Castelnaudary. La santé par les plantes avec Sandra – LaDepeche.fr - THIESACTU

Breaking

dimanche 4 juillet 2021

Castelnaudary. La santé par les plantes avec Sandra – LaDepeche.fr

Les herbes de la Saint-Jean

Revenons ce mois-ci sur des rituels ancestraux associés aux plantes. Le solstice d’été fut de tout tant une célébration païenne mettant à l’honneur le soleil à son zénith dans le cycle des saisons. Célébrations empreintes de magie, fêtes de la renaissance et de la fertilité, au cours de laquelle chacun peut demander protection, guérison, amour… L’Église reprit ce symbole par la fête de la Saint-Jean Baptiste, quelques jours après, en mettant en scène l’apogée de la lumière au travers des feux de la Saint-Jean. Quelqu’en soit la tradition, ce moment de l’année est associée à la cueillette des fleurs dite solaires (en lien avec l’astre à l’honneur en cette saison). La tradition veut que nous cueillions à l’aube au moment où la lumière prend le dessus sur l’obscurité…

Quelles sont ces plantes de la Saint-Jean ? Selon les auteurs, elles varient, puisqu’il s’agit de la transmission de traditions orales. Nous retrouvons en général le millepertuis, l’achillée millefeuille, l’armoise, le souci, la sauge… Nombreuses ont des vertus en lien avec le cycle féminin, ce qui confère aux plantes du solstice le surnom de plantes des femmes…

Arrêtons-nous quelques instants sur le Millepertuis officinal (Hypericum perforatum), magnifique fleur jaune, symbole du soleil. Ces petites feuilles sont comme perforées par des petits trous qui sont en vérité des petites vésicules contenant une huile rouge. C’est cette huile que nous recherchons pour ces effets thérapeutiques.

Les vertus reconnues du Millepertuis sont celles d’un antidépresseur naturel qui apaise également les troubles nerveux et du sommeil. On le prend dans ce cas plutôt en alcoolature si on le cueille soit même. Mais attention, cette plante entre en interaction avec de nombreux traitements (pilule, certaines chimiothérapies, certains médicaments, antidépresseurs…). À utiliser sous avis médical dans ces cas-là.

L’autre usage est plus accessible. Il s’agit de concocter une macération huileuse solarisée des fleurs pour obtenir l’huile rouge. Cette huile apaise les peaux irritées, érythèmes fessiers, ulcères ; soulage les brûlures bénignes et les coups de soleil ainsi que les névralgies, rhumatismes, crampes, entorses en friction. Attention là aussi, cette huile est photosensible, pas d’exposition au soleil dans les heures qui suivent son application. Préférez un usage le soir.

Recette de l’huile rouge.

coupez en petits morceaux les sommités fleuries du millepertuis dans un bocal stérilisé. Couvrez d’huile de tournesol bio, 1re pression à froid. Laisser macérer au soleil au moins 3 semaines et remuez de temps en temps. Filtrez et conserver dans une fiole à l’abri de la lumière en ayant ajouté quelques gouttes d’huile essentielle de lavandin pour la conservation. À utiliser dans l’année.



from WordPress https://ift.tt/3jGadSB
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire