La santé par les plantes avec Sandra – L’Indépendant - THIESACTU

Breaking

dimanche 6 juin 2021

La santé par les plantes avec Sandra – L’Indépendant

Le coquelicot, pour le sommeil des enfants

Mes dernières balades à travers la campagne environnante m’ont soufflé la teneur de ma chronique pour ce dimanche : le coquelicot. Quelle fleur si délicate et pourtant résistante ! Elle n’est, en effet, pas la bienvenue dans les champs de céréales qu’elle colonise en tant que messicole (messi = moisson, colo = j’habite) avec le bleuet ou la matricaire. Malgré un net recul de son implantation dans le paysage, elle est encore présente et s’installe dans les friches, talus et bords de champs principalement. Pour notre grand bonheur car le coquelicot au-delà des belles aquarelles, est une médicinale reconnue depuis longtemps, déjà dans l’Egypte ancienne.

Papaver rhoeas, de son nom latin, appartient à la famille des Papavéracées (pavot), ce qui lui confère ses vertus sédatives et calmantes.

Ce sont les pétales que nous utilisons principalement, le centre de la fleur (capsule) pouvant être également préparé en tisane pour des usages équivalents. Les pétales sont relativement difficiles à sécher, il est nécessaire de bien les étaler sur une toile ou un tissu et de les laisser à l’abri de la lumière dans un endroit aéré. L’utilisation d’un déshydrateur à basse température peut créer des bonnes conditions de séchage. Les pétales séchés deviennent rouge sombre à violet et se recroquevillent sur eux-mêmes. La tisane prend une couleur rouge comme la fleur.

Deux usages principaux pour cette plante. Comme sédative pour lutter contre les insomnies et les problèmes d’endormissement. Elle aide à gérer anxiété, angoisse, nervosité, émotivité et palpitations cardiaques associées. À mélanger en infusion avec d’autres plantes calmantes comme la marjolaine, la mélisse, la lavande, le tilleul. Très intéressante pour les enfants anxieux et agités.

Le coquelicot fait partie des espèces pectorales ce qui lui confère des vertus calmantes et adoucissantes pour la sphère ORL et pulmonaire : toux, en particuliers sèche et irritative, avec spasmes ; enrouement, angine. N’hésitez pas à préparer des infusions de coquelicot seul pour ces maux, ou en mélange avec d’autres fleurs pectorales (mauve, tussilage, violette, bouillon-blanc..) et antiseptiques comme le thym si besoin.

Recette du sirop de coquelicot :

Faire infuser une grosse poignée de pétales frais dans 1 l d’eau et laisser poser une nuit. Filtrer, peser le liquide et ajouter la même quantité de sucre. Faire bouillir et embouteiller quand la consistance devient sirupeuse.

Adapté aux enfants, ce sirop soulagera leurs troubles du sommeil et les toux notamment nocturnes en cas de rhume, bronchite, asthme. 1 à 3 cuillères à café par jour dès 3 ans.



from WordPress https://ift.tt/3z2m82u
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire