au taux corrigé de S21). Le taux de positivité était toujours en diminution à 2,3%, soit -0,8 point par rapport à S21.

Les niveaux à l’hôpital comparables à ceux de mai 2020.

Lundi 14 juin, 689 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 par rapport à la veille. Au niveau national, 45 547 nouveaux cas ont été confirmés en semaine 22 (31 mai-6 juin), soit environ 6 500 cas en moyenne chaque jour.

La diminution du nombre de déclarations de nouvelles hospitalisations et d’admissions en services de soins critiques, observée depuis la semaine 15 (12-18 avril), s’est poursuivie en semaine 22 (31 mai-6 juin) (-12% et -22% par rapport à S21, respectivement) même si les effectifs étaient encore élevés. Au 13 juin :

  • -27,7% de nouvelles hospitalisations covid en 7 jours, selon les chiffres du gouvernement.
  • -26,3% de nouvelles entrées en soins critiques quotidiennes en 7 jours.
  • 12 374 patients Covid-19 hospitalisés selon data-gouv au 14 juin
  • 2 068 patients Covid en réanimation au 14 juin.

Nombre de personnes actuellement hospitalisées par région au 13 juin 2021 (source : gouvernement.fr)

Région Nombre de personnes actuellement hospitalisées Evolution en 7 jours
Auvergne-Rhône-Alpes 1 397 -13,9 %
Hauts-de-France 1 675 -12,8 %
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1 162 -13,1 %
Grand Est 970 -13,3 %
Occitanie 661 -13,4 %
Normandie 838 -6,5 %
Nouvelle-Aquitaine 602 -15,8 %
Centre-Val de Loire 417 -13,5 %
Bourgogne-Franche-Comté 516 -13,0 % 
Bretagne 408 -11,1 %
Corse 31 -8,8 %
Pays de la Loire 325 -17,1 %
Île-de-France 3 063 -18,0 %
Guadeloupe 110 -14,7 
Martinique 26 -21,2 %
Guyane 109 0 %
La Réunion 166 -5,7 %
Mayotte 4 -50 %

La mortalité liée à la COVID-19 est toujours élevée. 110 483 décès sont recensés au 14 juin dont 84 049 à l’hôpital (+63 au cours des 24 dernières heures), selon les chiffres de Santé Publique France. Ce chiffre ne comprend pas les décès à domicile. 

► Le nombre de décès toutes causes et tous âges confondus était dans les marges de fluctuation habituelle en semaines 20 et 21 après près de huit mois d’excès de mortalité à l’échelle nationale. Les décès de patients COVID-19 hospitalisés diminuaient toujours en semaine 22 (-23%) et restaient à un niveau très faible dans les établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS), rapporte Santé Publique France le 10 juin. Les taux d’hospitalisations et d’admissions en soins critiques restent élevés en Île-de-France, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche Comté.

  • L’âge médian au décès est de 85 ans
  • 93% des personnes décédées du Covid à l’hôpital avaient 65 ans et plus.
  • Les hommes représentent 55% de ces décès.
courbe-covid-deces-morts-france
© Santé Publique France

Courbe : comment évolue l’épidémie en France ?

L’épidémie de Covid baisse toujours en France. Dans son dernier point épidémiologique, Santé Publique France confirme l’amélioration des indicateurs épidémiologiques sur la semaine 22 (31 mai-6 juin) :

  • Diminution des taux d’incidence, d’hospitalisations et d’admissions en soins critiques
  • Mortalité toutes causes à nouveau dans les valeurs attendues au niveau national
  • Métropole : diminution de la circulation virale dans l’ensemble des régions
  • Outre-mer : taux d’incidence restant élevé en Guyane
  • Variant 20I/501Y.V1 (Alpha (anglais)) toujours majoritaire en métropole. Variant 21A/478K (B.1.617.2, Delta (indien)) très rarement détecté au 25 mai mais tendance à l’augmentation du nombre de cas et de clusters liés à des transmissions autochtones.

Pour rappel, la France a connu trois “vagues” épidémiques depuis janvier 2020 : 

→ Une première vague marquée par un pic épidémique au cours de la semaine du 6 au 12 avril 2020, soit 15 jours après la mise en œuvre du premier confinement de la population (le 17 mars 2020).

→ Une deuxième vague marquée par un pic au cours de la semaine du 16 au 20 novembre 2020, trois semaines après le deuxième confinement (29 octobre 2020).

→ Une troisième vague dont le pic épidémique a été estimé à la mi-avril 2021. 

courbe-covid-nombre-de-cas-france
© Santé Publique France
Courbe du nombre de personnes actuellement en soins critiques
Courbe du nombre de personnes actuellement en soins critiques, au 13 juin 2021 © Gouvernement.fr

À ce jour, la France compte cinq variants qualifiés de préoccupants (VOC) en raison de leur transmissibilité augmentée et/ou d’un risque d’échappement à la réponse immunitaire. Trois d’entre eux, les variants 20I/501Y.V1 (ayant émergé au Royaume-Uni), 20H/501Y.V2 (ayant émergé en Afrique du Sud) et 20J/501Y.V3 (ayant émergé au Brésil), circulent en France depuis le début de l’année 2021. Le quatrième VOC (20I/484K ou 20I/484Q selon le type de mutation), ayant émergé au Royaume-Uni début 2021, était peu détecté en France jusqu’à la mi-mars, mais les données de séquençage montrent une transmission communautaire dans plusieurs régions. Le lignage 20A/452R (ou B.1.617), initialement détecté en Inde en décembre 2020, a été classé VOC le 11 mai par l’OMS et le 12 mai 2021 par l’analyse de risque conjointe CNR/SpFrance. 

En semaine 22 (31 mai-6 juin), parmi les tests positifs criblés, 74,6% correspondaient à une suspicion de variant 20I/501Y.V1 (Alpha-anglais) et 6,3% de variant 20H/501Y.V2 (Beta-Afrique du Sud) ou 20J/501Y.V3 (Gamma-Brésil). La proportion du variant 20I/501Y.V1 (Alpha) était supérieure à 80% dans 35 départements, et supérieure à 90% dans 14 d’entre eux. La proportion de suspicions de variant 20H/501Y.V2 (Beta) ou 20J/501Y.V3 (Gamma) était comprise entre 10% et 20% dans deux départements métropolitains. Concernant le variant indien, malgré une augmentation récente de la détection du variant VOC 21A/478K (B.1.617.2, Delta, ayant émergé en Inde) dans les prélèvements séquencés (+31 cas sur la semaine du 31 mai au 6 juin), “aucun élément n’indique à ce jour une circulation importante de ce lignage sur le territoire” indique Santé Publique France. “Cependant, l’apparition de clusters avec transmission autochtone de ce variant indique qu’une telle transmission a commencé en France et doit conduire à la plus grande vigilance, compte-tenu de son lien avec un possible échappement vaccinal et des données en faveur d’une augmentation de sa transmissibilité par rapport aux variants de référence et au variant 20I/501Y.V1 (Alpha).”

Le 9 juin, le couvre-feu est décalé à 23 heures. Une nouvelle attestation de déplacement est donc disponible sur le site du ministère de l’Intérieur, en version numérique ou à imprimer. Le 30 juin, il n’y aura normalement plus de couvre-feu. 

couvre-feu france
Les étapes du couvre-feu. © Gouvernement.fr

Une réouverture de la France en 4 étapes : Emmanuel Macron a dévoilé son plan de réouverture de la France à la presse quotidienne régionale et au Parisien le 28 avril. 

DATES CLES NOUVELLES MESURES
9 juin

couvre-feu à 23 heures

la jauge dans les commerces, les marchés couverts est ramenée à 4m² par client ;

les terrasses extérieures peuvent accueillir 100 % de leur capacité avec une limite de 6 personnes par table ;

les cafés et restaurants peuvent accueillir leurs clients en intérieur avec une jauge de 50 % avec une limite de 6 personnes par table.

les musées peuvent accueillir leurs visiteurs avec une jauge de 4m² par visiteur ;

les cinémas, les théâtres les salles de spectacle, les chapiteaux avec une limitation de 65 % de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes par salle (le pass sanitaire est exigé au-delà de 1 000 personnes) ;

les bibliothèques ramènent leur jauge à 4m² par visiteur et maintiennent 1 siège sur deux en configuration assise ;

les festivals de plein air assis peuvent se dérouler avec une jauge de 65 % jusqu’à 5 000 personnes (le pass sanitaire sera exigé au-delà de 1 000 personnes) ;

les parcs zoologiques en plein air avec une limitation de 65 % de l’effectif ;

Assouplissement du télétravail

Les établissements thermaux rouvrent avec une limitation de 100 % de leur capacité.

Les salons et les foires peuvent à nouveau se tenir et accueillir leurs visiteurs dans la limite de 50 % de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes (le pass sanitaire est exigé au-delà de 1 000 personnes).

Les lieux de culte et les cérémonies (mariages ou pacs) : 1 emplacement sur 2. Les cérémonies funéraires dans les cimetières peuvent se tenir avec une limitation de 75 personnes.

Les rassemblements de plus de 10 personnes restent interdits, sauf visites guidées.

L’enseignement supérieur se poursuit avec 50 % de l’effectif en présentiel jusqu’en septembre.

Les écoles de danse peuvent reprendre leurs enseignements pour les majeurs non prioritaires (sans contact) avec une jauge de 35 % par classe.

Réouverture des salles de sport (et piscines) avec une jauge de 50%, élargissement aux sports de contact en plein air (25 personnes max) et sans contact en intérieur.

30 juin

fin du couvre-feu

possibilité de participer aux évènements de plus de 1000 personnes en extérieur et en intérieur (avec pass sanitaire)

fin des limites de jauge selon la situation sanitaire locale.

À partir du 9 juin, les mesures de restriction de déplacement en journée sont levées et l’attestation de déplacement n’est plus nécessaire entre 6h et 23h. L’attestation de déplacement est par contre obligatoire pour tous les déplacements entre 23h et 6h sur l’ensemble du territoire métropolitain.

> Télécharger/Remplir l’attestation 

> Je peux me déplacer entre 23h00 et 06h00 pour l’une des raisons suivantes :

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). La prise de rendez-vous est possible sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d’être redirigé vers le standard téléphonique d’un centre ou d’obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Les Européens vaccinés contre le Covid-19 peuvent entrer en France sans test PCR depuis le 9 juin. Une preuve de test négatif (PCR ou antigénique) sera toujours exigée pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et des Etats-Unis. A partir du 9 juin également, les flux de voyageurs entre la France et les pays étrangers seront rouverts selon des modalités de chaque pays et de la vaccination.

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Depuis le 11 février, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Depuis le 12 avril, des autotests Covid sont aussi disponibles en vente libre dans les pharmacies françaises (non remboursé) et peuvent être utilisés dans les écoles. “Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais” rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais (sans avoir d’ordonnance).

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si la toux et la fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE EN FRANCE

2019

  • 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.

2020

  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un premier confinement interdisant les déplacements.
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • 20 juillet, le port du masque est rendu obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 17 octobre, un couvre-feu est instauré dans 9 territoires français (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 29 octobre : un deuxième confinement est instauré en France.
  • 28 novembre : réouverture des commerces non essentiels un mois avant les fêtes de fin d’année.
  • 15 décembre : déconfinement avec couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer-BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France avec le vaccin Pfizer BioNTech.

2021

  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 31 janvier : fermeture des frontières de la France aux pays extérieurs à l’Union européenne
  • 2 février : autorisation du vaccin AstraZeneca en France.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.
  • 25 mars : confinement de 3 nouveaux départements pour une durée de 4 semaines.
  • 3 avril : la France met en place son troisième confinement, les écoles ferment pour trois semaines, les déplacements sont limités à 10 km.
  • 12 avril : ouverture de la vaccination à tous les Français âgés de 55 ans ou plus.
  • 3 mai : première étape du déconfinement avec la fin de l’attestation de déplacement et de la limitation des déplacements à 10 km. Le couvre-feu est en vigueur de 19h à 6h.
  • 10 mai : ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans.
  • 19 mai : deuxième étape du déconfinement avec la réouverture des lieux essentiels fermés (terrasses des bars et restaurants, musées, cinémas, théâtres, commerces…) et couvre-feu de 21 h à 6 h. 
  • 31 mai : ouverture de la vaccination à toutes les personnes majeures, sans aucune condition. 
  • 9 juin : troisième étape du déconfinement avec la réouverture de plusieurs lieux (piscines, salles de sport, restaurants, bars, parcs d’attractions…), la mise en place d’un couvre-feu de 23h à 6h et du pass sanitaire national. 

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



from WordPress https://ift.tt/3iGBZOA
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire