Sénégal: des manifestants contre la vie chère arrêtés à Dakar – RFI - THIESACTU

Breaking

samedi 18 septembre 2021

Sénégal: des manifestants contre la vie chère arrêtés à Dakar – RFI

Publié le : 18/09/2021 – 10:13

Plusieurs manifestants ont été arrêtés aux abords de la place de la Nation à Dakar, vendredi 17 septembre. Ils ont tenté de se rassembler, malgré une interdiction du préfet de la capitale sénégalaise. Ce dernier avance comme motif : le risque de trouble à l’ordre public et l’entrave à la libre circulation des personnes et des biens. Un « prétexte » qui ne passe pas pour les organisateurs qui manifestent contre la hausse du coût de la vie au Sénégal.

Publicité

Avec notre correspondant à Dakar, Birahim Touré

Malgré la forte présence dissuasive des forces de l’ordre, certains membres de la coalition Noo lank (« nous refusons » en wolof) ont réussi à s’approcher en groupuscules et manifester leur mécontentement face à la hausse du coût de la vie.

« Cela ne nous fera pas reculer »

Des échappées solitaires cependant vite stoppées par la police qui a procédé à plus d’une dizaine d’arrestations. « Cela ne nous fera pas reculer », peste Daouda Gueye, porte-parole du mouvement Noo lank, lui-même arrêté avant d’être relâché lors d’une précédente manifestation, également interdite il y a une semaine : « Nous allons continuer à manifester. De toute façon, à chaque fois qu’ils prendront des camarades, d’autres membres prendront le relais. Et les camarades libérés au terme, je ne parle même pas de garde-à-vue, mais plutôt de kidnapping, rejoindront de nouveau les rangs. On se projette de nouveau sur d’autres manifestations ».

« Dictature debout »

Le droit à la manifestation est consacré par la Constitution, rappelle Daouda Gueye qui s’insurge contre les décisions de refus systématiques de marche depuis quelques temps : « On ne parle plus d’une dictature rampante mais plutôt d’une dictature debout, et qui donc excelle dans son exercice favori qui consiste à priver les citoyens du droit d’exercer des droits consacrés par la Constitution. En onze jours, c’est la cinquième manifestation qui est interdite ».

Le gouvernement a procédé il y a peu à une baisse des prix de certaines denrées de grande consommation. Des baisses qui ne suffisent pas selon les mouvements citoyens.

À lire aussi : Sénégal: le coût des produits de première nécessité au centre des discussions



from WordPress https://ift.tt/3tSaV2v
via IFTTT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire