Thierno Bocoum sur le retour du poste de Premier Ministre : «La Constitution n’est pas un jouet…» - THIESACTU

Breaking

samedi 27 novembre 2021

Thierno Bocoum sur le retour du poste de Premier Ministre : «La Constitution n’est pas un jouet…»

Le président du Mouvement Alternance Générationnelle pour les Intérêts de la République (AGIR), après l’annonce faite ce mercredi lors du Conseil des ministres par le chef de l’Etat Macky Sall annonçant le retour du poste de premier ministre après une suppression de deux années, n’est pas du tout surpris de la nouvelle décision. Pour cause, Thierno Bocoum estime qu’il «était évident que le fast-track annoncé pour justifier une telle mesure allait aboutir au slow-down et qu’il était impossible d’enlever une roue à une calèche et croire qu’elle allait rouler plus vite».
Thierno Bocoum sur le retour du poste de Premier Ministre : «La Constitution n’est pas un jouet…»
Réagissant sur cette nouvelle mesure, l’ancien allié d’Idrissa Seck d’expliquer que «dans deux contributions successives, l’une intitulée «Suppression du poste de Premier ministre: les conséquences du point de vue législatif et réglementaire» (12 avril 2019) et l’autre, «Failles et pièges du projet de suppression du poste de Premier ministre» (24 avril 2019), nous avions suffisamment averti et alerté sur une mesure qui risquait de laisser place à une centralisation excessive et étouffante du pouvoir».

L’ex député qui s’étonne de voir qu’aujourd’hui c’est le même gouvernement qui parle «d’une nécessaire requalification des rapports entre l’exécutif et le législatif, notamment la réintroduction de la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale et le pouvoir de dissolution de celle-ci dévolu au président de la République». Car d’après lui, «La Constitution n’est pas un jouet».

Thierno Bocoum plaidant ainsi à ce qu’elle soit épargnée des calculs politiciens. Rien de républicain ne justifiait la suppression du poste de Premier ministre. Sa réapparition deux années après sa disparition ne nous permettra malheureusement pas d’évaluer l’étendue des dégâts du slow-down qu’il a provoqué dans la vie précaire de nos compatriotes», a-t-il regretté.

Le président du mouvement Agir ajoutant que dans l’exposé des motifs du projet de loi constitutionnelle numéro 07/2019 portant révision de la Constitution, cette suppression avait été ardemment défendue en mettant en avant un certain équilibre des pouvoirs».
24 heures



from Leral.net - Sénégal https://ift.tt/3nWmLap
via gqrds

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire