Le Sénégal a-t-il consommé 30 millions de litres d’alcool en 2020 ? (Fact checking) – Ouestaf.com - THIESACTU

Breaking

mardi 10 août 2021

Le Sénégal a-t-il consommé 30 millions de litres d’alcool en 2020 ? (Fact checking) – Ouestaf.com

Compte non tenu de la production locale, le Sénégal a importé et vendu 30 millions de littres d’alcool en pleine pandémie de Covid en 2020 / photo Oustaf News

Ouestaf News – Début juillet 2021, plusieurs médias sénégalais notamment en ligne ont relayé l’information selon laquelle « les Sénégalais ont consommé 30 millions de litres d’alcool en 2020 ». S’agit-il de consommation ou d’importation ?

« Les Sénégalais ont consommé 30 millions de litres d’alcool en 2020 ». Cette information attribuée à la Direction du Commerce intérieur a été donnée par le quotidien privé sénégalais L’Observateur le 5 juillet 2021. Elle a été reprise par plusieurs sites Internet, dont Seneweb, iGMF, et Senenews.

D’où vient ce chiffre ?

D’après l’article de L’Observateur, « en 2020, en pleine pandémie de Covid-19, 30.984 tonnes d’alcool ont été importées (au Sénégal, NDLR), soit 30 millions 900 mille en vente libre sur tout le territoire national, d’après les chiffres du ministère du Commerce ».

Ouestaf News a contacté Moctar Samb, chef de la Division Consommation et Sécurité des consommateurs au ministère du Commerce. M. Samb a confirmé l’exactitude des chiffres publiés par les médias. Toutefois, il apporte une précision importante : ces chiffres sont ceux de la quantité « importée et vendue », et non de « la quantité consommée ».

Ballé Preira est le coordonnateur de la communication au ministère des Finances. Joint au téléphone par Ouestaf News, lui aussi a souligné que le chiffre de 30 millions de litres d’alcool évoqué dans la presse était plutôt « la quantité importée et non la quantité consommée »au Sénégal en 2020.

Les médias ayant rapporté cette information, à l’exception de quelques titres, ont quant à eux généralement parlé de « consommation ».

L’information a suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux. Certains internautes ont exprimé leur surprise tandis que d’autres n’ont pas hésité à railler des Sénégalais, en majorité des musulmans.

Selon les dernières estimations (projections 2021) de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), le Sénégal compte plus de 17,2 millions d’habitants. Il est habituellement décrit comme un pays peuplé d’environ 95 % de musulmans. La religion musulmane interdit la consommation d’alcool.

L’alcool au Sénégal

« L’augmentation de la consommation de produits comme les tabacs ou les boissons alcoolisées constitue une préoccupation majeure pour les sociétés modernes, en raison de leurs graves conséquences sur la santé humaine », peut-on lire dans l’exposé des motifs d’une loi de mars 2009 modifiant certaines dispositions du Code général des Impôts du Sénégal. « C’est pourquoi, en vue de modérer l’usage des tabacs et des boissons alcoolisées, souvent à l’origine de prises en charge sanitaires et sociales coûteuses pour la société », diverses mesures ont été prises et il a été institué « une taxe additionnelle en sus du droit d’accises appliqué aux boissons à forte teneur en alcool », stipule le même document publié dans le Journal officiel numéro 6480 du 18 juillet 2009.

Le site français Ooreka, qui compile des explications d’experts sur plusieurs sujets de la vie quotidienne, explique que « le droit d’accise est un impôt indirect qui touche la consommation de certains produits spécifiques. Mise en place dans le monde entier, cette taxe cible l’alcool, les cigarettes et les produits énergétiques ».

D’après les Douanes sénégalaises, « le taux du droit d’accises est fixé à 40 % pour les alcools et liquides alcoolisés », cette taxe est de « 2,75 % pour les boissons gazeuses ». Selon la même source, « on entend par liquides alcoolisés les liquides d’une richesse en alcool supérieure à un degré ». Le taux du droit d’accises à 40 % concerne notamment « les vins de raisins frais (…) à l’exclusion des vins en vrac destinés à la mise en bouteille contenus dans des emballages de 200 litres et plus, les bières d’un titrage supérieur à 6 degrés d’alcool pur et inférieur ou égal à 18 degrés ».

Qui consomme de l’alcool au Sénégal ?

Le 28 juillet 2009, le site sénégalais d’information Koldanews a mis en ligne un article intitulé : « Consommation de boisson alcoolisée au Sénégal : 80 % des consommateurs sont des musulmans », en citant une « étude (…) faite par ‘Market Access Database’, Wine Institute» sur la consommation et l’importation d’alcool au Sénégal ».

Dans le même article, toujours accessible en ligne, on peut lire : « Selon nos sources, pour les statistiques concernant le Sénégal, plus de 24 millions de bouteilles sont consommées sur une population de près de 12 millions et 95 % de musulmans » par an. Mais ces 24 millions de bouteilles d’alcool évoqués comme quantité consommée par an sont un chiffre « exagéré », a conclu en 2015 Africa Check, qui a vérifié ces allégations.

« Les statistiques des organisations spécialisées évaluent la consommation de vin au Sénégal bien en dessous de ce chiffre (de 24 millions de bouteilles). Ni le Wine Institute de Californie, ni l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), ni la Douane sénégalaise, encore moins l’ANSD ne confirment ce chiffre de 24 millions de bouteilles. Toutes ces organisations avancent des chiffres inférieurs ne faisant même pas la moitié de ce niveau de consommation annoncé.

La meilleure estimation jusqu’ici disponible est plus proche des 7 millions, soit moins du tiers du chiffre avancé », a écrit Africa Check, première organisation indépendante à but non lucratif de vérification des faits en Afrique.

Des estimations officielles pour Dakar

On peut trouver des estimations sur la consommation d’alcool à Dakar et ses banlieues dans une enquête auprès des ménages basée sur un programme développé par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), dite « enquête par grappes à indicateurs multiples (Multiple Indicator Cluster Survey, MICS) ». En 2015-2016, une enquête de ce genre menée par l’ANSD et l’Unicef a permis d’interroger quelque 5.000 ménages dans l’agglomération de Dakar (départements de Dakar, Pikine, Rufisque et Guédiawaye) sur plusieurs sujets, incluant la consommation d’alcool.

Selon le rapport final de cette enquête sur « la situation des enfants et des femmes » dans l’agglomération de Dakar (MICS urbaine Dakar 2015-2016), le taux de consommateurs d’alcool au Sénégal dans cet échantillon était de 1,5 % des femmes âgées de 15-49 ans et de 3,9 % d’hommes pour la même tranche d’âges. D’après les résultats de la même enquête, « la proportion d’hommes qui consomment de l’alcool avant l’âge de 15 ans » est un peu plus du double de celle des femmes (2,4 % pour les garçons, 1 % pour les filles).

Des estimations internationales

Le rapport 2017 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la consommation d’alcool montre qu’au Sénégal, les personnes âgées de 15 ans et plus ont consommé au moins 0,5 litre d’alcool au cours d’une année.

En 2018, selon les données de la Banque mondiale, la consommation moyenne d’alcool au Sénégal, pour les personnes âgées de plus 15 ans, s’élevait à 0,8 litre par habitant.

Production locale d’alcool

L’usage de l’alcool au Sénégal est un fait culturel chez bon nombre de communautés sénégalaises. Il existe des appellations endogènes (dolo en mandingue, koop en sérère, seung en wolof…), des boissons alcoolisées, comme le montre Papa Alioune Ndao, professeur titulaire de Lettres modernes à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

Pr Ndao évoque le sujet dans son article « Alcool et nomination dans l’espace », publié dans SudLangues, la revue électronique internationale de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’UCAD. Dans ce texte, il montre que la fabrication locale et la consommation de l’alcool par les sociétés sénégalaises ne datent pas d’aujourd’hui. Chez les Wolofs, le vocable thiéddo était assimilé aux personnes sans croyance, et qui s’adonnent, couramment, à la consommation d’alcool (seung).

Importation, au lieu de consommation

En juillet 2021, plusieurs médias sénégalais, notamment en ligne, ont relayé une information selon laquelle « les Sénégalais ont consommé 30 millions de litres d’alcool en 2020 ». Moctar Samb, chef de la Division Consommation et Sécurité des consommateurs au ministère sénégalais du Commerce, a affirmé à Ouestaf News que les 30 millions de litres d’alcool évoqués étaient la quantité « importée et vendue », et non « la quantité consommée » en 2020 dans le pays. La même précision a été faite à Ouestaf News par Ballé Preira, Coordonnateur de la communication au ministère sénégalais des Finances.

Dans le passé, des médias avaient fait état d’une consommation de 24 millions de bouteilles d’alcool consommées par au Sénégal, ce qui a été démenti par une vérification faite par Africa Check en 2015.

L’information sur les 30 millions de litres d’alcool « consommés » par les Sénégalais est donc à relativiser, toutes les quantités « importées et vendues » n’étant pas forcément consommées au même moment au Sénégal.

RD-AM/fd/ts/cs



from WordPress https://ift.tt/2VMBI3k
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire