Matt Hancock, le ministre de la santé britannique, rattrapé par une liaison en pleine pandémie – Le Monde - THIESACTU

Breaking

samedi 26 juin 2021

Matt Hancock, le ministre de la santé britannique, rattrapé par une liaison en pleine pandémie – Le Monde

Le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, le 27 mai 2021, à Londres. Le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, le 27 mai 2021, à Londres.

Matt Hancock, le ministre britannique de la santé, est un des hommes les plus exposés du gouvernement Johnson. La gauche britannique le tient en partie responsable de la très médiocre réponse de Downing Street à la pandémie (près de 128 000 décès officiels). Il est devenu la bête noire de Dominic Cummings, l’ex-conseiller spécial du premier ministre Boris Johnson tombé en disgrâce, qui ne rate pas une occasion d’appeler à sa démission. Il y a quelques jours, la reine a même lâché à son propos : « poor man » (pauvre homme), sans qu’on comprenne si Elizabeth II ironisait ou compatissait réellement à son sort.

La pression s’est encore accentuée sur cet homme ambitieux, ex-collaborateur du chancelier de l’échiquier George Osborne, après un retentissant scoop du Sun, qui étalait en « une », vendredi 25 juin, une photographie un peu floue mais laissant peu de place au doute. Sur cette capture d’écran d’une caméra de surveillance (datant du 6 mai, dans les locaux du ministère de la santé), on distingue le ministre de la santé, 42 ans, embrasser une femme à pleine bouche. Il s’agit de Gina Coladangelo, 43 ans, une collaboratrice du ministre, explique le journal.

Lire aussi Dominic Cummings accuse Boris Johnson d’avoir qualifié son ministre de la santé de « putain de cas désespéré »

M. Hancock est marié, père de trois enfants, idem pour Mme Coladangelo, en couple avec Oliver Tress, fondateur de la marque de prêt-à-porter Oliver Bonas. Mais le scandale n’est pas là : début mai, les Britanniques n’étaient toujours pas censés avoir de contacts rapprochés avec des personnes ne faisant pas partie de leur bulle ou foyer – cette recommandation n’a été levée que le 17 mai.

« Un ministre de la santé déplorable »

Ces règles de « distanciation sociale », Matt Hancock n’a eu de cesse de les rappeler. Le 16 mai, par exemple, en direct sur la chaîne Sky News, il affirmait encore : « Nous devons tous faire preuve de prudence, nous connaissons tous les risques, se rencontrer en extérieur est mieux qu’en intérieur ». En 2020, il s’était montré parmi les plus durs envers l’épidémiologiste vedette Neil Ferguson, appelant à une enquête de police après que le Daily Telegraph a révélé qu’il avait reçu une femme chez lui pendant le premier confinement.

Par ailleurs, les médias nationaux s’interrogent sur les conditions de nomination – plutôt opaques – de Mme Coladangelo au ministère de la santé : elle y travaille en tant que directrice non exécutive et est payée 15 000 livres (17 500 euros) par an par le contribuable britannique. Cette lobbyiste de carrière a connu M. Hancock lorsqu’ils étaient étudiants à Oxford. Ils animaient tous deux une radio sur le prestigieux campus. M. Hancock a fini par présenter ses excuses, vendredi midi, reconnaissant avoir violé les règles sanitaires : « Je n’ai pas respecté les règles de distanciation sociale dans ces circonstances, [ma conduite] a déçu et j’en suis vraiment désolé », a t-il déclaré sur Twitter.

Il vous reste 48.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



from WordPress https://ift.tt/3dff2yy
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire